Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 février 2017

Mgr Vingt-Trois a tranché :procédure canonique à l'encontre de Mgr Anatrella

Mgr Vingt-Trois a tranché : procédure canonique à l'encontre de Mgr Anatrella

77006_tony-anatrella.jpg

( La Vie ) Le prêtre-psychanalyste, ordonné dans le diocèse de Paris, est mis en cause pour agressions sexuelles sur d'anciens patients. 

Depuis l'été dernier, Tony Anatrella, prêtre du diocèse de Paris, faisait l'objet d'une enquête par une commission diocésaine. Le psychanalyste était accusé par d'anciens patients d'abus sexuels sous emprise. Une dizaine se sont présentées devant la commission pour en témoigner.

Après avoir reçu le rapport d'enquête à la fin de l'année 2016, Mgr Vingt-Trois a tranché : la procédure canonique sera poursuivie mais délocalisée. D'après nos informations, Mgr Vingt-Trois a demandé au Tribunal de la Signature apostolique de confier la procédure à une autre officialité,

Tony Anatrella ayant collaboré par le passé avec celle de Paris. C'est l'officialité interdiocésaine de Toulouse qui est saisie du dossier, et ce depuis fin janvier. Sur le plan civil, le cardinal Vingt-Trois a signalé au Procureur de la République de Paris la procédure canonique ouverte.

Célibat des prêtres, le Père Gréa et Jean Mercier

Lyon: le Père Gréa quitte le sacerdoce

3342091311.79.jpeg

... cette décision est d'abord une rupture avec la promesse faite le jour de l'ordination diaconale.

... de nombreux prêtres qui partent "pour se marier" ont tendance à se justifier d'un point de vue spirituel.

Jean Mercier, journaliste

Célibat des prêtres, le Père Gréa et Jean Mercier

Unknown.jpegLien

(source Facebook) - Jean Mercier est journaliste à La Vie (auteur de "Monsieur le curé fait sa crise")

Dans mon livre sur le célibat sacerdotal, je raconte comment de nombreux prêtres qui partent "pour se marier" ont tendance à se justifier d'un point de vue spirituel.

Il n'est pas rare que les prêtres qui se marient se présentent comme étant "pressés" par une volonté divine d'accomplissement supérieur, fruit de l'Esprit Saint et d'une longue et lente maturation spirituelle, en oubliant totalement que, en dépit de leur sincérité, cette décision est d'abord une rupture avec la promesse faite le jour de leur ordination diaconale.

Il serait plus courageux et profitable qu'ils assument leur incapacité à tenir leur promesse, et ce d'autant plus que c'est d'abord ainsi que leur nouvel "appel" est perçu de l'extérieur.

Ce déni de réalité est assez pénible. Il devient urticant lorsque le prêtre en question essaie de donner à sa cause une ampleur prophétique. Dans le cas présent, David Gréa semble enrôler le pape, comme une sorte d'arbitre ou de caution. Assez osé, je trouve.

De plus, il ne s'agit pas sans doute seulement d'une rupture de promesse au sujet du célibat, mais probablement aussi d'une rupture de la promesse d'obéissance faite à l'évêque, faite à l'ordination diaconale et réitérée lors de l'ordination sacerdotale.

On imagine mal que le cardinal Barbarin n'ait pas déjà invité son prêtre à re-choisir le célibat et renoncer à son mariage. Donc c'est doublement problématique, ne serait-ce que spirituellement.

L'autre malaise est le flou de la situation. Le Père Gréa parle d'une réflexion et d'un recul nécessaire. Mais s'il est démis de ses fonctions en pleine année liturgique, dix jours avant le Carême, c'est qu'il a fallu agir en urgence, face à une situation devenue hors de contrôle.

On peut s'interroger si le couple n'existait pas déjà de façon réelle depuis quelques temps, auquel cas la réflexion a déjà été pliée : l'annonce d'un temps de recul est juste un moyen de sauver la face (mais c'est prendre les gens pour des naïfs ?).

Il doit être compliqué pour un peuple paroissial de relire le passé et de s'interroger sur la forme de mensonge qui a pu exister si ce prêtre s'est situé dans une forme de double vie à leur égard.

Enfin, de nombreux prêtres qui partent pour se marier semblent animés d'une sorte de désinvolture spirituelle, d'une forme d'aveuglement de ce que leur décision peut ébranler dans la vie des autres. Tous, nous avons à assumer des engagements parfois coûteux pris dans l'enthousiasme de la jeunesse, qu'il s'agit d'honorer en des moments plus rudes.

Je pense à cette épouse qui doit accompagner son mari malade d'un cancer. Je pense à ce mari qui doit accompagner sa femme dans la vieillesse. Je pense à ces parents qui se sont engagés, par l'adoption, à éduquer un enfant blessé, et qui lui conservent leur amour et leur soutien en dépit de mille épreuves.

Chacun de ces engagements est lourd, et s'appuie sur la fidélité d'autres compagnons de route, et en particulier les hommes et les femmes consacrés à Dieu, qui sont affrontés eux aussi à des combats, et qui sont des guides inspirants. Nous pouvons accepter qu'ils chutent, mais alors nous voulons l'aveu de leur péché, de leur faiblesse, non pas une revendication fière.

Dans l'Eglise, chacune de nos luttes spirituelles les plus cachées ont un impact sur la vie du Corps. A fortiori nos actes publics (et la parole selon laquelle nous les assumons, redoublée de portée s'il s'agit d'un prêtre au fort charisme) ont une valeur de témoignage et de contre-témoignage, non seulement pour les baptisés, mais aussi pour les autres.

Je prie pour que David Gréa, même s'il devait persister dans sa décision, puisse prendre conscience du trouble qu'il a pu causer. De notre côté, luttons chacun à notre place, et intercédons pour que ce prêtre revienne dans le "réel".

dimanche, 19 février 2017

Jean-Louis de la Vaissière: François dans la tempête

Jean-Louis de la Vaissière: François dans la tempête

 

Jean Louis de La Vaissière vient de publier son dernier livre ouvrage:  "François dans la tempête" aux éditions Salvator.

 

Entretien (Radio Vatican) - Jean-Louis de la Vaissière fut vaticaniste à Rome pour l’Agence France-Presse (AFP) entre 2011 et 2016.

Unknown.jpeg

Afin de mieux comprendre le pontificat de François, en relation avec Benoît XVI, ce livre est une excellente opportunité donnée aux lecteurs. 

Deux livres à lire sur le Pape François: Jean-Louis de la Vaissière et Arnaud Bédat 

Arnaud Bédat "François seul contre tous" donne un éclairage très fouillé, adroit et fort intéressant. Sa connaissance de l'enracinement historique de Bergoglio en Argentine lui confère sans aucun doute une très grande pertinence. 

3342091311.75.jpeg

Lyon: le Père Gréa "quitte l'Eglise" pour se marier. Communiqué du diocèse du Cardinal Barbarin

Lyon: le Père Gréa "quitte l'Eglise" pour se marier. Communiqué du diocèse du Cardinal Barbarin

Le communiqué du Diocèse de Lyon - Famille Chrétienne

995141-pere-grea-star-wars.jpg« Le père David Gréa a fait part au cardinal Barbarin de ses questions liées au célibat sacerdotal et de sa décision de s’engager dans la vie conjugale. Après l’avoir écouté, l’évêque de Lyon a demandé au père David Gréa de prendre un temps de discernement et de recul, accompagné par le diocèse, et de quitter sa charge de curé de la paroisse Lyon Centre - Ste Blandine.

Le père David Gréa a écrit une lettre aux paroissiens de Ste Blandine pour leur expliquer sa situation. Le père Patrick Rollin, vicaire général, en charge de ce territoire, a fait lecture de cette lettre aux fidèles au cours de la Messe du dimanche 19 février 2017.

Le cardinal viendra à la rencontre des paroissiens de Ste Blandine pour les écouter et prier avec eux ; il célébrera les Messes du dimanche 5 mars à 10h30 et 18h30.

Un prêtre sera prochainement désigné pour administrer la paroisse dans l’attente d’une nomination d’un nouveau curé pour la rentrée de septembre.

Le diocèse souhaite que cette belle communauté poursuive son itinéraire selon ses charismes et sa vocation. Le cardinal Barbarin invite chacun à prier pour le Père David et pour les paroissiens de Lyon Centre - Ste Blandine. »

Lettre du Père Gréa à ses paroissiens - Site du diocèse de Lyon

934139_10154080016752152_599933982869112367_n.jpg

Départ du Père Gréa:: L'abbé Grosjean, un Padreblog écrit sur le célibat:

C'est vrai : le célibat que l'Eglise nous demande est exigeant. Cette exigence - je le rappelle - nous la choisissons librement. Personne n'est obligé de devenir prêtre. Cette belle exigence, nous l'accueillons avec toute la générosité dont nous sommes capables, dans notre pauvreté d'homme, en comptant sur la grâce de Dieu pour y être fidèle, et sur vos prières.

Car cette exigence nous la faisons nôtre pour vous. Pour que personne d'autre que vous n'ait la priorité dans notre cœur. Pour qu'en étant tout à Dieu, nous soyons tout à tous. Ce célibat est au service d'un don plus grand, il n'est pas une frustration mais une joie, même si tout cela n'est parfois pas sans combat.

Quand un prêtre part, nous pleurons. Pour lui, pour son sacerdoce, pour ses paroissiens, pour son évêque, pour tout celles et ceux qui seront blessés. Nous ne jugeons pas le prêtre qui tombe: chacun de nous se sait pauvre et faible, capable de tomber. Des amis sont partis. Je ne me sentais pas meilleur qu'eux. Je prie souvent pour ces frères. Mais par pitié, qu'on nous épargne le refrain "c'est la faute de l'Eglise, de ses règles et de ses lois". Ce serait profondément blessant pour ceux qui restent, pour ceux qui humblement, pauvrement, parfois douloureusement mais souvent joyeusement, essayent d'être fidèles à la promesse de leur ordination. Pour vous.... "Pour la gloire de Dieu et le salut du monde"....

Nous avons besoin que vous compreniez le sens de notre vie, de notre offrande, de notre célibat. C'est votre attente qui nous porte, c'est en nous demandant ce pourquoi nous sommes prêtres - vous donner Dieu - que vous nous encouragez. C'est en priant pour nous que vous nous gardez dans la joie de servir. De vous servir !

Lyon: le Père Gréa "quitte l'Eglise" pour se marier. 

Unknown.jpeg

Le Père Gréa s'en va. Tristesse et douleur; ce côté obscure de la force. Le Père Gréa avait fait le buzz avec Star Wars 


"Je suis ton père ": un prêtre lyonnais en mode "Star Wars"

vendredi, 17 février 2017

Les réfugiés érythréens: reportage de Famille Chrétienne

Les réfugiés érythréens: reportage de Famille Chrétienne

erythreen-conques_article.jpg

EXCLUSIF MAG – Le village sur la route de Compostelle abrite depuis octobre dernier une famille de réfugiés érythréens. Symbole de la tragédie de ces exilés qui se déversent en Europe, et de la complexité de leur accueil.

suite

mercredi, 15 février 2017

Le Cardinal Coccopalmerio et Amoris Laetitia: désir de changer de situation sans encore pouvoir réaliser ce désir

images.jpegLa communion pour les personnes divorcées remariées reste un sujet sensible et délicat. Les différentes interprétations de l'exhortation apostolique post-synodal sur la famille "Amoris Laetitia" du Pape François engendrent des polémiques qui désorientent les fidèles.

Dans un livre intitulé «Le huitième chapitre de l’exhortation apostolique post-synodale Amoris Laetitia», le cardinal italien Coccopalmerio explique que la fidélité à l'enseignement de l'Eglise et le désir de changement chez les pénitents sont comme les mots clefs du document papal. (Zenit)

Lien: Amoris Laetitia et la conscience comme sanctuaire 

"La doctrine n’est pas touchée mais en même temps, les personnes blessées sont filles de l’Église qui s’ouvre comme une mère "

 

Le Chapitre VIII d'Amoris Laetitia et le Cardinal Coccopalmerio:

Le pape François invite à « une pastorale plus attentive aux personnes individuelles, caractérisée par l’accompagnement, le discernement et l’intégration de la fragilité » sans pour autant entamer la doctrine traditionnelle de l’Église sur le sacrement du mariage, validement célébré.

Le Cardinal Coccopalmerio et Amoris Laetitia: désir de changer de situation sans encore pouvoir réaliser ce désir

« Le huitième chapitre de l’exhortation apostolique post-synodale Amoris Laetitia » : c’est le titre du livre du cardinal italien, canoniste, Francesco Coccopalmerio, président du Conseil pontifical pour les textes législatifs, qui a été présenté à Rome, à Radio Vatican, ce mardi 14 février 2017, par Mgr Maurizio Gronchi, professeur ordinaire de christologie à l’Université pontificale Urbanienne et consulteur de la Congrégation pour la doctrine de la foi, par le journaliste italien, « vaticaniste », Orazio La Rocca, et par le p. Giuseppe Costa, directeur de la Librairie éditrice vaticane, éditeur de l’ouvrage. Une invitation à remettre « le Christ au centre ».

«Accompagner, discerner et intégrer la fragilité»

Le huitième chapitre d’Amoris Laetitia – intitulé « Accompagner, discerner et intégrer la fragilité » – est consacré aux « unions irrégulières », est celui qui a suscité le plus d’intérêt et d’interrogations sur l’exhortation apostolique post-synodale : le pape François y invite à « une pastorale plus attentive aux personnes individuelles, caractérisée par l’accompagnement, le discernement et l’intégration de la fragilité » sans pour autant entamer la doctrine traditionnelle de l’Église sur le sacrement du mariage, validement célébré.

Le journaliste italien Orazio La Rocca s’avoue convaincu par le livre du canoniste: « Les doutes soulevés avaient suscité en moi quelques interrogations. Parmi celles-ci, l’idée que la doctrine était blessée. En fait, non : avec ce texte, le cardinal (Coccopalmerio) explique sous une forme didactique très pénétrante que la doctrine n’est pas touchée mais en même temps, les personnes blessées sont filles de l’Église qui s’ouvre comme une mère ».

La question de la conversion

images-1.jpegPour sa part, Mgr Gronchi montre, au micro de Radio Vatican, comment le card. Coccopalmiero aide à comprendre ce que le pape a écrit dans Amoris laetitia et qu’il existe des conditions sérieuses pour l’éventuel accès aux sacrements de baptisés mariés à l’Eglise puis divorcés et remariés : « Les choses « en plus » que dit le cardinal se trouvent page 27 et page 29 du livret.

Ce sont exactement : « … l’Église pourrait donc admettre à la Pénitence et à l’Eucharistie les fidèles qui se trouvent dans une union non légitime, mais qui remplissent deux conditions essentielles : ils désirent changer de situation mais ils ne peuvent pas réaliser leur désir ». Et page 29 : « … cette intention est exactement l’élément théologique qui permet l’absolution et l’accès à l’Eucharistie, toujours, nous le répétons, en présence de l’impossibilité de changer immédiatement la situation de péché ». Ce sont les expressions avec lesquelles le cardinal fait un pas d’interprétation dans la ligne de l’exhortation. »

Il précise : « Ici, changer est compris comme le désir de conversion. Il ne précise pas si cela signifie revenir à la situation précédente, en commettant peut-être une nouvelle faute, cela, le cardinal le dit ; il ne précise pas si cela veut dire chercher à s’abstenir des relations conjugales, comme indiqué dans Familiaris Consortio au numéro 84. Il est question de conversion. Et par conséquent, l’intention d’être plus conformes au Christ rend légitime, parce que c’est l’intention, l’accès à la grâce sanctifiante des sacrements. Cela ne contredit pas la doctrine du repentir, ni non plus la doctrine de la grâce sanctifiante. Ce sont les expressions du cardinal. »

Hôpital de campagne et sécurité de doctrine

Pour lui, « Accompagner, discerner et intégrer la fragilité » pourrait constituer un modèle culturel pour la société « … et aussi pour la politique. Que signifie, pour une communauté civile, sociale, politique, prendre en charge les situations de plus grande fragilité ? Je pense aux immigrés, aux pauvres, aux personnes handicapées, aux personnes socialement exclues… c’est le devoir de toute société, de la politique, de l’Église. Pensons à ce que cela signifie pour l’économie, pour les relations internationales, etc. »

Il affirme aussi que l’Église comme « hôpital de campagne » mais qui n’est pas une alternative à la sécurité de la doctrine traditionnelle… « parce que l’Église a toujours été le refuge des pécheurs : « Je ne suis pas venu pour juger mais pour donner la vie ». Il faut comprendre si Jésus est considéré absolument comme le centre, et si sa mort et sa résurrection sont le centre de la doctrine autour desquelles les aspects doctrinaux s’organisent selon une hiérarchie de vérité, ou si nous mettons au centre un aspect quelconque qui, au contraire, est à la périphérie.

Le pape met très souvent en évidence l’importance des périphéries quand il s’agit de situations de marginalité. Par conséquent, il invite à un décentrement. Mais il est intéressant que parfois, ce discours vaut aussi en sens inverse : il y a certaines périphéries doctrinales qui se font mettre au centre, en oubliant que le centre est Jésus. »

Zenit : avec une traduction de Constance Roques

samedi, 11 février 2017

Le Pape émérite Benoît XVI: "nous le sentons donc comme une présence qui nous accompagne, qui nous réconforte, qui nous rassérène"

Le Pape émérite Benoît XVI: "nous le sentons donc comme une présence qui nous accompagne, qui nous réconforte, qui nous rassérène"

(Unknown.jpegRadio Vatican) Il y a quatre ans, Benoît XVI annonçait à la surprise générale qu’il renonçait au trône de Pierre. C’était le 11 février 2013. Depuis, le pape émérite vit retiré dans le monastère Mater Ecclesiae dans les jardins du Vatican.

A cette occasion, Radio Vatican a interrogé celui qui fut son porte-parole pendant plusieurs années, le père Federico Lombardi, ancien directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège et actuellement président de la Fondation vaticane Joseph Ratzinger-Benoît XVI.

Benoît XVI vit « son service d’accompagnement dans la prière de la vie de l’Église et de solidarité avec son successeur » « dans la prière, en retrait, d’un point de vue spirituel et avec une discrétion extrême », explique le père Lombardi.

Concernant la santé du pape émérite, le père Lombardi, qui a l’occasion de le rencontrer assez souvent, confie qu’il l’a trouvé « parfait du point de vue de la lucidité, de la présence spirituelle, mentale ». « C’est un vrai plaisir d’être avec lui », ajoute-t-il, reconnaissant que ses « forces physiques s’affaiblissent un peu ». Mais, rassure-t-il, « il est sur pied, il peut marcher chez lui ». « C’est une personne âgée devenue un peu plus fragile avec le temps mais qui est parfaitement présente et qu’il est très agréable de rencontrer ».

Dieu au centre

Depuis quatre ans, Benoît XVI vit « dans la prière », avec « Dieu au centre, la foi comme sens de notre vie », « ce sens de la proximité de la rencontre avec Dieu, sa façon de vivre le vieil âge comme un temps de préparation et de familiarisation avec le Seigneur que l’on se prépare à rencontrer ».

images.jpegLe père Lombardi estime qu’il s’agit là d’un « très beau témoignage ». « Je crois que c’est vraiment très d’avoir le pape émérite qui prie pour l’Église, pour son successeur. Il est une présence que nous ressentons, nous savons qu’il est là même si nous le voyons pas souvent, et nous sommes tous très contents quand nous le voyons parce que nous l’aimons tous. Nous le sentons donc comme une présence qui nous accompagne, qui nous réconforte, qui nous rassérène ».

Concernant ses relations avec le Pape François, le père Lombardi souligne que Benoît XVI respecte parfaitement ce qu’il avait dit avant le conclave : « obéissance » et « respect ». L’ancien directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège explique aussi que François « sent certainement le soutien de cette présence et de cette prière », cultivant cette relation par des visites, des coups de fil, et certainement avec de nombreux signes de familiarité, de respect et d’attente d’un soutien spirituel.

Le père Lombardi reconnait que l’on vit « une réalité inédite » mais « belle » et « consolante ». « Quand on voit des images du Pape François et de son prédécesseur ensemble, c’est une grande joie pour tous, c’est une bel exemple d’union dans l’Église, dans la variété des conditions ». (XS)

Medjugorje: le Pape François nomme un envoyé spécial

Medjugorje et Pape François : « La mission de l’envoyé spécial est un signe d’attention du Saint-Père envers les pèlerins. Le but n’est pas pour enquêter sur les apparitions, uniquement une mission pastorale ». 

Medjugorje: le Pape François nomme un envoyé spécial

images.jpeg(Radio Vatican) Le Pape François a nommé ce samedi 11 février 2017 Mgr Henryk Hoser, S.A.C., archevêque-évêque de Varsovie-Praga, en Pologne, envoyé spécial du Saint-Siège pour Medjugorje, en Bosnie-Herzégovine.

Sa mission, précise un communiqué de la Salle de Presse du Saint-Siège, est d’acquérir des connaissances plus approfondies de la situation pastorale de cette réalité, et surtout, des exigences des fidèles qui se rendent en pèlerinage, et, à partir de cela, suggérer des initiatives pastorales pour le futur. Cette mission aura donc un caractère exclusivement pastoral et s’achèvera avant l’été prochain.

Répondant aux questions des journalistes, le directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège, a précisé que Mgr Hoser n’aura pas à traiter des apparitions mariales qui sont de la compétence de la Congrégation pour la doctrine de la foi. « La mission de l’envoyé spécial est un signe d’attention du Saint-Père envers les pèlerins. Le but n’est pas inquisitorial mais seulement pastoral », a déclaré Greg Burke.

Mgr Hoser sera en contact avec l’évêque diocésain, les frères mineurs franciscains qui gèrent la paroisse de Medjugorje et les fidèles du lieu.

(XS)

Le Pape François n'est pas en faveur des apparitions 

Fronde minoritaire contre le Pape François: affiches,faux Osservatore Romano et vidéo Hôtel Sancta Marthae (California)

Fronde minoritaire contre le Pape François: affiches,faux Osservatore Romano et vidéo Hôtel Sancta Marthae (California)

Au Vatican, Olivier Bonnel

osservatorefake.jpgLa typographie est exactement la même, caractéristique du quotidien du Saint-Siège, avec ses armes pontificales.

En Une cette exclamation : « Il a répondu ! ». Il, c’est le pape François bien sûr, que certains détracteurs accusent de vouloir ignorer les quatre cardinaux qui, dans une lettre rendue publique en novembre dernier ont fait part de leurs « doutes » quant à la ligne doctrinal du souverain pontife sur la famille.

En langage canonique, ces doutes, les « dubia » sont des questions formelles qui exigent de répondre par « oui » ou bien par « non ».

Or dans cette édition pirate, le pape y répond par oui et non, rendant sa parole peu crédible. Les auteurs de ce faux n’épargnent pas non plus plusieurs proches du pape François qui plaident pour une ligne d’ouverture au monde.

Si cette version du journal ne s’est pas retrouvée dans les kiosques, ce nouvel épisode montre que les ennemis du pape argentin sont prêts à tout pour le discréditer. La gendarmerie vaticane a ouvert une enquête pour débusquer les mystérieux faussaires.

 

vendredi, 10 février 2017

"François, seul contre tous": interview du journaliste suisse Arnaud Bédat

16359079_10154923564137673_1499217722_n.jpg

Dans l'avion avec François, vers l'Arménie en 2016. @Arnaud Bédat

"François, seul contre tous": interview du journaliste suisse Arnaud Bédat

- Arnaud Bédat, après votre premier livre "François l'Argentin" vous sortez ce nouvel ouvrage "François, seul contre tous". Donnez-nous d'abord des nouvelles de votre premier écrit ? Par ailleurs, y a-t-il un lien entre les deux ? 

Unknown-1.jpeg« François l’Argentin », qui a eu une belle vie éditoriale et de belles traductions, était un espèce de « road movie » à travers Buenos Aires, où le lecteur cheminait dans des endroits forts marqués de la présence de Jorge Mario Bergoglio et de rencontres avec les amis et proches du pape. C’était un bouquin finalement très argentin, avec ses odeurs, ses couleurs, un espèce de long reportage sur 200 pages sur les traces d’un homme pas comme les autres. Le Vatican passait au second plan.

Ce nouvel ouvrage, lui, est différent : on retrouve certes, évidemment, certains intervenants de « François l’Argentin », mais les témoignages sont remis en perspective, replacés dans le contexte, et complétés par de nombreux autres. Et puis, surtout, ce nouveau livre aborde les quatre premières années à Rome, ce que le premier livre ne faisait pas, mêlant intrigues et complots en tous genre. Je dis souvent en rigolant que c’est un peu mon « Da Vinci Pope ». C’est une blague, évidemment, très bergoglienne, qui ne serait sans doute pas pour lui déplaire, lui qui adore les blagues. Mon récit n’est évidemment ni imaginaire ni romancé, tout ce que je rapporte est vrai et vérifié.

C’est un livre de journaliste de terrain, allant à toutes les sources, interrogeant, cherchant, recoupant… Il n’était pas question d’écrire un énième livre sur le pape, mais d’avoir des sources originales, à travers des dizaines d’interlocuteurs, dont certains n’avaient jamais parlé, des documents inédits ou très peu connus, comme certaines de ses homélies argentines...


- Pourquoi avoir choisi ce titre " François seul contre tous. Enquête sur un Pape en danger" ? L'impression médiatique largement majoritaire reste tout de même fort positive. Avec cette popularité exceptionnelle et cette médiatisation hors du commun, comment imaginer qu'il pourrait être en danger ? 

Il faut d’abord bien sûr comprendre « seul contre tous au Vatican ». Mais avec des ennemis très aguerris. Qu’on retrouve pour la plupart dans cette Curie romaine (où il y a aussi des gens formidables, il faut le préciser!) dont il connaissait mal le fonctionnement en arrivant à Rome.

Unknown.jpeg

Des luttes de pouvoir, d’influence, entre conservateurs gardiens de la doctrine, pas vraiment ouverts à « une Eglise pour tous », et les réformateurs, plus ouverts, prêts à suivre le pape dans ses inlassables combats, contre la pauvreté dans le monde et toutes les injustices – mais ils sont plutôt rares et jouent parfois un double-jeu. François regarde le monde comme un Argentin, cette évidence n’est jamais mis en avant. Vous ne pouvez comprendre le pape François si vous ne plongez pas dans son parcours à Buenos Aires et n’avez compris tous les événements auxquels il a été confronté et comment il les a traversés.

C’est un homme qui s’est toujours battu. Son passé explique le présent et donne les clés du futur. Il n’a pas changé en arrivant à Rome, il le dit lui même. Et mon livre dresse enfin l’état des lieux des menaces, nombreuses, qui pèsent sur lui. Non seulement à l’intérieur du Vatican mais aussi à l’extérieur, bien évidemment. Je vous rappelle qu’il a quand même notamment échappé de peu à un attentat aux Philippines, déjoué quelques heures seulement avant son arrivée...




- Vous avez pu monter à bord l'avion papal. Vous êtes même le journaliste suisse le plus proche de François, et vous connaissez sa famille, ses amis en Argentine. Comment pourriez-vous décrire sa personnalité ? 

C’est un homme terriblement attachant. Avec un charisme fort, une vraie profondeur et une belle lumière dans le regard, une simplicité qui n’est pas feinte. Je mesure la chance que j’ai eu de pouvoir l’approcher, notamment durant des voyages pontificaux, sans être bien évidemment intime avec lui, mais je suis déjà tellement heureux quand il me reconnaît ! Vous savez, il est vraiment ce qu’il montre.


- François décline la Miséricorde dans toute son ampleur. Il dégage une forte impression de bonté, de tendresse  et de pardon. Peut-il toutefois se montrer ferme dans ses décisions, voir dur dans son gouvernement ? 

Il peut être d’une très grande dureté, il tranche dans le vif, il peut limoger quelqu’un sans ménagement, comme il l’a fait par exemple avec Daniel Anrig, le commandant de la Garde suisse, à la fin de 2014… C’est aussi un leader, qui donne des ordres et qui, comme un chef d’entreprise, surveille que le travail soit bien fait. Et sur le plan mondial, devant des chefs d’Etat, si besoin est, il n’a pas la langue dans sa poche non plus. Il peut dire clairement les choses dans l’intimité des conversations privées. En public, il peut montrer des signes d’irritation manifestes, aussi, parfois, mais il faut bien l’observer pour s’en rendre compte.



- Bertrand Piccard, dont vous avez couvert les exploits, évoquait comme "une main invisible", certes positive, qui le guidait providentiellement dans son tour du monde en ballon. Derrière les lumières des caméras, des flashs  et des smartphones, quelles seraient les oppositions qui empêcheraient François d'atteindre son but ? François est-il vraiment si seul ? Qui se cacheraient derrière ces tous ? 

C’est un pape qui dérange, pour reprendre le titre de mon excellente consoeur Virginie Riva, d’Europe 1, qui publie elle aussi un livre qu’il faut lire (aux éditions de l’Atelier) ! Donc, un pontife qui nourrit des rancoeurs, des haines, des jalousies féroces. Quand vous dérangez, on va tenter de vous dénigrer, vous diffamer, vous marginaliser, vous mettre la tête sous l’eau, vous faire disparaître d’une manière ou d’une autre. C’est exactement ce qui lui arrive.

On n’hésite pas à répandre les pires calomnies, à faire circuler des rumeurs, à monter des opérations de nuisance contre lui. Les ennemis ne relâchent jamais la garde…


- Honnêtement, rien ne vous prédestinait à couvrir l'actualité du Vatican. Greg Burke, le directeur actuel de la salle de presse du Saint-Siège, disait franchement que ce Pape pouvait changer nos vies. Au plus profond de vous-même, qu'est-ce qui a déclenché cette enquête ? 

De fait, il a un peu changé la mienne aussi ! En tout cas pour quelques années. Oui, vous avez raison, rien ne m’y prédestinait.

Tout a commencé le 13 mars 2013, sur la place St-Pierre de Rome, après l’apparition du pape au balcon. Le soir même, mon journal, L’Illustré, me demandait de partir pour Buenos Aires. Et après, le virus m’a pris… De solides amitiés se sont nouées en Argentine. Notamment avec Maria Elena, la sœur du pape, un petit bout de femme pour laquelle j’ai beaucoup d’affection et une énorme tendresse. Et, puis, ce pape est passionnant, impossible de laisser tomber. Il nous surprend presque chaque jour !



4147230202.jpg

Pas des chocolats suisses, mais argentins confesse Arnaud Bédat: "Il m'a reconnu tout de suite. C'était, comment dire, un peu hors du temps... Pourquoi rit-il de si bon cœur? Je lui ai offert des chocolats au dulce de leche venus en droite ligne de sa chocolaterie préférée de Buenos Aires. Il a vu le papier du confiseur, il a compris tout de suite et est parti d'un énorme éclat de rire. Paraît-il même qu'il s'en serait régalé durant le reste du vol..." 

- Dernière question: que peut-on souhaiter pour votre livre et pour vous ? 

Que le livre rencontre ses lecteurs. Et pour son auteur, d’être lu et apprécié par le plus grand nombre.

16229620_10154891269112673_1290377096_o.jpg

En décembre 1983 à Quito, en Equateur, lors de la Course autour du monde, avec le premier cardinal jésuite sud américain Mgr Pablo Muñoz Vega (1903-1994), créé cardinal par Paul VI en 1969 avec le titre de San Roberto Bellarmino, église dont héritera donc des années plus tard le cardinal Bergoglio. @Arnaud Bédat

Liens:  Jura Pastoral  - Interview express

30261.jpg

Pardonnez-moi

Dimanche prochain 12 février, Arnaud Bédat sera l'invité de Darius Rochebin "Pardonnez-moi" RTS 1

   

Déplacement de l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem ? Le Pape François actif pour la paix

Mahmoud_Abbas_September_2014.jpgDéplacement de l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem ? Le Pape François actif pour la paix

La diplomatie vaticane est très active pour la paix mondiale.

(source) Dans une lettre, Mahmoud Abbas, président de l'Etat palestinien, a exprimé sa profonde gratitude au pape François au sujet de la déclaration de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, missive qui exhorte le Département d'Etat américain de ne pas déplacer l'ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

L'évêque Oscar Cantú de Las Cruces, président de la Commission de la Justice et de la Paix Internationale de l'Eglise catholique des Etats-Unis, aurait appelé le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson afin de ne pas déménager l'ambassade américaine en Israël à Jérusalem.

"Le déplacement de l'ambassade à Jérusalem équivaut à reconnaître Jérusalem comme la capitale indivise d'Israël", a déclaré Mgr Cantú dans une lettre à Tillerson. «Le déplacement de l'ambassade à Jérusalem éroderait l'engagement des États-Unis à une solution à deux États et constitue une menace pour la paix et la fin des conflits».

«L'expansion des colonies, la confiscation des terres et la construction du mur de séparation sur les terres palestiniennes violent le droit international et sapent une solution diplomatique», a ajouté l'évêque Cantù, en rappelant les souffrances des chrétiens touchés par le mur dans la vallée de Cremisan, près de Bethléem.

Dans sa lettre au pape François, Abbas a remercié le Saint-Siège «pour ses efforts et son travail pour la paix».

 

 

jeudi, 09 février 2017

Marion Maréchal-Le Pen: "je suis désarçonnée par le Pape François"

Marion Maréchal-Le Pen: "je suis désarçonnée par le Pape François"


Marion Maréchal-Le Pen - Laïcité : opposition à... par KTOTV

Évoquant l’immigration elle redit qu’elle fait une différence entre la charité individuelle qui s’impose à tout chrétien, et la charité politique.

images.jpeg« Je dois d’abord la charité à ma famille et à mes compatriotes et je ne vois pas ce qui spirituellement m’interdit de développer mes idées et je suis comme beaucoup de chrétiens désarçonnée par les initiatives du Pape François, avec des choses contradictoires dans les discours et les gestes.

Le pape est un guide spirituel, je ne suis pas sûre qu’il soit là pour faire de la politique. »

La Croix

N.B. Le Pape, avec toute l'Eglise, qui ne font pas de politique, nourrissent la réflexion des hommes et des femmes politiques avec l'enseignement social de l'Eglise. L'Eglise a simplement un autre rôle que celui de l'Etat. Pourtant, ils servent les mêmes personnes. 

Lien: Aleteia

Le Pape François n'est pas pour Medjugorje

"Pas la Madone chef d’un bureau postal qui chaque jour envoie une lettre"

Pape François

 

Le Pape François n'est pas pour Medjugorje

Unknown.jpegL’Osservatore Romano a publié ce 9 février 2017 un dialogue à bâtons rompus du pape François avec des religieux, datant du 25 novembre dernier et retranscrit par la revue Civiltà Cattolica à l’occasion de son 4000e numéro. 

Piété mariale

... C’est vrai que l’Amérique latine est très mariale, et cela me semble une très bonne chose.

Mais si c’est la vraie Madone! Pas la Madone chef d’un bureau postal qui chaque jour envoie une lettre en disant: ‘Mes fils, faites-ceci et puis le jour suivant faites autre chose’. La vraie Madone est celle qui engendre Jésus dans notre cœur, qui est une mère. Cette mode de la Madone superstar, comme une protagoniste qui se met elle-même au centre, n’est pas catholique.

I.Media: la sagesse du Pape délivrée aux religieux

images-1.jpeg- Quelle est la source de ma tranquillité? Non je ne prends pas de tranquillisants! Les Italiens délivrent un très bon conseil: pour vivre en paix, il faut un sain ‘je-m’en-foutisme’.

- Pédophilie: soyons clairs: c’est une maladie. Si nous ne sommes pas convaincus que c’est une maladie, le problème ne pourra pas bien être résolu.

- Quand on me dit qu’il y a une congrégation qui attire beaucoup de vocations, je l’avoue, cela me préoccupe.

- Il y a de la corruption au Vatican. Mais je suis en paix. S’il y a un problème, j’écris un billet à saint Joseph et je le mets sous la statue que j’ai dans ma chambre.

Radio Vatican - Article complet Zenit

"L'Evangile doit être pris sans calmant", affirme le pape aux religieux

09.02.2017 par I.MEDIA

images.jpegL’Osservatore Romano a publié le 9 février 2017 un dialogue à bâtons rompus du pape François avec des religieux, datant du 25 novembre dernier et retranscrit par la revue Civiltà Cattolica à l’occasion de son 4000e numéro. Le Souverain pontife s’y exprime notamment sur la vie religieuse, l’appelant à une certaine radicalité dans la perspective du prochain synode sur les jeunes et les vocations.

Extraits.

Personnellement j’ai beaucoup à cœur le thème du discernement. (…) Actuellement un des plus grands problèmes que nous avons concerne la formation sacerdotale. Dans cette formation nous sommes habitués aux formules, aux blancs ou aux noirs, mais pas aux gris de la vie. (…) Nous devons croître dans le discernement. La logique du blanc ou noir peut porter à l’abstraction casuistique. En revanche le discernement consiste à avancer en avant dans le gris de la vie selon la volonté de Dieu. Et la volonté de Dieu se recherche selon la vraie doctrine de l’Evangile et non dans le fixisme d’une doctrine abstraite.

“Quand on me dit qu’il y a une congrégation qui attire beaucoup de vocations, je l’avoue, cela me préoccupe.”

Baisse des vocations

Il est vrai qu’il y a une diminution des forces vives de la vie religieuse en Occident. C’est certainement lié au problème démographique. Mais il est vrai aussi que parfois la pastorale vocationnelle ne répond pas aux attentes des jeunes. Le prochain Synode nous donnera une idée. La diminution de la vie religieuse en Occident me préoccupe.

Jeunes communautés religieuses

Une autre chose me préoccupe: l’apparition de plusieurs instituts religieux qui soulèvent quelques préoccupations. Je ne dis pas qu’il ne faut pas créer de nouveaux instituts! Absolument pas. Mais dans certaines maisons, je m’interroge sur ce qu’il s’y passe. Certaines d’entre elles semblent proposer de grandes nouveautés et exprimer une grande force apostolique, elles croissent puis… s’effondrent. Parfois l’on découvre même que s’y déroulaient des scandales.

“Il n’y a pas besoin de devenir cardinal pour se croire prince!”

Je vois qu’il existe des petites fondations vraiment bonnes et sérieuses (…) parfois elles sont accompagnées par des groupes d’évêques qui garantissent leur croissance. Mais d’autres naissent non pas du charisme de l’Esprit Saint mais d’un charisme humain, d’une personne charismatique (…) qui fascine.

Quand on me dit qu’il y a une congrégation qui attire beaucoup de vocations, je l’avoue, cela me préoccupe. L’Esprit ne fonctionne pas avec la logique humaine du succès. On me dit qu’elle est constituée de nombreux jeunes prêts à tout, qui prient beaucoup et qui sont très fidèles. Alors je me dis: très bien, nous verrons si le Seigneur y est!

Piété mariale

Ce n’est pas moi qui ait choisi les thèmes mariaux pour les prochaines trois Journées mondiales [de la jeunesse]! C’est de l’Amérique latine qu’est venue cette demande d’une forte présence mariale. C’est vrai que l’Amérique latine est très mariale, et cela me semble une très bonne chose. Mais si c’est la vraie Madone! Pas la Madone chef d’un bureau postal qui chaque jour envoie une lettre en disant: ‘Mes fils, faites-ceci et puis le jour suivant faites autre chose’. La vraie Madone est celle qui engendre Jésus dans notre cœur, qui est une mère. Cette mode de la Madone superstar, comme une protagoniste qui se met elle-même au centre, n’est pas catholique.

Radicalité

Etre radical dans le caractère prophétique. Cela m’importe tant. (…) L’Evangile doit être pris sans calmant. Ainsi ont fait nos fondateurs. Nous devons trouver la radicalité de la prophétie chez nos fondateurs. Ils nous rappellent que nous sommes appelés à sortir de notre zone de confort et de sécurité, de tout ce qui est mondanité: dans notre mode de vie, mais aussi dans le fait de trouver des voies nouvelles pour nos instituts.

Cilice

Même l’ascèse peut être mondaine. Alors qu’elle doit être prophétique. Quand je suis entré au noviciat des jésuites, on m’a donné un cilice. D’accord pour le cilice aussi, mais attention: il ne doit pas m’aider à prouver que je suis courageux et fort. La vraie ascèse doit me rendre plus libre.

“Ce sont les pauvres qui unissent les chrétiens divisés!”

Je crois que le jeûne est une chose qui conserve son actualité: mais comment faire le jeûne? Simplement en ne mangeant pas? Sainte Thérèse [de l’Enfant-Jésus] avait aussi une autre façon de faire: elle ne disait jamais ce qui ne lui plaisait pas. Elle ne se lamentait jamais et prenait tout ce qu’on lui donnait. C’est une ascèse quotidienne, petite, qui est une mortification constante.

Vie religieuse

Le climat mondain et princier entre dans l’Eglise, et les religieux peuvent contribuer à détruire ce climat néfaste. Il n’y a pas besoin de devenir cardinal pour se croire prince! Assez d’être cléricaux. Cela est ce qu’il y a de pire dans l’organisation de l’Eglise. Les religieux peuvent contribuer par le témoignage de la fraternité plus humble. Les religieux peuvent donner le témoignage d’un iceberg inversé, où la pointe, à savoir le sommet, la tête, est renversée, est en bas.

Abus sexuels

Il paraît que sur quatre personnes qui abusent de quelqu’un, deux ont elles-mêmes été abusées. L’abus se dissémine dans l’avenir: c’est dévastateur. Si des prêtres ou des religieux sont impliqués, il est clair que la présence du diable entre en action pour ruiner l’œuvre de Jésus à travers celui qui devait annoncer Jésus.

Soyons clairs: c’est une maladie. Si nous ne sommes pas convaincus que c’est une maladie, le problème ne pourra pas bien être résolu. Donc, attention à ne pas recevoir en formation des candidats à la vie religieuse sans s’assurer de leur maturité affective adéquate. Par exemple: ne jamais recevoir dans la vie religieuse ou dans un diocèse, des candidats qui ont été rejetés par un autre séminaire sans demander des informations claires et détaillées sur les motifs de ce rejet.

Tranquillité

Quelle est la source de ma tranquillité? Non je ne prends pas de tranquillisants! Les Italiens délivrent un très bon conseil: pour vivre en paix, il faut un sain ‘je-m’en-foutisme’. Je n’ai pas de problème à dire que ce que je vis est une expérience complètement nouvelle. A Buenos-Aires, j’étais plus anxieux, je l’admets. (…) J’ai eu une expérience très particulière de paix profonde à partir du moment où j’ai été élu. (…) Je ne peux pas l’expliquer.

Lors des Congrégations générales, on entendait parler des problèmes du Vatican, des réformes. Tous les réclamaient. Il y a de la corruption au Vatican. Mais je suis en paix. S’il y a un problème, j’écris un billet à saint Joseph et je le mets sous la statue que j’ai dans ma chambre. Il est représenté en train de dormir. Maintenant, il dort sur un matelas de billets!

Pauvreté

C’est précisément dans le service de la charité qu’il est possible de trouver un terrain adéquat pour le dialogue œcuménique: ce sont les pauvres qui unissent les chrétiens divisés!

(cath.ch/imedia/pp)

Fribourg: Hemmer lance Theodia, un coup de pouce pour une messe sous la main

Fribourg: Hemmer lance Theodia, un coup de pouce pour une messe sous la main

05426847-photo-apple5.jpg

Lien

Theo renvoie à Dieu et dia à media, agenda ou Wikipedia.

Theodia: la Messe ou les offices sur notre smartphone ...

Dans notre société hyper-connectée, tout est à portée de main. Le monde est dans la paume de notre main, sur notre smartphone: factures, comptes bancaires, paiements, informations, Facebook, réservation des billets d'avion, whatsapp  .. 

images.jpegAvec le GPS, la bonne vieille carte n'est plus d'actualité.  Ce site nous localise la messe la plus proche sur notre écran (heure, lieu) grâce à Googlemap. 

Nous pouvons surfer avec le pouce ou le doigt sur notre écran, sur notre carte à la recherche des messes, des offices. 

Dans le tourbillon de la vie quotidienne, qui n'a pas subitement pensé: mince ! c'est dimanche après-midi, où puis-je trouver, encore, une messe ? 

Theodia, deux en un: la messe et le smartphone.

Theodia est un programme gratuit de gestion des offices religieux catholiques. Il est mis à disposition des paroisses pour la gestion des horaires des messes.

Theodia est gratuit. Une formation spécifique des collaborateurs chargés de l'insertion des données est requise afin de garantir la "propreté" des données.

Toutes les paroisses peuvent faire une demande d’inscription via le formulaire

csm_theodia_a816e6d495.jpg

Avec Theodia, géolocalisez les messes

 

lundi, 06 février 2017

Ces affiches contre le Pape François sont plutôt l'oeuvre du diable

16473142_10211664163669022_4111915575772716020_n.jpg

Ces affiches sont l'œuvre du diable ! Card Ouellet

"Eh/ohé François, t’as mis sous tutelle des congrégations, démis des prêtres, décapité l’ordre de Malte et les Franciscains de l’Immaculée, ignoré des Cardinaux, mais où est-elle ta miséricorde ?"

Des dizaines de manifestes sauvages accusant le pape François ont en effet été placardées dans le centre de la ville de Rome. Ces affiches, anonymes, critiquent les dernières réformes du souverain pontife. Elles pourraient venir de la frange la plus traditionaliste de l’Eglise catholique. Le Pape a pris cela avec un grand calme et un profond détachement. 

16406435_10211663131603221_293988234533250867_n.jpgCardinal Ouellet: "Ces méthodes des affiches anonymes sont plutôt une œuvre du diable qui veut nous diviser. Ce ne sont pas des moyens que nous devons utiliser dans la vie de l'Eglise.

“Stanze Vaticane” sur TgCom24, avec Fabio Marchese Ragona

Le prochain livre d'enquête du journaliste suisse  Arnaud Bédat sera d'autant plus intéressant à lire. 

Le livre d'Arnaud Bédat "François seul contre tous" sort le 8 février

 

commander : Payot

3342091311.75.jpeg

Interview sur cath.ch

vendredi, 03 février 2017

La joie de l'Amour du Pape François, impossible à interpréter ? La conscience comme source d'interprétation

La joie de l'Amour du Pape François, impossible à interpréter ?

La focalisation des synodes de la famille autour de la question de la communion des personnes divorcées remariées est un piège. François l'a toujours dit. Cependant, force est de constater que la réception de l’exhortation apostolique post-synodale « La joie de l’Amour » ou "Amoris Laetitia " (AL) se réduit eccléisalement et médiatiquement à cette question. 

Unknown.jpeg

Des conférences épiscopales (d’Argentine, de Malte, d’Allemagne … ) émettent des normes qui semblent parfois contredire les propos authentiques du Pape. Le Cardinal Müller, préfet pour la congrégation de la foi, a tout récemment répondu à ces décisions épiscopales dans une revue. Sa prise de position a été reprise par l'agence romaine I.Media.

Avec le filtre médiatique qui présente François comme un Pape de rupture et le déferlement de propos contradictoires entre cardinaux, la confusion est grande. Certains la sème largement sur internet.

Honnêtement, nous ne savons parfois plus trop ce qu'il faut penser. Aurions-nous rien appris de Saint Jean-Paul II puis de Benoît XVI ? Leur brillant pontificat nous laisse un héritage lumineux, notamment sur la conscience. 

Unknown.jpegFrançois engendrerait la confusion ? « son texte sur la famille n'est qu'une méditation personnelle, qui n'engage pas l'Eglise » pensent les uns. « Le Pape a enfin abattu le mur d'intolérance d'une Eglise fermée et rétrograde » affirment les autres.

L'élection du Pape François peut-être faussement vue comme une revanche des déçus du Pape Benoît XVI, afin de renverser sa théologie conservatrice. Une erreur funeste.  

Pas facile d'aller à la source de la pensée du Saint-Père, tant chacun semble jouer sa propre partition, sans se préoccuper d'une vision d’ensemble.

En prenant la conscience comme clé de lecture, comme fil rouge, essayons d'y voir plus clair. 

Tout d’abord AL ne sort pas du néant. Ce document magistral, cette mine pastorale s’inscrit dans le riche patrimoine de l’Eglise. Un document à lire et à relire ! Les Ecritures ne sont pas toujours très claire et pourtant il s'agit de la Parole de Dieu. Le Magistère de l'Eglise nous donne les moyens d'une authentique interprétation. Ce sont plutôt les différentes herméneutiques qui portent à la confusion. 

Le blog italien « Come Gesù » tente d’énumérer une liste des différentes interprétations d'AL. Il discerne quatre groupes:

- le premier est, d’une manière assez nette, contraire à AL: les représentants les plus extrêmes soutiennent, bien que le Pape dise le contraire, qu’en réalité il désire changer l’enseignement de l’Eglise. Selon eux, en pratique, la vraie indissolubilité n’existe plus. Ce ne sont pas seulement les tenants de Mgr Lefebvre qui soutienne cette position, mais différents catholiques rigoristes qui, pour ne pas tomber dans le paradoxe de devoir dire que le Pape est hérétique, tentent de soutenir qu’AL n’a pas le rang d’un texte du Magistère. Les dubia des quatre cardinaux, dont le Cardinal Burke, se rangent dans ce premier groupe.

- un second groupe se limite à offrir des discours généraux qui applaudissent l’exhortation papale ou des synthèses du document et qui pointent du doigt certains aspects sans toutefois entrer dans le chapitre VIII (accompagner, discerner, intégrer -situations irrégulières)

- un troisième groupe est simplement enthousiaste de la nouveauté et dit substantiellement: il y a des années que nous donnons la communion aux personnes divorcées remariées, et donc finalement le Pape également dit que cela peut se faire.

- un quatrième groupe, toutefois moins nombreux, souligne avec des arguments difficiles et bien réfléchis que le Pape ne change pas la doctrine sur le mariage, mais change l’attitude pastorale: cela concerne le fameux « discernement », ou encore mieux la vision du cas par cas qui cherche à intégrer les personnes dans la communion avec Jésus.

Je me range dans le quatrième groupe avec la conviction que la conscience joue un rôle clé pour une juste compréhension du texte papal. La conscience est au coeur du débat et oriente l’interprétation d’AL.

Cette agitation et cette confusion médiatique provient de différentes conceptions de la conscience. Ces dernières restent malheureusement l’une des causes d’un schisme interne à l’Eglise, comme le démontre le refus de la liberté religieuse définit par le Concile Vatican II.

Cheminer pour prendre conscience de notre situation devant Dieu

La loi de la gradualité, déjà présente dans l’encyclique sur la morale de Saint Jean Paul II, est développée et approfondie par le Pape François. Cette itinéraire, cette prise de conscience procèdent par petits pas. François précise bien : « Il s’agit d’un itinéraire d’accompagnement et de discernement qui « oriente ces fidèles à la prise de conscience de leur situation devant Dieu. Le colloque avec le prêtre, dans le for interne, concourt à la formation d’un jugement correct sur ce qui entrave la possibilité d’une participation plus entière à la vie de l’Église et sur les étapes à accomplir pour la favoriser et la faire grandir. Étant donné que, dans la loi elle-même, il n’y a pas de gradualité (cf. Familiaris consortio , n. 34) ».

"Pour qu’il en soit ainsi, il faut garantir les conditions nécessaires d’humilité, de discrétion, d’amour de l’Église et de son enseignement, dans la recherche sincère de la volonté de Dieu et avec le désir de parvenir à y répondre de façon plus parfaite ».

Ces attitudes sont fondamentales pour éviter le grave risque de messages erronés, comme l’idée qu’un prêtre peut concéder rapidement des ‘‘exceptions’’, ou qu’il existe des personnes qui peuvent obtenir des privilèges sacramentaux en échange de faveurs. Lorsqu’on rencontre une personne responsable et discrète, qui ne prétend pas placer ses désirs au-dessus du bien commun de l’Église, et un Pasteur qui sait reconnaître la gravité de la question entre ses mains, on évite le risque qu’un discernement donné conduise à penser que l’Église entretient une double moral". (AL 300)

Ceci exprime clairement que l'enseignement moral de l'Eglise n'a pas changé. François n'est pas un Pape de rupture, mais celui qui poursuit, selon les propres mots de Benoît XVI en 2005, l'herméneutique de la réforme. 

La pédagogie du petit pas

devotion_therese_4.jpgSainte Thérèse de Lisieux est une sainte très chère au Pape François. Dans ses écrits, elle raconte son expérience en face de l’escalier de la sainteté. Elle  comprend que l'ascenseur divin viendra la chercher. Alors, elle reste petite et lève son petit pied. AL reprend en filigrane cette expérience de vie. 

Pour le Cardinal Schönborn, le mot central d'AL est la "pédagogie": « Le Pape François est jésuite, il est pédagogue, il a enseigné longtemps, il a exercé la fonction de pédagogue, et on le sent dans tout ce document. Lisez le chapitre sur l’éducation, le chapitre 5, et mettez-le en rapport avec le chapitre 8, sur comment accompagner les situations difficiles, les situations irrégulières. Et vous verrez qu’il y a une grande proximité.

Ce qu’il dit sur l’éducation de la conscience : ne pas penser que la conscience s’éduque en mettant partout des panneaux d’avertissement, mais de l’éveiller. Donc, pour moi, le terme clé de ce document, c’est l’accompagnement, c’est cette attitude pédagogique d’un père avec ses enfants, d’un maître qui accompagne des jeunes dans la croissance. D’où l’importance du mot croissance. Se réjouir des petits pas de croissance : ça, c’est tout à fait sa pédagogie ». Pour l'archevêque de Vienne, AL opère la synthèse entre Saint Thomas (la morale de vertus) et Saint Ignace de Loyola (le discernement).

Saint Augustin: "mieux vaut marcher en boitant vers la vie éternelle, que de courir adroitement vers l'enfer".

AL décline en profondeur cette pédagogie des petits pas qui nous donne de gravir les marches une par une. Ces citations d'AL montre encore une fois cette pédagogie du Pape: 

Rappelons-nous, qu’« un petit pas, au milieu de grandes limites humaines, peut être plus apprécié de Dieu que la vie extérieurement correcte de celui qui passe ses jours sans avoir à affronter d’importantes difficultés » (AL305)

Dans le livre "le nom de Dieu est Miséricorde", Andrea Tornielli raconte une jolie anecdote. Avant l'édition du livre François a demandé de changer une de ses phrases: "La médecine existe, la guérison aussi, si seulement nous faisons un petit pas vers Dieu". Après une relecture, le Pape demande à Andrea Tornielli d'écrire plutôt : " ... ou avons au moins le désir de faire ce petit pas".

Maturation personnelle, petit pas, loi de la gradualité ou plan incliné, voilà les nouveaux mots d'AL: "J’invite les fidèles qui vivent des situations compliquées, à s’approcher avec confiance de leurs pasteurs ou d’autres laïcs qui vivent dans le dévouement au Seigneur pour s’entretenir avec eux. Ils ne trouveront pas toujours en eux la confirmation de leurs propres idées ou désirs, mais sûrement, ils recevront une lumière qui leur permettra de mieux saisir ce qui leur arrive et pourront découvrir un chemin de maturation personnelle. Et j’invite les pasteurs à écouter avec affection et sérénité, avec le désir sincère d’entrer dans le cœur du drame des personnes et de comprendre leur point de vue, pour les aider à mieux vivre et à reconnaître leur place dans l’Église" (AL 312).

Le Pape François nous exhorte: ni rigorisme, ni laxisme.

Pour résoudre cet affrontement entre le laxisme et le rigorisme, le cardinal Müller préconise de lire Amoris laetitia dans son ensemble, et non pas seulement quelques “petits passages“. Une note de bas de page du chapitre VIII du document, sur les situations de couples fragiles, provoque des interprétations différentes.

Pour les tenants du rigorisme moral, la loi divine joue un unique rôle. Ils la conçoivent comme purement extérieure (la Loi de Dieu, ou  « théonomie »). De leur côté les tenants du laxisme ne veulent surtout pas de cette volonté, de cette norme extérieure à l’homme, vue comme une aliénation de la liberté. La conscience personnelle est alors conçue comme un rempart créateur qui protège contre ce totalitarisme ecclésial.

Dans son Encyclique sur la morale « Veritatis Splendor », Saint Jean-Paul II parle plutôt d'une « théonomie participée » (Veritatis Splendor n°41), une loi divine à laquelle nous participons, « car l’obéissance libre de l’homme à la Loi de Dieu implique effectivement la participation de la raison et de la volonté humaines à la sagesse et à la providence de Dieu ».

Même vision chez Benoît XVI: "le Pape n'impose rien de l'extérieur, car sans la conscience il n'y aurait pas d'Eglise. Cette dernière est un service à la conscience, qui est un organe, comme la capacité de parler qui croît et grandit lorsque quelqu'un parle à l'enfant; ainsi la conscience a besoin de quelqu'un d'extérieur à elle-même qui la motive et la rende forte et solide. L'homme est sous la protection de Dieu et le gouvernant illuminé est devenu l'Etat-tyran, de fait totalitaire …  ». Chez les grecs, Antigone résista au tyran « étatique » qui lui refusait d’ensevelir son frère.

Nous voyons ainsi  s’affronter deux tendances: les tenants de la seule Loi divine (qui conduit au rigorisme des pharisiens) et les tenants de la conscience personnelle créatrice (qui conduit au laxisme). Le Pape François ne promeut ni l’une, ni l’autre. Le Père S. Pinckaers a renouvelé l’enseignement de la morale, soit quitter la morale de la loi ou de l'obligation et redécouvrir la morale des vertus, du bonheur, celle de la somme théologique. Pour ce Père dominicain, Saint Thomas d'Aquin décrit l'homme comme étant "viator", en marche vers la vie éternelle. Saint Thomas accorde également une place centrale à la conscience. 

Vertitatis Splendor de Saint Jean-Paul II cite ainsi la sagesse de l’Ancien Testament: « Dieu a laissé l’homme à son conseil (Siracide 15,14), afin qu’il cherche sont Créateur et qu’il parviennent librement à la perfection". 

“Ceux qui parlent trop“

Le cardinal Müller remarque que “le magistère du pape est à interpréter seulement par lui, ou à travers la Congrégation pour la doctrine de la foi“. “Ce ne sont pas les évêques qui interprètent le pape“, précise-t-il, car cela constituerait une “inversion de la structure de l’Eglise catholique“.

images.jpeg

"A ceux qui parlent “trop“, le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi conseille ainsi “d’étudier d’abord la doctrine sur la papauté et l’épiscopat“. En tant que “maître de la Parole“, un évêque doit être le premier à être “bien formé“, pour ne pas risquer d’être “un aveugle qui guide d’autres aveugles“. François s'exprime également dans ce sens: «il manque souvent aux ministres ordonnés la formation adéquate pour traiter les problèmes complexes actuels des familles» (AL 202)

Le cardinal Müller précise ensuite que pour un catholique, il ne peut y avoir de contradiction entre la doctrine et la conscience personnelle : c’est “impossible“. Voyons pourquoi.

La conscience chez le Cardinal Newman: le premier vicaire du Christ

Le cardinal béatifié par Benoît XVI est sans aucun doute le plus éminent théologien de la conscience. Il lui accorde la première place, sans nullement exclure le rôle de formation de la conscience par l’Eglise. La conscience et l'Eglise sont faites pour entrer en harmonie.

Unknown.jpeg"La conscience est la messagère de Celui qui, dans le monde de la nature comme dans celui de la grâce, nous parle à travers le voile, nous instruit et nous gouverne. La conscience est le premier de tous les vicaires du Christ." (Newman, lettre au duc de Norfolk, chapitre 5)

Sa célèbre citation au Duc de Norfolk continue de faire couler beaucoup d'encre: le bienheureux écrit: "si j'étais forcé d'introduire la religion dans un toast après le dîner (ce qui, en vérité, ne me semble pas la chose la meilleure), je porterais un toast, si vous voulez, au Pape; en fait, à la conscience d'abord, puis au Pape" .

"Certainly, if I am obliged to bring religion into after-dinner toasts (which indeed does not seem quite the things) I shall drink – to the Pope, if you please, -still, to Conscience first, and to the Pope afterwards ».

Selon le Concile Vatican II (Gaudium et Spes 16), la conscience est un sanctuaire, inviolable et sacrée.

« La conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre. C’est d’une manière admirable que se découvre à la conscience cette loi qui s’accomplit dans l’amour de Dieu et du prochain. Par fidélité à la conscience, les chrétiens, unis aux autres hommes, doivent chercher ensemble la vérité et la solution juste de tant de problèmes moraux que soulèvent aussi bien la vie privée que la vie sociale.

Plus la conscience droite l’emporte, plus les personnes et les groupes s’éloignent d’une décision aveugle et tendent à se conformer aux normes objectives de la moralité. Toutefois, il arrive souvent que la conscience s’égare, par suite d’une ignorance invincible, sans perdre pour autant sa dignité. Ce que l’on ne peut dire lorsque l’homme se soucie peu de rechercher le vrai et le bien et lorsque l’habitude du péché rend peu à peu sa conscience presque aveugle.

* Pie XII, Message radioph. De conscientia christiana in iuvenibus recte efformanda, 23 mars 1952 : AAS 44, p. 271.

Un sanctuaire fait référence à une présence divine, un lieu sacrée, habité et inviolable. Dans un radio message de 1952, le Pape Pie XII fut le premier à prendre cette image de sanctuaire. Elle est reprise par le Concile Vatican II. Le lien qui existe entre la liberté de l’homme et la Loi de Dieu se noue dans le coeur de la personne, c’est à dire sa conscience morale. Nous retrouvons la thénomie participée: « au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même, mais à laquelle il est tenu d’obéir. Cette voix qui ne cesse de le presser d’aimer et d’accomplir le bien et d’éviter le mal résonne au moment opportun dans l’intimité de son coeur « Fais ceci, évite cela ». (Veritatis Spendor)

La lettre de Newman au Duc de Norfolk est une hymne à la conscience. Afin de montrer l’harmonie entre la conscience et l’Eglise, deux citations retiennent encore mon attention:

- « On ne verra jamais un pape, dans un document officiel adressé à tous les fidèles, porter atteinte à la doctrine très grave du droit d’obéir à l’autorité divine s’exprimant par la Voix de la conscience. Car en vérité c’est sur cette Voix de la conscience que l’Eglise elle-même est fondée".

- « Si le pape se prononçait contre la conscience, il se suiciderait, il ferait crouler le sol sous ses pieds. Il n’a pas d’autre mission que de proclamer la loi morale, et de confirmer “celle lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde ».

(Newman, lettre au Duc de Norfolk)

L'Eglise et la conscience sont faites pour entrer en harmonie, comme l'écho et le son. Saint Thomas d’Aquin affirme que nous sommes tenus de suivre et d'écouter notre conscience; nous devons en même temps former notre conscience. Les questions sont identiques: que dit notre conscience ? Elle est un oeil, qui n’invente pas la lumière, mais la reçoit. Nous devons aussi apprendre à nous demander: comment va notre conscience ? Elle peut être erronée, mal formée et déformée. AL tient compte de cette fragilité. Le Pape François affirme: « l’Eglise ne se substitue pas à la conscience ».

Jimimy Cricket devient la conscience de Pinocchio

Walt Disney a repris la célèbre histoire de Pinocchio de Carlo Collodi, auteur italien. Au début du film, le dialogue entre Pinocchio et Jiminy Cricket est simplement magistral, et pas du tout enfantin: « la conscience, qu’est-ce que c’est  ?" demande le pantin en bois.  « C’est cette petite voix que personne n’écoute. C’est le grand chancelier de la connaissance du bien et du mal » répond Jiminy. Par sa bénédiction, Jiminy Cricket devient la conscience de Pinnochio.

Ce dernier ira même jusqu’à lui envoyer un marteau sur la tête pour l'assommer et le faire taire. Il était agacé et voulait rester sourd à la voix de sa conscience. Nous avons parfois la même tentation avec l’Eglise: lui taper dessus afin qu’elle se la ferme ! En fait, Saint Jean-Paul II disait déjà: "ce n'est pas l'Eglise, le Pape qui interdit le mal, c'est notre conscience". 

A part Dieu et nous-même, le prêtre est le seul qui puisse avoir un accès au sanctuaire de la conscience, dans le sacrement du pardon. Personne n'y entre sans notre assentiment. Le Pape François invite justement les prêtres à donner ce pardon de Dieu. AL lève le voile sur ce fin et doux dialogue, ce colloque intérieure qui se déroule dans l'intimité de la conscience.  

L'Etat, l'Eglise, tout autre pouvoir s'arrêtent devant elle. Seul le prêtre peut entrer dans ce lieu sacrée, un sanctuaire. Une fois le pardon donné, la conscience garde son secret et se referme dans un silence absolu et sacré. Le prêtre est au service du sanctuaire de la conscience, comme il est au service de l'autel, le sanctuaire où lui seul peut entrer pour le sacrifice de la Messe. 

Sur la question de l’accès aux sacrements pour les personnes divorcées-remariées, le Cardinal allemand Müller réaffirme la doctrine traditionnelle de l’Eglise, celle contenue dans la Sainte Ecriture ainsi que dans l’exhortation Familiaris Consortio (1981) de Jean Paul II. A savoir la nécessité de vivre comme frères et sœurs pour les personnes divorcées-remariées qui souhaitent communier. “Aucun pouvoir dans le ciel ou sur terre, ni un ange, ni le pape, ni un concile, ni une loi des évêques n’a la faculté de le modifier“, précise-t-il encore.

AL et la conscience comme sanctuaire

Pour aller communier, nous sommes tous placés devant la voix de notre conscience: suis-je en état de grâce ? soit sans péché grave ou mortel ? L'Eglise discerne trois conditions pour un péché mortel: matière grave (10 commandements, dont l'adultère), pleine connaissance et plein consentement. Parfois, il n'y a "que" la matière, mais pas la pleine connaissance, d'autre fois il n'y a pas le plein consentement; un classique dans l'enseignement de l'Eglise.

Nous sommes tous dans cette situation. Cessons donc de stigmatiser certaines personnes, comme les homosexuels ou les divorcées remariées. Cette obsession ne fait pas grandir. Il y a d'autres péchés (ne pas payer ses employés, fermer son coeur aux réfugiés, calomnier son frère ...)

AL décline également l'imputabilité ou non d'une personne vivant dans une situation irrégulière: 

En ce qui concerne ces conditionnements, le Catéchisme de l’Église catholique s’exprime clairement : « L’imputabilité et la responsabilité d’une action peuvent être diminuées voire supprimées par l’ignorance, l’inadvertance, la violence, la crainte, les habitudes, les affections immodérées et d’autres facteurs psychiques ou sociaux ». Dans un autre paragraphe, il se réfère de nouveau aux circonstances qui atténuent la responsabilité morale, et mentionne, dans une gamme variée, « l’immaturité affective, […] la force des habitudes contractées, […] l’état d’angoisse ou [d’]autres facteurs psychiques ou sociaux ».

C’est pourquoi, un jugement négatif sur une situation objective n’implique pas un jugement sur l’imputabilité ou la culpabilité de la personne impliquée. Au regard de ces convictions, je considère très approprié ce que beaucoup de Pères synodaux ont voulu soutenir : « Dans des circonstances déterminées, les personnes ont beaucoup de mal à agir différemment […]. Le discernement pastoral, tout en tenant compte de la conscience correctement formée des personnes, doit prendre en charge ces situations. Les conséquences des actes accomplis ne sont pas non plus nécessairement les mêmes dans tous les cas » (AL302)

Là se pose cette épineuse question: dans une nouvelle union irrégulière, faut-il mettre en péril le "couple" qui doit rester uni pour le bien des petits enfants ? La note 329 d'AL est capitale: "dans ces situations, connaissant et acceptant la possibilité de cohabiter ‘‘comme frère et sœur’’ que l’Église leur offre, beaucoup soulignent que s’il manque certaines manifestations d’intimité « la fidélité peut courir des risques et le bien des enfants être compromis » (Conc. Œcum. Vat. II, Const. past. Gaudium et spes, sur l’Église dans le monde de ce temps, n. 51).

AL poursuit: "À cause des conditionnements ou des facteurs atténuants, il est possible que, dans une situation objective de péché – qui n’est pas subjectivement imputable ou qui ne l’est pas pleinement – l’on puisse vivre dans la grâce de Dieu, qu’on puisse aimer, et qu’on puisse également grandir dans la vie de la grâce et dans la charité, en recevant à cet effet l’aide de l’Église (AL305)"

Cette aide peut être une bénédiction, une prière, et aussi, avec la présence d'une volonté de conversion, l'aide des sacrements (l'absolution sacramentelle, qui ouvre à la communion). "Dans certains cas, il peut s’agir aussi de l’aide des sacrements. Voilà pourquoi, « aux prêtres je rappelle que le confessionnal ne doit pas être une salle de torture mais un lieu de la miséricorde du Seigneur » : Exhort. ap. Evangelii gaudium (24 novembre 2013). Je souligne (ndlr: le Pape François) également que l’Eucharistie « n’est pas un prix destiné aux parfaits, mais un généreux remède et un aliment pour les faibles " (note 351 d'AL)

Une lecture patiente, droite et attentive, replacée dans le contexte et avec les textes et citations, montre que le Pape François ne remet nullement en cause l'enseignement morale de Saint Thomas, Saint Jean-Paul, de Benoît XVI, du catéchisme de l'Eglise catholique. AL va simplement plus en profondeur dans le discernement des situations de souffrance, afin de discerner ce petit pas (Sainte Thérèse de Lisieux), l'ouverture de la porte du coeur, pour que la personne ne reste pas à terre, sans bouger, dans une situation fixée et figée, mais qu'elle puisse trouver l'aide de la grâce, parfois des sacrement (intervient alors le discernement), pour se relever et cheminer. 

"Par conséquent, un Pasteur ne peut se sentir satisfait en appliquant seulement les lois morales à ceux qui vivent des situations ‘‘irrégulières’’, comme si elles étaient des pierres qui sont lancées à la vie des personnes. C’est le cas des cœurs fermés, qui se cachent ordinairement derrière les enseignements de l’Église « pour s’asseoir sur la cathèdre de Moïse et juger, quelquefois avec supériorité et superficialité, les cas difficiles et les familles blessées » (AL305).

François le reconnaît: « nous nous comportons fréquemment comme des contrôleurs de la grâce et non comme des facilitateurs. Mais l’Église n’est pas une douane, elle est la maison paternelle où il y a de la place pour chacun avec sa vie difficile » (AL 362).

Afin d'interpréter correctement AL, le cardinal Müller affirme avec clarté que pour un catholique, il ne peut y avoir de contradiction entre cette doctrine et la conscience personnelle : c’est “impossible“. Par cette excursus sur la conscience, nous en comprenons la raison.

Par exemple, développe-t-il: “on ne peut pas dire qu’il y a des circonstances selon lesquelles un adultère ne constitue pas un péché mortel“. Car le péché mortel ne peut “coexister“ avec la grâce sanctifiante". 

Il est clair que si la personne s'installe, revendique sa situation et ne désire pas bouger, alors l'aide des sacrements sera malheureusement  impossible et inutile. Une prière et une bénédiction sont alors souhaitées, comme l'indique d'ailleurs le Pape dans son livre avec Andrea Tornielli, "le nom de Dieu est Miséricorde": 

images-1.jpeg"... ouvrez-leur les bras et soyez miséricordieux, même si vous ne pouvez pas les absoudre. Donnez-leur une bénédiction, quoi qu'il en soit. Une de mes nièces s'est mariée, civilement, avec un homme dont le précédent mariage n'avait pas encore été annulé par la justice. Ils voulaient se marier, ils s'aimaient, ils souhaitaient des enfants, ils en ont trois.

Le juge avait même attribué à l'homme la garde des enfants, nés de son premier mariage. Un homme extrêmement pieux, qui allait à la messe tous les dimanches, qui se confessait et disait au prêtre: "Je sais  que vous ne pouvez pas me donner l'absolution, mais j'ai péché en ceci et cela, donnez-moi une bénédiction". C'est cela, un homme religieusement formé."
(Le nom de Dieu est Miséricorde, pp 39-40. - Lien I.Media)

Dans sa réponse, le Cardinal Müller demande justement aux évêques d'étudier et de se former, religieusement. 

AL s'est fait l'écho de cette harmonie qui se réalise entre la conscience et l’Eglise. Le préfet de la congrégation de la foi replace AL dans le patrimoine de l’Eglise, car AL ne propose pas une nouvelle norme générale, mais donne une nouvelle attitude, celle de la Miséricorde, qui est accueillante pour tous et pour chacun. La primauté de la conscience (premier vicaire du Christ) et la formation de la conscience dans la fidélité à l’Eglise (en union avec le vicaire du Christ, le Pape) ainsi que le discernement des situations de souffrances sont des aspects fondamentaux. "Nous sommes appelés à former les consciences, mais non à prétendre nous substituer à elles» (AL 37)

Pour interpréter loyalement le texte du Pape, je me suis simplement basé sur le sanctuaire de la conscience. Comme l'indique l'étymologie, "cum scientia", un savoir partagé. La conscience n'est pas seule, isolée et purement subjective. La voix de la conscience résonne dans notre sanctuaire,  notre intériorité, comme l'écho de la voix de Dieu. Les anciens parlait d'un "Deus in nobis".

De même, avec le contexte. Une citation ne peut jamais être isolée, seule. Il faut la placer dans et avec son ensemble, soit le patrimoine spirituel et moral de l'Eglise. 

La petite file du confessional

Le Pape va se confesser devant les caméras et les photographes du monde entier. L’interprétation d’AL s'accomplit au confessionnal ou chacun vient avec sa vie difficile. Va-t-on encore rencontrer la douce Miséricorde de Dieu dans ce lieu de grâce ? Et très sincèrement, les premiers à nous refuser la communion, c'est nous-mêmes, lorsque nous n'allons pas à la Messe tous les dimanches.

Unknown-2.jpeg

Avouons-le, lorsque la file du confessionnal sera plus longue que la file de la communion, AL aura été interprétée et implantée dans notre pastorale avec sagesse, patience et Miséricorde.

mercredi, 01 février 2017

Agence I.Media Amoris laetitia : le cardinal Müller demande aux évêques “d’étudier d’abord la doctrine“ avant d’interpréter

"Amoris Laetitia est clairement à interpréter à la lumière de toute la doctrine de l’Eglise“ Cardinal Müller

 

Agence I.Media Amoris laetitia : le cardinal Müller demande aux évêques “d’étudier d’abord la doctrine“ avant d’interpréter

Unknown.jpeg

source

Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Ludwig Müller, s’est exprimé sur le contenu des dubia – sans les nommer – au sujet de l’exhortation Amoris laetitia, dans un entretien à la revue Il Timone de février 2017.

Le prélat rappelle à l’ordre les évêques qui sur-interprétent le magistère. L’exhortation apostolique du pape François Amoris laetitia (2016) “est clairement à interpréter à la lumière de toute la doctrine de l’Eglise“, affirme le prélat au cours de cet entretien.

“Il n’est pas correct, ajoute-t-il, que tant d’évêques interprètent Amoris laetitia selon leur propre façon de comprendre l’enseignement du pape“. Le 1er février, les évêques allemands ont publié un document qui autorise certaines personnes divorcées-remariées à communier.

Les évêques de l’île de Malte en avaient fait autant en janvier, et leurs recommandations avaient paru le 14 janvier dernier dans L’Osservatore Romano, suscitant une interpellation de certains de leurs fidèles dans la presse maltaise, le 25 janvier. Pour résoudre cette confusion, le cardinal Müller préconise de lire Amoris laetitia dans son ensemble, et non pas seulement quelques “petits passages“. Une note de bas de page du chapitre VIII du document, sur les situations de couples fragiles, avait provoqué des interprétations différentes.

“Ceux qui parlent trop“

Pour sa part, le cardinal Müller remarque que “le magistère du pape est à interpréter seulement par lui, ou à travers la Congrégation pour la doctrine de la foi“. “Ce ne sont pas les évêques qui interprètent le pape“, précise-t-il, car cela constituerait une “inversion de la structure de l’Eglise catholique“.

A ceux qui parlent “trop“, le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi conseille ainsi “d’étudier d’abord la doctrine sur la papauté et l’épiscopat“. En tant que “maître de la Parole“, un évêque doit être le premier à être “bien formé“, pour ne pas risquer d’être “un aveugle qui guide d’autres aveugles“.

Doctrine du mariage réaffirmée

Le cardinal Müller affirme encore que pour un catholique, il ne peut y avoir de contradiction entre la doctrine et la conscience personnelle : c’est “impossible“. Par exemple, explique-t-il, “on ne peut pas dire qu’il y a des circonstances selon lesquelles un adultère ne constitue pas un péché mortel“. Car le péché mortel ne peut “coexister“ avec la grâce sanctifiante, rappelle-t-il.

Sur la question de l’accès aux sacrements pour les personnes divorcées-remariées, le prélat réaffirme la doctrine traditionnelle de l’Eglise, celle contenue dans la Sainte Ecriture ainsi que dans l’exhortation Familiaris Consortio (1981) de Jean Paul II. A savoir la nécessité de vivre comme frères et sœurs pour les personnes divorcées-remariées qui souhaitent communier. Le cardinal Müller souligne encore que le mariage est l'expression de l’unité entre le Christ et l’Eglise : ce n’est pas une “simple analogie, comme certains l’ont dit durant le synode“, mais au contraire la “substance“ même du sacrement du mariage.

“Aucun pouvoir dans le ciel ou sur terre, ni un ange, ni le pape, ni un concile, ni une loi des évêques n’a la faculté de le modifier“, précise-t-il encore. La revue Il Timone est un mensuel italien d’apologétique catholique, fondée en 1999.

AP © 2017 I.MEDIA

Entretien de Mgr Bernard Fellay (Ecône) sur Radio Courtoisie

Entretien de Mgr Bernard Fellay (Ecône) sur Radio Courtoisie

L'Eglise est une famille ouverte pour tous et pour chacun. Je ne peux que me réjouir du dialogue de la FSSPX avec Rome. La perspective d'une prélature personnelle pour la Fraternité serait aussi bienvenue.

A vue humaine, ce chemin me semble encore bien long. Pour avoir écouté cette interview, très courtois, serein et tranquille, le supérieur général critique passablement le Concile Vatican II, infesté par les erreurs modernes et se montre fermé sur l'oecuménisme, la liberté religieuse ou le rapport au monde. Pour Ecône, l'autorité romaine est un bien pour l'Eglise, mais curieusement notre prélat ne la souhaite visiblement pas envers la Fraternité Saint Pie X.

Dans son fameux discours à la curie romaine de 2005, contrairement aux affirmations de Mgr Fellay, le Pape Benoît XVI n'a pas du tout parlé des ambiguïtés des textes du Concile Vatican II. 

Finalement, ses critiques d'Amoris Laetitia jette encore d'avantage de trouble sur ce document du Magistère. Sans un esprit de conversion et de pénitence, un accord doctrinal, un préalable pour parvenir à une structure canonique, me semble malheureusement un peu éloigné. Mais tout est possible pour Dieu. 

Anne-Dauphine Julliand (film Et les mistrals gagnants) sur France Inter avec Léa Salamé: "Quand on ne peut pas ajouter de jours à la vie, on peut ajouter de la vie aux jours"

Anne-Dauphine Julliand (film Et les mistrals gagnants) sur France Inter avec Léa Salamé: "Quand on ne peut pas ajouter de jours à la vie, on peut ajouter de la vie aux jours"

mardi, 31 janvier 2017

Ecône: Mgr Guido Pozzo travaille pour une structure canonique de la FSSPX qui sera une prélature personnelle

Mgr Guido Pozzo : " en ce moment, nous travaillons à l'amélioration de certains aspects de la structure canonique, qui sera une prélature personnelle."

Cité du Vatican le 30 janvier 2017, par Andrea Tornielli (lien à lire )

L'archevêque Guido Pozzo, secrétaire de la Commission «Ecclesia Dei» en charge du dialogue avec la Fraternité Saint-Pie X, confirme également à Unknown-2.jpegVatican Insider que l’étape de la pleine communion avec les lefébvristes approche. La finalité de l'accord est désormais en vue, même s’il faudra encore un certain temps.

Le supérieur de la Fraternité Saint-Pie X, Mgr Bernard Fellay, le 29 Janvier, 2017, a participé en tant qu'invité à l’émission "Terres de Mission" de TV Liberté ". Il a confirmé dans cet entretien que l'accord avance et que pour arriver à la solution canonique il ne sera pas nécessaire d’attendre jusqu'à ce que la situation de l'Eglise soit redevenue «totalement satisfaisante» aux yeux de la Fraternité Saint-Pie X, qui n’a également, durant toutes ces années [de crise], jamais manqué de mentionner le nom du pape, et de prier pour lui lors de la célébration des messes. Mgr Fellay a situé l'attitude du pape François envers la FSSPX par son intérêt pour les fidèles qu’il considère être à la périphérie [de l’Eglise] et a expliqué l'importance de mettre fin à la séparation d’avec Rome.

Le cheminement vers le rapprochement, après le mini-schisme provoqué par les quatre ordinations épiscopales illégales célébrées par Mgr Marcel Lefebvre en 1988, a commencé en 2000, lorsque les lefebvristes sont venus en pèlerinage à Rome pour le Jubilé. Jean-Paul II a donné son assentiment à de nouvelles discussions doctrinales. Les contacts se sont intensifiés avec Benoît XVI, avec l'examen sans tabou des questions doctrinales. Le pape Ratzinger avait d'abord libéralisé l'utilisation du missel pré-conciliaire puis levé les excommunications des quatre évêques de la Fraternité. Avec François, en plus de la poursuite des contacts, un pas de plus a été franchi avec l'octroi aux prêtres de la Fraternité de confesser non seulement validement mais aussi licitement les fidèles pendant le jubilé de la miséricorde. Une concession qui a ensuite été étendue sans limite de temps dans la lettre «Misericordia et misera».

En ce qui concerne les problèmes doctrinaux, l'essentiel semble dépassé en vue de l’accord. Il serait demandé aux membres de la Fraternité Saint-Pie X ce qui est nécessaire pour être catholiques, à savoir la "professio fidei", la croyance en la validité des sacrements célébrés avec le Novus Ordo (la liturgie issue de la réforme post-conciliaire), et l'obéissance au pape. Il y a eu un dialogue et une confrontation sur le rapport entre le Magistère et la tradition, tandis que sont l'objet d’approfondissement - et même d’un désaccord qui pourrait perdurer - les sujets liés à l'oecuménisme, à la liberté religieuse et à la relation Église-monde.

1475762702539_papa e tornielli.jpgDans l'entretien télévisé Mgr Fellay, en plus de rappeler l'octroi de François concernant les sacrements de la réconciliation et de l'onction des malades, a aussi cité les ordinations sacerdotales de la Fraternité, déclarant qu'elles ont lieu avec la permission du Saint-Siège et sans la nécessité d'obtenir le consentement de l'évêque local. L'état des faits, précise Mgr Pozzo, est plus complexe et remonte à une décision prise par Benoît XVI et la Congrégation pour la Doctrine de la Foi il y a quelques années. "Le Saint-Siège - explique le secrétaire d'Ecclesia Dei - permet et tolère les ordinations sacerdotales de la FSSPX, tout en continuant à les dire valides mais pas licites, à condition de communiquer les noms des ordinands à l'évêque de leur diocèse d’origine. Le pape François a accordé la légitimité seulement à l'administration des sacrements de la pénitence et de l'onction des malades. Mais pour que les autres sacrements, outre que valides deviennent aussi légitimes, il est nécessaire d’arriver à une solution canonique pour la Fraternité."

La voie choisie pour la solution canonique, comme chacun sait, est celle de la prélature personnelle, figure inédite introduite dans le nouveau Code de droit canonique de 1983, et jusqu'à présent appliquée seulement à l'Opus Dei. Au cours de ces quelques dernières années les voix de ceux qui s’opposent à l'accord se sont multipliées. L'un des quatre évêques pour lequel le pape Ratzinger avait levé l'excommunication, Richard Williamson, a quitté la Fraternité, a fondé un groupe plus extrême et a procédé à de nouvelles ordinations épiscopales. La position de Mgr Fellay apparaît être plus en phase avec celle du fondateur, Mgr Lefebvre, qui en 1988 était presque parvenu à un accord avec le Cardinal Joseph Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, accord qui a capoté à la dernière minute.

Andrea Tornielli

Sources : lastampa.it / Vatican Insider / La Porte Latine du 30 janvier 2017

Note: la structure canonique doit évidement suivre un accord doctrinal fondamental portant sur une profession de foi et sur la reconnaissance du Magistère des Papes du Concile Vatican II. 

Attentat dans une mosquée à Québec: le Pape François a condamné « fermement » la violence et a assuré de ses prières pour les victimes, les blessés et leurs familles.

popequebec1.jpg

lu sous zenit 

Attentat dans une mosquée à Québec: le Pape François a condamné « fermement » la violence et a assuré de ses prières pour les victimes, les blessés et leurs familles.

Après l’attentat perpétré dans une mosquée de Québec (Canada) le 29 janvier 2017 au soir, le pape François a condamné « fermement » la violence et a assuré de ses prières pour les victimes, les blessés et leurs familles.

Dans un message adressé au cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, par l’intermédiaire du cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin, le pape implore de Dieu « le don du respect mutuel et de la paix ».

La fusillade à la mosquée de Sainte-Foy, au sein du Centre culturel islamique, a fait au moins six morts et des blessés – dont 5 en état critique – parmi les musulmans réunis pour la prière du soir. Deux suspects sont actuellement en garde-à-vue.

« Apprenant l’attentat survenu à Québec, écrit le « numéro 2 » du Vatican, (…) le pape François confie à la miséricorde de Dieu les personnes qui ont perdu la vie et il s’associe par la prière à la peine de leurs proches ».

Le pape exprime aussi « sa profonde sympathie aux blessés et à leurs familles, ainsi qu’à toutes les personnes qui ont contribué aux secours, demandant au Seigneur de leur apporter réconfort et consolation dans l’épreuve ».

Unis dans la prière, chrétiens et musulmans

« Le Saint-Père, peut-on lire dans le télégramme, condamne fermement à nouveau la violence qui engendre tant de souffrances. (…) Il invoque sur les familles éprouvées et sur les personnes touchées par ce drame ainsi que sur tous les Québécois le bienfait des Bénédictions divines ».

Après la messe matinale à la Maison Sainte-Marthe au Vatican le 30 janvier, le pape s’est entretenu avec le cardinal Lacroix, qui était en visite à Rome, a indiqué le Bureau de presse du Saint-Siège. Il a souligné l’importance de rester « tous unis dans la prière, chrétiens et musulmans ».

Le cardinal canadien, écourtant son voyage après le drame, est reparti dans son pays.

L'ordre de Malte est reconnaissant envers le Pape François

Unknown.jpeg« L’Ordre de Malte exprime son remerciement au Saint-Père, car ses décisions ont toutes été prises dans le respect complet de l’Ordre avec le seul objectif de renforcer sa souveraineté. »

De Marina Droujnina sur zenit.org :

Tuitio fidei et obsequium pauperum » (défense de la foi et service des pauvres).

L’Ordre de Malte assure le pape de sa « collaboration »

Il le remercie pour sa sollicitude et son soutien

L’Ordre souverain de Malte assure de sa « collaboration » le Délégué spécial qui sera nommé par le pape François auprès de l’institution. L’Ordre est aussi « extrêmement reconnaissant » au pape pour sa « sollicitude » et son « soutien ». C’est ce qu’indique un communiqué publié après la réunion du Souverain Conseil, gouvernement de l’Ordre de Malte, qui a eu lieu le 28 janvier 2017 au Palais Magistral à Rome.

Unknown-1.jpeg« L’Ordre de Malte, peut-on lire dans la note, exprime son remerciement au Saint-Père, car ses décisions ont toutes été prises dans le respect complet de l’Ordre avec le seul objectif de renforcer sa souveraineté. »

Lors de la réunion, le Souverain Conseil a accepté la renonciation de Matthew Festing à la charge de Grand Maître. Ce dernier l’avait présentée trois jours plus tôt au pape, après le rapport d’une commission d’enquête pontificale. Cette démission sera communiquée aux chefs des 106 États avec lesquels l’Ordre souverain de Malte entretient des relations diplomatiques.

Le Grand Commandeur Ludwig Hoffmann von Rumerstein assume désormais la charge de Lieutenant Intérimaire et restera à la tête de l’Ordre jusqu’à l’élection du successeur du Grand Maître. Le Conseil Complet d’État pour l’élection du successeur sera convoqué « à court terme », précise le communiqué.

Le Souverain Conseil a aussi révoqué les décrets relatifs à la suspension de l’Ordre d’Albrecht Boeselager, qui assume de nouveau la charge de Grand Chancelier, comme demandé par le pape.

Dans une lettre adressée à l’Ordre souverain de Malte et publiée le 28 janvier 2017, le pape François a annoncé la nomination d’un délégué qui sera son « porte-parole exclusif (…) pour tout ce qui concerne les relations de l’Ordre avec le Saint-Siège ». Le délégué travaillera en « étroite collaboration » avec le gouvernement ad interim.

Le pape a souhaité que les membres de l’Ordre mettent « de côté les intérêts personnels et les ambitions dangereuses » et « se consacrent à la noble mission de l’Ordre : Tuitio fidei et obsequium pauperum » (défense de la foi et service des pauvres).

 

lundi, 30 janvier 2017

Interview de Mgr Fellay d'Ecône

C3Z7HoDWQAAL7Cl.jpg

Derrière le sourire et la décontraction de l'évêque, se cache une critique assez dure vis-à-vis du Pape actuel, de l'Eglise catholique en général. Se réclamer d'un Pape Pie XIII masque un refus de la réforme voulue par Concile Vatican II. La confusion doctrinale provient de cette nébuleuse d'opposition très active sur Internet et les réseaux sociaux. 

Interview de Mgr Fellay d'Ecône

Jean-Pierre Maugendre de Terre de missions, émission de TV Libertés, a reçu Mgr Fellay pour parler de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie-X :

« Mgr Fellay est supérieur général depuis 1994 de la Fraternité Saint Pie X fondée par Mgr Lefebvre en 1970. Il expose dans cet entretien la spiritualité propre de la Fraternité Saint Pie X et fait le point sur les relations de la Fraternité avec le Saint-Siège. Suite aux dernières rencontres entre le pape et Mgr Fellay, qui ont débouché sur de nouvelles propositions, il ne semble plus manquer qu’un “tampon” pour conclure un accord. Cet accord est possible, selon le supérieur général, sans attendre que la situation ne soit devenue totalement satisfaisante, à ses yeux, dans l’Eglise. »

En une vingtaine de minutes, Mgr Fellay évoque la situation de l’Église, la crise générale en son sein, les réactions de certains membres de la hiérarchie ecclésiastique face à la confusion actuelle, le pape François, et bien sûr la prélature personnelle qui leur ait proposée.

Mgr Fellay considère que le soucis de François en leur donnant le pouvoir de confesser et la possibilité pour les divorcés-remariés de communier procède du même mouvement :

« le soucis du Saint Père pour les rejetés de tout bord, les périphéries. »

Quant à la prélature personnelle, il révèle que « on avance dans la bonne direction. »

Francesca de Villasmundo

dimanche, 29 janvier 2017

Le Grand chancelier de l'ordre de Malte réintégré dans ses fonctions

file6tdf5lw2gbklfzmr2ge.jpg

"ceux qui mangent du caviar et donnent à manger des boîtes de conserve aux pauvres"

 

Pape François à propos de l'Ordre de Malte

Cette phrase off du Pape François est sans aucun doute l'une des clefs pour comprendre le coeur du combat entre le Saint-Siège et l'Ordre souverain de Malte. Le Pape n'a jamais caché sa ferme volonté de mettre toute l'Eglise sur le chemin de la conversion personnelle, pour une Eglise pauvre au service des pauvres. L'ordre de Malte est donc capital. 

Portrait-cardinal-Pietro-PAROLIN-secretaire-Vaticandes-traditionnels-voeux-Noel-membres-Curie-romaine-22-decembre-2016_0_730_486.jpgLe secrétaire d’État du Saint-Siège Pietro Parolin a écrit aux membres de l’Ordre de Malte, soulignant que tous les actes du grand maître pris après le 6 décembre sont « nuls et invalides ».

Voilà pourquoi la  réforme de l'esprit de l'Ordre est une urgence pour le Pape et son secrétaire d'Etat le Cardinal Parolin

"Tuitio fidei et obsequium pauperum"

images.jpeg

La devise des chevaliers de l’ordre hospitalier de Saint Jean de Jérusalem signifie défense de la foi et assistance aux pauvres

 ------------------

Le Grand chancelier de l'ordre de Malte réintégré dans ses fonctions

par I.MEDIA

Le pape François a adressé une lettre à l’Ordre souverain de Malte le 27 janvier 2017, diffusée par le site internet Il Faro di Roma. La missive confirme la réintégration dans ses fonctions du Grand chancelier Albrecht Freiherr von Boeselager. Elle donne également plus de détails sur le rôle du délégué pontifical.

Dans sa lettre, le pape François annonce son intention de nommer un délégué spécial chargé spécifiquement du “renouvellement spirituel et moral“ de l’Ordre. “En particulier, précise le pape, de ses membres qui ont professé leurs vœux d’obéissance, de chasteté et de pauvreté“. Car, estime-t-il, “le témoignage d’une authentique vie chrétienne rend plus accessible et efficace l’accompagnement des malades et plus fraternelle la charité vers les pauvres et les personnes vulnérables de la société“.

Un “porte-voix exclusif”

Ce délégué du pape travaillera en étroite collaboration avec le lieutenant intérimaire Fra’ Ludwig Hoffmann von Rumerstein. Ce dernier a été nommé à la tête de l’Ordre provisoirement, jusqu’à l’élection du successeur du Grand maître.

Le délégué spécial, explique encore le pontife, aura la charge d’être son “porte-voix exclusif“ durant la période de son mandat pour tout ce qui regardera les relations entre l’Ordre et le Saint-Siège. Le mandat du délégué durera jusqu’à la conclusion du prochain chapitre extraordinaire qui élira le prochain Grand maître, dont la date n’est pas encore connue.

Démission de Fra’ Matthew Festing définitive

Le pape François précise que l’ancien Grand chancelier, Albrecht von Boeselager, contraint à la démission par l’ancien Grand maître le 6 décembre 2016, est réintégré dans ses fonctions et doit être dorénavant considéré comme un membre du Souverain conseil. A ce titre, aucune réunion dudit conseil ne sera valide s’il est absent, prévient le pontife.

Au terme de sa lettre, le pape François fait savoir qu’il prie le Seigneur pour que les membres, les volontaires et les bienfaiteurs de l’Ordre, “mettent de côté leurs intérêts personnels et les dangereuses ambitions“ afin de se dédier à leur noble mission.

Le 28 janvier le Souverain conseil de l’Ordre de Malte a accepté la résignation du Grand maître de l’Ordre, Fra’ Matthew Festing. Le Grand commandant Fra’ Ludwig Hoffmann von Rumerstein, a accepté la charge de Lieutenant intérimaire et restera à la tête de l’Ordre jusqu’à l’élection du successeur du Grand maître.

(cath.ch/imedia/ah/rz)

----

 "La spécificité de l'Ordre d'être un Institut religieux laïc, et aussi un sujet de droit international, puissent-elle être un soutien pour un service plus efficace selon son charisme, antique et toujours actuel: tuitio fidei et obsequium". Pape François

Lettre du Pape François aux membres du souverain conseil de l'ordre souverain militaire de Jérusalem  de Rhodes et de Malte 

images.jpeg

Le précieux service que votre Ordre founit pour les malades, les pauvres et les nécessiteux donne un témoignage authentique de la vitalité de notre foi. Pour assurer la continuité et l'efficacité de votre service, la Constitution de l'Ordre prévoit une souveraineté spéciale, reconnue par les Etats au niveau international, et une alternance ordonnée de gouvernement, même dans les cas exceptionnels.

Aujourd'hui, pour le bien de l'ordre, Fra' Matthew Festing m'a présenté sa démission de l'Office de Grand Maître, et je l'ai acceptée, le remerciant pour le service rendu. Prenant en considération toutes les circonstances, après avoir examiné les aspects juridiques des récentes décisions, et tenant compte de la relation spéciale de l'Ordre avec ce Siège Apostolique, que la Constitution elle-même prévoit, l'Eminentissime Cardinal Secrétaire d'Etat vous a communiqué quelques-unes des conclusions atteintes, parmi lesquelles celle de nommer de ma part un Délégué Spécial en vu du Chapitre Extraordinaire, et de commencer à étudier certains aspects de la Constitution.

Le Lieutenant intérimaire assume la responsabilité de gouvernement ad interim, en particulier concernant tout ce qui a trait aux rapports avec les Etats, y compris l'attention au Corps diplomatique accrédité auprès de l'Ordre, opérant en étroite convergence d'objectifs avec le Délégué spécial, lequel s'occupera du renouveau spirituel de l'Ordre, spécifiquement de ses membres profès. Le Lieutenant intérimaire et le Délégué Spéciale oeuvreront en étroite collaboration pour le bien de l'Ordre et sa croissance harmonieuse.

La spécificité de l'Ordre d'être un Institut religieux laïc, et aussi un sujet de droit international, puissent-elle être un soutien pour un service plus efficace selon son charisme, antique et toujours actuel: tuitio fidei et obsequium pauperum. J'encourage tout le monde à marcher avec confiance, dans un esprit de fraternité renouvelée, pour construire un futur meilleur, et dans ce but, j'accorde bien volontiers la bénédiction apostolique aux Membres, à leur famille, et aux amis de l'Ordre.

Du Vatican, 27 janvier 2017

Francesco

La marche pour la Vie à Washington

La marche pour la Vie à Washington

gettyimages-632340160.jpg

Lien RTBF

La politique de l'immigration de l'actuel gouvernement américain est un sujet de grande préoccupation.

Le pouvoir des médias réside dans "l'agenda setting". Comme dans une réunion, celui qui écrit l'ordre du jour décide des sujets qui seront traités ou ignorés. Les "médias mainstream" ont passé sous silence la marche pour la vie à Washington. Le vice-président américain M.Pence était présent. Une première historique.

Même le controversé président américain Donald Trump a soutenu publiquement cette manifestation d'envergure. "La Marche pour la Vie est tellement importante. Pour vous tous qui marchez --- vous avez mon total soutien!"

 

Aquinas: "Comment tenir ensemble l'âme et ses facultés" avec F.-X. Putallaz

vendredi, 27 janvier 2017

Annecy: le Père Federico Lombardi raconte la communication des trois Papes

Annecy: le Père Federico Lombardi raconte la communication de ses trois Papes

lombardi.jpg

Les trois Papes communiquent avec leurs talents: Saint Jean-Paul II par les images, Benoît XVI par la précision et la beauté de sa pensée et le Pape François par sa spontanéité, et même son imprévisibilité 

Par Isabelle de Gaulmyn

C3HHHlCWgAAKz6u.jpg

Trois romains émérites français d'envergure ont également échangé sur la communication du Pape François

Lors des rencontres d'Annecy, trois français romains de renom ont partagé leurs expériences directes avec le Vatican. 

Pour Antoine-Marie Izoard (I.Media), Benoît XVI fut tendre, bon et doux. A l'inverse, le Pape François est un vrai Panzer, qui fait un grand bien à l'Eglise.

Jean-Louis de la Vaissière (AFP) a évoqué les préoccupations de François, un homme malgré tout inquiet d'une mauvaise communication ou répercussion de ses propos. 

Romilda Ferrauto dresse le portait de ceux qui s'opposent à François

Romilda Ferrauto (Radio Vatican) a relevé que la popularité planétaire de François cachait aussi une minorité de plus en plus active, une voix discordante qui n'aime guère la personnalité du Pape François. Des vaticanistes ont même carrément changé d'avis, à l'instar de A.M. Valli (Rai Uno) un journaliste italien pourtant enthousiaste lors de l'élection du Cardinal Bergoglio. (lien cath.ch)

Père Federico Lombardi: le martyr du Père Jacques Hamel est une bonne nouvelle !

Unknown.jpeg

Père Federico Lombardi: le martyr du Père Jacques Hamel est une bonne nouvelle !

Lors de l'homélie de la messe pour les rencontres des journalistes catholiques français à Annecy, le Père Federico Lombardi a osé: dans un monde complexe, avec tant de mauvaises nouvelles, le martyr du Père Jacques Hamel est une bonne nouvelle. 

Dans ce drame, cette horreur, Dieu montre sa Miséricorde. 

Durant sa méditation, le directeur émérite de Radio Vatican et de la salle de presse du Saint-Siège a apporté à la France, et même à la Suisse romande, sa fine touche de spiritualité qui découle de sa proximité avec les Papes qu'il a servi. 

Unknown-1.jpeg

mercredi, 25 janvier 2017

Ordre de Malte et Pape François: les 5 clefs de l'affaire, par I.Media

Unknown.jpeg

Ordre de Malte et Pape François: les 5 clefs de l'affaire, par I.Media

Le pape François a accepté le 25 janvier 2017 la démission du Grand maître de l’Ordre souverain de Malte, Fra’ Matthew Festing. Un délégué pontifical sera désigné prochainement pour le remplacer.

Retour sur deux mois de tensions :

1- Les faits

2 - Quel rôle a joué le cardinal Burke ?

3 - Quels liens entre l’Ordre et le Saint-Siège ?

4 - Quel sera la mission du délégué pontifical ?

5 - Le cardinal Jorge Bergoglio et l’Ordre de Malte, une histoire ancienne

suite

- l’article 62 du Code de l’Ordre de Malte stipule que “par le vœu d’obéissance les Chevaliers et les Chapelains profès prennent l’engagement d’obéir au Saint-Père”.

- selon le National Catholic Register, le pape aurait demandé au cardinal Burke de “nettoyer“ l’Ordre de la présence de francs-maçons. 

Aleteia: le Cardinal Burke