Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 novembre 2017

Traduction liturgique de la Messe: François penche pour Benoît XVI

Le Pape François avoue un faible pour le travail théologique de Joseph Ratzinger

Unknown-1.jpeg

En latin "pro multis"

A la Messe, lors des paroles de la consécration en français, la bonne traduction dit: .. "sang versé pour la multitude", et non pas "pour tous".

En italien, nous devrions dire: "versato per molti", au lieu de "per tutti". En anglais, "for many" (traduction officielle - et plus "for all"). 

Le Pape François avoue ainsi un faible pour le travail théologique et liturgique de Joseph Ratzinger. Le Pape émérite avait demandé, en 2006, de revenir à la version allemande "für viele " et non pas "für alle".   

François penche pour Benoît XVI

Dans le délicat débat sur la traduction du ;pro multis;» dans le canon de la messe, le pape François a discrètement fait sentir, vendredi 3 novembre, sa préférence pour Benoît XVI et la traduction française « pour la multitude ».

Unknown.jpeg

Le pape François est discrètement entré, vendredi 3 novembre, dans le délicat débat sur la traduction du « pro multis », dans les paroles consécratoires de la prière eucharistique, qui agite les milieux liturgiques depuis de nombreuses années.

Dans son homélie pour la messe de suffrage des cardinaux et évêques morts au cours de l’année, célébrée à l’autel de la Chaire de Pierre de la basilique vaticane, François a en effet commenté le passage du Livre de Daniel où le prophète rappelle que « beaucoup de gens qui dormaient dans la poussière de la terre s’éveilleront » et que « ceux qui sont des maîtres de justice pour la multitude brilleront comme les étoiles pour toujours et à jamais » (Daniel 12, 2.3).

« Pour tous » ou « pour beaucoup » ?

« Le “grand nombre” qui ressuscitera pour une vie éternelle est à comprendre comme le “grand nombre” pour lesquels le sang du Christ a été versé, a affirmé le pape dans son homélie. Ils sont la multitude qui, grâce à la bonté miséricordieuse de Dieu, pourra faire l’expérience de la réalité de la vie qui ne finit pas, la victoire complète sur la mort par la résurrection. »

Par ces mots, François a ainsi discrètement pris position dans le débat sur la traduction de la formule de la consécration du sang du Christ au cours de la messe : « qui pro vobis et pro multis effundetur ».

De nombreux épiscopats avaient jusqu’ici fait le choix de traduire cette phrase en « le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle qui sera versé pour vous et pour tous » : « per tutti » en italien, « für alle » en allemand, « for all » en anglais, « por todos los hombres » en espagnol…

Laisser au croyant « la liberté de dire oui à » l’amour de Dieu

Un choix que, sous l’impulsion de Benoît XVI, Rome avait contesté en 2006, demandant aux évêques de revenir à la formule « pour beaucoup ».

En 2012, Benoît XVI avait lui-même écrit aux évêques allemands pour leur demander de passer à la traduction « für viele » (pour beaucoup) plutôt que « für alle ». Pour le pape allemand, en effet, bannir le « pour tous » préserve une juste conception du salut qui laisse au croyant « la liberté de dire oui à » l’amour de Dieu.

L’épiscopat allemand a néanmoins toujours résisté sur ce point, tandis que les anglophones ont opté, eux, pour « for many » dans la nouvelle traduction du Missel Romain.

Dans ce débat, qui n’est pas seulement technique mais traduit la conception que l’Église a du salut, seuls les francophones sont épargnés, ayant choisi dès le début de traduire « pro multis » par « pour la multitude », une formulation à la fois plus biblique et plus proche du texte latin.

En évoquant, dans son homélie dont le texte a été distribué dans différentes langues, « le “grand nombre” pour lesquels le sang du Christ a été versé », François a semblé ainsi discrètement pencher pour la position de Benoît XVI, tout en affichant, avec sa mention de la « multitude », une préférence pour le choix des francophones.

Messe pour les cardinaux et évêques décédés dans l’année

La veille, lors de la messe pour la commémoration des fidèles défunts au cimetière de Nettuno, le pape avait utilisé la seconde prière eucharistique, en italien, avec les mots « per tutti » (pour tous), la traduction actuellement en vigueur en Italie. Ce vendredi au Vatican, il a usé de la même prière eucharistique mais en latin, avec le « pro multis ».

Cette messe annuelle rappelait la mémoire des 14 cardinaux et 137 évêques de l’Église catholique morts au cours de l’année, dont les Français Léon Soulier, évêque émérite de Limoges, Robert Sarrabère, évêque émérite de Dax, Albert Malbois, évêque émérite d’Évry, Jacques Fihey, évêque émérite de Coutances, Georges Rol, évêque émérite d’Angoulême, Olivier de Berranger, évêque émérite de Saint-Denis, Marcel Herriot, évêque émérite de Soissons, Edmond Abelé, évêque émérite de Digne, Maurice Marie-Sainte, archevêque émérite de Fort-de-France, Marcel Perrier, évêque émérite de Pamiers.

Nicolas Senèze, à Rome

Écrire un commentaire