Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 octobre 2017

Le cardinal Burke et la FSSPX

Le cardinal Burke et la FSSPX

 

Cardinal-Raymond-Leo-Burke-Photo-www.orderofmalta.int_-800x450.jpgPour le cardinal Raymond Leo Burke, la Fraternité sacerdotale saint Pie X (FSSPX) est bien en état de schisme depuis que Mgr Lefebvre a sacré quatre évêques sans mandat pontifical, en 1988.

Pour lui, il n'est donc pas légitime d'assister à la messe ou de recevoir les sacrements dans une église sous la juridiction de la FSSPX.

Note:

- l'excommunication a été levée par le Pape Benoît XVI en février 2009. La Fraternité n'est pas pour autant réintégrée dans la pleine communion de l'Eglise catholique. Reste effectivement l'état de schisme. 

- les évêques et les prêtres demeurent suspendus "a divinis". Pour leurs fidèles, le sacrement de la réconciliation est valide par décision du Pape François. Ces deux actes révèlent la Miséricorde de Dieu qui passe par l'Eglise. 

mardi, 03 octobre 2017

Cath.ch: le Pape émérite Benoît XVI est affaibli physiquement, mais très présent intellectuellement

Cath.ch: le Pape émérite Benoît XVI est affaibli physiquement, mais très présent intellectuellement

images.jpeg

Benoît XVI lors de la canonisation de Saint Jean-Paul II et Saint Jean XXIII en avril 2014

BENOÎT XVI NE PEUT PLUS CÉLÉBRER LA MESSE SEUL MAIS EST TOUJOURS “AU COURANT DE TOUT”

Vatican - le 03/10/2017 | Par Agence I.Media

Bien qu’affaibli, le pape émérite Benoît XVI “est au courant de tout”, a affirmé Mgr Kyrillos William Samaan, évêque copte-catholique d’Assiout (Egypte), au site d’information catholique suisse  cath.ch , dans un article publié le 3 octobre 2017. Le prélat égyptien a été reçu par le 265e pape au couvent  Mater Ecclesiae  au Vatican au début du mois de septembre.

Cath.ch Lien

 

lundi, 02 octobre 2017

Le Nobel de la Paix au Pape François ?

Le Nobel de la Paix au Pape François ?

Aleteia

web2-general-audience-27-sept-2017-pope-francis-antoine-mekary-21.jpg

Catherine Bonnet, pédopsychiatre, et le drame des abus

Catherine Bonnet, pédopsychiatre, et le drame des abus

(Radio Vatican) Entretien -

Unknown-1.jpegLa Commission pontificale pour la protection des mineurs a achevé ce dimanche 24 septembre 2017 son assemblée plénière. Cette réunion venait clore un premier cycle de travail de trois ans réalisé par les membres de cette structure : laïcs et religieux de différentes disciplines provenant des cinq continents.

Tous avaient été reçus par le Pape François jeudi dernier, au premier jour de leurs discussions.

Dans un communiqué final, les membres de la commission ont remercié le Saint-Père pour ses encouragements et ses paroles « fermes » en faveur d’une « tolérance zéro » face aux abus sur mineurs dans l’Église. Ils ont également présenté les axes principaux de leurs travaux soulignant la nécessité d’entendre la voix de ceux qui ont été abusés.

La pédopsychiatre française Catherine Bonnet, membre de cette commission revient avec Hélène Destombes sur cette plénière et sur les recommandations faites au Pape: lien

(XS-HD)

--------

France 2 et Ruquier: autant aller se coucher !

 

Unknown-2.jpeg

 "Formées pour accueillir la parole, mais qu'est-ce que j'entends? Arrêtez de dire des choses comme ça! (...) Non mais moi attendez, je retourne dans ma loge. Là c'est pas possible. Moi je ne peux pas entendre des trucs pareils"

Christine Angot

Le livre de Sandrine Rousseau: "Parler. Violences sexuelles, pour en finir avec la loi du silence"

----------

"On n'est pas couché" touche le fond

Si malheureusement certains hommes d'Eglise étaient tombés dans une forme d'omerta, Angot, Moix et Ruquier ont touché le fond !

Ils ont réussi à faire pleurer Sandrine Rousseau, victime d'une agression, sous prétexte de jeux de mot ou de littérature. Autant aller se coucher ! 

Le Pape François et les fake news

Unknown.jpegFake, un mot anglais pour désigner le faux ou le mensonge. News, un autre vocable dans la langue de Shakespeare, qui renvoie à une nouvelle ou une information. 

Dans la Bible, le premier péché n'est pas le sexe, mais le mensonge. Les journalistes sont les premiers engagés dans la recherche de la vérité, ou des vérités. Combien de fake news durant le pontificat de Benoît XVI ! A mon avis, elles sont encore bien plus subtiles et nombreuses avec François. 

Mgr Viganò commente le message du Pape François (fake news)

04mag2017_5001-740x493.jpg(Zenit)

Dans le journalisme, la liberté naît de l’adhésion à la vérité et permet de ne pas être être esclave « de l’éditeur, de l’argent ou de sa propre ignorance » : c’est ce qu’affirme le préfet du Secrétariat pour la communication, Mgr Dario Edoardo Viganò, en commentant le thème choisi par le pape François pour la 52e Journée mondiale des communications sociales (2018), « ‘La vérité vous rendra libres’ (Jn 8, 32). Fausses nouvelles et journalisme de paix ».

Dans un entretien à Radio Vatican en italien le 29 septembre 2017, il souligne que « les “fake news”, les fausses nouvelles, sont aussi vieilles que l’homme. » Et de citer « le serpent dans le Jardin d’Eden qui dit : “Si vous mangez de ce fruit vous serez comme des dieux”. C’est une “fake news”, parce qu’ils étaient déjà créés à l’image et à la ressemblance de Dieu ! »

« La “fake news” est une nouvelle vraisemblable mais pas vérifiée, et elle est dangereuse » car elle est « distante de la vérité ». La pratique des fausses nouvelles, note le préfet, tend à se répandre avec le développement des médias numériques, notamment autour d’informations ayant « un impact émotionnel fort ».

« La liberté naît lorsqu’on adhère à la vérité. Quand on n’adhère pas à la vérité, on est toujours esclave de quelque chose : de l’éditeur, de l’argent ou de sa propre ignorance », met-il en garde. Aujourd’hui, avec le développement des réseaux sociaux, « la figure du journaliste est en train de changer » : il faut donc adapter la réglementation pour ce nouveau « profil identitaire ».

Mgr Viganò invite à ne pas opposer le monde des réseaux sociaux et le monde du journaliste traditionnel, « en pensant que dans la presse écrite il n’y a que des professionnels et dans le monde des réseaux sociaux il y a au contraire des bonimenteurs improvisés », car les fausses informations existent autant dans les deux. Il dénonce à ce propos, dans la presse écrite, « certains articles qui répondent, justement, à des logiques plus de type idéologique, ou de polarisation de certains thèmes pour vendre plus de numéros ».

D’après Radio Vatican en français, le préfet a célébré une messe pour la fête de saint Gabriel archange, patron de toutes les personnes travaillant dans le domaine des télécommunications, dans l’église romaine de Santa Maria alla Traspontina. Dans son homélie, il a invité à « devenir annonciateurs de bonne nouvelle », comme l’archange Gabriel, en se faisant missionnaires de l’Évangile dans un travail orienté vers des nouvelles « de vérité, de solidarité, de partage ».

« Accueillons l’engagement d’être annonciateurs de la Bonne Nouvelle, a encouragé Mgr Viganò : Dieu aime le monde, Dieu sauve le monde. Sentons-nous impliqués dans cette communication qui donne de l’espérance, aussi quand les préoccupations sont nombreuses et nous submergent. Laissons-nous envelopper par un cercle de messages qui annoncent le salut, de façon à ce que nous puissions écrire des paroles de lumière sur des pages de lumière ».

dimanche, 01 octobre 2017

Le Pape François reconnaît les compétences canoniques du Cardinal Burke

Le Pape François reconnaît les compétences canoniques du Cardinal Burke

Le pape a nommé, pour ses compétences canoniques, le cardinal Raymond Leo Burke (patron de l’Ordre de Malte et préfet émérite du tribunal) membre du Tribunal suprême de la Signature apostolique.  

22089257_10213841307216250_8912459389442192866_n.jpg

jeudi, 28 septembre 2017

Amoris Laetitia: une morale thomiste dit François

Amoris Laetitia: « une morale thomiste, celle du grand Thomas » dit François 

jésuites-colombie.png

Rencontre Avec Les Jésuites De Colombie © L'Osservatore Romano

Amoris Laetitia: une morale thomiste dit François

Zenit

Pour comprendre l’exhortation apostolique post-synodale sur la famille Amoris laetitia, il faut la lire en entier, de bout en bout, a expliqué le pape François. Et la théologie du document s’appuie sur « une morale thomiste, celle du grand Thomas », a-t-il affirmé lors d’une rencontre informelle avec des jésuites de Colombie, le 10 septembre 2017.

Unknown.jpegAu cours de son voyage apostolique en Colombie (6-11 septembre), le pape François s’est rendu dans la ville de Cartagena, au sanctuaire de saint Pierre Claver, où il a rencontré en privé une délégation de la compagnie de Jésus composée de 65 religieux. Dans la Civilta Cattolica en français de septembre 2017, le p. Antonio Spadaro, directeur de la revue jésuite, retranscrit l’échange entre le pape argentin et ses confrères.

Au fil du dialogue, « par justice et aussi par charité », le pape a évoqué les « commentaires — respectables, car exprimés par des fils de Dieu, mais erronés — à propos de l’Exhortation apostolique post-synodale » sur la famille : « Pour comprendre Amoris laetitia, il faut la lire de A à Z, a-t-il insisté. En commençant par le premier chapitre, en continuant par le deuxième et ainsi de suite… et réfléchir. Et lire ce qui s’est dit dans le Synode. »

Face à ceux qui « soutiennent que derrière Amoris laetitia, il n’y a pas de morale catholique, ou, tout du moins, que ce n’est pas une morale sûre », le pape a affirmé « que la morale d’Amoris laetitia est une morale thomiste, celle du grand Thomas. Vous pouvez en parler avec un grand théologien, parmi les meilleurs aujourd’hui et parmi les plus matures, le cardinal Schönborn ».

"Un homme qui ne prie pas, une femme qui ne prie pas, ne peuvent être théologien ou théologienne".

La morale en effet n’est pas « une pure casuistique », a-t-il ajouté : « le grand Thomas possède une très grande richesse, capable de nous inspirer encore aujourd’hui. Mais à genoux, toujours à genoux… »

Dans cette même optique, la théologie et la philosophie ne doivent pas être « une réflexion de laboratoire », a souligné le pape : « nous avons vu quel préjudice a fini par causer la grande et brillante scolastique de Thomas quand elle a commencé à décliner, à décliner, à décliner…, elle est devenue une scolastique de manuel, sans vie, une simple idée, et elle s’est traduite en une proposition pastorale casuistique. »

"La théologie de Jésus était la chose la plus réelle de toutes, elle partait de la réalité et s’élevait jusqu’au Père ».

Les recherches doivent s’élaborer au contraire « dans la vie, dans le dialogue avec le réel », avec « les trois transcendantaux qui font l’unité » : la beauté, la bonté et la vérité. « On ne peut pas faire de philosophie avec une table logarithmique… Et cela est valable aussi pour la théologie, mais cela ne revient pas à ‘abâtardir’ la théologie, au contraire. La théologie de Jésus était la chose la plus réelle de toutes, elle partait de la réalité et s’élevait jusqu’au Père ».

« Pour être un bon théologien, a estimé le pape François, en plus d’étudier, il faut avoir du dévouement, être vif et saisir la réalité ; il faut réfléchir à tout cela à genoux. Un homme qui ne prie pas, une femme qui ne prie pas, ne peuvent être théologien ou théologienne. Ils seront le volume de Denzinger personnifié, ils connaîtront toutes les doctrines existantes ou possibles, mais ils ne feront pas de théologie. Ils seront un compendium, un manuel où il y a tout. 

Mais aujourd’hui, la question est de savoir comment toi tu exprimes Dieu, comment tu exprimes qui est Dieu, comment se manifestent l’Esprit, les plaies du Christ, le mystère du Christ, à partir de l’Épître aux Philippins 2, 7 et après… Comment tu expliques ces mystères et comment tu vas les expliquer, et comment tu es en train d’enseigner cette rencontre qu’est la grâce. »

© Editions Parole et Silence/Civiltà Cattolica, 2017 : http://www.paroleetsilence.com/La-Civilta-Cattolica-une-r...

Pape François: "Pour comprendre Amoris Laetitia, il faut la lire de A à Z" (I.Media)

Pape François: "Pour comprendre Amoris Laetitia, il faut la lire de A à Z"

28.09.2017 par I.MEDIA

images.jpegPour comprendre Amoris laetitia, il faut la lire de A à Z et réfléchir…, a expliqué le pape François à un groupe de jésuites lors de son récent voyage en Colombie. A ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de morale sûre derrière son exhortation apostolique, le pape répond de “manière claire que la morale d’Amoris laetitia est une morale thomiste”, celle du grand saint Thomas d’Aquin.

La revue des jésuites Civiltà Cattolica publie le 28 septembre 2017 le compte-rendu d’un entretien privé du pape François avec des jésuites, lors de son voyage en Colombie. Parmi les sujets abordés, le pontife est revenu sur les nombreux commentaires de son exhortation apostolique Amoris laetitia de 2016.

Le pape François a rencontré, le 10 septembre dernier, en Colombie, 300 représentants de la communauté afro-américaine, assistés par des jésuites, dans le sanctuaire de saint Pierre Claver à Carthagène. Le pontife s’est ensuite entretenu en privé avec 65 religieux de la Compagnie de Jésus.

Relire le Synode sur la famille

Les commentaires sur Amoris laetitia sont respectables, a estimé le pape. Mais pour la comprendre, “il faut la lire de A à Z. En commençant par le premier chapitre, en continuant par le deuxième, et ainsi de suite… et réfléchir“. Le pape a encouragé également à relire ce qui s’est dit pendant les deux sessions du Synode des évêques sur la famille en 2014 et 2015.

Pape François: Amoris Laetitia est une morale selon Saint Thomas d'Aquin

Unknown.jpegLe successeur de Pierre s’est arrêté sur la ‘catholicité’ du document: “certains soutiennent que derrière Amoris laetitia, il n’y a pas de morale catholique, ou, tout du moins, que ce n’est pas une morale sûre. Je veux rappeler de manière claire que la morale d’Amoris laetitia est une morale thomiste, celle du grand Thomas“.

Il a en outre conseillé d’en parler avec le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, “un grand théologien, parmi les meilleurs aujourd’hui“. Le grand Thomas, souligne-t-il encore, possède une très grande richesse, capable de nous inspirer encore aujourd’hui. Mais à genoux, toujours à genoux…“. Car pour lui, la théologie doit se faire en priant.

La “soif de Dieu“ du peuple

Dans cet échange avec les jésuites, le pape est également revenu sur la nécessité pour l’Eglise d’avoir des pasteurs qui se laissent “porter“ par le peuple. Car si la religiosité populaire peut comporter des risques de superstition, lorsqu’elle est bien orientée, elle “manifeste une soif de Dieu que seuls les simples et les pauvres peuvent connaître“.

Intitulé ‘la grâce n’est pas une idéologie’, la retranscription de ce dialogue à bâtons rompus a été assurée par le Père Antonio Spadaro, directeur de la Civiltà Cattolica, et proche du pontife. Ces échanges ont eu lieu après que le pape a eu connaissance de la ‘correction filiale’ des théologiens traditionalistes sur Amoris laetitia, remise en mains propres le 10 août. Celle-ci n’a cependant été rendue publique que le 24 septembre.  

(cath.ch/imedia/ap/mp)

mercredi, 27 septembre 2017

Caritas et Pape François: "les bras ouverts (...) il faut accueillir exactement comme ça, avec les bras grands ouverts"

AP4161986_Articolo.jpg

Caritas et Pape François: "les bras ouverts (...) il faut accueillir exactement comme ça, avec les bras grands ouverts"

(BFMTV) - Zenit

Le pape François a donné ce mercredi le coup d'envoi d'une campagne de la Caritas, l'organisation caritative de l'Eglise catholique, destinée à rapprocher migrants et réfugiés des communautés locales qui les ont accueillis.

"Les bras ouverts (...) il faut accueillir exactement comme ça, avec les bras grands ouverts" a déclaré le pape Jorge Bergoglio, descendant lui-même d'Italiens ayant émigré en Argentine, en saluant des représentants de la Caritas et les milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre à l'occasion de l'audience générale.

images.jpeg

L'appel du Pape pour l'opération de la Caritas "Partageons le chemin"

(Radio Vatican)

Dans un appel lancé à la fin de l’audience, le Pape a apporté son soutien à la campagne de la Caritas pour les migrants, "Partageons le chemin". Il a salué les migrants et les volontaires présents sur la Place Saint-Pierre en les faisant applaudir, et saluant ce «signe d’une Église qui cherche à être ouverte, inclusive et accueillante».

«Avec votre engagement quotidien, vous nous rappelez que le Christ lui-même nous demande d’accueillir nos frères et sœurs migrants et réfugiés avec les bras bien ouverts», «un peu comme ces colonnades de la Place, qui représentent l’Église mère qui embrasse tout le monde dans le partage du voyage commun».

Correction filiale d'Amoris Laetitia: interview de Rocco Buttiglione

Correction filiale d'Amoris Laetitia: interview de Rocco Buttiglione

Unknown.jpeg

Rocco Buttiglione, en substance:

- parmi les signataires, Ettore Tedeschi, n'est pas un moraliste. Ses compétences s'exercent dans un autre domaine. 

- il n'y a pas des théologiens de renoms, d'une faculté universitaire qui fasse autorité, pas de professeur de théologie, peut-être un ou deux. Aucun évêque, aucun cardinal. 

- l'exhortation est un document du Magistère authentique. Certes, pas "ex cathedra", qui demande une adhésion de foi surnaturelle et ... "basta". Amoris Laetitia demande une adhésion ecclésiale. Il y a un contenu de foi, mais les formes peuvent être discutées. 

- rien de nouveau dans l'opposition. Elle l'est également face au Concile Vatican II, envers le Pape Paul VI et Jean-Paul II ...

- sur les 266 Papes de l'histoire, peut-être 3 ou 4 Papes pourraient être suspectés d'hérésies. Ce qui est certain, tous les hérétiques ont commencé par accuser le Pape d'hérésies. La probabilité est donc nettement en faveur du Pape François. 

- dans le cas d'un meurtre, le tribunal évalue la gravité de l'acte: préméditation ? sentence de 20 ans ;  pour intimider ? par accident ? la décision pourrait même être de l'absoudre.  

- pour un péché mortel, il faut: connaissance des faits, liberté d'agir, plein consentement. Ceci est déjà présent dans le catéchisme de Saint Pie X, anti-moderniste. Une personne peut se tromper, sans avoir la pleine responsabilité. il y a beaucoup de chrétiens qui n'ont pas été évangélisés. 

- Saint Jean-Paul II fut le premier à changer la discipline. Auparavant les divorcés-remariés étaient excommuniés, les enfants n'étaient pas bienvenus au catéchisme.... Wojtilà a dit: vous faites partie de l'Eglise, pas d'excommunication. Ce fut un changement pastoral. AL ne change pas la doctrine, ni l'enseignement, mais la pratique, la pastorale. 

- Le Pape François dit: venez ! les personnes divorcées remariées ne peuvent pas aller communier, mais peuvent aller se confesser. Le prêtre pourra discerner la situation. Il pourra donner au cas par cas l'absolution, et donner l'accès à la communion, sans engendrer de scandale. Nous vivons dans un monde difficile et très confu.

- les médias s'emparent de cette polémique, alors qu'elle n'est pas si importante. Le Cardinal Burke n'a pas signé, le Cardinal Müller non plus. Le Cardinal Caffara est décédé, tout comme le Cardinal Meisner et ne peuvent pas être instrumentalisés. 

- la Fraternité Saint Pie X s'arroge une autorité qu'elle n'a pas, en la refusant aux autres. 

 

La convergence de Saint Josémaria Escrivà de Balaguer avec Amoris Laetitia du Pape François

Unknown.jpeg

Le fondateur de l'Opus Dei, Saint Josémaria, aurait signé l'Exhortation apostolique sur la famille (Amoris Laetitia) du Pape François.

 

Le risque de renoncer au bien possible par trop de rigidité 

 

"Je comprends ceux qui préfèrent une pastorale plus rigide qui ne donne lieu à aucune confusion. Mais je crois sincèrement que Jésus veut une Eglise attentive au bien que l'Esprit Saint répand au coeur de la fragilité: une Mère, qui, au moment même où elle enseigne son enseignement objectif, ne renonce pas au bien possible, bien qu'elle court le risque de se salir avec la boue du chemin".

Saint Josémaria 

« Je préfère une Eglise accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu'une Eglise malade de la fermeture et du confort »

Pape François
images.jpeg

L'héritage de Benoît XVI, livre de Christophe Dickès

L'héritage de Benoît XVI, livre de Christophe Dickès

Aleteia

9791021020474.jpg

 Jean Paul II a répondu à la modernité de son temps en plaçant l’homme au centre de son pontificat. Il le fait dès sa première encyclique, Redemptor Hominis (1979). Mettre l’homme et sa liberté au centre était une façon de répondre au totalitarisme soviétique.

Benoît XVI, lui, est confronté à un nouveau totalitarisme, celui du relativisme, de l’individualisme et l’hédonisme. Mais son œuvre répond autant aux pays pauvres et en voie de développement, tentés par les modèles occidentaux, qu’aux pays occidentaux eux-mêmes où apparaissent des déserts spirituels. Si bien qu’elle apparaît pleinement universelle. Mais, comme je l’explique dans le livre, il me semble difficile de séparer le cardinal Ratzinger de Jean Paul II et Benoît XVI du pape Wojtyla. L’un et l’autre forment un pontificat unique de 35 ans.

Le pontificat de François reste lui très marqué par ses origines. Il est à la fois social et politique. L’un et l’autre jouent une partition différente il me semble. La politique ennuyait Benoît XVI… Il a souhaité agir là où il se sentait le plus à l’aise en se donnant un rôle enseignant et en plaçant l’intelligence de la foi au cœur de la pensée chrétienne.

mardi, 26 septembre 2017

Dominique de Buman et Saint Nicolas de Flue

Dominique de Buman et Saint Nicolas de Flue

(Cath.ch) L'heure est à une polarisation du politique, selon Dominique de Buman. Un contexte tendu, dans lequel l'appel à la concorde du saint patron de la Suisse reste d'actualité, estime le vice-président du Conseil national, en marge de la commémoration nationale des 600 ans de saint Nicolas de Flüe à Sachseln.

Le site de la correction filiale censuré par le Vatican: Greg Burke « comme si nous faisions cela pour un document de 62 signatures… »

Le site de la correction filiale censuré par le Vatican: Greg Burke « comme si nous faisions cela pour un document de 62 signatures… »

Unknown.jpegAucune censure contre le site qui a publié la Corretion Filialis qui accuse le pape François de propager 7 hérésies. C’est ce qu’a assuré, dès hier après-midi lundi 25 septembre, la Salle de Presse du Saint-Siège qui dément ainsi la rumeur diffusée le matin de ce même jour par l’ANSA, la plus importante agence de presse italienne.

Cette dernière avait titré « Le Vatican bloque le site qui soutient les accusations d’hérésies au pape » et expliquait que l’accès au site aurait été bloqué par la Secrétairerie pour la communication du Vatican « en accord avec les politiques de sécurité institutionnelles ».

Greg Burke, le directeur de la salle de presse, a réagi en niant une volonté de censure, « clairement ce n’est pas cela », et en expliquant que « sur certains ordinateurs de la Salle de presse, comme sur ceux de diverses agences, il y a des filtres qui se mettent en marchent automatiquement pour empêcher différents contenus online, de la pornographie aux malware de la publicité » ; ils règlent donc la navigation sur Internet au sein du Vatican.

Ces filtres en question « empêchent de demander ou fournir des informations personnelles, pour éviter des opérations non désirées » « C’est ce qui se passe depuis toujours, déclare la salle de presse du Saint-Siège, pour tous les sites qui demandent ce type d’informations », et « cela pour des motifs de sécurité ». C’est pourquoi, est-il précisé, de la salle de presse du Vatican on peut accéder au site de la Correction Filialis mais on ne peut pas signer la pétition puisqu’elle demande de fournir certaines informations personnelles à l’étranger. Les ordinateurs, a continué d’expliquer Greg Burke, dévient alors vers une page sur laquelle on lit : « L’accès à cette page web à été bloqué pour motif de sécurité ».

En démentant toute censure, Greg Burke a répondu : « Comme si nous faisions cela pour un document de 62 signatures… » 

 

Hérésies, Amoris Laetitia et Pape François: Saint Jean Paul II mène 101 à 7

Hérésies, Amoris Laetitia et Pape François: Saint Jean Paul II mène 101 à 7

images.jpegSaint Jean Paul II fut accusé de 101 hérésies. Les 7 de François sont bien maigres. Encore faire des efforts.

Le tweet intéressant d'Austen Ivereigh  

 

lundi, 25 septembre 2017

Amoris Laetitia: les 7 hérésies (sic!) du Pape François

Amoris Laetitia: les 7 hérésies (sic!) du Pape François

Lien: correction filiale

pape.jpgAu moyen de paroles, d’actions et d’omissions et par des passages du document « Amoris laetitia », Votre Sainteté a soutenu, de manière directe ou indirecte (avec quelle connaissance de cause, nous ne le savons pas et nous ne voulons pas en juger), les propositions fausses et hérétiques suivantes, propagées dans l’Eglise aussi bien de façon officielle que par acte privé :

1. « Une personne justifiée n’a pas la force avec la grâce de Dieu d’accomplir les commandements objectifs de la loi divine, comme si certains commandement étaient impossibles à observer pour celui qui est justifié ; ou comme si la grâce de Dieu, en produisant la justification d’un individu, ne produisait pas invariablement et par sa nature la conversion de tout péché grave, ou comme si elle ne suffisait pas à la conversion de tout péché grave. »

2. « Les chrétiens qui ont obtenu le divorce civil de leur conjoint avec lequel ils étaient validement mariés et ont contracté un mariage civil avec une autre personne (alors que leur conjoint était en vie) ; ceux qui vivent ‘more uxorio’ avec leur partenaire civil et ont choisi de rester dans cet état en toute conscience de la nature de leur action et en toute conscience de la volonté de demeurer dans cet état, ne sont pas nécessairement en état de péché mortel et peuvent recevoir la grâce sanctifiante et grandir dans la charité ».

3. « Un chrétien peut être pleinement conscient d’une loi divine et peut volontairement choisir de la violer dans une matière grave mais ne pas être en état de péché mortel comme résultat de cette ‘action’ ».

4. « Une personne, tout en obéissant à la loi divine, peut pécher contre Dieu en vertu de cette même obéissance ».

5. « La Conscience peut véritablement et correctement juger que parfois les actes sexuels entre des personnes qui ont contracté entre elles un mariage civil, bien que l’une ou deux d’entre elles soient sacramentellement mariées avec une autre personne, sont moralement bons, demandés ou commandés par Dieu ».

6. « Les principes moraux et les vérités morales contenues dans la Révélation Divine et dans la loi naturelle n’incluent pas d’interdits négatifs qui défendent absolument certains types d’actions qui par leur objet sont toujours gravement illicites ».

7. « Notre Seigneur Jésus Christ veut que l’Eglise abandonne sa discipline constante de refuser l’Eucharistie aux divorcés remariés et de refuser l’absolution aux divorcés remariés qui ne manifestent pas de repentir pour leur état de vie et une ferme intention de s’amender ».

Ces propositions contredisent toutes des vérités qui sont divinement révélées et que les catholiques doivent croire avec l’assentiment de la foi divine. […] Il est nécessaire pour le bien des âmes que leur condamnation soit rappelée par l’autorité de l’Eglise.

Correction d'Amoris Laetitia: seul Mgr Fellay l'a signé. Aucun Cardinal ou évêque en communion avec Rome

Correction d'Amoris Laetitia: “Aucun cardinal ou évêque en communion avec Rome” ne l’a signée, souligne Andrea Tornielli

fellay_correctio_filialis.jpg

 

Correction d'Amoris Laetitia: seul Mgr Fellay l'a signé. Aucun Cardinal ou évêque en communion avec Rome

(Zenit) Pour le “vaticaniste” et historien italien Andrea Tornielli – dans Vatican Insider – la soi-disant « correction » d’Amoris laetitia contient “7 présumées fausses affirmations que les signataires déduisent de leur interprétation du document papal”. Autrement dit, sept fausses interprétations.

A minuit, heure de Rome, le 23 septembre 2017, le texte a été publié en six langues, et accuse “Amoris laetitia”, l’exhortation apostolique qui noue la gerbe de deux synodes (2014-2015) sur la famille, de contenir “sept hérésies”.

Le texte a été remis au pape le 11 août. Parmi les 62 signataires de 20 pays (22 se sont ajoutés aux 40 premiers) le banquier italien Ettore Gotti Tedeschi, ancien président de l’institut financier du Vatican (IOR), congédié sous Benoît XVI en 2012.

“Aucun cardinal ou évêque en communion avec Rome” ne l’a signée, souligne Andrea Tornielli, mais des prêtres, des chercheurs, des journalistes, des bloggers “anti-François” et le supérieur de la Fraternité Saint-Pie X, Mgr Bernard Fellay.

Dans l’entretien dont nous publions des extraits, le philosophe italien Rocco Buttiglione au contraire avait mis en avant la doctrine « traditionnelle » mise en oeuvre par le document du pape François.

N.B. Le document de 26 pages est flou, très peu compréhensible, rempli d'imprécisions et de demi-vérités. 

dimanche, 24 septembre 2017

Amoris Laetitia: correction filiale adressée au Pape François

Amoris Laetitia et Pape François: « Une correction filiale concernant la propagation d’hérésies »

Lien: Le Suisse Romain, la conscience comme sanctuaire

Lien: Amoris Laetitia, les 7 hérésies du Pape François

Portant pourtant la date de Sainte Claire d'Assise, les 26 pages ne sont justement pas claires, mais floues, imprécises et peu compréhensibles.

Mgr Fellay, de la FSSPX (Ecône), est l'un des signataires; pourtant il est suspendu "ad divinis" par l'Eglise catholique romaine. A noté qu'aucun théologien de renom ne font partis de la liste. 

Site Internet de la correction filiale

------

fellay_correctio_filialis.jpgSource: La Porte Latine - Blog de Jeanne Smits

« Très Saint-Père, C'est avec une profonde tristesse, mais poussés par la fidélité envers Notre Seigneur Jésus-Christ, par l'amour pour l'Eglise et pour la papauté, et par dévotion filiale envers votre personne nous sommes contraints d'adresser à Votre Sainteté une correction à cause de la propagation d'hérésies entraînée par l'exhortation apostolique 'Amoris laetitia' et par d'autres paroles, actions et omissions de Votre Sainteté. »

C'est par ces mots que commence une lettre de 26 pages rédigée le 16 juillet 2017 et signée par 40 clercs catholiques et universitaires laïcs a été remise au pape François le 11 août 2017.

Puisqu’aucune réponse n’a été reçue du Saint-Père, elle est rendue publique aujourd’hui, le 24 septembre 2017, Fête de Notre-Dame de la Merci et de Notre-Dame de Walsingham.

La lettre, ouverte aux nouveaux signataires, a maintenant les noms de 62 clercs, dont Mgr Bernard Fellay, Supérieur Général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, et universitaires laïcs de 20 pays, qui représentent également d’autres personnes qui n’ont pas la liberté d’expression nécessaire pour signer.

Son titre est en latin : Correctio filialis de haeresibus propagatis (littéralement : « Une correction filiale concernant la propagation d’hérésies »). Elle affirme que le pape, par son Exhortation apostolique Amoris laetitia ainsi que par d’autres paroles, actions et omissions en rapport avec celle-ci, a effectivement soutenu sept propositions hérétiques par rapport au mariage, à la vie morale et à la réception des sacrements, et qu’il a été à l’origine de la diffusion de ces opinions hérétiques au sein de l’Eglise catholique.

La Porte Latine du 24 septembre 2017

Cette lettre de correction comporte trois parties principales.

Dans la première partie, les signataires expliquent pourquoi, en tant que catholiques croyants et pratiquants, ils ont le droit et le devoir d’adresser une telle correction au souverain pontife. Le droit ecclésiastique lui-même requiert que les personnes compétentes ne restent point silencieuses lorsque les pasteurs de l’Eglise induisent le troupeau en erreur. Cela n’entraîne aucun conflit avec le dogme catholique de l’infaillibilité pontificale, puisque l’Eglise enseigne qu’un pape doit satisfaire à des critères stricts pour que ses paroles puissent être considérées comme infaillibles. Le pape François n’a pas rempli ces critères.

Il n’a pas déclaré que ces positions hérétiques sont des enseignements définitifs de l’Eglise, pas plus qu’il n’a déclaré que les catholiques devraient les croire avec l’assentiment de la foi. L’Eglise enseigne qu’aucun pape ne peut soutenir que Dieu lui aurait révélé quelque nouvelle vérité que les catholiques seraient obligés de croire.

La deuxième partie de la lettre est la partie essentielle, puisqu’elle contient la « correction » proprement dite. Elle établit la liste des passages d’Amoris laetitia où des positions hérétiques sont insinuées ou encouragées, puis elle énumère les paroles, les actes et les omissions du pape François qui font comprendre, au-delà de tout doute raisonnable, que celui-ci veut voir les catholiques interpréter ces passages d’une manière qui est, de fait, hérétique (3). En particulier, le pape a directement ou indirectement approuvé les croyances selon lesquelles l’obéissance à la loi de Dieu peut se trouver être impossible ou non souhaitable, et selon lesquelles l’Eglise soit parfois accepter que l’adultère soit considéré comme compatible avec le fait d’être un catholique pratiquant.

La partie finale, sous le titre « Elucidation », aborde les deux causes de cette crise unique. L’une des causes est le « modernisme ». Théologiquement parlant, le modernisme est la croyance que Dieu n’a pas transmis des vérités définitives à l’Eglise qu’elle doit continuer d’enseigner dans un sens exactement identique jusqu’à la fin des temps.

Les modernistes tiennent que Dieu ne communique à l’homme que des expériences, sur lesquelles les êtres humains peuvent réfléchir, de manière à affirmer des choses variées sur Dieu, la vie et la religion ; mais de telles affirmations ne sont que provisoires, et ne sont jamais des dogmes fixes. Le modernisme a été condamné par le pape saint Pie X (4) au début du XXe siècle, mais il a connu un regain au milieu de ce siècle. La confusion importante et persistante qui s’est installée dans l’Eglise catholique à travers le modernisme oblige les signataires à rappeler la vraie définition de la « foi », de l’« hérésie », de la « révélation » et du « magistère ».

                                                                             --------

source: FSSPX

Amoris Laetitia: correction filiale adressée au Pape François

exhortation_amoris_laetitia_in_vatican_city_2.jpgLien: Cath.ch

Le 16 juillet 2017, plusieurs clercs et universitaires laïcs ont adressé au pape François une correctio filialis, correction filiale, rendue publique ce dimanche 24 septembre. Ils y relèvent sept hérésies contenues dans l’exhortation apostolique Amoris lætitia.

 

Actualités en présente ci-dessous le résumé, suivi de la liste des signataires. 

On peut lire et télécharger ici le texte in extenso de la Correctio filialis. Un site a été spécialement créé : www.correctiofilialis.org ; on pourra s’y reporter pour avoir des informations sur la diffusion de la Correctio filialis.

Cette critique très documentée fait suite aux Dubia sur Amoris lætitia (19 septembre 2016) des quatre cardinaux, Walter Brandmüller, Raymond L. Burke, Joachim Meisner et Carlo Caffarra, – ces deux derniers étant décédés cette année, respectivement le 5 juillet et le 6 septembre. Ils y demandaient respectueusement au pape François de « faire la clarté » sur cinq points hétérodoxes d’Amoris lætitia.

Les Dubia, restés sans réponse, furent suivis d’une demande d’audience de la part de leurs auteurs (25 avril 2017). Audience non accordée.

Le 29 juin 2016, 45 théologiens avaient fait parvenir au cardinal Angelo Sodano, doyen du Collège des Cardinaux une nouvelle étude critique portant sur 19 points d’Amoris lætitia. Critique, elle aussi, restée sans réponse.

Dans la liste des 62 signataires de la Correctio filialis on retrouve plusieurs noms figurant déjà dans celle des 45 théologiens de 2016, mais parmi les nouveaux noms on notera celui de Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, seul évêque à avoir signé le document, pour l’heure car - comme l’indique la présentation résumée de la Correctio filialis - la liste des signataires demeure ouverte.


Résumé de la Correctio filialis

Une lettre de 26 pages signée par 40 clercs catholiques et universitaires laïcs a été remise au pape François le 11 août 2017. Puisqu'aucune réponse n'a été reçue du Saint-Père, elle est rendue publique aujourd'hui, le 24 septembre, fête de Notre-Dame de la Merci et de Notre-Dame de Walsingham. La lettre, ouverte aux nouveaux signataires, a actuellement les noms de 62 clercs et universitaires laïcs de 20 pays, qui représentent également d'autres personnes qui n'ont pas la liberté d'expression nécessaire pour signer. Son titre est en latin : Correctio filialis de haeresibus propagatis (littéralement : « Une correction filiale concernant la propagation d’hérésies »). Elle affirme que le pape, par son Exhortation apostolique Amoris laetitia ainsi que par d’autres paroles, actions et omissions en rapport avec celle-ci, a effectivement soutenu sept propositions hérétiques par rapport au mariage, à la vie morale et à la réception des sacrements, et qu'il a été à l’origine de la diffusion de ces opinions hérétiques au sein de l’Eglise catholique. Ces sept hérésies ont été exprimées par les signataires en latin, langue officielle de l’Eglise.

Cette lettre de correction comporte trois parties principales. Dans la première partie, les signataires expliquent pourquoi, en tant que catholiques croyants et pratiquants, ils ont le droit et le devoir d’adresser une telle correction au souverain pontife. Le droit ecclésiastique lui-même requiert que les personnes compétentes ne restent point silencieuses lorsque les pasteurs de l’Eglise induisent le troupeau en erreur. Cela n’entraîne aucun conflit avec le dogme catholique de l’infaillibilité pontificale, puisque l’Eglise enseigne qu'un pape doit satisfaire à des critères stricts pour que ses paroles puissent être considérées comme infaillibles. Le pape François n’a pas rempli ces critères. Il n’a pas déclaré que ces positions hérétiques sont des enseignements définitifs de l’Eglise, pas plus qu'il n’a déclaré que les catholiques devraient les croire avec l’assentiment de la foi. L'Eglise enseigne qu'aucun pape ne peut soutenir que Dieu lui aurait révélé quelque nouvelle vérité que les catholiques seraient obligés de croire.

La deuxième partie de la lettre est la partie essentielle, puisqu’elle contient la « correction » proprement dite. Elle établit la liste des passages d’Amoris laetitia où des positions hérétiques sont insinuées ou encouragées, puis elle énumère les paroles, les actes et les omissions du pape François qui font comprendre, au-delà de tout doute raisonnable, que celui-ci veut voir les catholiques interpréter ces passages d’une manière qui est, de fait, hérétique. En particulier, le pape a directement ou indirectement approuvé les croyances selon lesquelles l’obéissance à la loi de Dieu peut se trouver être impossible ou non souhaitable, et selon lesquelles l’Eglise sait parfois accepter que l’adultère soit considéré comme compatible avec le fait d’être un catholique pratiquant.

La partie finale, sous le titre « Elucidation », aborde les deux causes de cette crise unique. L’une des causes est le « modernisme ». Théologiquement parlant, le modernisme est la croyance que Dieu n’a pas transmis à l’Eglise des vérités définitives qu'elle doit continuer d’enseigner dans un sens exactement identique jusqu’à la fin des temps. Les modernistes tiennent que Dieu ne communique à l’homme que des expériences, sur lesquelles les êtres humains peuvent réfléchir, de manière à affirmer des choses diverses sur Dieu, la vie et la religion ; mais de telles affirmations ne sont que provisoires, et ne sont jamais des dogmes fixes. Le modernisme a été condamné par le pape saint Pie X au début du XXe siècle, mais il a connu un regain au milieu de ce siècle. La confusion importante et persistante qui s’est installée dans l’Eglise catholique à travers le modernisme oblige les signataires à rappeler la vraie définition de la « foi », de l’« hérésie », de la « révélation » et du « magistère ».

Une deuxième cause de la crise est constituée par l’influence apparente des idées de Martin Luther sur le pape François. La lettre montre comment Luther, fondateur du protestantisme, avait sur le mariage, le divorce, le pardon et la loi divine des idées qui correspondent à celles promues par le pape en paroles, en actions et par omission. Elle met également en évidence la louange explicite et sans précédent qu’a faite le pape de l’hérésiarque allemand.

Les signataires ne s’aventurent pas à juger du degré de conscience avec lequel le pape François a propagé les sept hérésies qu'ils énumèrent. Mais ils insistent avec respect pour qu’il condamne ces hérésies, qu'il a directement ou indirectement soutenues.

Les signataires professent leur fidélité à la Sainte Eglise romaine, assurant le pape de leurs prières et implorant sa bénédiction apostolique.

Dr. Gerard J. M. van den Aardweg
European editor, Empirical Journal of Same-Sex Sexual Behavior

Prof. Jean Barbey
 Historian and Jurist, former Professor at the University of Maine

Fr Claude Barthe
Diocesan Priest

Philip M. Beattie BA (Leeds), MBA(Glasgow), MSc (Warwick), Dip.Stats (Dublin)
Associate Lecturer, University of Malta (Malta)

Fr Jehan de Belleville
Religious

Dr. Philip Blosser
Professor of Philosophy, Sacred Heart Major Seminary, Archdiocese of Detroit

Fr Robert Brucciani
District superior of the SSPX in Great Britain

Prof. Mario Caponnetto
University Professor, Mar de la Plata (Argentina)

Mr Robert F. Cassidy STL

Fr Isio Cecchini
Parish Priest in Tuscany

Salvatore J. Ciresi, M.A.
Director of the St. Jerome Biblical Guild, Lecturer at the Notre Dame Graduate School of Christendom College

Fr. Linus F Clovis, Ph.D., JCL, M.Sc., STB, Dip. Ed,
Director of the Secretariat for Family and Life in the Archdiocese of Castries

Fr Paul Cocard
Religious

Fr Thomas Crean OP STD

Prof. Matteo D'Amico
Professor of History and Philosophy, Senior High School of Ancona

Dr. Chiara Dolce PhD
Research doctor in Moral Philosophy at the University of Cagliari

Deacon Nick Donnelly MA

Petr Dvorak
Head of Department for the Study of Ancient and Medieval Thought at the Institute of Philosophy, Czech Academy of Sciences, Prague; Professor of philosophy at Saints Cyril and Methodius Theological Faculty, Palacky University, Olomouc, Czech Republic

H.E. Mgr Bernard Fellay
Superior General of the SSPX

Christopher Ferrara Esq.
Founding President of the American Catholic Lawyers’ Association

Prof. Michele Gaslin
Professor of Public Law at the University of Udine

Prof. Corrado Gnerre
Professor at the Istituto Superiore di Scienze Religiose of Benevento, Pontifical Theological University of Southern Italy

Dr. Ettore Gotti Tedeschi
Former President of the Institute for Works of Religion (IOR), Professor of Ethics at the Catholic University of the Sacred Heart, Milan

Dr. Maria Guarini STB
Pontificia Università Seraphicum, Rome; editor of the website Chiesa e postconcilio

Prof. Robert Hickson PhD
Retired Professor of Literature and of Strategic-Cultural Studies

Fr John Hunwicke
Former Senior Research Fellow, Pusey House, Oxford

Fr Jozef Hutta
Diocesan Priest

Prof. Isebaert Lambert
Full Professor at the Catholic University of Louvain, and at the Flemish Katholieke Universiteit Leuven

Dr. John Lamont STL DPhil (Oxon.)

Fr Serafino M. Lanzetta STD
Lecturer in Dogmatic Theology, Theological Faculty of Lugano, Switzerland; Priest in charge of St Mary’s, Gosport, in the diocese of Portsmouth

Prof. Massimo de Leonardis
Professor and Director of the Department of Political Sciences at the Catholic University of the Sacred Heart in Milan

Msgr. Prof. Antonio Livi
Academic of the Holy See
Dean emeritus of the Pontifical Lateran University
Vice-rector of the church of Sant'Andrea del Vignola, Rome

Dr. Carlo Manetti
Professor in Private Universities in Italy

Prof. Pietro De Marco
Former Professor at the University of Florence

Prof. Roberto de Mattei
Former Professor of the History of Christianity, European University of Rome, former Vice President of the National Research Council (CNR)

Fr Cor Mennen
Lecturer in Canon Law at the Major Seminary of the Diocese of ‘s-Hertogenbosch (Netherlands). Canon of the cathedral chapter of the diocese of ‘s-Hertogenbosch

Prof. Stéphane Mercier
Lecturer in Philosophy at the Catholic University of Louvain

Don Alfredo Morselli STL
Parish priest of the archdiocese of Bologna

Martin Mosebach
Writer and essayist

Dr. Claude E. Newbury M.B., B.Ch., D.T.M&H., D.O.H., M.F.G.P., D.C.H., D.P.H., D.A., M. Med;
Former Director of Human Life International in Africa south of the Sahara; former Member of the Human Services Commission of the Catholic Bishops of South Africa

Prof. Lukas Novak
Faculty of Arts and Philosophy, Charles University, Prague

Fr Guy Pagès
Diocesan Priest

Prof. Paolo Pasqualucci
Professor of Philosophy (retired), University of Perugia

Prof. Claudio Pierantoni
Professor of Medieval Philosophy in the Philosophy Faculty of the University of Chile; Former Professor of Church History and Patrology at the Faculty of Theology of the Pontificia Universidad Católica de Chile

Father Anthony Pillari, J.C.L., M.C.L

Prof. Enrico Maria Radaelli
Philosopher, editor of the works of Romano Amerio

Dr. John Rao
Associate Professor of History, St. John’s University, NYC; Chairman, Roman Forum

Dr. Carlo Regazzoni
Licentiate in Philosophy at University of Freiburg

Dr. Giuseppe Reguzzoni
External Researcher at the Catholic University of Milan and former editorial assistant of Communio, International Catholic Review (Italian edition)

Prof. Arkadiusz Robaczewski
Former Professor at the Catholic University of Lublin

Fr Settimio M. Sancioni STD
Licence in Biblical Science

Prof. Andrea Sandri
Research Associate, Catholic University of the Sacred Heart in Milan

Dr. Joseph Shaw
Tutor in Moral philosophy, St Benet’s Hall, University of Oxford

Fr Paolo M. Siano HED (Historiae Ecclesiasticae Doctor)

Dr. Cristina Siccardi
Historian of the Church

Dr Anna Silvas
Adjunct research fellow, University of New England, NSW, Australia

Prof. Dr Thomas Stark
Phil.-Theol. Hochschule Benedikt XVI, Heiligenkreuz

Rev. Glen Tattersall
Parish Priest, Parish of Bl. John Henry Newman, archdiocese of Melbourne; Rector, St Aloysius’ Church

Prof. Giovanni Turco
Associate Professor of Philosophy of Public Law at the University of Udine, Member Corrispondent of the Pontificia Accademia San Tommaso d'Aquino

Prof. Piero Vassallo
Former editor of Cardinal Siri’s theological review Renovatio

Prof. Arnaldo Vidigal Xavier da Silveira
Former Professor at the Pontifical University of São Paulo, Brazil

Mons. José Luiz Villac
Former Rector of the Seminary of Jacarezinho

vendredi, 22 septembre 2017

La maladie de la discussion et des querelles de mots

images-1.jpeg

Il ne sort de tout cela que rivalités, discordes, insultes, soupçons malveillants, disputes interminables de gens à l'esprit corrompu ...

Saint Paul

La maladie de la discussion et des querelles de mots

images.jpegLe Pape François n'est pas le Pape légitime; il change la doctrine de l'Eglise notamment sur la mariage, en créant un nouvel institut Jean-Paul II.

Avec Amoris Laetitia, François a opéré une rupture avec la tradition de l'Eglise ... 

Les Saintes Ecritures viennent à notre secours: 

Vendredi 24ème semaine du temps ordinaire. Saint Paul:

Fils bien-aimé, je t'ai dit ce que tu dois enseigner et recommander. Si quelqu'un enseigne autre chose, et ne s'attache pas aux paroles solides, celles de notre Seigneur Jésus Christ, et à l'enseignement vraiment religieux, un tel homme est plein de lui-même, il ne sait rien, c'est un malade de la discussion et des querelles de mots.

Il ne sort de tout cela que rivalités, discordes, insultes, soupçons malveillants, disputes interminables de gens à l'esprit corrompu, qui, coupés de la vérité, ne voient dans la religion qu'une source de profit.

Certes, il y a un grand profit dans la religion si l'on se contente de ce que l'on a. De même que nous n'avons rien apporté dans ce monde, nous ne pourrons rien emporter. Si nous avons de quoi manger et nous habiller, sachons nous en contenter.

Ceux qui veulent s'enrichir tombent dans le piège de la tentation ; ils se laissent prendre par une foule de désirs absurdes et dangereux, qui précipitent les gens dans la ruine et la perdition. Car la racine de tous les maux, c'est l'amour de l'argent. Pour s'y être livrés, certains se sont égarés loin de la foi et se sont infligé à eux-mêmes des tourments sans nombre. Mais toi, l'homme de Dieu, évite tout cela ; cherche à être juste et religieux, vis dans la foi et l'amour, la persévérance et la douceur. Continue à bien te battre pour la foi, et tu obtiendras la vie éternelle ; c'est à elle que tu as été appelé, c'est pour elle que tu as été capable d'une si belle affirmation de ta foi devant de nombreux témoins.

jeudi, 21 septembre 2017

Institut pontifical théologique Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille

Institut pontifical théologique Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille

Unknown.jpegZenit - Approfondir la théologie de la femme, étudier la crise de la paternité, les questions de genre, le fossé entre les générations, l’économie de la famille… compteront parmi les développements du nouvel « Institut pontifical théologique Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille », que le pape François a institué en lieu et place de « l’Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille », fondé en 1981.

Lors d’une conférence de presse au Vatican le 19 septembre 2017, Mgr Vincenzo Paglia, Grand Chancelier de l’Institut et Mgr Pierangelo Sequeri, doyen – qui restent en place au sein de l’établissement – ont expliqué que la nouvelle dénomination ajoutait les termes « théologique » et « sciences », englobant désormais les « sciences humaines et anthropologiques » qui touchent le mariage et la famille.

Le nouvel Institut aura pour mission de « faire comprendre dans toute son ampleur, y compris scientifique, ce qui est écrit dans Amoris Laetitia » : l’exhortation apostolique en sera la « charte ». Il s’agira aussi d’intensifier le dialogue avec les non-catholiques et les non-croyants, car « la famille et le mariage ne sont pas une question catholique, mais planétaire ».

Dans un communiqué, les responsables de l’Institut soulignent le double objectif de cette initiative du pape François : mettre la famille « de façon nouvelle au centre de l’attention » et relancer l’intuition de Jean-Paul II, 36 ans plus tard.

Par cette décision, le pape argentin manifeste « sa conviction profonde » que ce thème est « crucial » et que l’Eglise doit être en « discernement ». Mais, affirment-ils, il n’y a pas de « prise de distance » avec l’inspiration de Jean-Paul II qui voulait une « institution de haut niveau dédiée à la recherche et à la formation spécialisée universitaire » en lien avec le Saint-Siège.

Par l’élargissement des domaines d’enseignement et de la recherche, le Motu proprio du pape – Summa familiae cura – met en relief « la centralité de la famille » pour la « conversion pastorale » et missionnaire de l’Eglise, qui ne peut se faire sans « une attention aux blessures de l’humanité ». Il affirme aussi que « le bien de la famille est décisif pour l’avenir du monde et de l’Eglise ».

En développant notamment les « sciences humaines » et une « culture anthropologique », l’Institut pontifical sera « un centre théologique d’excellence et de référence ». L’intuition initiale est « relancée à la hauteur du kairos actuel de l’Eglise, c’est-à-dire pleinement inscrite dans le dynamisme actuel de la transformation de la mission et des structures ecclésiales ».

Ainsi, notent les dirigeants, le Motu proprio parle de « l’alliance fondamentale entre l’homme et la femme pour la sauvegarde de la génération et de la création ». Cet aspect, qui fait appel à « la théologie biblique de la création » n’était « pas encore développé de façon cohérente dans ses profondes implications sociales et ecclésiales ».

Crimes pédophiles: aucun recours, aucune grâce du Pape

 

Crimes pédophiles : la prise de conscience des faits par l'Eglise est arrivée un peu tard, les moyens pour résoudre le problème arrivent tard aussi

Pape François

Unknown-1.jpeg

Le Pape salue nommément les efforts du cardinal O’Malley et de Marie Collins, cette femme victime d’abus en Irlande, qui après en avoir été l'un des membres fondateurs avait quitté la commission il  y a quelques mois, mais qui a participé la semaine dernière à une formation pour les nouveaux évêques.

(selon mes informations, le conflit entre Marie Collins et le Cardinal Müller aurait été l'élément déclencheur pour ne pas prolonger le service du préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi)

Crimes pédophiles: aucun recours, aucune grâce du Pape

(source)

images-3.jpegDans un discours improvisé, le pape François a souhaité jeudi que les prêtres condamnés pour pédophilie n'aient plus la possibilité de faire appel de leur procédure canonique et assuré qu'il n'accorderait jamais de grâce dans ce type d'affaire.

« Un abus sur mineur, s'il est prouvé, est suffisant pour qu'un appel ne soit pas recevable. Si les preuves sont là, la peine est définitive » « Et pour ce qui est des demandes de grâce au pape, moi pour ces crimes je ne signerai rien ». 

Mea culpa

« Dans un seul cas, j'ai écouté les arguments d'un évêque, celui de Crema (près de Milan), qui voulait retirer toutes ses charges au prêtre coupable mais pas son statut clérical. Devant les deux possibilités, j'ai choisi la plus bienveillante. Mais après deux ans, il a rechuté. C'est la seule fois où je me suis trompé, et j'en ai tiré la leçon »

Une prise de conscience tardive

« La prise de conscience des faits par l'Eglise est arrivée un peu tard, (... et) les moyens pour résoudre le problème arrivent tard aussi. C'est une réalité, la vieille pratique de déplacer d'un diocèse à un autre (les prêtres pédophiles) a un peu endormi les consciences »

Tolérance zéro

Dans le discours officiel qu'il n'a pas lu mais remis aux membres de la commission, le pape a dénoncé « le scandale des abus sexuels » comme « une terrible ruine pour l'ensemble de l'humanité » et « une expérience très douloureuse pour l'Eglise ». « Nous avons honte des abus commis par les ministres sacrés, qui devraient être les plus dignes de confiance ». 

 

21 septembre, Fête de Saint Matthieu: les pharisiens murmurent contre Jésus ... et contre Bergoglio Pape François

images-2.jpeg

21 septembre, Fête de Saint Matthieu: les pharisiens murmurent contre Jésus ... et contre Bergoglio Pape François

Pour ceux qui connaissent la biographie de Jorge Maria Bergoglio, le 21 septembre est une date fondamentale. Jeune garçon, amoureux d'une jolie demoiselle, il ressent le besoin d'aller se confesser. Il entre dans une église dédiée à Saint Joseph et durant la confession fait l'expérience de la Miséricorde qui l'appelle. 

L'Evangile de la Saint Matthieu est éloquent. Les pharisiens reprochent à Jésus de faire bon accueil aux pécheurs et aux publicains. De fait, durant tout son ministère, Jésus sera combattu par ces mêmes pharisiens. Ils se sentent justes, n'éprouvent pas le besoin de se convertir. Jésus les traitera de sépulcres blanchis et d'hypocrites. 

Rien de nouveau sous le soleil. Le Pape François, doux Christ sur la terre, est également contesté par une bulle virtuelle, très présente et active sur internet.

Nous avons tous en nous un pharisien, éveillé ou endormi. 

Unknown-2.jpeg

ÉVANGILE

« Suis-moi. L’homme se leva et le suivit » (Mt 9, 9-13)

Alléluia. Alléluia.
À toi, Dieu, notre louange !
Toi que les Apôtres glorifient,
nous t’acclamons : tu es Seigneur !
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
    Jésus sortit de Capharnaüm
et vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu,
assis à son bureau de collecteur d’impôts.
Il lui dit :
« Suis-moi. »
L’homme se leva et le suivit.


    Comme Jésus était à table à la maison,
voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts)
et beaucoup de pécheurs
vinrent prendre place avec lui et ses disciples.
    

Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples :
« Pourquoi votre maître mange-t-il
avec les publicains et les pécheurs ? »
    

Jésus, qui avait entendu, déclara :
« Ce ne sont pas les gens bien portants
qui ont besoin du médecin,
mais les malades.
    Allez apprendre ce que signifie :
Je veux la miséricorde, non le sacrifice.
En effet, je ne suis pas venu appeler des justes,
mais des pécheurs. »

mercredi, 20 septembre 2017

Lyon et Cardinal Barbarin: pour bien comprendre la suspension du procès canonique (ecclésiastique) du Père Preynat

Unknown-1.jpeg

Lyon et Cardinal Barbarin: pour bien comprendre la suspension du procès canonique (ecclésiastique) du Père Preynat 

"C’est un problème qui date de quarante ans et il (Monseigneur Barbarin) pensait qu’il y avait prescription". 


Pape François, rencontres avec Dominique Wolton

images-1.jpeg


(Golias) J’avoue n’avoir pas immédiatement compris la mesure prise par le Cardinal Barbarin de suspendre temporairement le procès canonique du Père Preynat.

Après avoir lu attentivement les interviews disponibles, voici ce que je retiens :

- S’il y a une lacune, elle se trouve surtout du côté de la justice civile pour laquelle la prescription intervient vite. Pour l’Eglise, il n’y a pas de prescription à la souffrance. Le Pape a justement levé la prescription canonique ou ecclésiale, à la demande du cardinal Barbarin, pour que le procès du P. Preynat puisse se tenir. Si les victimes obtiennent justice et vérité, c’est justement par le truchement de cette loi ecclésiastique qui ne fait pas de la prescription un absolu. Il faut donc se battre pour que la justice civile change ses modalités relatives aux délais de prescription.

- En l’état trois prêtres instruisent le dossier Preynat. Dans une interview au journal Le Monde*, le primat des Gaules rappelle qu’il veut mettre les victimes à la première place. Ultimement, il faut savoir que la sentence ecclésiale, canonique, sera prise par Monseigneur Barbarin, puisqu’il est l’évêque du lieu. Comme le procès Preynat interroge également les victimes, d’une certaine façon de la part du cardinal, il a été estimé qu’il fallait éviter une collusion entre les instructions civiles et canoniques.

En effet, le prélat lyonnais est mis en cause par les victimes devant la justice française pour non-dénonciation, il convenait donc d’attendre la décision de justice de son pays pour ne pas instrumentaliser une décision aussi importante. Sinon le reproche aurait été inévitable : vous sanctionnez maintenant le Père Preynat pour peser dans la décision civile. Il vaut mieux distinguer, justement pour permettre la vérité dans les deux domaines.

- Monseigneur Ladaria, nouveau préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi avait donc raison lorsque qu’il invitait le Cardinal Barbarin à prendre des mesures disciplinaires, en évitant le scandale public. Civilement, il n’y avait malheureusement pas de moyen d’action, puisque le témoignage d’Alexandre Dussot de l’été 2014 présentait de lui-même les faits dont il avait été victime, comme prescrits.

- A mon avis, il ne fait guère de doute que le Père Preynat sera reconduit, à terme, à l’état laïc. Pour l’instant, il vit seul, interdit de tout ministère public.

P.S. Un ami, connaisseur en droit canon, me rappelle que pour le droit ecclésial, par exemple pour un procès en nullité d'un mariage, l'Eglise attend d'abord la décision civile (sentence du divorce) pour instruire la cause au niveau canonique. 

*Le Monde: Où en est la procédure canonique (un procès interne à l’Eglise catholique) concernant le père Bernard Preynat ?

- Card Barbarin: Une procédure judiciaire visant le père Preynat est en cours. Mais, comme elle était ralentie par différents recours, j’ai décidé d’ouvrir sans plus tarder un procès canonique. Pour cela, j’ai dû demander à Rome de lever la prescription des faits. Le pape a donné son accord. Le procès canonique est en cours. Il a lieu à l’officialité de Lyon, mais aucun des juges n’est de Lyon. Beaucoup a été fait.

Tous ceux qui voulaient parler ont été entendus. Je ne sais pas quand la sentence sera rendue, car, entre-temps, une autre procédure judiciaire a été réenclenchée à la demande des victimes et on lui donne la priorité. En accord avec le procureur, qui a été consulté, nous avons suspendu la procédure canonique pour respecter la procédure civile actuelle.

---------

abus-sexuel-800x450.jpg

Merci à La Parole Libérée. Par leur action, ces crimes sont sortis du silence. 

mardi, 19 septembre 2017

Dernier article gag: le Pape François souffrirait d'un trouble narcissique de la personnalité

images.jpeg

Dernier article gag: le Pape François souffrirait d'un trouble narcissique de la personnalité

Lien - Lien 1 - Lien 2 (source:  .... Moi)

Précédent historique: Jésus aurait perdu la tête: Marc 3, 20-22

... et la foule s'assembla de nouveau, en sorte qu'ils ne pouvaient pas même prendre leur repas. Les parents de Jésus, ayant appris ce qui se passait, vinrent pour se saisir de lui; car ils disaient: Il est hors de sens. Et les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, dirent: Il est possédé de Béelzébul; c'est par le prince des démons qu'il chasse les démons.…

P.S. Isaac le fils Abraham aurait eu un père pervers narcissique. Jésus aurait souffert d'un Père atteint d'un complexe d'Oedipe inversé ...

Unknown.png

Motu Proprio du Pape François: nouvel Institut pour le mariage et les sciences de la famille

Motu Proprio du Pape François: nouvel Institut pour le mariage et les sciences de la famille

Unknown.jpegRadio Vatican annonce un Motu proprio du Pape François qui crée un nouvel "institut pour le mariage et les sciences de la famille". Ce dernier sera enrichi par l'apport d'Amoris Laetitia. L'institut Jean-Paul II pour la famille a été fondé par Saint Jean-Paul II en 1981. 

"Institut théologique pontifical Jean Paul II pour le mariage et les sciences de la famille". 

Afin de montrer la profonde continuité dans la doctrine de l'Eglise, l'Institut portera toujours le nom de Saint Jean-Paul II: "Institut théologique pontifical Jean-Paul II pour le mariage et les sciences de la famille". 

dimanche, 17 septembre 2017

"Amoris laetitia": l'harmonie et la convergence entre les deux Papes

Unknown 19.52.54.jpeg

"Amoris laetitia": l'harmonie et la convergence entre les deux Papes

"La joie de l'amour" est un texte sur la famille qui appartient au Magistère ordinaire du Pape François.

Or, elle peut être lue avec deux lunettes, ou deux herméneutiques déjà évoquées par le Pape Benoît XVI: celle de la rupture ou celle de la réforme (discours à la curie romaine de Noël 2005).

Ce texte sur la famille semble concentrer ou résumer deux approches combatives qui existent depuis le début du pontificat de François. 

L'interprétation de l'exhortation apostolique "Amoris laetitia" du Pape François vue comme une rupture est une fiction médiatique, largement répandue dans les blogs qui n'aiment pas ou qui récupèrent François. Elle est mère de deux attitudes: le progressisme ou le traditionalisme qui ont la même base commune, la même racine: la rupture. Ce deux interprétations sont erronées. 

L'équilibre ou l'interprétation selon la réforme se situent du côté du développement ou de l'approfondissement de la loi de la gradualité. Les prêtres sont des pasteurs qui offrent aux âmes un plan incliné praticable. L'objectif est toujours identique (cf. Saint Jean-Paul II), mais la recherche de la porte ouverte des coeurs devient fondamentale. Il suffit de vouloir faire un petit pas pour s'ouvrir à l'aide de l'Eglise. Cela appelle le dialogue et le discernement. 

L'interprétation droite et correcte est celle de la Miséricorde, celle de la réforme annoncée par le Pape Benoît XVI. De fait, "Amoris laetitia" doit être lue dans la continuité de l'enseignement de l'Eglise. Notamment depuis le Pape Saint Jean XXIII et le bienheureux Paul VI, la Miséricorde est centrale: 

Les paroles riches de sens que saint Jean XXIII a prononçées à l’ouverture du Concile pour montrer le chemin à parcourir reviennent en mémoire: « Aujourd’hui, l’Épouse du Christ, l’Église, préfère recourir au remède de la miséricorde plutôt que de brandir les armes de la sévérité … L’Eglise catholique, en brandissant le flambeau de la vérité religieuse, veut se montrer la mère très aimante de tous, bienveillante, patiente, pleine d’indulgence et de bonté à l’égard de ses fils séparés ».

Dans la même perspective, lors de la conclusion du Concile, le bienheureux Paul VI s’exprimait ainsi : « Nous voulons plutôt souligner que la règle de notre Concile a été avant tout la charité … La vieille histoire du bon Samaritain a été le modèle et la règle de la spiritualité du Concile…. Un courant d’affection et d’admiration a débordé du Concile sur le monde humain moderne. Des erreurs ont été dénoncées. Oui, parce que c’est l’exigence de la charité comme de la vérité mais, à l’adresse des personnes, il n’y eut que rappel, respect et amour. Au lieu de diagnostics déprimants, des remèdes encourageants ; au lieu de présages funestes, des messages de confiance sont partis du Concile vers le monde contemporain : ses valeurs ont été non seulement respectées, mais honorées ; ses efforts soutenus, ses aspirations purifiées et bénies… toute cette richesse doctrinale ne vise qu’à une chose : servir l’homme. Il s’agit, bien entendu, de tout homme, quels que soient sa condition, sa misère et ses besoins ».

Pape François, Misericordiae vultus

Le Pape émérite Benoît XVI a reconnu, encore tout récemment,  l'idée de la Miséricorde comme un signe des temps

Pour moi, le fait que l'idée de la miséricorde de Dieu devienne de plus en plus centrale et dominante - à partir de Sœur Faustine - dont les visions, à bien des égards, reflètent profondément l'image de Dieu propre à l'homme d'aujourd'hui et son désir de la bonté divine - est un "signe des temps".

La parabole ou l'image de Raphaël 

Au fond, François regarde le coeur la réalité ou la complexité de la pâte humaine et Benoît XVI montre l'objectif. L'image qui me vient en tête est celle de la peinture de Raphaël au musée du Vatican, qui met en image les écoles philosophiques grecs, notamment avec la représentation de Platon et d'Aristote; parabole limitée mais image sans doute parlante. 

Platon tient dans sa main l'un de ses dialogues, qui s'appelle le Timée tandis qu'Aristote a son Éthique à la main. Les gestes des deux philosophes - le premier tend sa main vers le ciel tandis que le second désigne la terre - offrent une représentation symbolique de leurs conceptions philosophiques. Comparaison n'est pas raison dit le dicton; la parabole s'arrête là, car François et Benoît XVI ne s'oppose justement pas. 

Unknown-2.jpeg

Les deux approches de François et de Benoît XVI ne s'opposent nullement, mais se revoient l'une à l'autre pour s'harmoniser et s'intégrer dans la synthèse de la recherche de la vérité. 

La loi de la gradualité du Pape François, sorte de plan incliné proposé à la personne

300px-Raffael_061.jpg

Aristote et son Éthique désigne la terre, représentant le monde sensible et immanent;

ou le Pape François qui descend dans l'épaisseur de la faiblesse humaine

Le plan incliné, la loi de la gradualité ou la porte ouverte du coeur sont résumés dans le petit pas. Sainte Thérèse de Lisieux parlait de lever son petit pied. C'est l'appel à la conversion. 

Dans le livre "le nom de Dieu est Miséricorde", Andrea Tornielli raconte une jolie anecdote. Avant l'édition du livre  François a demandé de changer une de ses phrases: "La médecine existe, la guérison aussi, si seulement nous faisons un petit pas vers Dieu". Après une relecture, le Pape demande à Andrea Tornielli d'écrire plutôt : " ... ou avons au moins le désir de faire ce petit pas".

François est le théologien de la vie, un grand spirituel, qui nous apprend à discerner les mouvement de nos âmes, avec un grand réalisme, conscient de la difficulté de chacune de nos vies. Pour les personnes qui vivent dans des situations irrégulières ou de ruptures fort difficiles, voici ce qu'il dit: 

Amoris laetitia
§ 305. À cause des conditionnements ou des facteurs atténuants, il est possible que, dans une situation objective de péché – qui n’est pas subjectivement imputable ou qui ne l’est pas pleinement – l’on puisse vivre dans la grâce de Dieu, qu’on puisse aimer, et qu’on puisse également grandir dans la vie de la grâce et dans la charité, en recevant à cet effet l’aide de l’Église.[351]
*
[note de bas de page 351] Dans certains cas, il peut s’agir aussi de l’aide des sacrements. Voilà pourquoi, « aux prêtres je rappelle que le confessionnal ne doit pas être une salle de torture mais un lieu de la miséricorde du Seigneur » : (Exhort. ap. Evangelii gaudium 24 novembre 2013, n. 44). Je souligne également que l’Eucharistie « n’est pas un prix destiné aux parfaits, mais un généreux remède et un aliment pour les faibles » (Evangelii gaudium, n. 47).

Lors de la confession, si le prêtre discerne une ouverture vers l'enseignement de l'Eglise, alors l'absolution est possible. En fait, tout comme dans son action pastorale, cela a toujours été ainsi dans l'enseignement classique de l'Eglise. 

L'enseignement du Compendium de l'Eglise catholique de Benoît XVI

300px-Raffael_067.jpg

Platon et son Timée désigne le ciel;

ou le Pape Benoît XVI qui montre le but, l'objectif, la vie avec le Christ

Pour les personnes divorcées remariées, mais également pour tous et pour chacun, la réalité de l'amitié avec Jésus reste l'objectif final. Ce but, cet idéal est toujours valable. 

Le Compendium de Benoît XVI, dans sa brièveté, sa clarté et son intégralité, s’adresse aussi à toute personne qui, vivant dans un monde incohérent et aux multiples messages, désire connaître le Chemin de la Vie, la Vérité, confiée par Dieu à l’Église de son Fils.

391. Qu’implique pour nous l’accueil de la miséricorde de Dieu ?

Elle implique la reconnaissance de nos fautes et le repentir de nos péchés. Dieu lui-même, par sa Parole et son Esprit, éclaire,nos péchés, nous assure la vérité de notre conscience et l’espérance du pardon.

392. Qu’est-ce que le péché ?

Le péché est « une parole, un acte ou un désir contraires à la Loi éternelle » (saint Augustin). Il est une offense à Dieu, par désobéissance à son amour. Il blesse la nature de l’homme et porte atteinte à la solidarité humaine. Le Christ, dans sa Passion, éclaire pleinement la gravité du péché et il le vainc par sa miséricorde.

346. Quels sont les effets du sacrement de Mariage ?

Le sacrement de Mariage crée entre les époux un lien perpétuel et exclusif. Dieu lui-même ratifie le consentement des époux. Ainsi, le mariage conclu et consommé entre baptisés ne peut jamais être dissout. D’autre part, le sacrement donne aux époux la grâce nécessaire pour parvenir à la sainteté dans la vie conjugale, et dans l’accueil responsable et l’éducation des enfants.

347. Quels sont les péchés qui sont gravement contre le sacrement de mariage ?

Ce sont : l’adultère; la polygamie parce qu’elle s’oppose à l’égale dignité de l’homme et de la femme, à l’unité et l’exclusivité de l’amour conjugal; le refus de la fécondité, qui prive la vie conjugale du don des enfants; et le divorce, qui va contre l’indissolubilité.

349. Quelle est la position de l’Église à l’égard des divorcés remariés ?

Fidèle au Seigneur, l’Église ne peut reconnaître comme Mariage l’union des divorcés remariés civilement. « Celui qui renvoie sa femme pour en épouser une autre est coupable d’adultère envers elle. Si une femme a renvoyé son mari pour en épouser un autre, elle est coupable d’adultère » (Mc 10,11-12).

À leur égard, l’Église fait preuve d’une sollicitude attentive, les invitant à une vie de foi, à la prière, aux œuvres de charité et à l’éducation chrétienne de leurs enfants. Mais aussi longtemps que dure leur situation, qui est objectivement contraire à la loi de Dieu, ils ne peuvent recevoir l’absolution sacramentelle, ni accéder à la communion eucharistique, ni exercer certaines responsabilités dans l’Église *.

(* le Pape François a demandé de revoir l'exercice de certaines responsabilités )

Si la personne qui vient se confesser désire s'orienter vers cet objectif, cet idéal, le petit pas désiré ou accompli révèle alors la porte ouverte du coeur. La Miséricorde, tel en torrent, s'engouffre dans la moindre petite ouverture. 

Les Evangéliques suisses opposés à la burqa

Initiative-anti-burqa-du-Comité-dEgerkingen-Illustration-www.jpg

Les Evangéliques suisses opposés à la burqa

Les Conseils du Réseau évangélique suisse et de la Schweizerische Evangelische Allianz (SEA-RES) présentent leur point de vue sur les principaux enjeux de ce débat dans un document intitulé “Les enjeux de l’interdiction de dissimuler son visage”.

Cath.ch

jeudi, 14 septembre 2017

Diocèse d'Evreux, France, « retour à l’Eucharistie » de Philippe et Annie. Est-ce Amoris Laetitia ?

ob_272135_dsc-1115.JPG

Diocèse d'Evreux, France, « retour à l’Eucharistie » de Philippe et Annie. Est-ce Amoris Laetitia ?

Ce samedi 19 août 2017 à 10h30 en l’église Saint Antonin d’Epaignes (dans l’Eure), une messe qui réunissait 7 prêtres, un diacre, un séminariste, une trentaine de fidèles et présidée par le Père Jean-François BERJONNEAU, « l’un des trois missionnaires de la miséricorde » du Diocèse d’Evreux représentant notre évêque, fêtait le « retour à l’Eucharistie » de Philippe et Annie dont j’avais béni deux ans auparavant (le même jour et dans la même église) les 25 ans de mariage civil.

Philippe et Annie font partie de ceux que l’on appelle les « divorcés remariés » pour lesquels le pape François a eu une attention particulière dans l’exhortation apostolique « Amoris Laetitia » à la suite du synode sur la famille : « La route de l’Eglise, depuis le Concile de Jérusalem, est toujours celle de Jésus : celle de la miséricorde et de l’intégration. La route de l’Eglise est celle de ne condamner personne éternellement, de répandre la miséricorde de Dieu sur toutes les personnes qui la demandent d’un cœur sincère. Car la charité véritable est toujours imméritée, inconditionnelle et gratuite… ».

Après un long cheminement, un temps de discernement de leurs motivations, avec l’aide d’un accompagnateur spirituel et une journée de retraite dans une abbaye où ils ont reçu le sacrement du pardon, le jour était venu de fêter leur « retour à l’Eucharistie » !

C’était avec beaucoup de joie d’émotion que nous avons vécu ce bel évènement.

MERCI à notre évêque, le Père Christian NOURRICHARD, à Jean-François BERJONNEAU et à l’Eglise diocésaine de suivre cette route de la miséricorde ouverte par Jésus lui-même.

MERCI à Philippe et Annie d’avoir gardé – tout au long de ces années où ils ont été tenus à l’écart des sacrements de l’Eglise - une foi intense et très engagée dans la vie (solidarité avec les pauvres, service de la catéchèse et de l’aumônerie des jeunes…).

Voici le mot de remerciement de Philippe et Annie reçu par Internet dès notre retour : « Merci encore, du fond du cœur, à vous tous, pour votre présence bienveillante en ce jour du 19 août 2017.

Cette présence a été une forte joie pour nous et participe au bonheur que nous procure cette Eucharistie.

Souvenez-vous : « c’est par l’Eucharistie que nous est donnée la Vie de Dieu, le Pain de la route. Recevoir le Pain de Dieu nous invite à partager notre pain avec nos frères en humanité. L’Eucharistie structure la vie chrétienne, elle la ponctue, elle est la respiration dans la vie spirituelle ».

Denis Chautard

Prêtre de la Mission de France à Vernon (Eure)

mercredi, 13 septembre 2017

La GPA, c'est quoi ?

La GPA, c'est quoi ?

Evêques suisses: Amoris Laetitia renouvelle la bonne nouvelle du mariage

images-1.jpeg

Pour un renouvellement de la pastorale du mariage et des familles à la lumière d’Amoris laetitia : une bonne nouvelle pour tou(te)s

 

Amoris Laetitia: Message de la Conférence des évêques suisses à l’adresse des agents pastoraux, prêtres, diacres et laïcs

Lien

1.       Dans l’action de grâce

Pour l’ensemble de la pastorale

images.pngAvec son exhortation Amoris laetitia, le pape François nous fait un cadeau. Il nous l’offre comme l’aboutissement d’un vaste processus synodal (les deux synodes des évêques de 2014 et 2015). Il nous la propose comme une invitation à la conversion et à l’engagement missionnaire, valable non seulement pour la pastorale des couples et des familles, mais également pour l’ensemble de la pastorale. Il nous invite à développer un style renouvelé de vie ecclésiale, marqué par une culture de l’accueil, de l’accompagnement, du discernement et de l’intégration à tous les niveaux de la pastorale.

Une gerbe de mercis

Ce texte pontifical nous donne l’occasion de remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui ont participé à la démarche synodale dans nos diocèses. Il nous fournit la possibilité de dire merci à tous les couples et familles de notre pays, qui vivent chacun(e) à sa manière la bonne nouvelle de l’amour. L’évangile de Jésus Christ éclaire leurs histoires concrètes et singulières. Nous avons ainsi l’occasion de rendre grâce pour tous les agents pastoraux (prêtres, diacres et laïcs) et pour tous les bénévoles œuvrant déjà depuis des années au service de la pastorale familiale dans l’esprit d’Amoris laetitia.

À contextualiser et inculturer

Dans le présent document, nous nous contentons de dégager quelques orientations générales, invitant chaque diocèse et région à les inculturer plus spécifiquement dans son contexte. Nous désirons ouvrir un certain nombre de voies pour un renouvellement de la pastorale des couples et des familles, en soulignant qu’elle constitue une dimension transversale présente à la globalité des domaines de la pastorale.

***

 

2.       Un accent nouveau : apprendre à accueillir

Un appel prophétique

Le pape François promeut sans détour « l’évangile du mariage et de la famille », c’est-à-dire ce témoignage que rendent les couples et les familles dans leurs différents parcours de vie à la bonne nouvelle de l’amour de Dieu pour l’humanité. Il rappelle que « en tant que chrétiens nous ne pouvons pas renoncer à proposer le mariage pour ne pas contredire la sensibilité actuelle, pour être à la mode, ou par complexe d’infériorité devant l’effondrement moral et humain. Nous priverions le monde des valeurs que nous pouvons et devons apporter. » (AL 35). Mais cette proposition ne doit pas être présentée comme une loi surplombante et finalement jugeante, mais davantage comme une lumière et comme un appel adressé à tous les hommes de bonne volonté : nous sommes toutes et tous conviés à la joie de l’amour. Car, affirme encore le pape François, « beaucoup ne sentent pas que le message de l’Eglise sur le mariage et la famille est un reflet clair de la prédication et des attitudes de Jésus, qui, en même temps qu’il proposait un idéal exigeant, ne renonçait jamais à une proximité compatissante avec les personnes fragiles, comme la samaritaine ou la femme adultère » (AL 38).

Un texte à lire et faire lire

Il vaut donc vraiment la peine de lire et de faire lire l’ensemble du texte du Saint-Père, car le langage qu’il utilise est proche du quotidien et accessible à tou(te)s. Les services de formation et de pastorale familiale pourront ainsi, par exemple, préparer de petits « guides de lecture » de l’exhortation et y retenir des citations-clés, réparties par grandes thématiques et par destinataires potentiels.

Une attitude fondamentale d’accueil

L’accent mis sur la Révélation conçue en premier lieu comme une vocation vaut pour la globalité de la pastorale. Il se traduit par un regard confiant et réaliste sur l’ensemble des situations de couples et de familles. Nous sommes invités à renoncer au rêve illusoire d’une norme qui serait en elle-même suffisante pour évaluer les différents comportements, comme de l’extérieur et sans nuances (cf. AL 35). « C’est pourquoi, tout en exprimant clairement la doctrine, il faut éviter des jugements qui ne tiendraient pas compte de la compléxité des diverses situations ; il est également nécessaire d’être attentif à la façon dont les personnes vivent et souffrent à cause de leur condition » (AL 79).

Un tel regard positif constitue l’attitude de base de l’« accueil » qui sous-tend les trois autres concepts d’accompagnement, de discernement et d’intégration. C’est la base de la pastorale dite « d’engendrement », telle que la vit Jésus dans toutes ses rencontres évangéliques : la reconnaissance que l’Esprit est déjà à l’œuvre en tout être, quel que soit le contexte dans lequel nous nous trouvions ; la valorisation des « semences du Verbe » (les semina Verbi, voir Gaudium et spes 22 et Ad gentes 11), présentes dans toutes les relations interpersonnelles (AL 76-78).

Ainsi, tout en rappelant que « le mariage chrétien, reflet de l’union entre le Christ et son Eglise, se réalise pleinement dans l’union entre un homme et une femme, qui se donnent l’un à l’autre dans un amour exclusif et dans une fidélité libre, s’appartiennent jusqu’à la mort et s’ouvrent à la transmission de la vie, consacrés par le sacrement qui leur confère la grâce pour constituer une Eglise domestique et le ferment d’une vie nouvelle pour la société », et que «d’autres formes d’union contredisent radicalement cet idéal », le pape François affirme que « certaines le réalisent au moins en partie et par analogie, (…) et que l’Eglise ne cesse de valoriser les éléments constructifs dans ces situations qui ne correspondent pas encore ou qui ne correspondent plus à son enseigenemnt sur le mariage » (AL 292).

Ainsi, « dans la perspective de la pédagogie divine, l’Eglise se tourne avec amour vers ceux qui participent à sa vie de façon imparfaite : elle invoque avec eux la grâce de la conversion, les encourage à accomplir le bien, à prendre soin l’un de l’autre avec amour » (AL 78).

Rendre cette bonne nouvelle désirable

Le rôle des agents pastoraux, prêtres, diacres et laïcs, est alors de « révéler », au sens photographique du terme, cette action de la grâce qui nous précède et les valeurs que portent déjà ceux que nous rencontrons. Nous sommes invités non pas à imposer, mais à rendre désirable la « bonne nouvelle de la famille » (AL 36), en nous greffant sur le « désir d’amour fidèle et de famille » qui reste vif, notamment chez les jeunes, malgré toutes les fragilités qui marquent la « culture actuelle du relatif et du provisoire »(cf. AL 39).

***

3.       L’intention pastorale de toute doctrine

La doctrine est don et miséricorde

images.jpegEn prolongement de l’année sainte du Jubilé, deux termes parcourent l’exhortation comme un leitmotiv : la grâce d’un Dieu Trinité d’amour qui se donne (AL 71-72) et la miséricorde qui implique proximité et compassion de la part de tous ceux qui se réclament du Christ (AL 297).

Le « principe miséricorde » est le « cœur battant » de la doctrine chrétienne (AL 309), parce qu’il est au centre de la « condescendance » d’un Dieu qui se rend proche de l’humanité. C’est ce principe de compassion qui fait le lien entre la « logique de l’Évangile » et de la doctrine, et la « logique de la pastorale » (AL 307-312). Comme le dit le cardinal Schönborn (Le regard du Bon Pasteur, Bex / Paris, Parole et Silence, 2016, p. 86) :

« La doctrine sans la pastorale n’est que "cymbale retentissante" (1 Corinthiens 13,1). La pastorale sans la doctrine n’est que « vue humaine » (Matthieu 16,23). La doctrine, c’est d’abord la Bonne Nouvelle : Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique pour que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. C’est l’annonce de la vérité fondamentale de la foi : Dieu a fait miséricorde. »

 

La pédagogie divine

Au lieu de les opposer en une tension irréconciliable, il s’agit donc d’articuler entre elles « la proposition d’un idéal exigeant », sans idéalisation irréaliste mais ouverte à la grâce, et « la proximité compatissante avec les personnes fragiles » (AL 35-38). Ce sont les deux versants d’une même pièce, les deux facettes d’un même mystère de gratuité : c’est la « divine pédagogie de la grâce dans nos vies » (AL 297).

Une conversion missionnaire

Comment dépasser ce genre de dilemme ? Il y faut une conversion pastorale, une « sortie réelle » (cf. Evangelii gaudium 20-26) vers des rencontres qui, dans « l’innombrable diversité des situations concrètes » (AL 300), permettent de toucher de près le « bien que l’Esprit répand au milieu de la fragilité » (AL 308). Il y faut des rencontres effectives avec des personnes renvoyées chacune à sa propre conscience (AL 37), ce que le pape appelle une pastorale du « corps à corps » (Lettre du pape aux évêques de la région de Buenos Aires, 5.9.2016) [1].

La plus haute tradition théologique, que le Saint-Père invoque à l’appui de sa réflexion, va dans le même sens. Saint Thomas affirme que la doctrine considérée comme une norme est insuffisante face aux situations particulières de l’existence : « Plus on entre dans les détails, plus les exceptions se multiplient » (Somme théologique, IIa-IIae, q. 94, art. 4, cité en AL 304).

Car la réalité des personnes est plus importante que les idées générales, selon l’un des quatre principes dégagés dans Evangelii gaudium (EG 231-233). La volonté de Dieu est toujours infiniment concrète, dans chaque situation. Elle ne se réduit jamais à une simple conformité aux lois morales (cf. AL 304-305), mais relève d’un accompagnement spirituel demandant que « nous acceptions vraiment d’entrer en contact avec l’existence concrète des autres » (AL 308, cf. EG, n. 270).

La loi de gradualité

D’où la « loi de gradualité » (AL 293-295) qui préside à la pastorale et permet de rechercher en chaque circonstance « le bien qui est possible » (EG 44). L’enseignement de l’Église joue le rôle de panneau indicateur placé sur le chemin, pour éviter de se perdre ; l’Évangile est le sommet vers lequel nous tendons ; la force qui nous dynamise est la joie de l’Esprit au fond de notre être ; l’agent pastoral est le guide qui soutient et encourage ; le sacrement de mariage n’est pas une récompense, mais un signe précieux de l’amour de Dieu toujours réalisé de manière imparfaite : « Il ne faut pas faire peser sur deux personnes ayant leurs limites la terrible charge d’avoir à reproduire de manière parfaite l’union qui existe entre le Christ et son Église » (AL 122).

L’Écriture, compagne de voyage

Sur ce chemin, la Parole de Dieu ne se révèle pas comme une séquence de thèses abstraites, mais comme une « compagne de voyage », y compris pour les familles en crise ou en souffrance : elle montre à tous le but du chemin (AL 22).

***

De là découlent un certain nombre d’attitudes et « compétences » pastorales à acquérir et développer.

4.       Apprendre à regarder

La pastorale du regard

Lire les Écritures nous permet d’adopter le regard de Jésus, puisque tout le mystère de la foi tient dans l’imitation du Christ : on a la doctrine et la pastorale de son regard !

Il convient donc, pour suivre le pape François, d’apprendre à regarder en profondeur pour pouvoir nous accompagner mutuellement sur les chemins de la vie. C’est-à-dire savoir regarder l’expérience vécue au-delà de la surface, dans la pénombre des coulisses de la société et de nos maisons, au fond des consciences ; en interaction avec le monde de l’éducation et de la culture, du travail, de l’économie et de la politique ; en collaboration avec les sciences humaines, la sociologie, la psychologie et la pédagogie. C’est par ce long apprentissage que débute la « conversion missionnaire » de l’Église, à laquelle l’évêque de Rome nous convie.

Cela vaut autant du regard de chacun sur ses proches (chap. 4 et 5) que du regard pastoral ou éducateur (chap. 6 et 7) : « C’est une profonde expérience spirituelle de contempler chaque proche avec les yeux de Dieu et de reconnaître le Christ en lui » (AL 323).

À toutes les étapes

C’est ce regard contemplatif que François détaille à travers les attitudes de l’hymne de saint Paul à l’amour (caritas) (1 Corinthiens 13), égrenées comme les perles d’un chapelet (AL 90-119). La catéchèse des jeunes et toute la pastorale familiale sont invitées à cultiver ce regard sur l’amitié et l’amour au long de leurs étapes de maturation. Par exemple dans la préparation au mariage, lorsque l’amour est éclairé par la grâce du sacrement : celui-ci est vu alors comme « l’union affective » (saint Thomas, Somme théologique IIa-IIae, q. 27, a. 2) « qui inclut la tendresse de l’amitié et la passion érotique, bien qu’elle soit capable de subsister même lorsque les sentiments et la passion s’affaiblissent ». (AL 120).

Puis dans le cadre de la famille élargie, à travers les difficultés du quotidien, afin de rendre le monde « domestique et habitable ». En effet, la fraternité vécue en famille « rayonne comme une promesse sur toute la société » (AL 187-194). Enfin, sur la transformation de l’amour et de la tendresse, alors que la durée de vie s’allonge (AL 163-164).

Un regard différencié

Ainsi, nous sommes invités à poser sur la réalité un « regard différencié », tel que déjà esquissé par Familiaris consortio de Jean-Paul II (FC 84 ; cf. AL 297-300). Il convient de rejoindre les gens là où ils sont et de découvrir les éléments positifs déjà vécus par les couples et les familles, y compris celles qui n’incarnent pas l’idéal chrétien. Puis de les amener à aller plus loin, « en cherchant à les transformer [ces situations humaines] en occasions de cheminement vers la plénitude du mariage et de la famille à la lumière de l’Évangile. Il s’agit de les accueillir et de les accompagner avec patience et délicatesse »(AL 294).

La pastorale du « focus »

François rejette ainsi à la fois le rigorisme et le laxisme, c’est-à-dire une pastorale plus rigide qui prétend tout résoudre en appliquant les normes générales (AL 304, 308), autant qu’une pastorale de concessions qui conduirait à penser que « l’Église entretient une double morale » (AL 300 ; 2). Le nouveau « point de vue » ainsi proposé est encore plus exigeant en fait. Il requiert la capacité d’ajuster à la manière d’un « focus » l’œil de notre caméra intérieure. Avec beaucoup de mobilité de cœur. Bref, avec la nécessité permanente d’emprunter la via caritatis.

***

5.       Apprendre à accompagner

Dieu nous accompagne

Autre compétence pastorale à travailler, l’« accompagnement » (du latin ad-cum-panis, chercher à partager le pain avec). Cette attitude est requise parce que « la condescendance divine accompagne toujours le chemin de l’homme » (AL 62). Et du fait que Jésus Bon Pasteur ne se contente pas des 99 brebis au bercail. Il les veut toutes, il cherche la 100e (AL 309).

Un accompagnement par et pour tous

Puisque les époux, selon la tradition latine, sont les « ministres du sacrement » (AL 75), ils sont également de véritables « ministres éducatifs » (AL 85). Par la grâce du mariage, ils deviennent eux-mêmes les « principaux acteurs de la pastorale familiale » (AL 200). Il s’agit donc de miser sur les compétences des familles et de donner les moyens aux parents d’éveiller leurs enfants à la justice, la paix, la vérité, l’amour et la foi (AL, chap. 7).

De plus, c’est toute la communauté chrétienne qui est chargée de cet accompagnement pastoral (AL202 ; 206 ; 207). Car l’accompagnement mutuel dans les communautés passe par la présence contagieuse et rayonnante de jeunes couples et familles. Nos projets diocésains souhaitent donc faire de la pastorale conjugale et familiale une préoccupation « générique » et prioritaire (AL 200), et lui octroyer les ressources nécessaires pour la soutenir et la renforcer. Il est important qu’elle soit l’affaire de tous, et pas seulement de quelques spécialistes. Aussi, chaque équipe pastorale veillera à désigner en son sein un « délégué à la pastorale familiale » qui puisse porter ce souci à la base, dans chaque contexte particulier.

Un accompagnement progressif

Comme pour le « regard pastoral », l’accompagnement des couples et des familles est appelé à se moduler par étapes, en fonction des enjeux spirituels qui sont attachés à chacune d’elles. Il se déploie comme une véritable « catéchèse de cheminement » avec

–       le temps des fiançailles, à revaloriser ;

–       celui de la préparation du mariage, par l’acquisition des « vertus » évangéliques et l’approfondissement de la spiritualité conjugale (AL 205-216), en une sorte de « catéchuménat du mariage », intégré dans l’ensemble de l’itinéraire d’initiation chrétienne (en lien avec le baptême, la confirmation, l’eucharistie, le pardon) : les diocèses s’efforceront d’établir des standards minimaux communs, combinant des dialogues avec le célébrant et des rencontres à plusieurs couples ;

–       le suivi des premières années de vie matrimoniale, à travers des formules souples de « formation continue », sur ce qui permet de vivre au mieux le quotidien (best practices), sur ce qui rend fort le couple, et par le biais de diverses formes de groupes de foyers (AL 217-230). Car le sacrement de mariage n’est pas un signal d’arrivée, mais le point de départ d’un processus de croissance. « L’une des causes qui conduisent à des ruptures matrimoniales est d’avoir des attentes trop élevées sur la vie conjugale. Lorsqu’on découvre la réalité, plus limitée et plus difficile que ce que l’on avait rêvé, la solution n’est pas de penser rapidement et de manière irresponsable à la séparation, mais d’assumer le mariage comme un chemin de maturation, où chacun des conjoints est un instrument de Dieu pour faire grandir l’autre » (AL 221) ;

–       les inévitables épreuves surmontées (AL 231-238), avec parfois le retour inattendu d’anciennes blessures (AL 239-240), la vigilance envers les enfants pour qu’ils ne soient pas victimes des difficultés (AL 245-246), et finalement l’expérience du deuil (AL 253-258).

***

6.       Apprendre à discerner

Accompagner jusqu’au bout, en toute situation

Un tel accompagnement dans la durée requiert du doigté et de l’attention, afin d’apporter du soutien au sein des situations les plus diverses. L’accompagnement doit aller jusqu’au bout et aider à traverser les crises, au sens de moments décisifs, car chacune d’elles « cache une bonne nouvelle qu’il faut savoir écouter en affinant l’ouïe du cœur » (AL 232).

Une culture du discernement

Cela implique de mettre en place au sein de la vie ecclésiale une « culture du discernement » (dans la tradition ignatienne), notamment par rapport aux nombreuses situations particulières et complexes (AL247-252 ; 296-300).

Si la norme demeure une référence valable pour tous, c’est le rapport à la loi évangélique qui doit être constamment revu et ajusté, en considérant qu’elle ne permet pas sans autre de saisir la particularité de chaque problématique concrète (AL 304-305). En effet, les « circonstances atténuantes » permettent dans certains cas « de diminuer, voire supprimer la responsabilité personnelle » (AL 302 ; cf. Catéchisme de lʼEglise catholique CEC, n. 1735).

Éclairer la conscience

La reconnaissance des conditionnements et des complexités de l’existence doit aussi amener à mieux éveiller en pastorale la conscience morale des gens et à davantage la prendre en compte dans le discernement  (AL 37 ; 222 ; 303). Le rôle des agents pastoraux consiste alors à éclairer la conscience des personnes avec qui ils cheminent et à les renvoyer constamment à cette boussole intérieure (AL298-300) : elle demeure le sanctuaire où chacun peut entendre la « voix de Dieu », à laquelle tous sont donc tenus d’obéir (Gaudium et spes 16).

***

7.       Apprendre à intégrer

L’Église pour tous

À la suite du pape François, nous prônons également une culture de l’intégration et de la compassion (cf. AL 296), y compris pour les couples et les familles en situation objective de rupture ou d’inadéquation à la norme de l’Église. Dans cette perspective, il est toujours possible « [qu’] on puisse vivre dans la grâce de Dieu […] et qu’on puisse également grandir dans la vie de la grâce et dans la charité, en recevant à cet effet l’aide de l’Église » (AL 305), et que dans certains cas, il puisse s’agir de l’aide des sacrements (cf. AL notes 336 et 351).

Une logique de l’intégration

Nous invitons donc à préférer en tous temps la logique de l’intégration à celle de l’exclusion : « "Deux logiques parcourent toute l’histoire de l’Église : exclure et réintégrer […]. La route de l’Église, depuis le Concile de Jérusalem, est toujours celle de Jésus : celle de la miséricorde et de l’intégration […]. La route de l’Église est celle de ne condamner personne éternellement ; de répandre la miséricorde de Dieu sur toutes les personnes qui la demandent d’un cœur sincère […Car] la charité véritable est toujours imméritée, inconditionnelle et gratuite !" » (AL 296)

***

8.       Quelques implications pastorales

Des propositions déjà émises

Nous avons déjà mentionné plusieurs propositions : rendre désirable la bonne nouvelle de l’amour, du mariage et des familles ; aider le maximum de fidèles à découvrir l’exhortation par des guides de lecture ; adopter un style pastoral qui privilégie l’accueil et l’attention à chaque situation ; accompagner jusqu’au bout, discerner et éclairer les consciences, intégrer les personnes, quelles que soient leurs situations.

Nous souhaitons d’abord intensifier ce qui existe déjà : les projets diocésains de pastorale familiale et de préparation au mariage ; les offres de catéchèse d’adultes pour aider les parents à exercer leur ministère éducatif (dans le sens de l’empowerment) ; les groupes de foyers.

Formation à l’écoute et à l’accompagnement

Puis nous désirons renforcer la formation initiale et permanente des agents pastoraux à l’écoute, à l’accompagnement pastoral et spirituel différencié, dans notre Église intégrative et bigarrée. Cela pourra passer par des sessions de formation diocésaines ou cantonales consacrées à cette thématique, par des parcours alliant formation au discernement, relecture de pratiques et supervision.

Collaborations interdisciplinaires

Cela exigera des collaborations interdisciplinaires avec d’autres intervenants que des théologiens, des spirituels ou des pasteurs (psychologues, thérapeutes, juristes), afin de permettre de mieux approcher les réalités familiales concrètes dans leur infinie diversité.

Permanence d’écoute

Cela débouchera sur la désignation, dans chaque équipe pastorale ou région, d’un responsable local de la pastorale familiale, collaborant étroitement avec les services cantonaux et diocésains. Puis sur l’ouverture éventuelle de permanences d’écoute, de centres de discernement conjugal et familial, pour favoriser une réelle proximité et une pastorale du « corps à corps ».

Groupes d’accompagnement

Et cela peut conduire à la création de groupes d’accompagnement et de partage de la p(P)arole pour personnes seules, divorcées, divorcées remariées, homosexuelles, etc. ; mais aussipour celles séparées ou divorcées voulant rester dans la fidélité à leur conjoint, comme il en existe déjà.

***

9.       Conclusion : un parcours de croissance pour tous

L’Exhortation Amoris laetitia du pape François se présente ainsi comme la mise en œuvre de Vatican II et de son attention à notre condition historique dans le domaine de la pastorale familiale. Les mots « temps, chemin, croissance, maturation, parcours, processus » reviennent sans cesse : la construction de l’amour est une dynamique à accompagner avec finesse et persévérance. Elle vaut pour chacun(e) de nous, au nom de notre égalité baptismale foncière. « Aucune famille n’est une réalité céleste et constituée une fois pour toutes, mais la famille exige une maturation progressive de sa capacité dʼaimer. Il y a un appel constant qui vient de la communion pleine de la Trinité, de la merveilleuse union entre le Christ et son Église » (AL 325).

D’où ce cri qui clôt le document, nous pressant à ne jamais désespérer du travail de la grâce : « Tous, nous sommes appelés à maintenir vive la tension vers un au-delà de nous-mêmes et de nos limites. […] Cheminons, familles, continuons à marcher ! Ce qui nous est promis est toujours plus » (AL 325). C’est à l’accompagnement avec patience des étapes possibles de croissance des personnes que doit s’employer notre pastorale. Pour ouvrir la voie « à la miséricorde du Seigneur qui nous stimule à faire le bien qui est possible » (AL 308, EG 44).

 

St. Niklausen (OW), le 5 septembre 2017

Les évêques et les abbés territoriaux de Suisse