Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 mars 2017

Pédophilie: interview de Marie Collins, des résistances au sein de la curie romaine

Marie-Collins-3-2014-Vatican_0_729_491.jpg

Pédophilie: interview de Marie Collins, des résistances au sein de la curie romaine

Victime d’un prêtre abuseur dans les années 1960 et devenue une porte-parole des « survivants » de la pédophilie dans l’Église, l’Irlandaise Marie Collins a démissionné mercredi 1er mars de la Commission pontificale pour la protection des mineurs instituée en 2014 par le pape François pour lutter contre les abus sexuels.

Elle dénonce des « résistances » au sein de la Curie.

suite : La Croix - La Croix, Mme Collins répond au Cardinal Müller

Lien

Note: Concernant l'interprétation d'Amoris Laeitia, le Cardinal Müller accompli sa mission avec clarté et courage. Pour le préfet de la CDF, le Pape est génial et positif. 

mardi, 14 mars 2017

Les déçus du Pape François et la communication

Les déçus du Pape François et la communication: l'effet des stalagmites

images.jpegLe Pape Benoît XVI avait eu droit à des polémiques médiatiques. Ces dernières fonctionnent un peu comme la formation de stalagmites, avec une cristallisation de slogans qui tournent en boucle et qui finissent, par le truchement de la répétition, comme des vérités figées. 

Le Pape François subi un peu la même chose. Trois exemples: 

La crise de l'ordre de Malte

- la crise de l'ordre de Malte. En fait, le Cardinal Burke n'a pas vraiment aidé ni le Pape, ni l'ordre de Malte. Le numéro un avait renvoyé le numéro trois, après une rencontre avec le Cardinal américain. Le Pape avait été troublé par une ancienne affaire de préservatifs. Une différence de sensibilité, disons traditionnelle et plus classique, l'avait emportée dans un premier temps.

Après enquête, le numéro un a été démis de ces fonctions et le Cardinal Burke a reçu une mission concernant une enquête canonique à l'autre bout du monde, sa spécialité. Le numéro trois fut réintégré et un commissaire pontifical a été nommé. La sensibilité traditionaliste n'a pas apprécié.

Le Pape n'a fait que son travail au service d'un ordre au service des plus pauvres. Mais tout finira bien. 

Le piège de la guerre de religion

- après l'assassinat du Père Jacques Hamel, certains français n'ont pas aimé la phrase du Pape: "je n'aime pas parler de violence islamique, sinon je dois parler de violence catholique". L'extrémisme est une tentation humaine. 

Or le Pape François n'a pas usé du vocable "islamiste". Ce dernier est clairement responsable du déclenchement de la violence. Comme leader mondial, François veut tout faire pour ne pas entrer dans une guerre de religion, un piège tendu justement par les islamistes. "Tuer au nom de Dieu est un blasphème" martèle le Pape.

La grande majorité des musulmans sont pacifiques, ce qui n'est pas le cas des salafistes, des extrémistes terroristes. La distinction entre "islamique" et "islamiste", "terroriste" est fondamentale. Le Père Hamel a parlé de Satan. C'est lui qui veut nous faire croire que le nom de Dieu est équivalent à "violence". Or, la religion, la conscience ou la spiritualité donnent la Paix, celle des coeurs, celle de la vie sociale. 

Unknown.jpeg

Amoris Laetitia et l'aide de l'Eglise pour tous

- Une mauvaise lecture d'Amoris Laetitia, l'exhortation apostolique post-synodale sur le mariage, laisse à penser que le Pape a ouvert la porte à la communion, donc à la confession, des personnes divorcées remariées. 

Très honnêtement, quelle est la citation qui affirme cela ? Il n'y en a aucune. Simplement, le Cardinal Kasper, qui a toujours vécu dans l'ombre de Cardinal Ratzinger, pense que François a entrepris une révolution copernicienne. A lire de plus près les textes, le Pape François a surtout approfondi la loi de la gradualité, afin d'accueillir, de discerner et d'intégrer les personnes dans une situation dite irrégulière.

Le texte magistériel dit précisément qu'il n'y a pas des personnes en règles et des personnes irrégulières. Nous sommes tous et toute à la même école de la Miséricorde. Pour aller communier, il y a également bien d'autres questions à poser également à notre conscience que ces deux situations de vie, le divorce et l'homosexualité. Cette stigmatisation, cette obsession sont offensantes et rigoristes. 

Le fonctionnement médiatique est essentiellement basé sur la politique

En fait, le "frame" politique joue son jeu. Un frame est un cadre, un angle d'approche qui formate un débat. Par exemple, comme le Pape François développe la doctrine sociale de l'Eglise, sur l'économie, sur l'accueil des réfugiés et sur la pauvreté, le fonctionnement politique qui s'appuie sur ce frame décrit le Pape François comme un homme de gauche. La gauche s'occuperait d'avantage des questions sociales. Or, cette analyse ne tient pas. L'Eglise ne fait pas de politique. Sa source d'inspiration est l'Evangile.

La liberté et le responsabilité des hommes et des femmes politiques est engagée afin de chercher à orienter les grandes questions de notre monde selon ces principes moraux fondamentaux, ceux qui mettent la personne humaine au coeur de la politique. Le Pape appelle cela la grande politique.

Le basculement vers la contestation sur internet

Unknown-1.jpegIl est paradoxal que le "jeu médiatique" ai glissé des media mainstream vers les réseaux sociaux, comme Facebook ou Twitter, globalement sur internet. Lors du pontificat de Benoît XVI, les attaques provenaient des grands médias et internet était une source bienvenue d'information.

Avec François, un croisement s'est comme opéré. Ces grands médias traitent encore assez bien François (il est tout de même récupéré), alors que la contestation provient désormais de la sphère ou de la nébuleuse d'internet.

Pourtant, le Pape François ou le Pape Benoît XVI, c'est soutane blanche et blanche soutane. 

....

Les ennemis du Pape

(source Aleteia, René Pujol) Inutile de multiplier les citations. La focalisation médiatique excessive sur les oppositions internes à l’Église au pape François ne doit pas occulter le fait que ses ennemis les plus déterminés sont ailleurs. Ils se situent dans le monde de la finance internationale, au sein des lobbies du pétrole et de l’armement, ou encore parmi les gagnants – il y en a toujours – des tensions géopolitiques.

Tout comme la thèse d'Arnaud Bédat dans "François seul contre tous", il faut également lire, sur ces questions, le remarquable ouvrage de Nello Scavo. L’auteur y salue ce « chef d’œuvre de la diplomatie vaticane » que constitue le rétablissement des relations diplomatiques entre Cuba et les États-Unis ; il souligne la constance de l’opposition du Saint-Siège à une escalade anti-iranienne aujourd’hui renforcée par l’élection du président Trump.

Mais surtout, il démontre comment dans un monde multipolaire « Bergoglio est passé à l’action, faisant du Vatican une alternative valable aux organisations traditionnellement vouées à la résolution des conflits. Nations unies en tête. »  Et comment « Les émissaires de François travaillent à la cessation des hostilités» dans nombre de conflits de la planète. » Ce qui dessert certains intérêts, y compris en France.

Avec cette conclusion qui vaut pour l’ensemble des oppositions actuelles au Pape : « Il est indéniable que plus les interventions de François sont décisives, plus le nombre de loups rejoignant la meute augmente ».

La diplomatie du Saint-Siège: il ne peut y avoir de solution militaire à la situation en Syrie.

La diplomatie du Saint-Siège: il ne peut y avoir de solution militaire à la situation en Syrie.

Unknown.jpeg« Il ne peut y avoir de solution militaire à la situation en Syrie. Nous ne devons pas succomber à la logique de la violence, car la violence n’engendre que la violence », déclare le Saint-Siège au Conseil des droits de l’homme. Il dénonce l' »inacceptable »: le prix que paient les enfants dans la guerre.

Mgr Ivan Jurkovic, observateur permanent du Saint-Siège à l’Organisation des Nations Unies et aux autres organisations internationales à Genève, est en effet intervenu lors de la 34ème Session du Conseil des droits de l’homme, à Genève (SUISSE), le 14 mars 2017. Son intervention portait précisément sur l' »Article 4″: « Dialogue interactif avec la Commission d’enquête sur la République arabe syrienne ».

Mgr Jurkovic s’est appuyé sur les chiffres pour dénoncer les « égoïsmes » et les « complicités »: « L’ambition du pouvoir politique et des intérêts égoïstes, combinés avec la complicité de ceux qui suscitent la violence et la haine en fournissant des quantités considérables de ressources et d’armes, ont abouti à un exode de Syrie de 5 millions de personnes depuis 2011, laissant derrière elles 13,5 millions de personnes dans le besoin, environ la moitié d’entre elles étant des enfants. »

Il a lancé à nouveau un appel à la seule voie préconisée par le Saint-Siège pour sortir du conflit, à savoir le dialogue: « Confronté à ces chiffres, le dialogue à tous les niveaux est le seul chemin vers l’avant. Tandis que ma délégation se félicite des petits pas adoptés récemment à cet égard, nous souhaitons souligner qu’il ne peut y avoir de solution militaire à la situation en Syrie. Nous ne devons pas succomber à la logique de la violence, car la violence n’engendre que la violence. »

Il a appelé à la paix, une paix inclusive des minorités: » Il est de la plus grande importance que les minorités religieuses et ethniques ne deviennent pas les pions des compromis géopolitiques, mais qu’elles soient pleinement impliquées dans un processus de négociation transparent et inclusif, avec des droits égaux et d’égales responsabilités, car c’est la seule façon de construire un avenir pacifique. »

« Il est inacceptable que ce soit les enfants qui paient souvent le prix le plus élevé pendant ces conflits. »

Il a rappelé "l'inacceptable »: « Il est inacceptable que ce soit les enfants qui paient souvent le prix le plus élevé pendant ces conflits. »

Unknown-1.jpeg

Voici notre traduction intégrale, de l’anglais, de l’intervention du représentant du Saint-Siège qui réaffirme sa « solidarité avec le peuple syrien ».

AB

Intervention de Mgr Jurkovic

Monsieur le Président,

Le Rapport de la Commission d’enquête sur la République arabe syrienne, ainsi que d’autres sources, décrivent trop bien la situation désastreuse qui continue de s’étendre après plus de six années de violence : des centaines de milliers de victimes et de blessés, la vie familiale perturbée, les infrastructures, les maisons, les écoles, les hôpitaux et les lieux de culte détruits, des villes entières ravagées, la malnutrition et les soins médicaux inadéquats. Telle est la sombre réalité à laquelle le peuple syrien est confronté chaque jour.

Le Saint-Siège souhaite réitérer sa solidarité avec le peuple syrien et en particulier avec les victimes de la violence, et il encourage la communauté internationale à embrasser la perspective des victimes. Six années de massacre insensé exposent une fois encore l’illusion et la futilité de la guerre comme moyen de régler les différends. L’ambition du pouvoir politique et des intérêts égoïstes, combinés avec la complicité de ceux qui suscitent la violence et la haine en fournissant des quantités considérables de ressources et d’armes, ont abouti à un exode de Syrie de 5 millions de personnes depuis 2011, laissant derrière elles 13,5 millions de personnes dans le besoin, environ la moitié d’entre elles étant des enfants.

Confronté à ces chiffres, le dialogue à tous les niveaux est le seul chemin vers l’avant. Tandis que ma délégation se félicite des petits pas adoptés récemment à cet égard, nous souhaitons souligner qu’il ne peut y avoir de solution militaire à la situation en Syrie. Nous ne devons pas succomber à la logique de la violence, car la violence n’engendre que la violence.

Monsieur le Président,

Il est inacceptable que ce soit les enfants qui paient souvent le prix ultime pendant ces conflits : « Certains d’entre eux ne connaissent pas d’autre vie que la guerre. D’autres sont nés sous les bombardements. Ils souffrent d’une immense pression psychologique. Rarement un sourire apparaît sur leurs visages. La souffrance se lit dans leurs yeux effrayés. Ils se réveillent dans le bruit des explosions, des bombes et des roquettes » (1).

Le pape François a exprimé à maintes reprises sa proximité avec le peuple syrien, spécialement « les jeunes affectés par le conflit brutal en Syrie, privés des joies de l’enfance et de la jeunesse, comme la capacité à jouer et à aller à l’école » (2).

Monsieur le Président,

Ma délégation souhaite lancer un appel pour que la paix, le pardon et la réconciliation puissent triompher sur la violence et le ressentiment. Six ans de conflit continuel manifestent l’échec de la communauté internationale dans son ensemble. La situation en Syrie est de notre commune responsabilité en tant que famille des nations. Les droits du peuple syrien, indépendamment de leur identité religieuse ou ethnique, doivent être protégés alors que tous les Syriens partagent de justes aspirations à la justice et à la paix, éléments fondamentaux du développement humain intégral. À cet égard, il est de la plus grande importance que les minorités religieuses et ethniques ne deviennent pas les pions des compromis géopolitiques, mais qu’elles soient pleinement impliquées dans un processus de négociation transparent et inclusif, avec des droits égaux et d’égales responsabilités, car c’est la seule façon de construire un avenir pacifique.

En conclusion, ma délégation souhaite souligner que la dignité inhérente à toute personne humaine doit avoir toute la prééminence sur le pouvoir et la revanche. La souffrance injuste des victimes innocentes de ce massacre insensé doit motiver toutes les parties impliquées à s’engager dans un dialogue sérieux et à œuvrer en faveur d’un avenir de paix et de justice.

Merci, Monsieur le Président.

(1) Lettre envoyée par la paroisse latine Saint François d’Alep au pape François, 28 décembre 2016.

(2) Pape François, Discours au Corps diplomatique, 9 janvier 2017.

© Traduction de Zenit, Constance Roques

lundi, 13 mars 2017

Quatre ans après la divine surprise de l'élection du Pape François, le Cardinal Parolin raconte

C60-89KWcAAksSV.jpg

Quatre ans après la divine surprise de l'élection du Pape François, le Cardinal Parolin raconte

(RV) À l’occasion du 4e anniversaire de l’élection du Pape François, qui avait été élu le 13 mars 2013 par les cardinaux rassemblés en conclave, le Secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin a été interrogé par Alessandro Gisotti, du service italien de Radio Vatican.

Le cardinal Parolin, qui n’avait alors pas participé au conclave puisqu’il n’a été créé cardinal que l’année suivante, en 2014, était en mars 2013 nonce apostolique au Venezuela.

Il a expliqué sa grande surprise de voir élu ce Pape latino-américain, alors que le cardinal Bergoglio, archevêque de Buenos Aires, «n’était pas présenté par la presse comme l’un des "papabili"», a rappelé le cardinal Parolin. «Le nom "François", qui n’était pas dans la série des Papes, a tout de suite caractérisé ce que seraient les caractéristiques du nouveau Souverain pontife», ainsi que «son discours, fait avec tellement de simplicité, tellement de paix, tellement de sérénité». «Ce qui m’a frappé surtout, c’est cette confiance réciproque, le fait que lui, il se soit confié au peuple, et qu’il ait demandé la prière du peuple afin que Dieu le bénisse, le "saint peuple de Dieu", comme aime le dire le Pape François.»

Concernant la méthode synodale mise en œuvre par le Pape dans le gouvernement de l’Église, le cardinal Parolin est revenu sur l’image d’une «Église en chemin» depuis le Concile Vatican II, d’une «Église qui s’ouvre, qui s’ouvre avant tout au Seigneur, une Église en sortie vers son Seigneur, vers Jésus-Christ. C’est justement parce que l’Église est en sortie vers Jésus-Christ qu’elle réussit aussi à accompagner les gens, à rencontrer les gens, à accompagner les gens dans leur réalité de tous les jours (…). C’est cela la synodalité : une Église en chemin, construite ensemble, mais sous la conduite de l’Esprit Saint.»

Revenant sur le Jubilé de la miséricorde, le cardinal Parolin rappelle que «l’histoire du Salut n’est pas autre chose que l’histoire de la révélation de l’amour, de la miséricorde et de la tendresse de Dieu à l’égard de l’humanité. Le Pape nous a justement ramené à ce centre, à cette source», se réjouit le Secrétaire d’État, qui remarque un réveil du sacrement de la confession, dans les paroisses, ainsi qu’une attention plus forte pour les pauvres.

Les questions familiales, qui restent un sujet de débat après les deux Synodes sur la famille et la publication de l’exhortation Amoris Laetitia, ont également été au cœur de ces quatre premières années du pontificat de François. Le cardinal Parolin rappelle que l’objectif du Pape était que le Synode fasse «briller l’Évangile de la famille», et que ces débats sont en train de produire «des fruits de renouvellement et d’accompagnement des situations des familles qui se trouvent dans la fragilité». Concernant les critiques formulées par certains cardinaux au sujet d'ouvertures pastorales qui sont suspectées de remettre en cause le principe d'indissolubilité du mariage, le cardinal Parolin remarque que le Pape lui-même reconnaît l’utilité des «critiques sincères, qui veulent construire et servent alors pour progresser, et servent aussi pour trouver ensemble la manière de connaître toujours mieux la volonté de Dieu et de l’appliquer».

Concernant la réforme de la Curie romaine, dont il est l’un des acteurs en tant que membre du C9, mais qui suscite aussi quelques ajustements complexes au sujet des prérogatives de la Secrétairerie d’État qu’il dirige, le cardinal Parolin reprend le terme d’une «réforme du cœur» plus que d’une simple réforme structurelle : «ce ne sont pas les critères fonctionnels qui doivent guider cette réforme mais, justement, plus profondément, les critères d’un authentique retour à Dieu et d’une authentique manifestation de la vraie nature de l’Église.»

Enfin, sur un plan plus personnel, en tant que collaborateur du Pape, le cardinal Parolin «remercie le Seigneur» pour la personnalité du Souverain pontife. «Ce qui m’impressionne, chez le Pape François, c’est justement sa lecture de foi des choses, des situations, dont naît une grande sérénité de fond. Je le lui ai dit de nombreuses fois, mais je l’expérimente justement dans le contact avec lui : cette sérénité de fond pour laquelle face aux situations, aussi les plus difficiles, les plus compliquées - il y en a tellement aussi un motif de préoccupation et d’inquiétude -, cette capacité de regarder avec sérénité les choses, de savoir que les choses sont dans la main de Dieu, et donc d’aller de l’avant avec force, d’aller de l’avant avec courage. Et je dirais que cela m’aide aussi beaucoup dans l’exercice de mes responsabilités et de mon rôle», confie le Secrétaire d’État du Saint-Siège.

-------

17308822_10211995686516886_3858393805916778345_n.jpgJ'aime notre Pape François ! Son pontificat ne peut pas se lire sans le Concile Vatican II, toute la Tradition de l'Eglise, le Catéchisme de l'Eglise catholique, les pontificats de Pie XII (vénérable), Saint Jean XXIII, bienheureux Paul VI, Saint Jean Paul II et le génie théologique de Joseph Ratzinger devenu Benoît XVI.

Notre Pape est révolutionnaire, au sens latino du terme, celle du brouhaha de la Pentecôte, celle des saints. François n'est pas un Pape de rupture mais un prophète, anticlérical ! Il veut en tout premier lieu la Réforme des cœurs !

Il se permet de nous corriger nous les prêtres pour que nous soyons des hommes pour les autres, les petits, les malades, les personnes handicapées, les anciens, les jeunes, les familles, les personnes exclues, les pauvres, les réfugiés .... Nous ne devons pas faire le prêtre mais être prêtre, soit Amoureux du Coeur de Jésus.

un lien: RCF débat

 

-----

 

Les déçus du Pape François et la théorie du complot

pape-francois-et-benoit.jpgLe 13 mars 2013 Jorge Maria Bergoglio était élu par le conclave réuni après la démission du pape Benoit XVI. Il devenait le nouveau pape en prenant le nom de François.

Quatre ans après cette élection surprise, les manœuvres très médiatisées du nouveau détenteur du trône pétrinien pour révolutionner ce qui reste de catholique dans l’Église conciliaire suscitent des inquiétudes, voire des rebellions, chez certains ecclésiastiques et laïques conservateurs.

Plus graves, elles engendrent chez eux des interrogations quant à la validité de l’élection de François. Cette question délicate, brûlante, risquée, revient de plus en plus souvent sur le devant de la scène.

Dernièrement, c’est le journaliste catholique Christopher A. Ferrara, avocat de profession, collaborateur principal de feu le père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, chroniqueur dans plusieurs médias catholiques dont The Remnant Newspaper, qui a écrit un long article sur la question :

« L’histoire enregistrera à jamais les paroles choquantes du nouveau Pape Benoît XVI à la Messe pour l’inauguration de sa papauté : «Priez pour moi pour que je ne fuie pas par crainte des loups ». Ces mots se sont avérés être une prophétie.

Les « normalistes » qui insistent sur le fait que rien ne va mal avec le pontificat actuel — un groupe dont le nombre diminue rapidement — affirment ne pas être dérangés par la manière la plus inédite dont Benoît XVI a quitté la Chaire de Pierre : tout en conservant son nom papal, son insigne papal, sa résidence pontificale au Vatican et, selon Benoît XVI, l’aspect « passif » de la fonction (prière et contemplation) comme premier « Pape Émérite » dans l’histoire de l’Église.

Si un Évêque Émérite est encore Évêque, n’est-ce pas qu’un Pape Émérite soit encore Pape ? Si non, alors comment le titre de « Pape Émérite » puisse être autre chose que des sottises vides ? Mais si Benoît XVI se considère comme un Pape dans quelque sens que ce soit, que devons-nous faire de deux Papes vivant au Vatican ? Comment un Pape qui démissionne de son ministère puisse être encore en quelque sorte un Pape, étant donné que l’élection à la papauté ne produit aucun changement ontologique dans l’homme — comme une marque indélébile sur l’âme, comme l’ordination au sacerdoce ou la consécration épiscopale font — mais confie simplement la fonction papale qui, dans le cas ici, a été censément renoncée ?

Je ne propose pas de réponse définitive à ces questions. Ce qui est certainement le cas, c’est que Benoît a vraiment fui la papauté, professée à cause de son incapacité à supporter ses fardeaux en raison de l’âge. Mais a-t-il fui dans la crainte des loups qu’il avait clairement en vue au tout début de son bref pontificat ? Et qui sont ces loups ?

Le mystère non seulement persiste mais s’approfondit de plus en plus à chaque jour qui passe du tumulte Bergoglien. Il apparaît maintenant un monseigneur Luigi Negri, ami de Benoît, qui déclare dans une interview à Rimini2.0 que l’abdication de Benoît XVI est «un geste inouï» pris alors qu’il était « sous une énorme pression ». Mais quelle sorte de pression et par qui était-elle appliquée ? Negri dit à juste titre que l’affaire est un « mystère très sérieux » et jure que lorsque sa « fin du monde personnelle » arrivera, « la première question que je vais poser à Saint Pierre sera précisément sur cette affaire ».

Curieusement, après l’interview de Negri, l’ancien porte-parole du bureau de presse du Vatican, le Père Federico Lombardi, a publié un démenti pro forma, citant la déclaration de Benoît XVI dans une interview avec Peter Seewald à l’effet qu’il avait renoncé à « l’exercice» de la fonction Pétrinienne en toute liberté et responsabilité ». Il n’y a pas eu aucune déclaration de Benoît en réponse à son ami Mgr. Negri cependant.

Or, l’expression « pleine liberté et responsabilité » n’est pas incompatible avec une démission sous pression. Personne ne suggère que quelqu’un ait mis un pistolet à la tête de Benoît XVI ou ait nié son libre arbitre. Non, la question est de savoir si la renonciation était néanmoins motivée dans une certaine mesure par la crainte de quelque chose qui aurait pu influencer indûment sa volonté : cette « crainte des loups » que Benoît lui-même avait mentionnée. Que cette peur ait ou non atteint le niveau d’invalidation de la renonciation, si « les loups » étaient ceux qui appliquaient la pression, il incombe à chaque Catholique d’exiger de connaître leur identité et de se mettre en garde contre eux alors qu’ils orchestrent et trament leur prochain coup.

À cet égard, le mystère approfondit. Le pseudonyme du blogueur italien « Père Cristoforo » apparemment très bien branché dont le site « Anonimo della croce » prétend avoir des sources à l’intérieur de Casa Santa Marta, a répondu par une dénégation au Père Lombardi avec une déclaration explosive : « Dans un mois « Anonimo della croce » sera en mesure de publier le contenu de cette fatale lettre que Benoît a reçue avant de décider de démissionner. »

« Père Cristoforo » continue : « De même, le Père Lombardi, comme tant d’autres journalistes, devrait se taire sur ce sujet. Parce que les raisons de la démission du Pape Ratzinger ne sont pas des bagatelles. Ce sont des raisons sérieuses. Et pas à cause d’une mauvaise santé ou d’autres raisons théologiques. Mais pour des raisons sérieuses, vraiment sérieuses … Sur cette question, nous allons les publier dans un mois ».

Peut-être dans un mois un peu de lumière sera enfin jetée sur la démission mystérieuse, sans précédent et étrangement qualifiée du Pape Benoît XVI, un événement qui doit figurer dans la prophétie du Troisième Secret de Fatima. (Traduction de Dieu et moi le nul sans lui»

Indépendamment des révélations faites par le Père Cristoforo et reprises par Ferrara, dont la véracité restent à confirmer, cet article témoigne du malaise croissant au sein du monde catholique et conciliaire que déchaînent la révolution bergoglienne mais aussi la présence du « premier « Pape Émérite » de l’histoire de l’Église, aspect « passif » de la fonction (prière et contemplation) [pontificale, ndlr]». En effet, il faut réaliser toutes les implications « politique » et « magistérielle » de cette présence : elle laisse transparaître un aspect révolutionnaire dans la charge papale, instaure une dualité et un semblant d’autorité pontificale à deux têtes, dont il est difficile encore de mesurer toute la nocivité pour les âmes et le gouvernement de l’Église.

Quatre ans donc d’un pontificat révolutionnaire sur bien des points. Comment se terminera-t-il, telle est la question que l’on peut se poser aujourd’hui…

Francesca de Villasmundo

samedi, 11 mars 2017

France: Denier du culte censuré ?

France: Denier du culte censuré ?

lien

C6ot84IXUAAqxYo.jpg

Très belle vidéo pour le bicentenaire de la paroisse Notre-Dame à Neuchâtel (1817-2017)

16252077_375901232808716_1598971655500521988_o.png

Facebook - Site Internet

Double anniversaire pour la communauté catholique de Neuchâtel. Il y a 200 ans, en 1806, la messe était célébrée à la Collégiale, près de trois siècles après son abolition par les partisans de la Réforme. Un siècle plus tard, l'église Notre-Dame, connue aussi sous le nom d'Eglise Rouge, était inaugurée.

Cette année, ce sont donc un centenaire et un bicentenaire qui sont célébrés. Les festivités, qui s'étaleront sur toute l'année

Très belle vidéo pour le bicentenaire de la paroisse Notre-Dame à Neuchâtel (1817-2017)

Video live interview: des enfants interrompent papa en plein direct - ou la meilleure raison pour le célibat des prêtres

Unknown.jpeg

Vidéo live interview: des enfants interrompent papa en plein direct - ou la meilleure raison pour le célibat des prêtres

Renonciation de Benoît XVI: « Il n’y a aucun mystère à révéler », affirme le p. Lombardi

Renonciation de Benoît XVI:

 

« Il n’y a aucun mystère à révéler », affirme le p. Lombardi

Lien - Mise au point après les propos d’un évêque italien

Zenit

« J’ai toujours pensé que Benoît XVI était un homme qui donne la priorité à la vérité ».

 

lombardi_sarajevo_2-740x493.jpgBenoît XVI n’a pas subi de « pressions » qui l’auraient poussé à sa renonciation et « il n’y a aucun mystère à révéler ». C’est la mise au point du père Federico Lombardi, président de la Fondation vaticane Joseph Ratzinger – Benoît XVI et ancien directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, qui ne mâche pas ses mots après des propos de Mgr Luigi Negri, archevêque émérite de Ferrare (Italie).

Sur le site proche du Saint-Siège Il Sismografo, le père Lombardi réagit à un entretien dans lequel Mgr Negri soupçonne « de graves responsabilités à l’intérieur et à l’extérieur du Vatican » en ce qui concerne la démission de Benoît XVI. L’archevêque fait allusion à « des pressions énormes » subies par le pape allemand, exercées notamment par l’administration américaine de « Barack Obama » .

Pour le jésuite, qui était porte-parole du Vatican au moment de la renonciation, en février 2013, les allégations de Mgr Negri créent une « confusion inutile ».

Il invite à revenir aux déclarations de Benoît XVI aux cardinaux et dans son livre d’entretien avec Peter Seewald : « Il affirme en effet qu’il a pris la décision de sa renonciation en pleine liberté et responsabilité et qu’il n’y a aucun mystère à révéler ». Et le père Lombardi de défendre le pape émérite : « J’ai toujours pensé que Benoît XVI était un homme qui donne la priorité à la vérité ».

« Il est très vrai – comme le dit Mgr Negri – que le pape émérite est ‘très lucide de pensée’, mais aussi ‘physiquement fragilisé’, ajoute-t-il. C’est pourquoi en quatre ans il n’aurait plus été en mesure de présider de longues célébrations publiques, de longues audiences, des réunions complexes, des assemblées synodales, et encore moins de faire des voyages ni des visites en paroisse. (…) Dans sa parfaite lucidité, il en était pleinement conscient déjà il y a quatre ans, et il a pensé que ce serait un problème pour la communauté de l’Eglise ».

« Comment lui donner tort ? », s’interroge le p. Lombardi : « Il ne me semble pas qu’il soit nécessaire de penser à de terribles pressions d’outre-Atlantique. Nous pouvons tranquillement penser que cela a été une décision très sage et raisonnable, devant Dieu et devant les hommes ».

Dans l’entretien, Mgr Negri dit aussi qu’à sa mort, il demandera à Saint-Pierre des éclaircissements sur l’affaire. Ce à quoi le père Lombardi rétorque : « Je ne poserai pas à saint Pierre la même question que Mgr Negri, parce que Benoît XVI a déjà donné la réponse et personnellement j’y crois ».

jeudi, 09 mars 2017

Fribourg, Suisse: Saint Thomas d'Aquin s'offre une chaîne Youtube

Unknown.pngFribourg, Suisse: Saint Thomas d'Aquin s'offre une chaîne Youtube

Isolde Cambournac, assistante en théologie morale et doctorante en anthropologie théologique à l’université de Fribourg, coordonne le projet Aquinas et en assure la production et la promotion de cette chaîne Youtube pas comme les autres…

Rencontre 

Unknown-1.jpeg

Aleteia : Isolde Cambournac, comment présenter Aquinas en deux mots ?

Aquinas est une initiative lancée en 2016 par des étudiants en théologie à Fribourg (Suisse) soucieux du rayonnement de saint Thomas d’Aquin.

Elle vise à faire connaître sa personne et son œuvre, notamment à travers le regard de ceux qui le connaissent bien.

images.jpegNous avons pris comme devise les mots de saint Thomas lui-même : Maius est illuminare quam lucere solum, ita maius est contemplata aliis tradere quam solum contemplari (Il est plus beau d’éclairer que de briller seulement ; de même est-il plus beau de transmettre aux autres ce qu’on a contemplé que de contempler seulement).

Tous les dimanches, nous mettons en ligne une nouvelle vidéo. Chaque vidéo se veut un peu comme un « apéritif » qui devrait donner envie à l’auditeur d’aller lui-même se plonger dans les œuvres de saint Thomas.

suite Aleteia

Célibat sacerdotal: le Pape François pense comme l'Eglise

XVM8b4330d4-04df-11e7-9817-1355bd895eca.jpg

Le Figaro - Cath.ch - Radio Vatican

L'ordination d'hommes mariés a toujours été une possibilité dans l'histoire de l'Eglise

Dans un entretien au journal allemand Die Zeit, le Pape François a confirmé la tradition latine du célibat des prêtres. Il s'est dit également prêt à une réflexion sur la possibilité d'ordonner des hommes mariés avec des tâches spécifiques. Le célibat n'est effectivement pas un dogme, mais une "pratique" divinement inspirée. Le célibat convient à la vocation de prêtre et l'appel au célibat vient de Dieu. 

Le célibat sacerdotal est un trésor, un don, une grâce. François n'est donc pas un Pape de la rupture, mais celui de la Réforme, entendue comme celui qui remet toujours l'Eglise dans sa forme originelle. 

Le mariage des prêtres n'a jamais existé 

De fait, il n'y a aucune nouveauté dans ses propos.  Le célibat sacerdotal existe depuis le temps des Apôtres. Simon était marié avant d'être appelé par Jésus. Il est devenu le premier Pape. L'Eglise latine a donc toujours eu cette pratique de l'ordination d'hommes mariés, s'ils ont la vocation. Ce choix dépend du Pape, des évêques en communion avec lui, selon les circonstances historiques. 

La tradition des églises orientales (maronites ou grecques-orthodoexes) ordonnant des hommes mariés est postérieure à la pratique latine. Cette dernière demande à ses ministres de vivre dans la continence parfaite après l'ordination. 

source: Zenit

Die Zeit: le Pape François confirme le célibat des prêtres

pape4-740x493.jpgCélibat sacerdotal optionnel, ordination d’hommes mariés, crise de la foi, futurs voyages apostoliques : le pape François évoque tous ces sujets dans une interview publiée le 9 mars 2017 dans l’hebdomadaire allemand Die Zeit. Radio Vatican en français a fait une synthèse de ce premier entretien accordé à un média allemand.

« Je suis un pécheur, je peux me tromper » titre le Zeit. Le pape confie dans l’interview : « Je n’ai pas l’impression d’être un homme exceptionnel (…) je ne suis qu’un homme qui fait ce qu’il peut ». Célibat optionnel et viri probati Il évoque le manque de vocations, « un problème que l’Église doit résoudre ».

Pour l’affronter, il recommande la prière, mais aussi, comme il l’a expliqué à plusieurs reprises, le travail social avec les jeunes « qui sont les grands oubliés de la société moderne parce qu’ils n’ont pas de travail dans de nombreux pays ». Mais le manque de prêtres ne doit pas conduire à suspendre le discernement, met en garde le pape : « Aujourd’hui, il y a tant de jeunes et ensuite, ceux-ci ruineront l’Église parce qu’ils ne sont pas prêtres par vocation. La vocation est importante ».

Le Pape François favorable à une réflexion pour l'ordination d'hommes mariés

« Le célibat optionnel n’est pas la solution », assure le pape qui estime en revanche que l’ordination d’hommes mariés – viri probati – est une possibilité à étudier. « Mais on doit aussi décider du type de tâches qu’ils doivent assumer, par exemple pour les communautés isolées ». Les prochains voyages apostoliques Au fil de l’entretien, le pape énumère les voyages apostoliques à venir : il confirme des déplacements en Inde, au Bangladesh et en Colombie.

Comme lors de sa visite à l’église anglicane de Rome, il exprime son souhait de se rendre au Soudan du Sud. Un voyage en Egypte serait aussi à l’étude. Certaines destinations souhaitées sont pour le moment difficiles à mettre en œuvre, précise-t-il : le Congo-Brazzaville, la République démocratique du Congo, la Russie, qui implique d’aller également en Ukraine.

Interrogé sur la crise de la foi, le pape souligne que « la foi n’est pas un acquis » mais « un don » et que « la crise fait partie de la vie de la foi ». Ainsi « une foi qui n’entre pas en crise pour grandir » reste « infantile ». Le pape, qui affirme garder la paix, explique qu’il demande la grâce du « sens de l’humour ». Et de réagir en plaisantant à l’affaire des pamphlets anonymes dirigés contre lui, placardés dans les rues de Rome : « le romanaccio (le dialecte romain, ndlr) utilisé dans ces manifestes, c’était magnifique ». Quant à la crise récente entre le Saint-Siège et l’Ordre de Malte, le pape François souhaite la résolution des problèmes.

« C’est pourquoi j’ai nommé un délégué capable de les résoudre, avec un charisme que n’a pas le cardinal Burke », ce dernier restant toutefois patron de l’Ordre. C’est Mgr Angelo Becciu, substitut pour les affaires générales de la Secrétairerie d’État, qui a été nommé délégué pontifical le 4 février dernier. Dans une première synthèse réalisée par Zenit hier*, le pape exprime aussi sa préoccupation devant la montée des populismes en Europe occidentale et son refus du culte papal.

*Le pape François exprime sa préoccupation face à la montée des populismes en Europe occidentale, dans une interview à paraître le 9 mars 2017 dans l’hebdomadaire allemand Die Zeit.

« Je suis un pécheur, je peux me tromper » titre le Zeit, le titre original étant : « Ich bin Sünder und bin fehlbar« . L’entretien a été réalisé au Vatican fin février, et c’est le premier accordé à un média allemand.

Die Zeit: le pape évoque ses combats, le danger du populisme et l’année Luther

Unknown.pngLe pape se dit notamment préoccupé par la montée des populismes dans les démocraties occidentales : « Le populisme est mauvais et il finit mal, comme le siècle dernier l’a montré. » Il ajoute : « Le populisme, cela signifie utiliser le peuple », « il a toujours besoin d’un messie et de la justification de devoir préserver l’identité du peuple ».

On comprend d’autant mieux que le pape refuse toute forme de culte de la personnalité. A une question sur les combats contre la foi, il confie : « Je connais aussi des passages à vide », mais il souligne que les crises sont aussi une occasion de grandir : « Une foi qui ne connaît pas de crise (…) demeure infantile. »

Le pape ajoute : « Je suis un pécheur, je peux me tromper ». Et il refuse le « culte papal » : « Nous ne devons pas oublier qu’idéaliser une personne c’est toujours une forme subliminale d’agression. Quand je suis idéalisé, je me sens agressé. »

On se souvient à ce propos que le Vatican avait réagi quand le pape avait été représenté comme un Superman sur les murs d’une maison du Borgo Pio, à deux pas du Vatican : l’image a été effacée. Le pape s’est senti offensé.

Le pape François évoque aussi le problème de la pénurie croissante de prêtres dans de nombreux pays, par exemple en Allemagne. Pour le pape, l’Eglise est « contestée » et elle doit affronter cela et d’autres problèmes aussi sans peur.

Par ailleurs, le pape rappelle le rôle de la théologie de s’occuper de la « recherche » : « La vérité c’est de ne pas avoir peur. Les peurs ferment les portes. La liberté les ouvre. Et si la liberté est petite, elle ouvre au moins une petite fenêtre. »

Enfin, le pape évoque, dans cette interview, le célibat sacerdotal, il répond à des questions sur l’ordination d’hommes mariés, sur l’hostilité contre sa personne, et sur l’invitation à se rendre en Allemagne à l’occasion de l’Année Luther.

Obama aurait poussé Ratzinger à la démission ? Monseigneur Negri n'est pas vraiment l'ami du Pape émérite Benoît XVI

Obama aurait poussé Ratzinger à la démission ? Monseigneur Negri n'est pas vraiment l'ami du Pape émérite Benoît XVI ...

Luigi-Negri.jpg« Ce fut un geste inouï. Lors de mes dernières rencontres avec lui, j’ai pu constater qu’il était devenu physiquement fragile mais des plus lucide dans sa pensée. J’ai, heureusement, peu de connaissance des faits et gestes de la Curie, mais je suis certain qu’un jour remonteront à la surface les graves responsabilités de l’intérieur et de l’extérieur du Vatican qui ont poussé Benoît XVI à la démission. 

Benoît XVI a subi des pressions énormes. Ce n’est pas un hasard si en Amérique, même sur la base de ce qui a été publié par Wikileaks, certains groupes de catholiques ont demandé au Président Trump de créer une commission d’enquête afin de déterminer si le gouvernement de Barack Obama a exercé des pressions sur Benoît XVI. Cela demeure pour l’instant un grave mystère, mais je suis certain que les responsabilités seront découvertes. »

Note: dans son livre "Ultimes entretiens", le Pape émérite Benoît XVI a durement dénoncé de telles théories complotistes. 

mercredi, 08 mars 2017

Les propos du Pape François sur la liturgie, le latin et la musique sacrée

Les propos du Pape François sur la liturgie, le latin et la musique sacrée

Unknown.jpeg« La rencontre avec la modernité et l’introductiondes langues vernaculaires dans la liturgie a suscité de nombreux problèmes, de langage, de formes et de genres musicaux », a déclaré le pape aux participants d’un congrès international sur la musique sacrée, le 4 mars.

« Parfois a prévalu une certaine médiocrité, superficialité ou banalité, au détriment de la beauté et de l’intensité des célébrations liturgiques », a-t-il regretté, invitant les acteurs du chant liturgique à apporter une « précieuse contribution au renouvellement, surtout qualitatif, de la musique sacrée et du chant liturgique ».

Note: à l'évidence, le Pape n'est pas vraiment passionné par la liturgie. Le Cardinal Sarah, héritier de Benoît XVI, fut placé par François à la tête de la congrégation pour les rites et la discipline des sacrements. 

lundi, 06 mars 2017

Pédophilie, démission de Mme Collins: le Cardinal Müller s'explique avec clarté

4149631830.jpgPédophilie: le Cardinal Müller et la démission de Marie Collins:

 

"Il faudrait mettre fin à ce cliché : l'idée qu'il y aurait d'un côté le pape qui veut la réforme et de l'autre un groupe de résistants souhaitant la bloquer"

LIEN

Dans un communiqué, le groupe international We Are Church ("Nous sommes l'Eglise") "appelle le pape François à remplacer le cardinal Gerhard Ludwig Müller par quelqu'un qui introduira transparence, justice et compassion" dans la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le ministère important qu'il dirige actuellement.

Lien

Pédophilie: le Cardinal Müller n'a en fait jamais rencontré Mme Collins, mais il est évidemment disposé à le faire car rien de l'empêche. 

La Stampa

muller-RH6h3nippSSLihxHqn81PjM-568x320@LaStampa.it.jpgLE SAINT-SIÈGE EN BREF : ABUS SEXUELS

Vatican - le 06/03/2017 | Par Agence I.Media

Cardinal Müller/Marie Collins :

"Il faudrait mettre fin à ce cliché : l'idée qu'il y aurait d'un côté le pape qui veut la réforme et de l'autre un groupe de résistants souhaitant la bloquer", a réagi le cardinal Gerhard Ludwig Muller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi dans un entretien avec le quotidien Corriere della Sera le 5 mars 2017.

Le prélat répondait aux propos de l’Irlandaise Marie Collins dénonçant le “manque de coopération“ de certains organes de la Curie, en particulier de la part de la Congrégation pour la doctrine de la foi, en matière de lutte contre les abus sexuels au sein du clergé. Marie Collins avait annoncé le 1er mars dernier sa démission de la Commission pour la protection des mineurs instituée par le pape François.

Amoris Laetitia: la conférence épiscopale d'Allemagne n'est pas favorable à la communion des personnes divorcées remariées

Unknown.jpeg

Amoris Laetitia: la conférence épiscopale d'Allemagne n'est pas favorable à la communion des personnes divorcées remariées

(lien) Tous les croyants, dont le mariage est cassé, et qui sont civilement divorcés et remariés, ne peuvent pas recevoir sans discernement les sacrements. Ce qui est nécessaire, si le mariage ne peut être annulé, ce sont des solutions différenciées qui pourront entrer en vigueur, pour répondre de manière individuelle à chaque cas.

Dans ce contexte nous encourageons tous ceux qui ont des doutes fondés sur la réelle validité de leur mariage, d’adresser une demande au tribunal ecclésiastique des mariages, afin le cas échéant leur permettre un nouveau  mariage à l’Église. Nous remercions tous ceux qui travaillent dans les tribunaux ecclésiastiques pour leur discrétion et leur engagement dans l’accompagnement pastoral.

Note: Amoris Laetitia n'a aucune citation qui contredirait l'enseignement de l'Eglise, comme celui de Saint Jean-Paul II ou de Benoît XVI. Ce document du Magistère approfondi la loi de la gradualité, afin d'accueillir, de discerner et d'intégrer les personnes qui souffrent d'un divorce.

Ces personnes ne sont nullement exclues de la communauté et en aucun cas excommuniées. Elles peuvent, Dieu merci !, recevoir l'aide de l'Eglise car chacun à une place dans cette grande famille. L'Eglise est un hôpital de campagne où toute personne, avec sa vie difficile, possède une place de choix. Il n'y a pas les justes d'un côté et les irréguliers de l'autre. Chaque personne a son histoire sacrée. 

Le Cardinal Coccopalmerio explicite les notes de bas de page du document papal. Pour recevoir l'absolution, il faut avoir le désir de conversion. 

Unknown-1.jpeg

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LA CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES D’ALLEMAGNE

« La Joie de l’amour, vécue dans les familles est également la joie de l’Église » texte adopté par le conseil permanent de la conférence des évêques allemande le 23 janvier 2017 à Würzburg. Invitation à une pastorale du mariage et de la famille renouvelée à la lumière d’Amoris laetitia Des évêques Nous nous réjouissons beaucoup du grand cadeau fait par le pape François qu’est l’exhortation apostolique postsynodale Amoris laetitia, et qui s’adresse à l’Église et à tous les hommes de bonne volonté qui construisent une vie maritale et familiale réussie. En se servant des avancées du synode, il a résumé et poursuivi le chemin emprunté par l’Église avec lui en 2014 et 2015.

Unknown.jpegIl est parvenu à mêler l’enseignement de la Bible, la tradition et son expérience pastorale personnelle, formant ainsi un ensemble d’idées et de considérations dont l’unité nous semble particulièrement convaincante. Le pape François parle du mariage, de la vie de couple, de la sexualité, du rôle parental et de la famille mais avant tout de l’amour dans un langage du quotidien, pratique et vivant, ce qui fait d’Amoris laetitia une source d’inspiration pour la vie maritale et familiale. Nous vous invitons tous cordialement à lire et étudier cet écrit du pape.

Cette invitation vaut, comme le pape le rappelle avec insistance « tant pour les familles que pour les agents de pastorale familiale, s’ils l’approfondissent avec patience, morceau par morceau, ou s’ils cherchent en elle ce dont ils peuvent avoir besoin dans chaque circonstance concrète. » (AL Nr. 7)

Nous recommandons particulièrement la lecture du chapitre 4 sur « L’amour dans le mariage ». Dans la contemplation du chapitre 1 Cor 13 le Saint-Père voit une bonne base pour analyser les différents défis pastoraux à la lumière des saintes écritures et les poursuivre par des actes concrets. Parce que « Le sacrement de mariage n’est ni une convention sociale, ni un rite vide, ni le simple signe extérieur d’un engagement. Le sacrement est un don pour la sanctification et le salut des époux, car s'appartenant l'un à l'autre, ils représentent réellement, par le signe sacramentel, le rapport du Christ à son Église » (AL Nr. 72). Ainsi le mariage chrétien est un signe visible de l’amour de Dieu: une partie de l’Église vivante.

C’est pourquoi l’Église compare le mariage et la famille à une petite église, une « église domestique ». Nous remercions en premier lieu non seulement le Saint-Père pour son impulsion mais également tous ceux qui se sont engagés dans la préparation et l’accompagnement du synode en réalisant les enquêtes préalables ainsi que leur soutien technique. Merci également pour toutes les prières qui ont accompagné les participants aux synodes et leurs conseillers.

Tous ont, à leur manière, contribué afin que ce chemin synodal soit celui de toute l’Église. Sur ce chemin, les diverses situations de vie des couples mariés et des familles d’aujourd’hui sont pour nous claires. Nous regardons avec grand respect les hommes qui s’efforcent de faire face à leur travail et à l’éducation dans la société contemporaine. Tous, par les fidèles relations quotidiennes, l’amour parental, les soins et l’éducation, la solidarité entre les générations et les relations droites vécues dans l’environnement de leur famille apportent une contribution infiniment précieuse à la société, mais surtout aux uns et aux autres. L’infatigable engagement des parents pour soutenir leurs enfants dans la vie et les éduquer à la responsabilité est irremplaçable.

C’est pourquoi nous remercions particulièrement les mariés et les familles pour leur témoignage de vie et de foi. Dans la mesure du possible nous souhaitons les aider dans ce chemin. Quelles sont les conséquences d’Amoris laetitia dans l’accompagnement pastoral des mariés et des familles en Allemagne ? Beaucoup de ces conséquences devront être développées dans des situations pastorales concrètes. Nous ne mentionneront que quelques orientations essentielles. Ce sont sur ces priorités que nous consacrerons nos efforts dans un premier temps.

Mais la richesse d’Amoris laetitia sera loin d’être épuisée. Nous souhaitons poursuivre l'étude de l’évangile de la famille, dans le même esprit que celui développé dans Amoris laetitia, et développer d’autres thèmes. Pour le moment nous aborderons les suivants : • La préparation au mariage ; • L’accompagnement dans le mariage ; • Le renforcement de la famille comme lieu de transmission de la foi ; • Comment recréer le lien avec les personnes en situation de fragilité : accompagnement - discernement – insertion. […]

Comment recréer le lien avec les personnes en situation de fragilité : accompagnement - discernement - insertion Malgré toute la bonne volonté des conjoints et toute la préparation au mariage, il arrive que des relations se brisent. Les hommes envisagent une union pour toute une vie avant de se retrouver dans une situation désastreuse. Ils souffrent d’avoir échoué dans la réalisation de leur idéal d’un amour et d’une relation conjugale de toute une vie. À leurs propres doutes s’ajoutent souvent des inquiétudes économiques. Les enfants sont en particulier affectés de ces relations détruites.

Et c’est dans cette situation critique qu’il est du devoir de l’église d’accompagner et de soutenir ces personnes. Ce service est dans de nombreux cas procuré par les centres de conseil de l’Eglise et l’accompagnement pastoral des parents célibataires. Et il est justement nécessaire dans l’accompagnement régulier de ces personnes d’avoir une oreille bien plus attentive et un cœur plus ouvert, afin d’arriver au but « d’encourager l’ouverture à la grâce » (AL Nr. 37).

Ainsi nous voulons aussi développer la question des relations de l’Église vis à vis des personnes qui après un divorce civil se remarient et qui désirent recevoir les sacrements de réconciliation et de l’eucharistie. L’indissolubilité du mariage est un indispensable bien de la foi de l’Église. Amoris laetitia laisse tout aussi peu de doute quant à la nécessité de différencier son regard en fonction de chaque situation de vie des personnes. « Il faut éviter des jugements qui ne tiendraient pas compte de la complexité des diverses situations ; il est également nécessaire d’être attentif à la façon dont les personnes vivent et souffrent à cause de leur condition » (AL Nr. 296)

Amoris laetitia présente les trois aspect accompagnement - discernement - intégration - comme les principes directeurs centraux, à partir de la constatation fondamentale que « Personne ne peut être condamné pour toujours, parce que ce n’est pas la logique de l’Évangile » (AL Nr. 297).

Les personnes touchées par ces aléas de la vie, qui sont souvent vécus de manière suffisamment stressante et pénible, doivent sentir que l’Église ne les laisse pas tomber. L’Église doit faire vraiment comprendre aux divorcés remariés qu’ils appartiennent à l’Église, que Dieu ne les prive pas de son amour et qu’ils sont appelés à aimer Dieu et leur prochain en restant des témoins authentiques de Jésus Christ.

Le Saint-Père souligne clairement l’aspect de l’accompagnement en disant « Non seulement ils ne doivent pas se sentir excommuniés, mais ils peuvent vivre et mûrir comme membres vivants de l’Église, la sentant comme une mère qui les accueille toujours, qui s’occupe d’eux avec beaucoup d’affection et qui les encourage sur le chemin de la vie et de l’Évangile. » (AL Nr. 299) Ce que pense le pape dans ce contexte lorsqu’il parle de discernement est rendu plus clair par le fait qu’il mette en exergue dans Amoris laetitia : « L’Église a une solide réflexion sur les conditionnements et les circonstances atténuantes.

Par conséquent, il n’est plus possible de dire que tous ceux qui se trouvent dans une certaine situation dite ‘‘irrégulière’’ vivent dans une situation de péché mortel, privés de la grâce sanctifiante » (AL Nr. 301). Amoris laetitia affirme a cet égard qu’il n’existe pas de règle générale et qu’il n’y a pas d’automatisme qui orienterait vers une généralisation tolérant les divorcés-civils-remariés d’accéder aux sacrements.

Amoris laetitia n’ignore ni la lourde culpabilité que beaucoup de personnes s’imposent dans ces situations de rupture et d’échec de leur relation maritale ; ni la problématique engendrée par le fait que le re-mariage civil contredit les signes visible du sacrement du mariage, même si la personne concernée alors innocente a été abandonnée. Amoris laetitia ne s’en tient néanmoins pas à l'exclusion catégorique et irréversible des sacrements.

La note 336 (AL Nr. 300) fait clairement état que le discernement de ceux qui « peu[vent] reconnaître que dans une situation particulière il n’y a pas de faute grave », doit conduire à des conséquences différenciées pour ce qui touche aux Sacrements. La note 351 (AL Nr. 305) indique qu’un homme qui est également dans une situation objectivement irrégulière, mais qui subjectivement n’est pas ou du moins pas totalement coupable « puisse vivre dans la grâce de Dieu, qu’[il] puisse aimer, et qu’[il] puisse également grandir dans la vie de la grâce et dans la charité » (AL Nr. 305), de surcroît s'il obtient l'aide de l'Eglise et dans certains cas aussi l'aide des sacrements. Aussi ceci défend la possibilité de recevoir les sacrements dans ces situations.

Tous les croyants, dont le mariage est cassé, et qui sont civilement divorcés et remariés, ne peuvent pas recevoir sans discernement les sacrements. Ce qui est nécessaire, si le mariage ne peut être annulé, ce sont des solutions différenciées qui pourront entrer en vigueur, pour répondre de manière individuelle à chaque cas. Dans ce contexte nous encourageons tous ceux qui ont des doutes fondés sur la réelle validité de leur mariage, d’adresser une demande au tribunal ecclésiastique des mariages, afin le cas échéant leur permettre un nouveau mariage à l’Église. Nous remercions tous ceux qui travaillent dans les tribunaux ecclésiastiques pour leur discrétion et leur engagement dans l’accompagnement pastoral.

Amoris laetitia a encouragé ce processus de prise de décision, qui doit être soutenu d’un accompagnateur pastoral. À la condition préalable que ce processus de prise de décision soit conduit en pleine conscience de la part de tous les acteurs, Amoris laetitia ouvre la possibilité de recevoir les sacrements de la Réconciliation et de l’Eucharistie. Dans Amoris laetitia le Pape François insiste sur l’importance de laisser aux personnes décider selon leur conscience : « Il nous coûte aussi de laisser de la place à la conscience des fidèles qui souvent répondent de leur mieux à l’Évangile avec leur limites et peuvent exercer leur propre discernement dans des situations où tous les schémas sont battus en brèche. Nous sommes appelés à former les consciences, mais non à prétendre nous substituer à elles » (AL Nr. 37).

La fin de ce processus spirituel, dont l’objectif doit toujours être l’intégration des personnes, ne sera en aucun cas la réception systématique des sacrements de pénitence ou de l’eucharistie. Cette décision individuelle qui qui font qu’une personne dans ces circonstances particulières ne s’estime pas ou pas encore en mesure de recevoir les sacrements, mérite* attention et respect. Mais le choix de recevoir les sacrements se doit aussi d’être respecté. Afin d’éviter une attitude aussi bien laxiste d’un examen de conscience pas assez approfondi dans l’accompagnement, le discernement et l’intégration qu’une attitude rigoriste, il faudra prendre son temps avant de rendre des jugements trop rapides de ces situation dites irrégulières.

Pour éviter ces attitudes extrêmes, cette phase de discernement (lat. discretio) doit avoir lieu lors d’entretiens individuels avec la personne. Nous considérons qu’il est de notre devoir d’approfondir la formation de la conscience des fidèles. Pour rendre nos accompagnateurs pastoraux aptes à cette tâche, il est nécessaire de leur mettre entre les mains des critères. Ces critères de formation des consciences nous sont donnés par le Saint-Père de manière détaillée et de façon exceptionnelle dans Amoris laetitia (s. AL Nr. 298–300).

Aussi bien pour les conseillers spirituels que pour les croyants ce concept directeur de l’accompagnement, le discernement et l’insertion signifie de grandes exigences et un grand défi. De manière générale, mais encore plus particulièrement dans ces situations d’échecs, les hommes devraient être en mesure de savoir que l'Église les accompagne et les invite à marcher avec elle. « Les Pasteurs, qui proposent aux fidèles l’idéal complet de l’Évangile et la doctrine de l’Église, doivent les aider aussi à assumer la logique de la compassion avec les personnes fragiles et à éviter les persécutions ou les jugements trop durs ou impatients » (AL Nr. 308).

Le Pape François a évoqué beaucoup de situation dans ses écrits : que ce soit un parent seul, des migrants ou des familles en fuite, des couples interconfessionnels, interreligieux ou interculturels, des couples dans lesquels l’un des deux est croyant et l’autre peu ou pas du tout, des familles, ceux vivant dans la pauvreté, ceux s’occupant des personnes âgées, des malades ou des personnes nécessitant une attention particulière dans leur famille, mais également des couples qui ne peuvent se décider pour le mariage, et des couples de divorcés-remariés civilement.

Avec certains nous ne marcherons ensemble qu’un petit bout de chemin ou maintiendrons seulement une lointaine relation ; il y en aura d’autres que nous pourrons soutenir intensément, et certains seront en permanence avec nous. C’est là que nous ne devons pas renier l’Évangile de la famille. « Nous priverions le monde des valeurs que nous pouvons et devons apporter » (AL Nr. 35). Soutenir les couples en crises, divorcés et remariés civilement, signifie également un défi et une chance de pouvoir évoquer à nouveau avec eux l’Église et sa conception du mariage.

Nous encourageons tous ceux qui, sur le chemin du mariage et de la famille, veulent marcher avec l’Église, à lire le texte précurseur qu’est Amoris laetitia d’y réfléchir personnellement et de découvrir dans sa propre vie la richesse de l’évangile sur la famille.

Nous soutiendrons, suivront, et accompagnerons tous les couples et toutes les familles sur ce chemin. Le Saint-Père nous donne lui-même ceci pour le chemin : « Tous, nous sommes appelés à maintenir vive la tension vers un au-delà de nous-mêmes et de nos limites, et chaque famille doit vivre dans cette stimulation constante. Cheminons, familles, continuons à marcher ! Ce qui nous est promis est toujours plus. Ne désespérons pas à cause de nos limites, mais ne renonçons pas non plus à chercher la plénitude d’amour et de communion qui nous a été promise » (AL Nr. 325).

« Amoris Lætitia », impossible à interpréter ?

images-3.jpeg


« Amoris Lætitia », impossible à interpréter ? La conscience comme sanctuaire

 

L'agitation et la confusion médiatique autour de l'exhortation papale proviennent de différentes conceptions de la conscience.  

 

Explications par LE SUISSE ROM@IN : « Amoris Lætitia », impossible à interpréter ? La conscience comme sanctuaire

ifmyw_7dti0bukn-bzmjbbaaonduwto3nnebwlkgx-dejwlh1iv_vi_eahf5jpxyrx3fgza4dw9xa2r59o_01iq02xb.jpgLa focalisation des synodes de la famille autour de la question de la communion des personnes divorcées remariées est un piège. François l’a toujours dit.

Cependant, force est de constater que la réception de l’exhortation apostolique post-synodale La joie de l’Amour ou Amoris Lætitia (AL) se réduit tant dans l’Église que dans les médias à cette question.

suite Aleteia

suite Aleteia

Pape François: qu’est-ce qui se passerait si nous traitions la Bible comme nous traitons notre téléphone portable

Pape François: qu’est-ce qui se passerait si nous traitions la Bible comme nous traitons notre téléphone portable

images-2.jpeg« Et, s’il vous plaît, n’oubliez pas – n’oubliez pas! – qu’est ce qui arriverait si nous traitions la Bible comme nous traitons notre téléphone portable » 

Angélus, 4 mars 2017:

Chers frères et sœurs, bonjour ! 

... Quelqu’un a dit : qu’est-ce qui se passerait si nous traitions la Bible comme nous traitons notre téléphone portable ? Si nous la portions toujours avec nous – ou au moins le petit Evangile de poche – : qu’est-ce qui se passerait ? Si nous revenions en arrière quand nous l’oublions. Tu oublies ton téléphone portable :

« Oh je ne l’ai pas, je retourne le chercher. » Si nous l’ouvrions plusieurs fois par jour. Si nous lisions les messages de Dieu contenus dans la Bible comme nous lisons les messages du portable, qu’est-ce qui se passerait ?

La comparaison est clairement paradoxale, mais fait réfléchir. En effet, si nous avions la Parole de Dieu toujours dans le cœur, aucune tentation ne pourrait nous éloigner de Dieu et aucun obstacle ne pourrait nous faire dévier de la route du bien. Nous saurions vaincre les suggestions quotidiennes du mal qui est en nous et en dehors de nous.

Nous nous trouverions davantage capables de vivre une vie ressuscitée selon l’Esprit, en accueillant et en aimant nos frères, spécialement les plus faibles et les plus nécessiteux, et aussi nos ennemis.

images-1.jpeg

Que la Vierge Marie, icône parfaite de l’obéissance à Dieu et de la confiance inconditionnelle dans sa volonté, nous soutienne sur le chemin du carême, afin que nous nous mettions à l’écoute docile de la Parole de Dieu pour réaliser une vraie conversion du cœur.


© Traduction de ZENIT, Anita Bourdin

 

Père Gréa: lettre du Cardinal Barbarin aux paroissiens de l’église Sainte Blandine-Lyon

Père Gréa: lettre du Cardinal Barbarin aux paroissiens de l’église Sainte Blandine-Lyon

5 MARS 2017

Frères et Sœurs,

Unknown.jpegAujourd’hui, après le départ du P. David Gréa, je viens célébrer avec vous la Messe du premier dimanche de carême. Vous avez beaucoup échangé entre vous depuis quinze jours ; merci à tous ceux qui sont venus me voir ou ont pris contact avec l’un de mes collaborateurs, nous ont écrit ou envoyé un message. Il est important de prendre un temps de prière et de rencontre après cet événement. Nous le vivons comme une souffrance, il nous interroge sur la joie chrétienne et il nous appelle à l’espérance.

Une souffrance d’abord. Celle d’un évêque pour son fils et frère prêtre, devant ce choix de rompre l’engagement au célibat que nous prenons avant de recevoir le sacrement de l’ordre. Le P. David est venu m’en parler avec transparence, il m’a présenté sa réflexion et ses questions. Comme sa décision était arrêtée, conformément à ce que demande l’Eglise, je l’ai déchargé de sa mission. C’est aussi une souffrance pour ses frères prêtres qui, sans le juger, sont nombreux à poser des questions légitimes sur la façon dont il a justifié sa démarche.

Mais c’est d’abord votre souffrance, celle de votre communauté qui se trouve, de fait, privée aujourd’hui de son prêtre, de son pasteur et serviteur, de son frère et pour certains d’un ami… Il vous était donné depuis des années déjà, et avec lui, vous aviez noué tant de liens, initié tant de projets, favorisé le cheminement dans la foi de tant de personnes ! J’entends et je comprends la souffrance et les sentiments qui peuvent vous habiter depuis l’annonce de ce départ et après la lecture de la lettre du P. David.

Vous êtes nombreux à me les avoir confiés. Certains sont blessés, en colère contre l’Eglise ou amers par ce qu’ils vivent comme un abandon, mais rien n’effacera tout ce qui a été donné, semé et aimé ici. Certains, déroutés ou meurtris par cette décision, auraient espéré de la part de David une demande de pardon qui n’est pas venue dans sa lettre. Que le Messie Consolateur vous donne Lui-même la paix dont vous avez besoin pour poursuivre la route, au sein de la paroisse de Sainte Blandine-Lyon Centre. Malgré ces souffrances, que votre joie demeure !

Aujourd’hui, je veux vous rappeler l’invitation de saint Paul : « Rendez grâce à Dieu en toute circonstance » (1 Thes. 5, 18). Certains jours, elle est difficile à vivre. Vous avez peut-être du mal à chanter maintenant ce chant que vous aimez tant : « Je suis dans la joie, une joie immense… ». La vraie joie, pourtant, c’est celle que le Christ nous donne, Lui qui est fidèle, malgré nos épreuves et nos infidélités. Allez relire le passage du merveilleux discours après la Cène – c’est le testament spirituel de Jésus -, où il dit : « Vous êtes dans la peine maintenant, mais … votre cœur se réjouira ; et votre joie personne ne vous l’enlèvera… Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ; demandez et vous recevrez : ainsi votre joie sera parfaite » (Jean 16, 22-24).

N’oubliez pas que Jésus donne ce message dans un moment très douloureux pour lui ; il entre alors dans les ténèbres de sa Passion. Nul n’a mieux commenté ce passage que saint François d’Assise à son cher « frère Léon ». Ainsi, rendons grâce pour tout ce que Dieu donne dans la fraternité de votre paroisse. Oui, la joie côtoie souvent la Croix, vers laquelle nous tournons davantage notre regard durant le carême. Cette joie n’est pas incompatible avec l’épreuve que nous vivons.

images.jpegDepuis la visite pastorale que j’ai faite chez vous, il y a près de deux ans, je sais votre attachement à la personne du Christ, votre enracinement dans l’Eglise, l’engagement des nombreux serviteurs de votre communauté. J’admire votre élan missionnaire et votre ferveur dans la louange. « L’équipe-vision » de votre paroisse a raison d’affirmer : « Rien n’arrêtera jamais notre louange ! » Notre espérance, c’est la certitude que rien ne s’arrête et que tout continue.

Le P. David part et je demande au P. Patrick Rollin, vicaire général, de devenir administrateur de la paroisse jusqu’à la nomination d’un nouveau curé, en septembre. Aux côtés du P. Arnaud Alibert, que je remercie de sa disponibilité et de la grande attention qu’il a pour chacun de vous, je vous invite à prier intensément pour David qui reste notre frère, pour les prêtres qui demeurent parmi vous, et d’ores et déjà pour le curé qui vous sera envoyé à l’automne.

Plus généralement, je vous propose de confier à la miséricorde du Père tous les prêtres, spécialement ceux de notre diocèse, afin que Dieu les garde fidèles à Son amour, fidèles à servir chaque jour leurs frères et sœurs en Son nom ! L’engagement au célibat, nous le vivons comme une disponibilité totale au Seigneur et à vous tous, qu’Il nous demande de servir au jour le jour. C’est un signe du Royaume de Dieu déjà présent depuis la venue du Messie. C’est aussi l’aventure de notre alliance, d’un amour inscrit dans notre chair et notre cœur, et nourri des rencontres et de la collaboration avec vous dans la mission de l’évangélisation.

Nous le vivons dans la lumière de cette parole étonnante de Jésus, le soir du Jeudi saint : « Je ne vous appelle plus serviteurs, je vous appelle mes amis » (Jean 15, 15). On appelle votre paroisse Sainte Blandine-Lyon Centre, et vous voulez que le Christ en soit toujours le centre. C’est l’occasion d’intensifier votre attachement au Seigneur et de vous enraciner plus profondément dans l’Église.

Le P. Rollin et moi, nous sommes heureux de vous dire notre confiance. Nous voyons et savons que vous prenez et prendrez vos responsabilités. Le but est que chacun reçoive ce dont il a besoin pour grandir dans l’amour du Seigneur et pour trouver sa place de « disciple-missionnaire », comme dit le pape François. Nous voulons aussi vous dire que nous restons disponibles pour vous accompagner. L’Évangile de ce premier dimanche du carême montre Jésus face à la tentation.

Nous voyons que la Parole de Dieu est sa force et sa seule défense contre le diable. Qu’elle soit aussi votre rempart en ce temps d’épreuve. La lumière et la joie de Pâques, celles que recevront les catéchumènes au jour de leur renaissance et de leur illumination, ne nous feront jamais défaut ! Le 5 mars 2017, 1er dimanche de carême Je tiens aussi à remercier le P. Benoît Gschwind, Provincial des Assomptionnistes, qui a accepté que le P. Arnaud donne davantage de temps pour cette mission, jusqu’à l’été.

samedi, 04 mars 2017

Liturgie: l'ars celebrandi

Rappelons-nous un passage de l'Exhortation apostolique post-synodale de Benoît XVI, Sacramentum Caritatis: 

benoit-xvi-messe.jpg(source - site Liturgie romaine)

"En soulignant l'importance de l'ars celebrandi, - affirme le Pape - on met en lumière la valeur des normes liturgiques [...] Là où les prêtres et les responsables de la pastorale liturgique s'emploient à faire connaître les livres liturgiques et les normes liturgiques en vigueur [...], la célébration eucharistique en tire profit.

Dans les communautés ecclésiales, on croit peut-être déjà les connaître et pouvoir porter un jugement éclairé sur elles, mais, souvent, il n'en est pas ainsi. En réalité, ces textes contiennent des richesses qui conservent et qui expriment la foi et le chemin du peuple de Dieu au long des deux millénaires de son histoire ."

Evêque de Mostar: aucune apparition de Marie à Medjugorje

C6BlRg8XEAEi5UU.jpgMgr Peric, évêque de Mostar:

 

"nous pouvons affirmer sereinement que la Vierge n'est pas apparue à Medjugorje"

(La Stampa Andrea Tornielli) - lien

 

Vatican - le 03/03/2017 | Par Agence I.Media

Medjugorje: certains ont exagéré l’importance de ces phénomènes (Cardinal Müller)

“Certains ont exagéré l’importance de ces phénomènes, comme s’il s’agissait presque d’un dogme”, a déclaré le cardinal Gerhard Müller au sujet des apparitions de Medjugorje (Bosnie-Herzégovine), rapporte le site de la chaîne de télévision italienne TGCom24, le 3 mars 2017.

“Même quand l’Eglise se déclare favorable à ce genre d’événements, a poursuivi le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, aucun catholique n’est obligé d’y aller ou d’y croire”.

-----

- Les apparitions de la Vierge à Medjugorje ont fait de ce hameau un haut lieu du tourisme en Bosnie-Herzégovine avec un millions de pèlerins par an. Une manne financière importante. Toutefois, depuis un an, les touristes catholiques, notamment en provenance d’Italie, se veulent de plus en plus rares, au point que certaines agences de tourisme mettent la clef sous la porte.

jeudi, 02 mars 2017

Marie Collins, membre fondatrice de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, a remis sa démission au cardinal Sean O’Malley, son président.

Marie Collins, membre fondatrice de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, a remis sa démission au cardinal Sean O’Malley, son président.

RV23694_Articolo.jpg

24 Heures

Tout comme ose le penser le Cardinal secrétaire d'Etat Parolin, espérons que cette démission secoue le cocotier !

« elle a voulu secouer l’arbre et présenter sa démission était l’unique moyen de réagir ». Radio Vatican

(RV) C’est une des figures de proue de la lutte contre les abus sexuels au sein de l’Église : Marie Collins, membre fondatrice de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, a remis sa démission au cardinal Sean O’Malley, son président.

La nouvelle a été rendue publique par un communiqué de la Commission ce mercredi 1er mars. Il précise que Marie Collins avait remis formellement sa démission le 13 février dernier et qu’elle aurait pris effet ce 1er mars. Le texte ajoute que le Saint-Père a été informé de cette décision et qu’il a accepté la démission de Marie Collins, reconnaissant le travail qu’elle a effectué en faveur des victimes d’abus sexuels.

Les coulisses de l'événement: un documentaire émouvant sur le Pape François

Les coulisses de l'événement : Pape François, du jésuite dans les idées

Son élection par le Conclave le 13 mars 2013 restera gravée dans l’Histoire du Vatican. Le Pape François salue la foule d’un simple bonsoir. Et le monde pressent alors que ce Pape roturier, fils de migrant argentin, n’est pas venu de si loin pour faire de la figuration. Il ne veut pas seulement changer l’Eglise. Il veut changer le monde.

Les coulisses de l'événement: un documentaire émouvant sur le Pape François

Lien Les coulisses de l'événement

Unknown-1.jpegDes images plein les yeux, des témoignages inédits du Cardinal Kurt Koch, de Mgr Charles Morerod et de Mgr Lovey, d'un garde suisse, et d'autres cardinaux.

Un documentaire exceptionnel et émouvant, qui arrache les larmes. Un Pape venu du bout du monde secoue les consciences des grands de ce monde qui s'endorment dans la mondialisation de l'indifférence.

La Méditerranée est un cimetière, avec des enfants, des mères de famille, des pères à la recherche d'un travail, des jeunes et des anciens qui meurent par milliers à nos portes. Des cercueils alignés qui ne brisent même pas les coeurs des plus endurcis. 

Une soeur, une religieuse a tout simplement pleuré en voyant cette image d'une petite fille se jetant aux pieds du Pape François, venue pour déverser la souffrance de sa vie, pour épancher son coeur. Un monde impitoyable, dur et tragique, cependant envers et contre tout habité par la Miséricorde de Jésus, source de la plus grande des espérances. 

Après un Pape Benoît XVI exceptionnel, digne des tout grands, l'élection du Pape François sonne la révolution, au sens latino du terme, celle du brouhaha de la Pentecôte, celle des Saints. 

Les coulisses de l'événement: un documentaire exceptionnel sur le Pape François

1153360.image.jpeg

Jacob Berger, brillant cinéaste suisse

Unknown-2.jpeg

Raphaël Guillet, un ancien de la mythique course autour du monde (comme Arnaud Bédat)

Unknown-3.jpeg

Valérie Dupont, journaliste et correspondante en Italie

Infrarouge: le Pape François à la télévision suisse romande

C534uJTWcAEL4h1.jpg

Elisa, 22 ans, étudiante en psychologue, a participé à la JMJ de Rio et de Cracovie. Elle s'est laissée comme "engueuler par le Pape François" durant une semaine, un homme exigeant, qui invite les jeunes à quitter leur sofa, leur divan, pour aller à la rencontre du Christ présent dans les plus pauvres, les petits, les réfugiés, les malades et les exclus. On ne peut pas être des catholiques du dimanche !

Infrarouge: le Pape François à la télévision suisse romande

Medjugorje: « La Vierge de Medjugorje n’est pas la Vierge de l’Évangile »

Unknown.jpegMedjugorje: « La Vierge de Medjugorje n’est pas la Vierge de l’Évangile »

L'évêque local démonte un à un tous les phénomènes rapportés dès les premiers jours par les "voyants".

Aleteia

mardi, 28 février 2017

Soirée Pape François sur la télévision suisse romande: Infrarouge avec Arnaud Bédat

Télévision suisse romande: Pape François, du jésuite dans les idées, un documentaire de Jacob Berger et de Valérie Dupont

C5fkoBtWcAAd3zI.jpg

Soirée Pape François sur la télévision suisse romande: Infrarouge avec Arnaud Bédat

16996148_1318160828222050_3219392046614572490_n.jpg

Arnaud Bédat journaliste, auteur de «François, seul contre tous»

Laurent Dandrieu rédacteur en chef Culture, Valeurs actuelles, auteur de «Église et immigration, le grand malaise»

Christine Pedotti intellectuelle catholique et féministe, co-fondatrice du Comité de la Jupe

Cyrille Fauchère vice-président des Anciens gardes suisses, vice-président de l’UDC VS

L'abbé Pascal Desthieux, vicaire épiscopal, curé de la paroisse Saint-Joseph, Genève

17022255_1318160834888716_7031292138246108685_n.jpg

Elisa Warczyk a participé aux Journées Mondiales de la Jeunesse de Rio et de Cracovie. Elle sera en plateau demain pour le débat "François, un pape populiste?"

16998881_1318948004809999_4491038497271103276_n.jpg

Facebook d'Infrarouge

lundi, 27 février 2017

Le secrétaire général de la Commission théologique internationale, le Père Bonino en vidéo sur Aquinas.ch

Le Père Bonino en vidéo sur Aquinas.ch

VignetteBonino1.jpg

Le secrétaire général de la Commission théologique internationale, le Père Bonino en vidéo sur Aquinas.ch

photo.jpgLe fr. Serge-Thomas Bonino, o. p. , né à Marseille en 1961, ancien élève de l’Ecole Normale supérieure, est maître en sacrée théologie, docteur en philosophie et en théologie.

Après avoir été directeur de la Revue thomiste et responsable du studium des dominicains de la province de Toulouse, il est actuellement à Rome, secrétaire général de la Commission théologique internationale, président de l’Académie pontificale de saint Thomas d’Aquin et doyen de la faculté de philosophie de l’Université pontificale de saint Thomas d’Aquin (Angelicum), où il enseigne la théologie dogmatique et l’histoire des doctrines médiévales.

 

Le Saint-Siège envisage un voyage pontifical au Soudan du Sud, en compagnie de l’archevêque anglican Justin Welby

Vatican - le 26/02/2017 Agence I.Media

Le Saint-Siège envisage un voyage pontifical au Soudan du Sud, en compagnie de l’archevêque anglican Justin Welby

Unknown.jpegEn marge de sa visite à la paroisse anglicane de Rome (Italie), le pape François a confié le 26 février 2017 que ses collaborateurs et lui “travaillaient“ à un voyage apostolique au Soudan du Sud. S’il se confirmait, ce voyage aurait également lieu en compagnie de l’archevêque anglican Justin Welby.


Répondant à une question posée lors de son déplacement à la paroisse anglicane All Saints, le Souverain pontife a incidemment expliqué que ce projet de voyage dans la Corne de l’Afrique venait d’une demande conjointe des différentes confessions chrétiennes au Soudan du sud. Le pape les avait reçues au Vatican le 27 octobre dernier (notre photo).

Majoritairement chrétien à 60%, le Soudan du sud comprend 37,5% de catholiques, un peu moins de protestants épiscopaliens (anglicans américains), et des presbytériens.

Projet œcuménique pour la paix

Les chefs des principales confessions chrétiennes du Soudan du Sud, réunies au sein du South Sudan Council of Churches, ont lancé en octobre dernier un projet de réconciliation et de pacification au sein de l’État de Jonglei, afin de réduire les tensions entre les tribus locales, exacerbées depuis le début de la guerre civile. Le projet est financé par l’Agence américaine pour le développement international, par l’intermédiaire des Catholic Relief Services.

Déclenchée en 2013, deux ans après l’indépendance du pays, la guerre civile comporte une forte dimension tribale, avec des massacres ethniques. Le Soudan du sud est aussi marqué actuellement par une famine, reconnue par l’Onu le 20 février. Le pape François avait alors lancé un appel à organiser une aide alimentaire “concrète“.

Ce voyage pontifical pourrait avoir lieu en novembre et comporter plusieurs étapes. En tournée en Afrique début février, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, avait effectué une brève escale au Kenya, pour y rencontrer le nonce apostolique au Soudan du Sud. Au Congo-Brazzaville il avait également affirmé que le Congo pourrait être “l’un des pays que [le pape] visitera“. AP

dimanche, 26 février 2017

Amoris Laetitia: prions pour Notre Pape François, mais pas pour les mêmes raisons

images-1.jpegAmoris Laetitia: prions pour Notre Pape François, mais pas pour les mêmes raisons

Mgr Schneider (évêque auxiliaire au Kazakhstan) semble inquiet pour l'Eglise et pour le Pape. Il appelle à prier pour François. Notre Pape sèmerait la confusion doctrinale. 

Jeanne Smits a pu être interviewée par Jean-Pierre Maugendre dans l'émission “Terre de Mission” à propos de l'appel urgent à la prière pour le pape lancé par Mgr Athanasius Schneider en raison de la confusion semée par Amoris Laetitia.

Il suffit d'écouter les premières minutes de l'émission pour se rendre compte que Mme Smits n'interprète pas correctement le document magistériel. Malheureusement, Jeanne Smits ne clarifie pas le débat. 

Le Pape le dit toujours: "n'oubliez pas de prier pour moi". La nébuleuse d'opposition digitale au Pape François n'est numériquement pas impressionnante, mais elle est très active et bruyante sur les réseaux sociaux. 

---------

A lire:

Le Cardinal Coccopalmerio  si le prêtre discerne le désir de changer de situation sans encore pouvoir réaliser ce désir, alors l'absolution est possible. 

La conscience comme sanctuaire Aleteia 

Le Cardinal Schönborn

 ------

images-2.jpeg

 

Suisse Romande: soirée Pape François à Infrarouge sur RTS1 avec Arnaud Bédat auteur du livre "François seul contre tous"

 

Père Thierry de Roucy: une procédure d’excommunication est en cours, à la demande et en lien avec la Congrégation pour la doctrine de la foi

Lien - Lien

Père Thierry de Roucy: une procédure d’excommunication est en cours, à la demande et en lien avec la Congrégation pour la doctrine de la foi

image001.jpgThierry de Roucy a été reconnu coupable d'avoir abusé sexuellement son adjoint il y a six ans.

Le père Thierry de Roucy, fondateur de l'association catholique Points-Coeur, risque ni plus ni moins que l’excommunication. Il avait déjà été sanctionné par Monseigneur Rey en au cours du mois de février pour des faits d'abus sexuel.

"Une procédure d’excommunication est en cours, à la demande et en lien avec la Congrégation pour la doctrine de la foi", a-t-on appris jeudi auprès de l’évêché de Fréjus-Toulon.

"C’est une procédure en vue de l’exécution de la sentence. Cette procédure sera caduque si le père Thierry de Roucy verse la somme due. S’il est excommunié pour non-versement dans le délai imparti, mais s’il verse la somme ensuite, la peine sera levée", précise l’évêché de Fréjus-Toulon, dont dépend le prêtre récalcitrant.

Mais dans le même temps, on a appris qu’une procédure de reconduction à l’état laïc était engagée à l’encontre du père de Roucy. Rebaptisée "renvoi de l’état clérical" en 1983, cette peine est pronocée pour de très graves raisons portant sur la foi ou les mœurs.

samedi, 25 février 2017

Mariage : soyez les témoins de la “grâce“ du sacrement, demande le pape aux curés de paroisse

Vatican - le 25/02/2017 Agence I.Media

Mariage : soyez les témoins de la “grâce“ du sacrement, demande le pape aux curés de paroisse

images.jpegLe pape François a reçu le 25 février 2017 au Vatican des curés de paroisse italiens, participant à une formation sur le mariage organisée par le Tribunal de la Rote romaine. Le Souverain pontife leur a demandé de “témoigner“ de la grâce du sacrement de mariage et de proposer un “vrai catéchuménat“ pendant la préparation.

“Vous êtes les premiers interlocuteurs des jeunes“, a lancé le pape François aux curés de paroisse : ceux qui désirent se marier et ceux qui sont en crise. Ces derniers, a-t-il ajouté, ont particulièrement besoin de “raviver leur foi“ et de redécouvrir la “force divine“ et la “beauté“ de leur mariage.

C’est pourquoi il a demandé aux prêtres d’être les témoins de la grâce du sacrement et de rendre conscients les futurs mariés de la “signification profonde“ de leur geste.

“Est-ce qu’ils comprennent ?“

Lors de la préparation au mariage, “je me demande combien de jeunes (…) comprennent ce que signifie le ‘mariage’, signe de l’union entre le Christ et l’Eglise“, a improvisé le pape. “Ils disent ‘oui-oui’, mais est-ce qu’ils le comprennent ? Est-ce qu’ils ont foi en cela ?“ La doctrine de l’Eglise sur le mariage, rappelée par le pontife, affirme que le mariage entre un homme et une femme est une “image“ de l’union entre le Christ et l’Eglise. Le mariage est donc “icône de Dieu“, a-t-il appuyé.

Vrai catéchuménat pendant la préparation

Le pape a ainsi redit sa conviction de la nécessité d’une “vrai catéchuménat“ lors de la préparation au mariage, qui ne consiste pas uniquement en “deux ou trois réunions“. Au contraire, cette préparation doit porter sur l’amour de Dieu trinitaire et sur celui entre le Christ et l’Eglise. Le 21 janvier dernier, à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle année judiciaire, le pape François avait déjà souhaité que la préparation au mariage soit l’occasion de prodiguer un catéchisme aux fiancés, afin d’éviter les mariages inconsistants.

“La difficulté la plus grande“ aujourd'hui, a-t-il réaffirmé, est de considérer le mariage comme un “fait social“, et non comme un “vrai sacrement“. Le pape François a enfin demandé aux curés de paroisse de soutenir ceux qui songent à une procédure de nullité de mariage. Ainsi que ceux qui vivent ensemble sans être mariés : sur le plan spirituel et moral, ils font partie des “pauvres et des petits“ dont l’Eglise doit prendre soin.

Le cours de formation pour les curés de paroisse était organisé à Rome, au Palais de la Cancelleria, du 22 au 25 février 2017. AP

Suisse: la succession de Mgr Huonder se fera selon le droit de l'Eglise

Unknown-3.jpeg

La succession de Mgr Huonder se fera selon le droit de l'Eglise

Les tensions internes dans l'Eglise d'outre-Sarine sont un secret de polichinelle. Au vue de la complexité historique, des mentalités différentes et des différences cantonales, il est très difficile d'en connaître d'ailleurs les origines.

Les évêques se succèdent mais les tensions ne pas passent pas pour autant. Mgr Huonder, l'évêque de Coire, fêtera prochainement ses 75 ans. Selon le droit canon, il présentera sa démission au Pape François. Qui lui succèdera ? (La Croix)

Unknown.jpegUn groupe de pression s'est rendu à Berne pour rencontrer le nonce apostolique Mgr Gullickson. Le prélat américain a déclaré: "Mgr Huonder est un évêque catholique et la nomination de son successeur suivra le droit de l'Eglise". L'administrateur apostolique n'est pas du tout à l'ordre du jour. 

Les abus sexuels du Père Allaz était connu de quelques Capucins

Gracia-internet-800x450.jpgUne autre polémique arrive sur les devants de la scène. Les abus sexuels du capucin suisse Joël Allaz s'invitent dans les débats alémaniques (Le Matin)

Le porte-parole du diocèse de Coire, Giuseppe Gracia, a reconnu avoir transmis à différents médias un email dénonçant l’ancien chef des capucins suisses, Mauro Jöhri. Il aurait “tout fait pour étouffer les agissements du Père Joël Allaz”. 

Le porte-parole de Mgr Hounder a rappelé que le Capucin était au courant des abus du Père Joël Allaz. Giuseppe Gracia a diffusé une vérité connue: “Je sais simplement que, comme provincial (1995-2001 et 2005-2006), il était responsable du Père Allaz et que, jusqu’ici, il ne s’est jamais exprimé".(cath.ch). 

Mauro Jöhri est l'actuel ministre général des capucins.

Unknown-2.jpeg