Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 août 2017

USA, Charlottesville: le père de Heather Heyer, la jeune femme victime de la violence, du racisme et de la haine pardonne à son assassin

USA, Charlottesville: le père de Heather Heyer, la jeune femme victime de la violence, du racisme et de la haine, pardonne à son assassin

(La Vie)

Dans un message vidéo, le père d’Heather Heyer, la jeune femme assassinée à Charlottesville, pardonne à l'assassin de sa fille. Avec douleur, il appelle à choisir le pardon plutôt que la haine.

Unknown.jpeg

Heather Heyer était assistante juridique. A 32 ans, elle est morte assassinée samedi à Charlottesville (Virginie).  Alors qu’elle participait à une contre-manifestation s'opposant à un rassemblement des franges les plus extrêmes de la droite américaine, elle a été renversé par une voiture conduite par un suprémaciste blanc. 

Avec une voix cassée par l'émotion, son père demande à tous de refuser la haine, pour  « se pardonner les uns les autres ». 

Les évêques américains ont également publié un communiqué: « Nous nous opposons au mal du racisme, du suprémacisme blanc et du néonazisme ». 

Le gouverneur de l'État de Virginie, Terry McAuliffe, a transmis un message de soutien à la famille de la jeune femme, et rédigé quelques mots sur Twitter pour lui rendre hommage. "Dévasté par la mort de Heather Heyer. Elle s'est levée contre la haine et le sectarisme. Mes prières vont à sa famille" a-t-il écrit.

mardi, 15 août 2017

Australie: le secret de la confession ne couvre pas le crime de la pédophilie

Unknown.jpeg

Australie: le secret de la confession ne couvre pas le crime de la pédophilie

De quoi s'agit-il ?

Le travail mené par une commission royale a débouché sur 85 propositions de réforme, publiées lundi, prévoyant notamment de pénaliser la non dénonciation de tels abus même lorsque l’information a été révélée pendant la confession.

Un prêtre qui, en dehors du confessionnal, a connaissance d'abus envers des enfants doit signaler ces abus et ces crimes aux autorités compétentes. 

Les prêtres ne doivent pas être contraints de signaler des faits d'abus sexuels commis sur des enfants révélés au confessionnal, ont déclaré mardi les chefs de l'Eglise catholique d'Australie, qui préféreraient aller en prison plutôt que de rompre le secret de la confession.

----

RTSinfo - Europe 1 AFP

Australie : le secret de la confession couvre même les abus pédophiles selon les chefs de l'Eglise catholique 

Telle est l'accroche, la prémisse que l'ont peut lire dans la presse. Si l'AFP (Agence France Presse), une des grandes agences mondiales, le signale, la polémique risque bien de toucher le monde entier.

Ce titre de l'agence porte à confusion et donne de l'eau au moulin à la tardive prise de conscience de bien des hommes d'Eglise. Dans le climat médiatique actuel, pensons au procès du Cardinal australien Pell, aux erreurs de management ou encore à une certaine omerta hélas présente au sein même de l'Eglise, le culte du secret ou la non-dénonciation sont dramatiquement renforcés. 

Or, le secret de la confession ne couvre pas le crime de la pédophilie. 

Malgré le secret de la confession, de droit divin, l'Eglise n'est pas complice des crimes envers les enfants. Le confesseur a des moyens d'actions concrètes. Prenons deux situations: 

- Face à un pénitent qui vient s'accuser du crime de pédophilie, le confesseur l'exhortera avec vigueur et conviction, en lui intimant le devoir d'aller se dénoncer aux autorités compétentes (justice civile - autorités ecclésiales).

- Si une victime vient au confessionnal, et révèle des abus qu'elle a subis, le prêtre lui dira avec compassion qu'elle n'a commis aucun péché, qu'elle est une victime, donc totalement et absolument innocente. C'est son abuseur qui doit se sentir gravement coupable. Le confesseur lui demandera s'il lui est possible de parler, en dehors de la confession, de ce qu'elle a vécu, afin d'entreprendre l'aide adéquate. de quoi s'agit-il ? Es-tu d'accord de m'en dire plus  ? 

Ces deux exemples, concrets et réels, démontrent qu'avec le secret de la confession, qui ne souffre d'aucune exception, l'Eglise catholique ne couvre pas les crimes pédophiles. Dieu merci !

N.B. Un évêque, et même un supérieur, qui possède de droit divin le secret de la confession, ne confessera pas ses prêtres, justement afin de pouvoir agir à partir des connaissances que tout en chacun peut posséder. L'Eglise appelle cela le for externe; le for interne touchant alors à la confession

Unknown-1.jpeg

samedi, 12 août 2017

Les évêques de Corée appellent à la paix et à la dénucléarisation

"Nous, peuples coréens, nous sommes appelés à résister au pouvoir diabolique qui tente d'aggraver la crise actuelle" Évêques de Corée

Notons que l'Eglise catholique en Corée du Nord et en Corée du Sud sont réunis en une seule conférence épiscopale. La déclaration ne mentionne pas les USA. 

Les évêques invitent par ailleurs «les fidèles coréens à demander à la Vierge Marie son intercession pour la paix dans la Péninsule coréenne», à l’occasion de l’Assomption.

Les religions n’ont pas de droit de cité en Corée du Nord. Malgré son inscription dans la Constitution, la liberté de religion n’est que théorique.

Tous les catholiques ont été persécutés et tués après la guerre de Corée en 1953.

Les évêques de Corée appellent à la paix et à la dénucléarisation  

images.jpeg(Radio Vatican)

«Après le lancement du missile Hwasong-14, la Péninsule coréenne se trouve dans une situation tendue et potentiellement à grand risque. Le test des armes nucléaires par la Corée du Nord est évidemment une violation de la résolution prise par le Conseil de sécurité des Nations Unies» et une action qui nuit à la paix en Asie du Nord-Est, «en incitant à l’armement nucléaire des pays limitrophes» : les évêques de la conférence épiscopale coréenne l’écrivent dans une exhortation intitulée "Cheminons dans la lumière du Seigneur", et diffusée en vue de la journée de commémoration pour le 72e anniversaire de l’indépendance de la Corée, ce 15 août.

Alors que l’escalade verbale entre les États-Unis et la Corée du Nord menace de dégénérer en confrontation militaire, l’Église en Corée «dénonce toutes les provocations imprudentes de la Corée du Nord et s’oppose à toutes les actions qui font monter la tension dans la Péninsule coréenne, en faisant reculer la promotion de la paix». Elle rappelle aussi que la paix «vraie et définitive» n’est pas réalisable à travers l’armement nucléaire. Les leaders politiques des deux Corées du Nord et du Sud sont donc appelés à dialoguer pour la paix, et à faire de leur mieux pour «établir un système institutionnel pour garantir la paix dans la Peninsule coréenne, à travers la coopération avec les nations limitrophes».

Dans son message du 15 août, la conférence épiscopale exhorte «tous les pays limitrophes à ne pas prendre de décisions imprudentes qui menaceraient l’amour et le développement moral et spirituel de l’humanité. On espère que les leaders politiques des pays limitrophes pourront résoudre la situation actuelle d’une façon mûre et harmonieuse, afin qu’ils contribuent à la paix et à la coexistence de l’humanité, qui est le principal objectif de la diplomatie et de la politique.»

À l’inverse d’une guerre qui ne provoquerait que des destructions profondes, «une réalisation de la dénucléarisation et une stabilisation de la paix dans la Péninsule coréenne contribuera, comme un "turning-point", à la génération de l’avenir de l’humanité, en lui proposant une vision du monde dans laquelle la valeur des créatures se réaliserait pleinement avec l’amour et la justice.»  

Les évêques invitent par ailleurs «les fidèles coréens à demander à la Vierge Marie son intercession pour la paix dans la Péninsule coréenne», à l’occasion de l’Assomption. Ils invitent tout le monde à «un intérêt attentif, une prière, une réponse de bon discernement et une collaboration cordiale pour résoudre la crise de notre Péninsule. L’Église en Corée ne manquera pas de s’impliquer dans la problématique en paroles et dans la prière continue», précisent-ils, tout juste trois ans après la visite du Pape François en Corée du Sud.

Par ailleurs, le Conseil Mondial des Églises, dont font partie essentiellement la Communion mondiale des Églises réformées et l’Alliance évangélique mondiale, appelle ce dimanche 13 août à une Journée de prière pour la paix et la réconciliation dans la Péninsule coréenne.

(CV- Agence Sir)

Aquinas: Saint Thomas d'Aquin sur YouTube

 

Aquinas: Saint Thomas d'Aquin sur YouTube

20728060_10213429119511815_2558244288684888756_n.jpg

C’est l’expérience faite par Isolde Cambournac, une jeune Française qui achève son doctorat en théologie à Fribourg. Avec d’autres étudiants, elle a eu l’idée de mettre la Somme sur YouTube.

Aquinas.ch

Lien article (source Echo Magazine)

Le cardinal Barbarin : « Face à la pédophilie, ma réponse n’était pas à la mesure de l’enjeu »

185982f_32290-pkpgo2.51iawz5mi.jpg

Le cardinal Barbarin : « Face à la pédophilie, ma réponse n’était pas à la mesure de l’enjeu »

Le cardinal Philippe Barbarin s'explique sur l'affaire Preynat, pour laquelle il devra répondre à une convocation judiciaire en septembre. Il appelle le gouvernement à ne pas expulser les migrants entrés en France. Et défend les évolutions engagées par le pape François sur la famille.

Le 24 juillet, il était à Karakoch pour célébrer une messe dans la grande ville chrétienne du nord de l'Irak, après l'éviction de l'Etat islamique de Mossoul. En septembre, il répondra à une citation à comparaître de victimes du père Bernard Preynat, un prêtre de son diocèse accusé d'avoir sexuellement agressé des enfants dont il avait la charge jusqu'en 1991.

Le cardinal Philippe Barbarin, 66 ans, qui fêtera en septembre le quinzième anniversaire de sa nomination à la tête de l'archevêché de Lyon, demeure l'une des principales voix de l'Eglise catholique en France. Prélat atypique, cet électron libre allie un conservatisme doctrinal et sociétal à une ouverture aux problèmes sociaux, un catholicisme d'affirmation et une proximité avec le pape François. Le primat des Gaules revient sur les leçons de l'affaire Preynat, les premiers pas du gouvernement et le pape François.

Où en est la procédure canonique (un procès interne à l'Eglise catholique) concernant le père Bernard Preynat ?

Une procédure judiciaire visant le père Preynat est en cours. Mais, comme elle était ralentie par différents recours, j'ai décidé d'ouvrir sans plus tarder un procès canonique. Pour cela, j'ai dû demander à Rome de lever la prescription des faits. Le pape a donné son accord. Le procès canonique est en cours. Il a lieu à l'officialité de Lyon, mais aucun des juges n'est de Lyon. Beaucoup a été fait. Tous ceux qui voulaient parler ont été entendus. Je ne sais pas quand la sentence sera rendue, car...


En savoir plus 

  

(Radio Vatican) Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a répondu à une longue interview dans le quotidien français "Le Monde", à l'approche du 15e anniversaire de sa nomination à la tête de l’archevêché de Lyon.

Le cardinal Barbarin, qui devra répondre à une citation à comparaître de victimes du père Bernard Preynat, un prêtre de son diocèse accusé d’avoir sexuellement agressé des enfants d'un groupe de scouts dont il avait la charge jusqu’en 1991, revient sur cette affaire douloureuse qui a fait l'objet d'une très forte médiatisation depuis un an et demi. «Une procédure judiciaire visant le père Preynat est en cours, précise l'archevêque de Lyon dans cet entretien. Mais, comme elle était ralentie par différents recours, j’ai décidé d’ouvrir sans plus tarder un procès canonique. Pour cela, j’ai dû demander à Rome de lever la prescription des faits.

Le pape a donné son accord. Le procès canonique est en cours. Il a lieu à l’officialité de Lyon, mais aucun des juges n’est de Lyon. Beaucoup a été fait. Tous ceux qui voulaient parler ont été entendus.» Le cardinal Barbarin précise par ailleurs qu'en accord avec le procureur de la République, cette procédure canonique a été suspendue le temps de laisser à la justice civile mener une nouvelle procédure enclenché à la demande des victimes.

Concernant les mesures mises en œuvre dans le diocèse de Lyon pour lutter contre les abus sexuels, le cardinal précise avoir écarté de toute responsabilité pastorale quatre prêtres, et avoir mis en place une formation obligatoire pour l'ensemble du clergé lyonnais. Concernant les prêtres venant d'autres diocèses, les évêques de leurs diocèses d'origine doivent désormais donner une assurance écrite sur le fait qu'aucune plainte ni condamnation. Par ailleurs, une ligne téléphonique a été ouverte pour centraliser d'éventuels signalements.

Il reconnaît toutefois des erreurs dans le traitements des affaires anciennes, antérieures à la mise en place des nouvelles normes mises en place par la conférence épiscopale au début des années 2000 : «Tout ce qui avait été préconisé, y compris par le pape François, l’avait été pour le présent et l’avenir. A deux reprises, j’ai suspendu des prêtres et saisi la justice lorsque j’ai eu connaissance de faits récents, en 2006 et en 2014.

La question qui s’est posée à moi dans l’affaire Preynat, c’est que remontaient à la surface des faits d’il y a quinze ou vingt ans. J’ai frappé un peu à toutes les portes pour demander conseil : qu’est-ce qu’on fait pour les faits anciens ? Personne ne m’a donné de réponse satisfaisante. Moi-même, je réalise aujourd’hui que ma réponse d’alors n’était pas à la mesure de l’enjeu.»

Tout en réfutant le fait d'avoir «couvert» des actes pédophiles, le cardinal Barbarin reconnaît un manque de réactivité face à la blessure des victimes, toujours vive plusieurs décennies après les faits : «La non-rétroactivité est une notion juridique, mais pas sociale, explique-t-il. Les gens disent : puisque le Pape François a dit qu’un prêtre pédophile ne peut avoir aucun ministère, vous auriez dû l’arrêter. Mais c’est une "loi" qui tombe en 2014. Si on avait compris la force et l’impact de cette décision du Pape, elle aurait dû être appliquée immédiatement à tous même pour des faits très anciens.»

Le cardinal Barbarin appelle explicitement à ce que le Pape reçoive les victimes : «Les victimes attendent un signe fort, qui leur dise : oui, votre souffrance a été entendue. Je trouve que ce serait bien que le Pape François les reçoive. Le cardinal O’Malley, qui dirige la commission pontificale contre les abus sexuels, voudrait une lettre signée du pape pour chacune des victimes.»

Le cardinal salue par ailleurs «l'attitude résolument pastorale» du Pape François. «On voit que son désir le plus profond est de faire comprendre aux hommes à quel point ils sont aimés. Quand bien même leur vie est chahutée, difficile, marquée par la souffrance, ils ne doivent pas se sentir exclus.(...) Et je crois que la grande action pastorale du pape François, c’est de nous montrer que la parole de Dieu est une force stimulante pour chacun. Il essaie de nous sortir du permis et du défendu.»

Enfin l'archevêque de Lyon évoque le cas d'un prêtre médiatique dans son diocèse, le père David Gréa, qui a quitté le ministère sacerdotal pour se marier. Alors que cette décision a relancé le débat sur le célibat des prêtres, le cardinal précise son attachement au maintien du célibat sacerdotal, tout en précisant que cela n'engage pas la doctrine catholique en tant que telle.

«Le célibat des prêtres n’est pas un dogme, c’est une discipline de l’Eglise. Elle peut changer. Elle a toujours été confirmée, notamment depuis le concile Vatican II. En 2005, Pape depuis six mois, au synode sur l’Eucharistie, Benoît XVI a demandé aux évêques s’ils voulaient discuter de la question du célibat des prêtres, s’il fallait changer cette discipline. Le cardinal Sfeir, qui était alors patriarche de l’Eglise maronite, dans laquelle des hommes mariés peuvent devenir prêtres, a expliqué que le célibat est une grande chance pour l’Eglise latine et il a parlé de son pays qui, depuis 1975, dans les années de guerre civile au Liban, a vu presque tous les prêtres mariés partir, pensant à protéger leur famille. Mais les célibataires sont restés.

C’est une réflexion très forte ; elle montre que le célibat est un don radical, au service de tous. En tout cas, la question demeure ouverte. Faut-il changer ? Ce n’est pas sûr. Personnellement, je ne le crois pas.»

(CV- Le Monde)

 

   

jeudi, 10 août 2017

Lettre du Pape à l'occasion du baptême d'enfants d'un couple de même sexe ... une missive personnelle au modèle standard

Brésil: Le pape souhaite du bonheur à un couple gay qui a baptisé ses enfants adoptés ...

Selon plusieurs médias, le pape François aurait adressé par courrier ses vœux de bonheur à la famille de Toni Reis, le responsable du groupe "Dignité", qui représente la communauté LGBT de l’Etat du Parana, dans le sud du Brésil.

Avec son partenaire, David Harrad, ils ont baptisé, dans la cathédrale de Curitiba, les trois enfants qu’ils viennent d’adopter.

De quoi s'agit-il ?

Image-73.jpg

Lettre du Pape à l'occasion du baptême d'enfants d'un couple de même sexe ... une missive personnelle au modèle standard

(source) Par la voix de Paloma Ovejero, vice-directrice de la salle de presse du Saint-Siège, le Vatican a clarifié l'intention de l'Eglise.

A l'occasion du baptême des enfants de Tony Reis, "le Pape" a envoyé une lettre. Or, cette dernière est un modèle standard de courtoisie envoyée à toute personne qui écrit au Saint-Père. Cette missive n'est donc aucunement une approbation ou un appui pour le mariage entre personnes de même sexe. 

"Affirmer que la missive papale est une approbation d'une union de même sexe est simplement faux" a souligné Paloma Ovejero, ajoutant que la bénédiction pour la famille des enfants est un terme générique. Cette formulation, en portugais, possède une plus ample signification, équivalent à "toutes les personnes proches de vous". La lettre est également adressée à une seule personne. 

Le Pape François a toujours souligné que la communauté homosexuelle ne devait pas être marginalisée ou discriminée. 

En avril dernier, Mr Tony Reis et Mr David Harrad ont écrit sur Facebook avoir envoyé une lettre au Pape François, lui annonçant des baptêmes, dans une église de Curitiba au Brésil, de leurs trois enfants adoptés. 

Le couple a affirmé avoir reçu une lettre du Pape en retour, signé par Monseigneur Paolo Borgia de la Secrétairerie d'Etat. 

Plusieurs mouvements pro-LGBT ont alors rapidement monté en épingle cette histoire, notamment avec le titre: "le Pape François félicite un couple gay pour le baptême de leurs enfants".

La phrase "le Pape François vous souhaite beaucoup de bonheur, invoquant pour votre famille une abondance de grâce divine afin de vivre fermement et fidèlement comme des enfants de Dieu et de l'Eglise" a été interprétée différemment: "nous sommes extrêmement reconnaissant d'avoir reçu ce message inattendu, avec ce qu'il signifie aussi pour les familles de parents de même sexe" a répondu Toni Reis. 

baptism.jpg 

(Photo : Toni Reis)
 
Second depuis la gauche, Toni Reis, avec ses enfants après le baptême dans un église catholique romaine à Curitiba, Brésil. Le 23 avril 2017. 

mercredi, 09 août 2017

Le "petit livre officiel" des 600 ans de Saint Nicolas de Flue

 

Le "petit livre officiel" des 600 ans de Saint Nicolas de Flue

 

DGzlYeNWsAA1GnM.jpgCet opuscule collectif peut être qualifié de « petit livre officiel du jubilé » de la naissance de Saint Nicolas (1417-2017). Riche de détails historiques, agiographiques et culturels, il résonne comme une invitation à entrer dans le silence et la contemplation. Il nous donne de goûter à la paix de l’âme et l’intelligence. 

 

Un reproche s’adresse souvent à lEglise: la violence ! Les 600 ans de la naissance de Saint Nicolas nous plonge dans l’essence même de la foi chrétienne : la Paix ! Brûlante actualité ! Nicolas marque l’histoire suisse de son empreinte. Ne sachant ni lire ni écrire, quelques phrases sont parvenues jusqu’à nous : « La paix est en Dieu car Dieu est la paix ». 

 

Le Père Nicolas Buttet cite Antoine Chevrier « c’est le raisonnement qui tue l’Evangile … Les saints ne résonnaient pas tant. Et c’est parce qu’il y a tant de raisonneurs qu’il y a si peu de saints »La Suisse était au bord de la guerre civile. Saint Nicolas sort de son silence par sa médiation pacifique. 

 

Etymologiquement « Ranft » veut dire « bord »évoquant la séparation et la proximité. Avec le consentement de son épouse Dorothée, Nicolas s’est séparé de sa famille afin d’être plus proche des vicissitudes du temps, un intime de notre vie quotidienne

 

Parmi les 11 co-auteurs du livre, dont Gottfried Wilhelm Locher et Mgr Morerod, respectivement président du Conseil de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (commémoration des 500 ans de la Réforme protestante) et de la conférence des évêques suisses, retenons trois précieuses contributions de personnes laïques:

 

Cornelio Sommaruga. Pour le président émérite du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) « la diplomatie relève de l’art de l’écoute fondée sur la confiance »

 

photo 3.jpgLucienne Bussy, vaudoise et historienne de l’art et de l’Eglise, décrit les liens profonds qui l’unissent à Dorothée. La radicalité de sa réponse à l’appel de Dieu à tout quitter implique l’acquiescement de son épouse, car « Dieu ne sépare jamais ce qu’il a uni, car sa fidélité est éternelle ». Uénième appel du pied pour la canonisation de Dorothée …

 

Dominique de Buman, homme politique passionné par l’impact pacifique de notre Saint national, crie un peu dans le désert : « La statue de frère Nicolas se dresse dans le hall du Palais du Parlement suisse, mais la tiédeur du Conseil fédéral à célébrer ses 600 ans est surprenante ». Il sera, en cette année encore, le premier citoyen du pays, l’homme du perchoir ou le président du Conseil National.

photo 2.jpg

 

Bonne lecture !