Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 10 décembre 2016

Dubia des 4 Cardinaux: Sandro Magister persiste et signe

Unknown.jpegSandro Magister publie des articles qui continuent de semer le trouble. 

23 théologiens et chercheurs, parmi eux beaucoup de prêtres, ont à nouveau choisi Sandro Magister comme intermédiaire pour un manifeste en faveur des quatres cardinaux.

"La barque de Pierre est sans gouvernail" (sic ! ).

Trois arguments principaux:

- négligence dans l'exercice du ministère pétrinien de confirmer ses frères dans la foi - or les 2/3 des évêques ont validé la matériel qui a été utilisé par le Pape pour la rédaction de l'exhortation, un document magistériel. 

- similitude avec la crise arienne du IVème siècle (crise arienne mettait en doute les 2 natures du Christ, nature humaine et nature divine, Jésus étant vrai Dieu et vrai homme). - or le Pape n'avait nullement été arien, et les thèses de Saint Athanase furent celles de l'Eglise. 

- le cardinal Burke et d'autres Cardinaux pourraient, si le Saint-Père devait omettre de répondre, lui adresser une forme de correction fraternelle, dans l'esprit de l'admonition faite par saint Paul l'Apôtre Pierre à Antioche (Gal 2, 11). - Saint Pierre n'a pas professé une foi différente de celle de Saint Paul. C'est dans son action qu'il n'a pas osé professer sa foi. Il me paraît assez gonflé de se prendre pour Saint Paul. 

images-1.jpeg

L'exhortation apostolique est un document qui se situe sur la crête d'une montagne, qui unit le ciel et la terre, qui fait la synthèse entre l'enseignement de l'Eglise et la vie concrète et réelle des fidèles. 

lien: Mgr Schneider

"La barque de Pierre est sans gouvernail" (sic ! ).

 

DÉCLARATION DE SOUTIEN AUX "DUBIA" DES QUATRE CARDINAUX

firma.jpg.pngComme chercheurs et pasteurs d'âmes catholiques, nous désirons exprimer notre profonde gratitude et notre plein soutien à l'initiative courageuse des quatre membres du Collège des cardinaux, leurs Éminences les Cardinaux Walter Brandmüller, Raymond Leo Burke, Carlo Caffara, et Joachim Meisner.

Comme on le sait, ils ont formellement soumis au Pape François des "dubia", en lui demandant de clarifier cinq points fondamentaux de la doctrine catholique et de la discipline sacramentelle, dont le traitement, au chapitre VIII de la récente exhortation apostolique "Amoris laetitia", semble être en conflit avec les Saintes Ecritures et/ou avec la tradition et les enseignements des documents pontificaux antérieurs, en particulier l'encyclique "Veritatis Splendor" et l'exhortation apostolique "Familiaris Consortio" de 1984 du Pape saint Jean-Paul II.

Le Pape a jusqu'à présent n'a pas répondu aux quatre cardinaux. Cependant, étant donné qu'en substance, ce qui est demandé consiste à savoir si les documents importants mentionnés requièrent encore notre plein assentiment, nous considérons que le silence persistant du Saint-Père peut l'exposer à l'accusation de négligence dans l'exercice du ministère pétrinien de confirmer ses frères dans la foi.

Un certain nombre de prélats éminents ont âprement critiqué la requête des quatre cardinaux, mais sans apporter une contribution à la clarification de leurs pertinentes questions. Nous avons lu des tentatives d'interprétation de l'exhortation apostolique dans une "herméneutique de la continuité", par le cardinal Christoph Schönborn et le professeur Rocco Buttiglione (ndlr, pas du Magistère), mais nous n'y avons trouvé aucune preuve de leur thèse selon laquelle les éléments nouveaux qui se trouvent dans "Amoris laetitia" ne seraient pas contraires à la loi divine, mais prévoiraient seulement des changements légitimes dans la pratique pastorale et dans la discipline ecclésiastique.

En fait, différents commentateurs, parmi lesquels en particulier le professeur Claudio Pierantoni dans une étude récente historico-théologique, ont fait valoir que, comme résultat de la confusion généralisée et la division qui découle de la promulgation d'"Amoris laetitia", l'Eglise universelle entre dans un moment gravement critique de son histoire, qui présente des similitudes alarmantes avec la grande crise arienne du IVe siècle. Durant ce conflit catastrophique, la majorité des évêques, y compris le successeur de Pierre lui-même, vacillèrent sur la divinité même du Christ. Beaucoup ne tombèrent pas complètement dans l'hérésie; toutefois, désarmés par la confusion ou affaiblis par la pusillanimité, ils cherchèrent des formules de complaisance ou de compromis, dans l'intérêt de la "paix" et de l'"unité".

Aujourd'hui, nous assistons à une crise métastatique ? similaire, cette fois sur des aspects fondamentaux de la vie chrétienne. D'un côté, on continue à prêcher, en paroles, l'indissolubilité du mariage, la nature gravement peccamineuse de la fornication, de l'adultère et de la sodomie, la sainteté de l'Eucharistie et la terrible réalité du péché mortel. De l'autre, cependant, un nombre croissant de prélats et de théologiens importants sont en train de compromettre ou de nier ces doctrines - et jusqu'à l'existence même des interdictions négatives absolues, sans exception, de la loi divine, qui régissent le comportement sexuel - avec leur accent exagéré et unilatéral mis sur la "miséricorde", l'accompagnement "pastoral" et les "circonstances atténuantes".

Etant donné que le pontife régnant lance des signaux très confus dans cette bataille contre les «principautés et puissances» de l'ennemi, la barque de Pierre va dangereusement à la dérive comme un navire sans gouvernail et, en réalité, présente des symptômes de désintégration naissante.

Dans cette situation, nous croyons que tous les successeurs des Apôtres ont un devoir grave et urgent de parler avec clarté et force pour conformer les enseignements moraux clairement définis dans le magistère des papes précédents et du Concile de Trente. Plusieurs évêques et un autre cardinal ont déjà affirmé qu'ils considéraient les cinq "dubia" comme pertinents et appropriés. Pour notre part, nous espérons ardemment et nous prions avec ferveur pour que beaucoup aujourd'hui adhérent publiquement non seulement à la demande respectueuse des quatre cardinaux au successeur de Pierre, lui demandant de confirmer ses frères sur ces cinq points de la foi «qui a été transmise aux saints une fois pour toutes» (Jude 1: 3), mais aussi à la recommandation du cardinal Burke selon laquelle, si le Saint-Père devait omettre de le faire, les cardinaux collectivement, lui adresseraient une forme de correction fraternelle, dans l'esprit de l'admonition faite par saint Paul l'Apôtre Pierre à Antioche (Gal 2, 11).

Nous confions cette grave question aux mains et à l'intercession céleste de Marie, Vierge Immaculée, Mère de l'Eglise, et qui a vaincu toutes les hérésies.

8 décembre 2016, fête de l'Immaculée Conception 

(Signé par :)

Mgr Ignacio Barreiro Carambula, STD, JD
Chapelain et Membre de la Faculté du Forum romain

M. l’abbé Claude Barthe, enseigne à l'Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre.
France

Dr. Robert Beddard, MA (Oxon et Cantab), D.Phil (Oxon)
Fellow emeritus et ancien Vice Provost d’Oriel College Oxford.

Carlos A. Casanova Guerra
Docteur en Philosophie, Full Professor,
Universidad Santo Tomás, Santiago de Chile

Salvatore J. Ciresi MA
Notre Dame Graduate School, Christendom College
Directeur de la St. Jerome Biblical Guild

Luke Gormally, PhL
Directeur émerite, The Linacre Centre for Healthcare Ethics (1981-2000)
Sometime Research Professor, Ave Maria School of Law, Ann Arbor, Michigan (2001-2007)
Member ordinaire de l’Académie pontificale pour la vie

Rev. Brian W. Harrison OS, MA, STD
Professor associé de théologie (à la retraite), Université catholique pontificale de Puerto Rico ; Scholar-in-Residence, Oblates of Wisdom Study Center, St. Louis, Missouri

Rev. John Hunwicke, MA (Oxon.)
Former Senior Research Fellow, Pusey House, Oxford; Prêtre de l’ Ordinariat d’Our Lady of Walsingham; Membre du Forum romain

Peter A. Kwasniewski PhD (Philosophy)
Professeur, Wyoming Catholic College

Rev. Dr. Dr Stephen Morgan
Academies Conversion Project Leader & Oeconomus
Diocèse de Portsmouth

Don Alfredo Morselli STL
Prêtre de paroisse de l’Archdiocèse de Bologne

Rev. Richard A. Munkelt PhD (Philosophy)
Chapelain et membre de la faculté, Forum romain

Rev. John Osman MA, STL
Prêtre de paroisse de l’archdiocèse de Birmingham,
Ancien chapelain catholique de l’Université de Cambridge

Dr Paolo Pasqualucci
Professeur de philosophie (à la retraite),
Université de Perugia

Dr Claudio Pierantoni
Professeur de philosophie médiévale à la faculté de philosophie de l’Université du Chili
Ancien professeur d’Histoire de l’Eglise et de Patrologie à la faculté de théologie de la Pontificia Universidad Católica de Chile
Membre de l’Association internationale des études patristiques

Dr John C. Rao D.Phil (Oxon.)
Professeur associé d’histoire, St. John's University (NYC)
Président, Forum romain

Dr Nicholas Richardson. MA, DPhil (Oxon.)
Fellow emeritus et Sub-Warden de Merton College, Oxford
Ancien Warden of Greyfriars, Oxford.

Dr Joseph Shaw MA, DPhil (Oxon.)
Senior Research Fellow et Tuteur en philosophy à St Benet's Hall,
Oxford University

Dr Anna M. Silvas FAHA,
Research fellow adjointe, University of New England,
Armidale, NSW, Australia.

Michael G. Sirilla PhD
Director of Graduate Theology,
Franciscan University of Steubenville, Ohio

Professeur Dr Thomas Stark
Phil.-Theol. Hochschule Benedikt XVI, Heiligenkreuz

Rev. Glen Tattersall
Prêtre de paroisse, paroisse du bienheureux John Henry Newman, Archidiocèse de Melbourne
Recteur, église de St Aloysius, Melbourne

Rev. Dr David Watt STL, PhD (Cantab.)
Prêtre de l’archidiocèse de Perth
Chapelain, chapelle Sainte-Philomène, Malaga

vendredi, 09 décembre 2016

Amoris Laetitia: interview de Mgr Schneider

Amoris Laetitia: interview de Mgr Schneider

arton461-4ac5c.jpgAvant de proposer l'écoute de cette émission, je me permets trois considérations. 

Amoris Laetitia ne change pas l'enseignement de l'Eglise sur le mariage et cette exhortation est un document du Magistère. A l'intérieur de cette exhortation, de fait ceci est amorcé dans l'introduction, le Pape François décrit la complexité de la vie qui rend très difficile à ce que toutes les situations de la vie des personnes aient comme solution une déclaration du Magistère. Le prêtre, en communion avec l'évêque et avec Pierre, est un Pasteur, un pontife, qui fait le pont entre l'enseignement de l'Eglise et la vie concrète, réelle et difficile  des fidèles.

Amoris Laetitia est une synthèse entre Saint Thomas d'Aquin et Saint Ignace

Mgr Schneider ne parle pas de cette vie réelle, faite de joie et de peine, de victoires et de péchés, de larmes et de sang. Le prélat ne parle que d'une doctrine froide sans regarder les personnes à qui elle est destinée. Il ne parvient pas à cette synthèse, pour simplifier, entre la doctrine (disons Saint Thomas) et la vie (disons Saint Ignace). Le génie d'Amoris Laetitia consiste à entrer dans cette vie complexe et obscure pour y amener la vie de la grâce, la lumière de la bonne doctrine, la joie de l'Evangile, et surtout la rencontre avec la Personne de Jésus.

Amoris Laetitia: les 2/3 des évêques ont participé à son contenu

Ensuite, Mgr Schneider avance que le Pape serait comme sorti de sa mission, comme au temps de l'arianisme ou lorsque Saint Paul dû corriger publiquement Pierre. L'enseignement du Pape se base aussi sur celui des évêques. Lors du Synode, les 2/3 des Pères Synodaux ont approuvé "le matériel" qui a conduit  au contenu  et à la rédaction d'Amoris Laetitia. C'est ainsi tout le processus synodal qui est remis en question.

Au temps de l'arianisme, le Pape n'était justement pas arien et le Pape Libère n'a nullement excommunié Saint Athanase. Quant à Saint Paul, il n'a pas repris Pierre sur un point de sa foi et de son enseignement, mais un comportement qui était justement en contradiction avec ce que Pierre croyait et professait également, tout comme Saint Paul. 

Une nouvelle rupture provenant d'une mauvaise lecture d'Amoris Laetitia, conduisant vers un schisme qui existe déjà

Finalement, à l'écoute de cet entretien, il me semble que Mgr Schneider n'opère pas vraiment une nouvelle rupture, si ce n'est qu'elle entre et se situe dans un schisme qui exige déjà, opéré par Mgr Marcel Lefebvre. Ce dernier avait la même logique: le Pape dévie. Il me parait hélas assez clair que nous risquons d'aller au devant d'une rupture autour d'Amoris Laetitia. Cela dépendra de la durée de cette confusion et de cette contestation (errare humanum est, perseverare diabolicum). 

Des nouvelles des nouvelles de l'ouverture du tombeau du Christ

Des nouvelles des nouvelles de l'ouverture du tombeau du Christ

images.jpeg

J'avoue avoir éprouvé un certain malaise, pour ne pas dire un malaise certain, à la lecture rapide d'articles faisant mention d'au moins "deux miracles" lors de l'ouverture du tombeau du Christ:

- un arrêt des instruments de mesure. 

- l'émanation d'un parfum.

Aleteia revient sur ces drôles d'informations. 

- Marie-Armelle Beaulieu, de Terre Sainte Magazine, qui consacre un vaste dossier de l’édition de janvier-février au tombeau du Christ. Elle a pu elle-même voir le lit funéraire, et a interrogé plusieurs scientifiques, dont la directrice des travaux, Antonia Moropoulou. Cette dernière se montre agacée par les énormes spéculations que l’affaire des instruments a suscitées, et ne veut pas s’étendre sur le sujet, malgré le bombardement de questions qu’elle subit.

- Marie Armelle Beaulieu, a elle-même bénéficié de l’autorisation de se rendre sur les lieux, et se montre circonspecte quant à la rumeur associée à « l’odeur suave ». Relevant qu’une odeur est facile à suggérer, elle constate qu’elle n’a rien senti de particulier pour sa part.

Je crois au miracle, surtout lorsque cela concerne la vie et la santé des personnes. Je suis fort sceptique sur ces deux-ci. Je n'y adhère nullement. Tout comme le tombeau de Saint Pierre est situé à Rome sous la basilique Saint-Pierre, le tombeau vide de Jésus est évidemment un lieu extraordinaire et émouvant. Je n'aime cependant pas le merveilleux. Toutes ces recherches passionnantes relèvent de la raison et des sciences. Cela est fort intéressant et concerne aussi la vérité, mais la foi est d'une autre nature. 

J'aime beaucoup cette attitude de Mme Beaulieu: 

"J’avais l’habitude de faire une génuflexion devant le tombeau du Christ, et je me faisais la réflexion que c’était absurde, qu’il n’y avait pas de Présence réelle, que c’est devant les Saintes espèces qu’il convient de faire une génuflexion. Mais au Saint-Sépulcre, devant ce tombeau, il y a “l’absence réelle”. Un tombeau vide. Un miracle devant lequel ploient tous les genoux, au Ciel, sur Terre et aux Enfers. »

La résurrection de Jésus est un événement historique. Il reste que pour y adhérer, il faut le don de la foi qui provient de la grâce de Dieu, et pas seulement et uniquement un raisonnement scientifique ou historique. La raison et la foi sont comme les deux ailes qui s'envolent vers le mystère de Dieu. Le Cardinal Journet aimait la religion catholique car il y avait de la place pour la raison et pour le mystère. Une religion purement rationnelle, un homme pourrait l'avoir inventée. 

A lire prochainement

Alfred est parti avec Exit

Unknown-1.jpeg

Alfred est parti avec Exit

Je fus le témoin de l'accompagnement de l'Eglise catholique envers une personne qui avait choisi de partir avec Exit. Un catholique est allé le visiter, pour lui offrir des fleurs et des dessins d'enfants. Sans s'imposer, il a témoigné de son espérance et de sa foi, par sa proximité, sa tendresse et son humanité.

Certes, l'accompagnant espérait secrètement que Alfred renoncerait aux pseudo-services d'Exit. Surtout qu'Alfred fut surpris de devenir important pour un autre.

L'hypocrisie d'un serment

Malgré bien des prières et des messes offertes, Alfred est finalement parti, poussé dans la mort par Exit. Dieu seul est juge et c'est Lui qui jugera les intentions cachées et secrètes. Ceux qui violent le serment d'Hippocrate comprendront peut-être un jour l'hypocrisie. 

Je regrette amèrement la propagande médiatique de ces associations dites "d'aide au suicide". La désinformation et le changement du sens des mots sont leurs armes favorites. Je tenais à parler de cette action discrète, personnelle et détachée, nullement prosélyte, pour couper court aux mensonges qui avancent que l'Eglise cesserait d'accompagner les personnes. 

Serment d'Hippocrate, 4ème siècle avant Jésus-Christ 

 .... Je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande, ni ne prendrai l'initiative d'une pareille suggestion ...

Si je remplis ce serment sans l'enfreindre, qu'il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais des hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire ! »

Photo: le docteur Sobel 

--------

Soins palliatifs, euthanasie ? « Quand un patient dit qu’il veut mourir, c’est juste une partie de lui qui dit cela »

A lire

La vie à Cuba: interview d’un curé français en visite à Cuba lors de la mort de Fidel Castro.

Interview d’un curé français en visite à Cuba lors de la mort de Fidel Castro.

Ce qui m’a alors profondément marqué c’est l’absence de manifestations de joie ou de tristesse comme si nul n’osait exprimer ce qu’il pouvait ressentir.

source

Unknown.jpegAprès avoir été envoyé cinq ans à Cuba par la Communauté Saint-Martin, don François Lamarque, curé de Font-Romeu y est retourné pour une visite de dix jours afin de revoir la mission dans laquelle il avait œuvré en tant que vicaire de la paroisse de Placetas du diocèse de Santa Clara situé au centre de l’île cubaine. C’est pendant son passage que fut annoncée la mort de Fidel Castro le 25 novembre dernier.

Dans quelles circonstances avez-vous appris la mort de Fidel Castro ?

Pendant ma visite à Cuba, alors que je me trouvais au sein d’une zone montagneuse pour une visite auprès d’amis, j’ai appris que le « Commondante en Jefe » venait d’être déclaré mort le 25 novembre. Grande fut ma surprise doutant de l’information dans un premier temps. Stupeur partagée avec l’ensemble des personnes rencontrées qui semblaient toutes déconcertées par l’annonce de cet événement. Ce qui m’a alors profondément marqué c’est l’absence de manifestations de joie ou de tristesse comme si nul n’osait exprimer ce qu’il pouvait ressentir.

Comment les autorités ont-elles réagi ?

Presque immédiatement après l’annonce de la mort de Fidel Castro, neuf jours de deuils nationaux furent annoncés (avec interdiction de la musique et de l’alcool ce qui n’est pas rien pour les Cubains). Les autorités cubaines qui ne sont pourtant pas réputées pour leur sens de l’organisation ont semblé pourtant parfaitement maîtriser le temps et l’espace pour rendre au dictateur un hommage retentissant. Ainsi, la population toute entière a été « conviée » à venir signer un livre de condoléance et à réaffirmer les « principes de la Révolution » pour jurer leur allégeance au mouvement initié par Fidel Castro.

Grand nombre de journaux et de politiques français ont parlé de l’émoi et du témoignage des Cubains vis-à-vis de Castro. Qu’en est-il réellement ?

La mort de Fidel Castro représente la fin d’une époque et nous pourrions alors parler d’une forme de nostalgie quant à une page qui se tourne. Des manifestations de tristesse ont été montrées dans la population pour un homme qui est apparu comme « un père, un libérateur ». Cependant, les cérémonies qui se sont déroulées ne sont que des leurres de la part du gouvernement qui, comme dans toute dictature, utilise la propagande pour garder prisonnier sa propre population et faire croire au reste du monde que son système assure le salut de son peuple. Pour le parti communiste cubain tout a commencé avec la Révolution et le pays ne peut trouver sa fin que dans le communisme d’où l’importance de garder la main sur la situation de crise actuelle qui les mène dans une impasse.

La mort de Fidel Castro est le moment de réaffirmer leur capacité à assurer un ordre juste. Ainsi la population a été contrainte d’une certaine manière d’aller rendre hommage au Lider Maximo en signant un livre de condoléances et de jurer fidélité aux principes de la Révolution. Dans ce pays où l’Etat contrôle tout de manière directe (enseignement, soins, production…) ou indirecte (par le commerce notamment) il leur était facile de contraindre chacun de se plier à leurs exigences… Peu ont eu le courage de refuser ces démarches mais cela ne sera pas sans conséquences. Ils perdront probablement leur travail et mis en marge de la société.

L’absence de réaction est dû à cette peur d’être réprimander et de perdre une situation déjà difficile pour beaucoup.

Qu’en est-il du rôle de l’Eglise à Cuba ?

Cuba a arrêté de se développer au début des années 60 avec la Révolution. C’est une vitrine vivante d’une époque vieille de près de 60 ans. Beaucoup de délabrement, pauvreté humaine et matérielle pour la grande majorité, le pays est en survie.

L’Eglise qui avait été oppressée et ayant subi l’expulsion des prêtres étrangers et la fermeture des congrégations enseignantes connait un renouveau à Cuba depuis le passage de Jean-Paul II en 1998. Les venues de ses successeurs ont également permis de desserrer l’étau. Le rôle de l’Eglise est élémentaire pour assurer ce que l’Etat cubain n’arrive pas à assumer : enseignement, attention aux plus démunis… et pour transmettre la Foi dans le Christ. La paroisse confiée à la Communauté Saint-Martin essaie de jouer ce rôle auprès des plus pauvres telles que les personnes âgées, des personnes sans ressources, les enfants handicapées. S’occuper de la jeunesse est aussi une de ses priorités avec notamment le soin d’un internat et d’un soutien scolaire comptant 300 élèves.

Un grand nombre de problèmes liés à l’alcool et à la sexualité sont à déplorer. Il y a beaucoup de travail et d’éducation à faire en ce sens pour former des personnes responsables surtout si le pays s’ouvre sur un monde de vie consumériste avec l’Amérique à côté avec le risque de basculer d’un extrême à l’autre passer d’un état de contrôle et de contrainte à un laxisme effréné qui sera une autre forme d’asservissement.

L’Eglise apporte l’espérance que le Christ est le Sauveur et permet d’être comme un socle sur lequel les gens peuvent venir s’appuyer et trouver des valeurs donnant sens à leur vie.

----

Ce témoignage permet de jeter un regard lucide sur les affirmations de Mme Ségolène Royal

jeudi, 08 décembre 2016

Prêtres du 3ème millénaire: ni hypocrites, ni rigides, ni des hommes du faire, ni des comptables, mais des bons samaritains qui écoutent

Prêtres du 3ème millénaire: ni hypocrites, ni rigides, ni des hommes du faire, ni comptables, mais des bons samaritains qui écoutent

stella.png

document

images-1.jpegNi hypocrites ni rigides ... : un document de la Congrégation pour le clergé brosse le portrait-robot des prêtres de demain et balise l’itinéraire de leur formation et de l’accompagnement au sacerdoce ministériel. Il indique les qualités à cultiver et rappelle que le prêtre n’est pas l’homme du « faire » mais de « l’écoute », n’est pas un « comptable » mais un « bon samaritain ».

Un candidat ayant des tendances homosexuelles – pas seulement « transitoires » – ne peut être admis à l’ordination

Connaissant le fonctionnement médiatique, un passage retiendra sans doute l'attention de certains médias ? Des normes de 2005 sont confirmées : un candidat ayant des tendances homosexuelles (nn. 199-201) – pas seulement « transitoires » – ne peut être admis à l’ordination diaconale : le seul « désir » d’être prêtre ne suffit pas, il n’y a pas de « droit » à l’ordination sacrée, le discernement revient à l’Eglise qui accompagne les candidats à l’ordination.

 

mercredi, 07 décembre 2016

France, Lourdes 1858: Marie confirme être l'Immaculée Conception

Délit d'entrave numérique en France

Le 1er décembre 2016, les députés français ont adopté en première lecture une proposition de loi qui vise à étendre le délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Le Sénat l'examine aujourd'hui 7 décembre. Le gouvernement est à l’origine de cette initiative, car il considère que certains sites internet donnent de fausses informations sur l’avortement et cherchent « à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif », les femmes qui consultent ces sites.

A mon avis, bien que cela touche à la liberté d'expression et la liberté de l'information, tout repose sur la statut de l'embryon. Nous savons que dès la conception, un être humain innocent et sans défense est là. Cette vérité scientifique et rationnelle, est confirmée par la foi. 

CzFIfL3W8AAHFFT.jpg

A la veille de la solennité de l'Immaculée Conception du 8 décembre, la France débat du délit d'entrave numérique. C'est pourtant à Lourdes que la Sainte-Vierge confirma, en 1858, être l'Immaculée Conception. Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous. 

CzFIfL3WgAA02BJ.jpg

Unknown.jpeg

Délit d'entrave numérique: la Sainte-Vierge confirme, en 1858, être l'Immaculée Conception à Lourdes

Le 25 mars 1858, Bernadette Soubirous, sort alors qu’il fait encore nuit. A la Grotte, elle trouve quelques personnes en prière.

Bernadette récite son chapelet. A la fin du chapelet, Bernadette se risque, une nouvelle fois, à demander son nom à celle qui s’est approchée d’elle, encore plus que d’habitude. Le curé n’a pas tort : cette mystérieuse Apparition qui demande des processions et une chapelle, qu’elle décline d’abord son identité !

Bernadette s’y reprend à trois fois, sans succès. Elle essaie de soigner ses phrases mais elle s’embrouille dans ces formules trop polies. Les trois premières fois, la Dame sourit. Mais, la quatrième fois, la Dame ouvre les bras vers la terre ; puis, elle joint les mains en levant les yeux et donne enfin son nom : « Que soy era Immaculada Councepciou ».

Monsieur le curé va être content : il aura sa réponse. Mais Bernadette ne comprend rien aux mots qu’elle a entendus. Passe encore pour « immaculada ». Mais : « coucepciou » ? Tout en remontant le plus vite possible vers la ville haute, Bernadette se répète les sons pour ne pas les oublier. Arrivée au presbytère, elle, ordinairement si respectueuse, ne salue même pas l’abbé Peyramale et lui jette à la tête les mots qu’elle a entendus à la Grotte.

"Cette économie tue". Entretien d'Andrea Tornielli et de Giacomo Galeazzi avec le Pape François

61Gp2grybIL._SX354_BO1,204,203,200_.jpg

Pape François: "cette économie tue".

Avec une interview exclusive sur le capitalisme et la justice sociale.

Ce pape nous vient de la fin du monde et il "diabolise le capitalisme." Il a fallu quelques phrases du pape "contre l'économie qui tue» pour l'affubler du surnom de «pape marxiste." Que certains commentaires proviennent de chroniqueurs de journaux financiers ou des représentants de mouvements comme le "American Tea Party" ne devrait probablement pas nous étonner. Le fait qu'ils soient également partagés par certains secteurs du monde catholique est cependant beaucoup plus surprenant.

Deux experts du Vatican parmi les plus fiables sur la scène internationale, Andrea Tornielli et Giacomo Galeazzi, montre qu'à la base du raisonnement de Bergoglio, il n'y a que le radicalisme évangélique des Pères de l'Église.

Nous sommes autorisés à parler des inégalités sociales et des pauvres aussi longtemps que cela ne soit que pas trop souvent. Un peu de charité et un zeste de philanthropie, assaisonnés par de bons sentiments, sont suffisants pour nous donner bonne conscience. Il suffit de ne pas trop exagérer et surtout pas ne pas s'hasarder à remettre en cause le système. Ce dernier, dans de nombreux milieux catholiques, serait le meilleur des mondes possibles, parce que - comme répété sans relâche par ce que l'on appelle les «théories justes" - plus les riches deviennent riches, meilleure sera la vie des pauvres.

La prochaine Encyclique du Pape François

Le fait est que le système ne fonctionne pas, et aujourd'hui il est remis en question par un pape. Dans ce livre, il propose une réflexion sur la relation entre l'économie et l'Evangile. Des sujets qui seront pris en compte dans sa prochaine encyclique.

mardi, 06 décembre 2016

Ne pas oublier les réfugiés syriens et les pauvres

L'Eglise catholique défend la personne, depuis sa conception dans le sein de sa mère jusqu'à sa fin de vie avec la promotion des soins palliatifs. Entre ces deux moments, elle continue cette même logique en prenant la défense des réfugiés et des pauvres. L'accent mis par le Pape François sur ces situations dramatiques démontre la cohérence de son action.

Voilà pourquoi le Pape François rappelait dans un entretien à la Civiltà Cattolica

Nous ne pouvons pas insister seulement sur les questions liées à l’avortement, au mariage homosexuel et à l’utilisation de méthodes contraceptives. Ce n’est pas possible. Je n’ai pas beaucoup parlé de ces choses, et on me l’a reproché. Mais lorsqu’on en parle, il faut le faire dans un contexte précis. La pensée de l’Eglise, nous la connaissons, et je suis fils de l’Eglise, mais il n’est pas nécessaire d’en parler en permanence.

Amoris Laetitia, les 4 Cardinaux et Mgr Pinto: Le Pape « ne force pas, encore moins il ne condamne »

Mgr Pinto à Katholisch.de : Le Pape « ne force pas, encore moins il ne condamne »

Lien

Unknown-4.jpeg

4 Cardinaux publient une lettre, par Sandro Magister - vaticaniste très critique sur le pontificat actuel - pour exprimer leurs doutes à propos de l'exhortation apostolique synodale "Amoris Laetitia": 

« Ils ont écrit au pape et cela est correct et légitime. Mais faute de réponse après quelques semaines, ils ont publié l’affaire. C’est une claque en pleine figure. Le pape peut choisir de prendre conseil auprès de ses cardinaux ; mais c’est quelque chose de très différent que de lui imposer un conseil. »

« Ils ne forment pas un conseil qui ait une quelconque compétence. Au contraire, en tant que cardinaux, ils sont encore davantage liés par un devoir de loyauté à l’égard du pape. Il représente le don de l’unité, le charisme de Pierre. Voilà pourquoi les cardinaux doivent le soutenir, et non le gêner. De quelle autorité les auteurs de la lettre agissent-ils ? Du fait qu’ils sont cardinaux ? Cela ne suffit pas. Je vous en prie ! Évidemment ils peuvent écrire au pape et lui envoyer leurs questions, mais l'obliger à répondre et publier l’affaire, c’est autre chose. »

« La majorité absolue* du premier synode, et une majorité des deux tiers au second, où les membres des conférences épiscopales étaient présents, ont exactement approuvé ces thèses désormais contestées par les quatre cardinaux. »

*(Cardinal Schönborn lien : "Je suis très fier, je dois le dire, que ce soit le document du cercle allemand, qui a été voté à l’unanimité, qui a été d’abord repris par le Synode et puis le Pape le fait sien, où nous avions proposé des critères de discernement qui ne sont pas d’abord des questions de sacrements mais des questions de morale familiale"). 

Mgr Pinto déclare à Katholisch.de : le Pape « ne force pas, encore moins il ne condamne », « certains évêques ont putativement des difficultés, d’autres font semblant d’être sourds. »

« Je ne suis pas du genre qui peut menacer. Ecrire une telle chose est vraiment une licence journalistique, ce n’est pas sérieux. Ce que j’ai dit c’est plutôt : François est un phare de miséricorde et il a une patience infinie. Pour lui, il s’agit d’être d’accord, et non de forcer. C’est un acte grave par lequel ces quatre ont publié leurs lettres. Mais penser qu'il pourrait leur enlever leur cardinalat – non. Je ne crois pas qu’il le fera. (…) En soi, en tant que pape, il pourrait faire une telle chose. Tel que je connais François, il ne le fera pas. »

« C’est insensé. Il ne pourrait pas exister un conseil de cardinaux qui puisse demander des comptes au pape. La tâche des cardinaux est d’aider le pape dans l’exercice de son office, et non de le gêner ou de lui donner des préceptes. Et ceci est un fait : François n’est pas seulement en plein accord avec la doctrine, mais aussi avec tous ses prédécesseurs du XXe siècle, et c’était un âge d’or avec d’excellents papes – à commencer par Pie X. »

Unknown-3.jpeg

Parmi les quatre Cardinaux signataires, Mgr Meisner, évêque émérite de Cologne en Allemagne:

« Je suis choqué, spécialement en raison du geste de Meisner. Meisner était le grand évêque d’un important diocèse – que c'est triste de le voir mettre avec cette action une ombre sur son histoire. Meisner, un grand guide spirituel ! Qu'il en arriverait là, je ne ne m’y attendais pas. Il était très proche de Jean-Paul II et de Benoît, et il sait que Benoît XVI et François sont en plein accord quant à l’analyse et aux conclusions à propos de la question du mariage. Et Burke – nous avons travaillé ensemble. Il me semblait être une personne aimable. Maintenant je lui demanderais : votre éminence, pourquoi avez-vous fait cela ? »

« Priez un peu plus, restez calmes, basta. Officiellement cette action n’a pas de valeur. L’Eglise a besoin d’unité, et non de murs, dit le pape. Nous savons comment est François. Il pense que les gens peuvent se convertir. Je sais qu’il prie pour eux. »

La vie dans l'utérus: 9 mois en 4 minutes

Unknown-1.jpeg

La vie dans l'utérus: 9 mois en 4 minutes

Unknown-2.jpeg

La vie est vraiment extraordinaire ! De fait, le développement de la vie humaine dans l'utérus est juste formidable. Saviez-vous que tout ce qui vous concerne - votre taille, la couleur de vos yeux, et la couleur de votre peau - étaient déterminés au moment de la fertilisation ? Mois après mois, vous grandissez dans la sureté et le comfort de l'utérus de votre maman, jusqu'à ce qu'arrive le grand jour de votre naissance !

Première vidéo de Padreblog, nouvelle chaîne Youtube: le délit d'entrave numérique

Première vidéo de Padreblog, nouvelle chaîne Youtube: le délit d'entrave numérique

lundi, 05 décembre 2016

Si Manuel Valls allait jusqu'au bout ....

Cy7i_weXEAEsXdD.jpg

"Je ne veux pas que les fonctionnaires travaillent plus pour gagner moins. Je ne veux pas que nos enfants aient moins de professeurs. Je ne veux pas que l'on casse notre sécurité sociale" 

15272232_1355838284434560_2562253130836035084_o.jpg

Manuel Valls, discours de candidature

Dans un discours résolument de gauche, Manuel Valls est candidat à l'élection de la présidence française de mai 2017. Je m'attendais à ce que Valls, qui prend la défense des plus modestes, des travailleurs, aille jusqu'au bout  de sa logique: 

Manuel Valls: "Je ne veux pas que les plus petits et les plus innocents d'entre nous soient tués dès le sein de leur maman ..."

Ben non ... Dans le paysage médiatique, si vous êtes pour la vie, vous êtes classés à l'extrême droite !

Pourtant, le défense des plus petits, des personnes avec un handicap, des malades, des plus faibles et des plus défavorisés me semble aussi une idée de gauche non ?

15304579_1355838251101230_9110596922122313785_o.jpg

Jean Vanier a reçu la cravate de commandeur de l'ordre de la Légion d'honneur des mains de Manuel Valls.

Légèrement courbé, sourire aux lèvres, humble et discret, Jean Vanier a été élevé ce vendredi au rang de commandeur de l’ordre de la Légion d’honneur. Ce grand personnage, philosophe, humaniste, théologien et homme de lettres, avait reçu en 2015 le prestigieux prix Templeton. Il a été distingué par le Premier ministre Manuel Valls pour l’ensemble de ses actions en faveur des personnes ayant une déficience mentale.

suite Aleteia

Conférence des évêques suisses en prière pour les victimes d'abus sexuels: "nous sommes redevables aux victimes de nous avoir ouvert les yeux"

Conférence des évêques suisses en prière pour les victimes d'abus sexuels:

"nous sommes redevables aux victimes de nous avoir ouvert les yeux"

SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | Communiqué de presse | 05.12.2016

2010-2015: 223 victimes annoncées

ceremonie-de-priere-et-de-penitence-medienmitteilung_fullview.jpg

cath.ch

Cérémonie de prière et de pénitence pour les victimes d’abus sexuel dans le contexte ecclésial

Basilique de Valère 5 décembre 2016

La Conférence des évêques suisses (CES) a invité lundi à prier et faire acte de pénitence pour les victimes d’abus sexuels dans le contexte ecclésial. La cérémonie s’est déroulée dans la basilique de Valère à Sion. Les évêques, des représentantes et représentants des Supérieurs majeurs religieux de Suisse et des corporations de droit public ecclésiastique ainsi qu’une délégation des victimes ont prié ensemble dans ce lieu de pèlerinage vers lequel les gens montent depuis des siècles pour confier au Seigneur ce qu’ils ont sur le cœur. 

La cérémonie de prière et de repentir était présidée par le Président de la Conférence des évêques suisses, Mgr Charles Morerod. Comme il le reconnaît dans sa prière:

Valere.003-800x450.jpg« Une grande faute a été révélée à notre époque dans l'Eglise, aussi dans nos diocèses et nos communautés. Cette faute de quelques-uns a été possible aussi à cause de certaines structures et de certains modes de comportement et de pensée. La faute comprend plusieurs niveaux : l’acte de l’abus, le silence complice, l’absence d’aide aux victimes. A différents niveaux, nous nous sentons ensemble responsables et nous sommes redevables aux victimes de nous avoir ouvert les yeux. »

Cette cérémonie de prière et de repentir est une réponse de la Conférence des évêques suisses à un vœu du Pape François qui souhaite que l’Eglise catholique tienne de telles célébrations dans le monde entier. Des représentantes et représentants de la Conférences des évêques suisses, de l’Union des Supérieurs majeurs religieux de Suisse (VOS’USM) et de la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) ont saisi cette occasion pour donner une information, dans une conférence de presse séparée, sur l’état de la question des abus sexuels dans le contexte ecclésial.

Sur le plan national, les directives de la CES ont été revues et adaptées depuis leur première édition en 2002. La CES a été une des premières conférences épiscopales au monde à avoir édicté des directives contraignantes sur la manière de prévenir les abus sur les enfants ou les adultes et de traiter les victimes et leurs auteurs. La VOS’USM s’est jointe à la CES pour la troisième édition, parue en 2014. Les directives ne s’appliquent désormais plus uniquement aux seules personnes actives en pastorale mais à toutes les personnes qui travaillent dans le contexte de l’Eglise, comme, p.ex., dans la catéchèse, dans le travail social ou avec la jeunesse, dans la musique.

images.jpeg

Fonds dʼindemnisation pour les cas prescrits

Les responsables ecclésiastiques estiment particulièrement lourde la situation des victimes d’abus sexuels qui sont prescrits selon le droit public et le droit canon et que les instances de l’Eglise n’ont, pendant longtemps, ni entendus ni réparés. La dernière des nombreuses mesures mises en œuvre jusqu’à présent a été, par la reconnaissance d’une responsabilité, l’instauration des bases financières et légales permettant d’accorder des indemnisations. Il existe désormais un fonds de réparation de Fr. 500'000.- qui a été constitué par la CES, la VOS’USM et la RKZ. Une commission indépendante décide de l’octroi des indemnisations et de leur montant. La RKZ participe à ce fonds de réparation parce qu’une grande partie des collaborateurs d’Eglise en Suisse est employée dans des corporations de droit public ecclésiastique avec des contrats de droit public.

Il y a six ans, en été 2010, les évêques avaient reconnu publiquement, par une veillée spéciale de prière dans la chapelle de la Vierge à Einsiedeln, la responsabilité de l’Eglise dans la souffrance des personnes victimes, par le passé, d’abus sexuels dans le contexte ecclésial. Ils les avaient également appelées à s’annoncer. Les nombreuses mesures instaurées depuis lors au niveau national, diocésain, régional et cantonal servent autant à prévenir des abus qu’à régler des cas actuels et anciens.

Abus sexuels dans l'Eglise catholique en Suisse, statistiques 2010-2015: 223 victimes annoncées 

La commission d’experts « Abus sexuels dans le contexte ecclésial » de la CES établit, chaque année, depuis l’appel de 2010, une statistique des cas annoncés. Alors qu’en 2010, suite à ce premier et fort appel, 115 cas d’abus sexuels étaient annoncés aux instances diocésaines, le nombre s’est nettement réduit les années suivantes : 24 (2011), 9 (2012), 11 (2013), 11 (2014), 24 (2015). La grande partie des cas annoncés d’abus sexuel s’est déroulée entre 1950 et 1990.

Des 223 victimes annoncées au cours de ces six ans, 49 étaient des enfants au-dessous de 12 ans au moment des faits, 23 des filles et 56 des garçons entre 12 et 16 ans, 43 des femmes adultes et 38 des hommes adultes. Il n’a pas été possible d’obtenir des indications sur l’âge de 14 victimes au moment des faits.

Abus sexuels dans l'Eglise catholique en Suisse, statistiques 1950-1990: 204 auteurs, dont 103 prêtres, 47 religieux, 11 religieuses, 5 laïques, 6 personnes d’autres professions.

En ce qui concerne les auteurs annoncés, les statistiques montrent, pour la période donnée, un total de 204 auteurs, dont 103 prêtres, 47 religieux, 11 religieuses, 5 théologiens ou théologiennes laïques, 6 personnes d’autres professions. Il n’a pas été possible d’obtenir des indications sur 32 auteurs annoncés. Les statistiques de la commission d’experts couvrent tout le spectre des abus sexuels possibles, des déclarations et gestes à connotation sexuelle au viol.

Les évêques suisses et les supérieurs religieux restent reconnaissants de toute annonce d’abus sexuels dans le contexte ecclésial. Ils appellent les victimes à s’adresser aux services d’accueil de l’Eglise ou aux services cantonaux d’aide aux victimes. Les victimes doivent recevoir justice et les coupables doivent être amenés à rendre des comptes même si les abus remontent loin.

– Les membres de la Conférence des évêques suisses tiennent leur 314e assemblée ordinaire à Sion et Viège du 5 au 7 décembre.

Sion, le 5 décembre 2016

Walter Müller
Chargé d'information de la
Conférence des évêques suisses

------

Mgr Morerod: "je sais, maintenant, combien les ravages peuvent être terribles au cours des décennies suivantes"

IMG_8502_61fc645850.jpgsource ... le 5 décembre, répondant à l’invitation du pape, la conférence des évêques suisses, réunie dans la basilique de Valère, a célébré une liturgie de demande de pardon pour les abus sexuels commis sur des mineurs par des prêtres.

Tout ceci demande vraiment le soutien de votre prière, d’abord pour les victimes (je sais, maintenant, combien les ravages peuvent être terribles au cours des décennies suivantes). ...

+Charles MOREROD

Les fioretti du Pape François de novembre 2016

Fioretti_novembre_2016-copie_20161202223229791535.png

« Avoir le sens de l’humour est une grâce que je demande tous les jours, et je fais cette prière de saint Thomas More : ‘Seigneur, donne-moi le sens de l’humour’ ; que je sache répondre à une remarque en riant… : quelle jolie prière ! L’humour apaise, te fait voir les choses provisoires de la vie et prendre les choses dans un esprit de rédemption.

suite

4147230202.jpg

Avec Arnaud Bédat, le journaliste suisse le plus proche du Pape

dimanche, 04 décembre 2016

Ces évêques qui soutiennent les 4 Cardinaux

Ces évêques qui soutiennent les 4 Cardinaux

Lien Mgr Athanasius Schneider

Schneider-1.jpgIl y a déjà une erreur historique. Le Pape Libère n'a pas excommunié Saint Athanase. De plus, cette exhortation apostolique n'est pas un enseignement privé du Pape (comme le serait un entretien en tête à tête, une homélie, une interview dans l'avion) mais un acte magistériel. 

Lorsqu’en 357 le pape Libère a signé l’une des dites formules de Sirmium, dans laquelle il a délibérément écarté l’expression dogmatiquement définie de « homo-ousios », et excommunié saint Athanase afin d’obtenir la paix et l’harmonie avec les évêques ariens et semi-ariens de l’Orient, des catholiques fidèles et un petit nombre d’évêques, spécialement saint Hilaire de Poitiers, ont été profondément choqués.

-------

Lien Mgr Jan Watroba, évêque de Rzeszów (Pologne) et président de la Commission sur la famille de la Conférence épiscopale.

biskup-jan.jpgLors de la publication de l'exhortation apostolique AL, le Pape a envoyé une lettre à chaque évêque. Je me demande simplement ce que fait cet évêque pour clarifier les doutes des fidèles. Les doutes sont justement engendrés et renforcés par les quatre Cardinaux et par les évêques, les prêtres ou les 45 théologiens (qui ne sont pas de premiers plans) qui divergent de l'enseignement du Magistère. 

Le Pape François écrit une lettre à une fille de 10 ans en fin de vie

Le Pape François écrit une lettre à une fille de 10 ans en fin de vie

15300582_10210910295424447_1784620684_n2.jpg

« Très chère Paolina,

images-3.jpegtes photos sont sur mon bureau, car dans ton regard si spécial je vois la lumière de la bonté et de l’innocence. Merci de me les avoir envoyées ! Lis cette lettre avec ta maman, et le baiser qu’elle te donnera maintenant sera le baiser du Pape. J’unis mes mains aux tiennes et à celles de tous ceux qui prient pour toi. Comme ça nous faisons une longue chaîne qui, je suis sûr, arrivera jusqu’au ciel.

Mais rappelle-toi que le premier maillon de cette chaine c’est toi, parce que tu as Jésus dans ton cœur ! N’oublie pas ! Parle avec lui, parle-lui de toi, et parle-lui de ta maman et de ton papa qui ont grand besoin d’être aidés et consolés devant des pas si difficiles à affronter.

Tu sauras certainement très bien suggérer à Jésus ce qu’il doit faire pour eux ! Rappelle-toi, s’il te plaît, de lui dire ce qu’il doit faire aussi pour moi, et moi je lui rappellerai ce qu’il doit faire pour toi. Je t’embrasse très fort et te bénis de tout mon cœur, ainsi que tes parents et tes proches. François ».

La messe des funérailles de la petite Paolina a été célébrée à San Leopoldo Mandic à Massafra, le 23 novembre dernier, une petite ville aux portes de Tarente, dans le sud de l’Italie. 

(source: FarodiRoma)

La Suisse, l'un des pays les plus riches du monde, compte plus de 1000 suicides assistés par année

Le Temps

La Suisse, l'un des pays les plus riches du monde, compte plus de 1000 suicides assistés par année

images.jpegLa vieillesse et la mort animent la presse dominicale ce dimanche. La NZZ am Sonntag dévoile les dernières statistiques du suicide assisté. La pratique ne cesse de prendre de l’ampleur en Suisse.

Ce sont des professionnels qui le disent: en matière d’acceptation, la pratique de l’aide au suicide se rapproche de celle de l’avortement pour beaucoup de Suisses. Les tabous tombent à grande vitesse. La NZZ am Sonntag consacre un grand article à ce phénomène ce dimanche. En 2015, les trois grandes organisations d’aide au suicide ont accompagné 999 personnes résidant dans le pays vers la mort. Le nombre de cas a pratiquement quadruplé depuis 2008.

Combattre l'acharnement thérapeutique 

images-2.jpeg

C'est bien plutôt la mort qui est le grand tabou de notre société. Elle ne cadre pas avec l'image dominante qui prévaut partout. Presque toute la publicité se concentre sur une sorte de surhomme, sans défauts et sans taches, toujours jeune, presque éternel et tout puissant, qui ne connaît que les succès et la réussite. Il suffit d'un grain de sable pour que cet idéal s'écroule. 

Puis, je me demande parfois si l'acharnement thérapeutique ne serait pas l'autre extrême à combattre. Dans notre pays riche, certaines interventions sont sans doute disproportionnées par rapport à l'âge des patients. Les derniers mots du Pape Saint Jean-Paul II illustre mon propos: "Laissez-moi aller vers le Père".

L’obstination déraisonnable et l’acharnement thérapeutique sont deux expressions synonymes pour désigner l'attitude qui consiste en la poursuite de soins curatifs - soins qui visent à guérir la maladie ou à ralentir son évolution - alors que le malade n’en tirera aucun bénéfice.

images-1.jpeg« Il faut distinguer de l'euthanasie la décision de renoncer à ce qu'on appelle l’acharnement thérapeutique, c'est-à-dire à certaines interventions médicales qui ne conviennent plus à la situation réelle du malade, parce qu'elles sont désormais disproportionnées par rapport aux résultats que l'on pourrait espérer ou encore parce qu'elles sont trop lourdes pour lui et pour sa famille.

Dans ces situations, lorsque la mort s'annonce imminente et inévitable, on peut en conscience "renoncer à des traitements qui ne procureraient qu’un sursis précaire et pénible de la vie, sans interrompre pourtant les soins dus au malade en pareil cas" »

— Evangelium vitae, 65

vendredi, 02 décembre 2016

Le Cardinal Müller, les 4 cardinaux et Amoris Laetitia: la CDF agit et parle sous l'autorité du Pape

Le Cardinal Müller, les 4 cardinaux et Amoris Laetitia: la CDF agit et parle sous l'autorité du Pape

muller_reuters-kT9B-U1100134634748ab-1024x576@LaStampa.it.jpgLe Cardinal Gerhard Müller, préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, a confirmé que son discatère ne répondra pas aux doutes formulés par les quatre cardinaux sur l'exhortation Amoris Laetitia. Interviewé par l'agence autrichienne Kathpress, le prélat allemand a expliqué que ce dicastère agit et parle avec l'autorité du Pape, et il ne peut pas prendre partie dans la diversité des opinions.

Amoris Laetitia et le Cardinal Müller: le virus de la polarisation et de l'inimitié 

Le risque est la polarisation dans l'Eglise. Cet argument a été évoqué par le Pape lors de son homélie du 19 novembre dernier à l'occasion du Consistoire: "le virus de la polarisation et de l'inimitié"*. 

Le Cardinal Müller a expliqué que le 5 doutes ont été envoyés directement au Pape avant leur publication en soulignant que le Pape pourrait encore engager la Congrégation afin de résoudre la tension. "En ce moment, il est important que chacun demeure concentré et objectif, de ne pas s'engager dans les polémiques et encore moins de les créer". Le Cardinal Müller a choisi de ne pas répondre sur les passages d'Amoris Laetitia qui, selon les quatre Cardinaux, auraient engendré la confusion. 

La Congrégation pour la doctrine de la foi, qui parle avec l'autorité du Pape et avec son approbation, n'a donc pas pris position. Il reste les textes des propositions du Synode et celles de l'exhortation post-synodale "Amoris Laetitia" publiée par le pontife et qui ouvre avec prudence à la possibilité - non pas comme un droit et encore moins indistinctement - d'arriver dans quelques situations, et après un profond parcours de discernement, à concéder les sacrements. 

Dans l'interview, le Cardinal exprime un avis personnel, en rappelant qu'à propos de la communion pour les personnes divorcées engagées dans une seconde union, la même congrégation avait, en 1994, refusé cette possibilité à trois évêques allemands. 

source: Andrea Tornielli

L'indissolubilité du mariage doit être "le fondement inébranlable de tout enseignement et de tout accompagnement pastoral" a ajouté le Cardinal Müller.

Quand le journaliste lui a demandé si deux camps étaient en train de s'affronter derrière les murs du Vatican, le Cardinal Müller a répondu par la négative. Il n'y a pas "de lutte de pouvoir derrière les 'hautes murailles' du Vatican, entre les réformateurs et ceux qui souhaitent tirer sur le frein." Ces rumeurs montrent combien "certaines façons de penser et la perception de catégories de pouvoir est en train de mal tourner."

Pape François: " la polarisation et l'inimitié, ... sans que nous ne nous en rendions compte, cette logique s’installe dans notre manière de vivre, d’agir et de procéder. Donc, tout et tous commencent à avoir une saveur d’inimitié. Peu à peu, les différences sont transformées en symptômes d’hostilité, de menace et de violence. Que de blessures s’élargissent à cause de cette épidémie d’inimitié et de violence, qui s’imprime dans la chair de beaucoup de sans-voix, parce que leur cri s’est affaibli et est réduit au silence à cause de cette pathologie de l’indifférence! Que de situations de précarité et de souffrance sont semées à travers cette prolifération de l’inimitié entre les peuples, entre nous!"

Délit d'entrave numérique: suivre sa conscience avec Walt Disney

images.jpeg

Délit d'entrave numérique: suivre sa conscience avec Walt Disney

Saint Exupéry: l'arbre est cette puissance qui lentement épouse le ciel

 Ainsi de toi, mon petit d'homme

CycCQEyXgAA0Zwc.jpg

"Dear futur Mom" non - "Sausage Party" oui (sic!)

Wall Street Journal: La France en guerre contre les discours anti-avortement 30 novembre 2016

Le gouvernement interdit la diffusion de la vidéo Dear Future Mom sur les écrans publicitaires de télévision montrant le bonheur des enfants porteurs de trisomie 21 Dans la plupart des pays européens, l’avortement est légal, mais ses partisans cherchent par tous les moyens à bannir les efforts déployés pour que les femmes qui y réfléchissent puissent changer d’avis.

Pour preuve, l’interdiction faite en France de diffuser un clip vidéo mettant en scène des enfants trisomiques qui semblent tout à fait heureux. Créé pour la journée mondiale de la trisomie 21, le clip montre plusieurs enfants pleins de vie s’adressant à une femme se posant la question de l’avortement.

« Chère Future maman », commence l’un, « n’aie pas peur ». « Ton enfant pourra faire plein de choses, » reprend un autre. « Il pourra te faire des câlins. » « Il pourra courir vers toi. » « Il pourra te parler et te dire qu’il t’aime. » : Il y a quelques mois, le CSA a fait retirer le clip des antennes et en novembre le Conseil D’Etat, qui est la plus haute juridiction administrative française, a confirmé cette interdiction, puisque selon lui le clip pouvait « troubler la conscience » des femmes ayant avortées d’un bébé trisomique.

Les partisans pro-vie dénoncent cette décision qui fait obstacle aux efforts déployés pour réduire le nombre d’avortement suite à la détection d’une trisomie 21. D’après la Fondation pro-vie Jérôme Lejeune, qui s’est battue pour faire annuler l’interdiction, quatre-vingt-seize pour cent des grossesses pendant lesquelles on détecte que l’enfant est porteur de trisomie 21 sont avortées en France. Affaire à ranger sous l’étiquette « non-libérale » des libéraux autoproclamés.

Unknown.jpeg

"Dear futur Mom" non - "Sausage Party" oui

images.jpg

A quelques jours de Noël, un film d’animation, intitulé « Sausage Party » vient de sortir dans les salles de cinéma. Interdit aux moins de 12 ans, la commission de classification des films a estimé que ce film comporte « de très nombreuses scènes à caractère sexuel et un langage cru qui, en dépit de leur second degré, ne sont pas appropriés à un jeune public ». Effectivement, les quelques images que l’on peut visionner sur internet, notamment la scène finale – une partouze entre aliments – permettent de se faire un jugement objectif et amènent à s’étonner que l’interdiction ne concerne que les moins de douze ans.

-----

(Famille Chrétienne) Les Associations Familiales Catholiques ont été parmi les premiers à alerter du danger de ce film, dont ils dénoncent « le contenu (...) non seulement grossier mais surtout clairement pornographique, sous couvert de second degré et de " politiquement incorrect "». Dans leur communiqué, les AFC se disent « particulièrement attentives à ce que les enfants et les jeunes puissent bénéficier de programmes de qualité sans que leur soient imposés des messages ou images qui violent et abîment leur conscience, leur imaginaire et par là même nuisent à leur développement personnel. »

Le portail sud de la cathédrale de Fribourg s'ouvre après 40 ans

15241332_10211016493277667_1637004829822320882_n.jpg

Le portail sud de la cathédrale de Fribourg s'ouvre après 40 ans

Cyq4tafWQAAk_in.jpg

CyqiGpEWQAEhioo.jpg

jeudi, 01 décembre 2016

Polémiques autour d'Amoris Laetitia et des 4 Cardinaux: les propos de Mgr Pinto rectifiés

Unknown.jpeg

“La phrase (…) est incorrecte“, explique ce communiqué. Voici le prononcé réel du prélat : “le pape François n’est pas un pape du passé qui pourrait leur enlever la barrette cardinalice comme Pie XI l’avait fait avec le célèbre théologien jésuite français Louis Billot“. (source: I.Media)

Lien

Religion confidencial a publié mardi dernier un article qui mettait sur les lèvres de l'archevêque Pius Vito Pinto, doyen de la Rote romaine, l'affirmation selon laquelle les quatre cardinaux qui ont écrit au Pape "pourraient perdre la pourpre cardinalice".

La phrase de Mgr Pinto, tirée d'un entretien enregistré en italien par RC, est incorrecte. Après une écoute de l'enregistrement, il a été constaté que  Mgr Pinto avance que le Pape n'est pas un Pape d'un autre temps dans lequel d'autres mesures ont été prises, et qu'il ne retirerait donc pas la dignité cardinalice. Cette nouvelle est ainsi rectifiée. Nous publions cette correction au cas où cela ne suffisait pas.

Note: nous devrions plutôt parler de précision, car j'avais bien compris que le Pape ne le ferait pas, vu que le prélat parlait bel et bien au conditionnel. 

images.jpeg

 

mercredi, 30 novembre 2016

Amoris Laetitia, Mgr Pinto et les 4 Cardinaux: le Pape pourrait leur enlever le chapeau cardinalice

 Les 4 Cardinaux remettent en cause deux Synodes et l'action de l'Esprit-Saint

Unknown.jpegEn réponse à des questions de Religion Confidencial, Mgr Pinto doyen de la Rote romaine, le tribunal d'appel pour les causes matrimoniales, a déclaré que les quatre cardinaux, qui à l’intérieur de l’Eglise mettent en doute la réforme du Pape François et son Exhortation apostolique Amoris laetitia, ne font rien d'autre que de remettre en question « deux synodes des évêques sur le mariage et la famille ; pas un synode mais deux, l’un ordinaire et l’autre extraordinaire. » « On n’a pas le droit de douter de l’action du Saint Esprit ». 

Le Pape pourrait leur enlever leur dignité de Cardinal

« Quelle Eglise défendent donc ses cardinaux ? Le pape est fidèle à la doctrine du Christ. Ce qu’ils ont fait constitue un scandale très grave qui pourrait même conduire le Saint-Père à leur retirer le chapeau cardinalice comme cela s’est déjà fait à d'autres moments de l’histoire »; « Cela ne veut pas dire que le pape leur enlève leur dignité de cardinal, mais il pourrait le faire. »

Conférence donnée à Madrid, à l’Université ecclésiastique Saint-Damase -Infocatolica.

Conférence de presse, le Cardinal Schöborn

Mgr Pío Vito Pinto, doyen de la plus haute autorité de l’Église en matière de procès en reconnaissance de nullité de mariage a prononcé une conférence à l’Université ecclésiastique Saint Damase à Madrid. De manière énergique, il a rappelé  que les quatre cardinaux qui ont demandé au Pape François d’éclaircir des "doutes " sur son exhortation apostolique Amoris Laetitia, ont causé un grave scandale en publiant la lettre dans les médias.

Dans des déclaration à Religión Confidencial Pio Vito a affirmé que ces quatre cardinaux, de même que d’autres personnes à l’intérieur de l’Église qui remettent en question la réforme du Pape François et son exhortation apostolique Amoris Laetita, mettent en fait en question « deux synodes d’évêques sur le mariage et la famille. Non pas un synode mais deux ! Un ordinaire et un autre extraordinaire. On ne peut douter de l’action du Saint Esprit » 

Les cardinaux Walter Brandmüller, Raymond Burke, Carlo Caffarra et Joachim Meisner ont interrogé le Saint Père sur des doutes à propos d’Amoris Laetitia. Le Pape François ne leur a pas répondu et les prélats ont alors rendu publique la lettre dans les médias.

« Quelle Église défendent ces cardinaux ? Le Pape est fidèle à la doctrine du Christ. Ce qu’ils ont fait, c’est un scandale très grave qui même pourrait amener le Saint Père à leur retirer leur chapeau de cardinal comme cela s’est déjà passé dans un autre moment de l’Église » a affirmé Pio Vito à son correspondant du Confidencial.

Le Doyen de la Rote Romaine nuance: «Ce qui ne veut pas dire le Pape va leur retirer leur condition de cardinal, mais il pourrait le faire».

Durant la conférence, Pío Vito a indiqué très clairement à l’assistance que le Pape n’a pas répondu directement à ces quatre cardinaux, mais « indirectement il leur a dit qu’ils voient les choses en noir ou en blanc, alors que dans l’Église il y a des nuances de couleurs ».

Peu de catholiques demandent la reconnaissance de la nullité.

Religión Confidencial a également demandé à Mgr Pío Vito s’il n’était pas préférable de tendre la main aux personnes divorcés remariés et de leur reconnaître la nullité matrimoniale, afin qu’ils puissent se marier à l’Église et recevoir ainsi l’Eucharistie, avant qu’ils ne la reçoivent en étant unis civilement.

« La réforme du processus matrimonial du le Pape François veut atteindre plus de personnes. Le pourcentage de personnes qui demandent la reconnaissance de la nullité matrimoniale est très faible. Le Pape rappelle que la communion n’est pas seulement pour les bons catholiques. François se demande: "comment atteindre les personnes les plus exclues ? " Avec la réforme du Pape, beaucoup de personnes pourront demander la reconnaissance de la nullité, mais d’autres non », a encore expliqué le Doyen de la Rote Romaine.

Dans ce sens, il a insisté sur la clef du pontificat de François, reprise dans le §4 de la Bulle Misericordiae Vultus, écrite à l’occasion du Jubilée de la Miséricorde :

« Les paroles riches de sens que saint Jean XXIII a prononcées à l’ouverture du Concile pour montrer le chemin à parcourir reviennent en mémoire:

"Aujourd’hui, l’Épouse du Christ, l’Église, préfère recourir au remède de la miséricorde plutôt que de brandir les armes de la sévérité … L’Eglise catholique, en brandissant le flambeau de la vérité religieuse, veut se montrer la mère très aimante de tous, bienveillante, patiente, pleine d’indulgence et de bonté à l’égard de ses fils séparés"».

Différence avec les protestants

En regard à l’opinion de certaines voix pour qui l’Église pourrait embrasser la réforme protestante, le Doyen de la Rote explique que « Luther a détruit la foi catholique des apôtres. L’Église catholique croit que dans l’Eucharistie Jésus Christ est présent, et le protestantisme ne croit pas dans la présence réelle du Christ dans la communion. C’est la grande différence".

À ce sujet et durant la conférence, il a rappelé qu’au cours du synode des évêques, des pères synodaux avaient demandé au Saint Père un nouveau traité de théologie sur le mariage. François l’a écarté car les autres papes ont déjà rendu très claire la théologie du mariage.

Il a rappelé le point central du message du Pape François consiste à atteindre toutes les personnes qui se sont senties, ou se sentent, écartées ou blessées par l’Église. Il a signalé aussi qu’actuellement beaucoup de gens communient sans faire de distinction. « Une religieuse m’a dit qu’il y a des personnes divorcées ou qui vivent ensemble qui communient. Et qu’est ce que doit faire l’Église, dire toi, oui, et toi, non ? Le Pape François veut une Église très proche du peuple » .

Diocèse de Lyon: là où l'Eglise n'aurait jamais dû cesser d'être : avec les victimes !

Diocèse de Lyon: là où l'Eglise n'aurait jamais dû cesser d'être : avec les victimes !

Unknown.jpegLien ... Je remercie les membres de l’EAP d’avoir pris le temps de m’écouter, d’avoir pris la mesure de ce qui était en train de se passer. Et de m’avoir soutenu jusqu’à parvenir à cette célébration du 7 novembre où les choses ont enfin été dites, dans cette église Saint Luc, comme le début d’une réparation devant tant de souffrances et d’injustices.

Depuis, l’EAP et moi-même avons adhéré au collectif de « La Parole Libérée ». Nous les rencontrerons. Nous voulons être à leurs côtés. Le chemin est amorcé.

Père Eric de Nattes

mardi, 29 novembre 2016

Lorsque l'Etat s'empare de l'être humain, de la personne humaine

Unknown-2.jpeg

Délit d'entrave numérique: Antigone face à Créon

Antigone fait part à sa sœur Ismène de son intention de braver l'interdiction émise par le roi Créon (leur grand-oncle) d'accomplir les rites funéraires pour leur frère Polynice — tué par son autre frère Étéocle lors d'une bataille où chaque frère voulait la mort de l'autre pour devenir roi de Thèbes et où chacun d'eux perdit la vie. Antigone risque la mort.

L'affrontement est immédiat et total : la jeune fille Antigone affirme l'illégitimité de l'édit royal de Créon en se réclamant des lois divines, non-écrites et éternelles, tandis que Créon soutient que les lois humaines ne peuvent être enfreintes pour des convictions personnelles.

Antigone, tragédie grecque de Sophocle, en 441 av. J.-C

Par sa conscience, Antigone a toujours voulu assigner une limite à la puissance aveugle du pouvoir

Dans le droit, les fonctions régaliennes désignent souvent les fonctions suivantes:

- assurer la sécurité extérieure par la diplomatie et la défense du territoire ;
- assurer la sécurité intérieure et le maintien de l'ordre public avec, notamment, des forces de police ;
- définir le droit et rendre la justice ;
- détenir la souveraineté monétaire en émettant de la monnaie, notamment par le biais d'une banque centrale.
- détenir la souveraineté budgétaire en votant le budget de l'Etat, en levant l'impôt et en assurant la gestion des finances publiques.
- piloter le bouquet énergétique et chercher la sécurité des approvisionnements en énergie.

Nous assistons désormais à une enflure et une extension de la puissance de l'Etat qui non seulement pèse sur la nature humaine, mais en devient quasiment le créateur et le propriétaire.

Avec l'avortement, cet Etat veut posséder le droit de vie et de mort sur les plus petits et les plus innocents de ses citoyens, les enfants non-nés. Avec l'euthanasie, il veut retirer aux anciens, les personnes âgées, le droit au réconfort, au soutien, à l'amour et aux soins palliatifs. 

Avec la GPA (gestation pour autrui, mère porteuse) et la PMA (procréation médicalement assistée), cet Etat tout puissant veut encore écrire le droit à l'enfant en ignorant le droit de l'enfant, son droit d'être conçu naturellement, sexuellement par un homme et une femme, de grandir avec son papa et sa maman, dans une famille, en toute transparence sur ses racines, en niant encore son droit à connaître ses origines sacrées. 

Les Parlements légifèrent sans vouloir savoir qui est l'homme, la personne humaine, en ignorant sciemment les moments sacrés du début et de la fin de la vie. Scientifiquement, nous le savons, dès la fécondation, nous sommes en présence d'un être humain dans sa plus petite et simple expression.

Les mamans blessées qui souffrent des conséquences de l'avortement sont ignorées, comme mises de côtés. Heureusement, il reste des associations qui leur viennent en aide, concrètement, financièrement, psychologiquement, spirituellement et humainement. L'Eglise offre le Pardon et la Miséricorde. 

Unknown-3.jpeg

Par sa conscience, Antigone a toujours voulu assigner une limite à la puissance aveugle du pouvoir. 

IVG en France: le délit d'entrave numérique 

« Quelle est l’obsession qui pousse le gouvernement à choisir le point précis de l’avortement comme point d’intervention plutôt que les sites de radicalisation terroriste, ça, je ne sais pas » Cardinal André Vingt-Trois

Internet, génétiquement le continent de la liberté, risque d'être amputé de la réflexion et de l'information, en punissant de 2 ans de prison et de 30 000 euro d'amendes les coupables du délit d'entrave numérique, les créateurs et concepteurs de sites Internet qui viennent en aide aux mamans en détresse en leur proposant une alternative à l'avortement. Même Simone Veil n'avait pas prévu cela. 

CycCQEyXgAA0Zwc.jpg

Simone Veil sur les associations pro-vie: "Je souhaite qu'elles puissent continuer à recevoir des femmes et à les dissuader" 

Délit d'entrave numérique: Mgr Pontier écrit à François Hollande

Décès du Père Kolvenbach, général des Jésuites

CyNfFSiXgAEel-E.jpg

Qui a écrit ? l'entrée de la femme dans la vie publique, plus rapide dans la civilisation chrétienne

Qui a écrit ? l'entrée de la femme dans la vie publique, plus rapide dans la civilisation chrétienne

images-1.jpegUne seconde constatation s'impose à tout observateur : l'entrée de la femme dans la vie publique, plus rapide peut-être dans les peuples de civilisation chrétienne ; plus lente, mais de façon toujours ample, au sein des autres traditions ou cultures.

De plus en plus consciente de sa dignité humaine, la femme n'admet plus d'être considérée comme un instrument ; elle exige qu'on la traite comme une personne aussi bien au foyer que dans la vie publique.

Saint Jean XXIII, Fidel Castro et la crise de Cuba

Saint Jean XXIII, Fidel Castro et la crise de Cuba

Unknown-1.jpegAvec Saint Jean XXIII, c'était la diplomatie personnelle du cœur, dont des lettres pleines de charité, qui n'a pas manqué de porter ses fruits.

En effet, quelque chose bougeait. Le 25 novembre 1961, fait totalement insolite, le pape Jean reçut un message surprenant pour ses 80 ans, de la part de Nikita Khrouchtchev, secrétaire du Parti communiste soviétique. Des messages de courtoisie réciproques continueront à circuler des deux côtés, et bien que tous ne se soient jamais rencontrés en personne, une amitié est née, progressivement mûrie au cours des négociations de la crise de Cuba.

La médiation du pape Jean XXIII pour résoudre la crise de Cuba fut un véritable rayon de lumière.

Une crise qui, comme vous vous en souvenez, a explosé en octobre 1962, lorsqu’à la demande du président cubain Fidel Castro, le chef soviétique Khrouchtchev ordonna l'installation de bases de missiles à Cuba, équipées d'ogives nucléaires capables de frapper le territoire américain. Depuis Washington, le président John F. Kennedy a répondu en imposant un blocus naval autour de l'île de Cuba et menaça l'île d’une attaque militaire pour empêcher l'installation de missiles inacceptables pour la sécurité de son pays.

À tout moment, une guerre nucléaire aux conséquences inimaginables pouvait éclater.

À tout moment, une guerre nucléaire aux conséquences inimaginables pouvait éclater. Le monde entier suivait la situation avec la plus grande attention. Je me souviens qu’à la Secrétairerie d'État, dans un climat d'intense et fiévreuse activité diplomatique, une série de réunions eut lieu avec des diplomates et des ambassadeurs des parties opposées, parmi lesquelles on retrouve le fameux journaliste américain Norman Cousins, protagoniste discret et informel dans les négociations et les contacts entre Kennedy, Khrouchtchev et les diplomates du Vatican, notamment le chef du Protocole Mgr. Hyginus Cardinale.

La situation était dramatique. Le temps était compté. Mais alors, une brèche s’est ouverte. L’idée d'un arbitrage possible se généralisa, un arbitrage qui consisterait à constituer une autorité mondiale, super partes, accueillie et appréciée par les deux parties. Finalement, il a été convenu que cette autorité ne pouvait être que Jean XXIII, qui dès le début de son mandat avait su montrer un grand esprit de conciliation. Son discours ne serait pas soupçonné de partialité politique ; de plus, tant Kennedy que Khrouchtchev obtenaient ainsi la possibilité de se sortir honorablement de cette situation difficile. Le pape accepta avec plaisir ce rôle de médiateur.

La lettre de Saint Jean XXIII à Khrouchtchev et Kennedy

images.jpegLe 25 octobre, il écrivit un message personnel à Khrouchtchev et à Kennedy, afin d’en appeler à leur conscience, pour qu’au nom de l’humanité, ils renoncent à l'usage de la force.

Le message a été remis aux ambassadeurs russes et américains à Rome. Dès le lendemain, le 26 octobre, le journal du Parti communiste russe, la Pravda, publia en première page le message du pape. La résonnance fut gigantesque. Il a ainsi pu parvenir à un compromis qui favorisait le retrait des deux parties de la zone potentielle de conflit. Les navires russes chargés de têtes nucléaires à destination de la Havane rebroussèrent chemin, et la confrontation avec la flotte américaine a été évitée.

Peu de temps après, Khrouchtchev, dans une lettre au chancelier allemand Konrad Adenauer, écrivit : « Il y a quelque chose qui me donne beaucoup d'émotion quand je pense à cet homme qui se donne tant à faire, en dépit de la maladie, pour voir la « paix sur la terre » avant à mourir ». Il a ajouté : « Si nous n’avons pas la paix et que les bombes atomiques commencent à tomber sur nos têtes, qu'importe d’être communistes ou capitalistes ou catholiques ou russes, chinois ou américain ? Qui pourrait nous diviser ? Qui pourrait se diviser et se différencier pour survivre ?

La médiation du pape Jean XXIII pour résoudre la crise de Cuba fut un véritable rayon de lumière. J’en suis très reconnaissant. Croyez-moi, ces jours étaient vraiment dangereux .

source