Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 janvier 2018

Abbé Cédric Burgun: mariage avec le Pape en plein vol, une histoire particulière

photo-CB.jpg

Abbé Cédric Burgun: mariage avec le Pape en plein vol, une histoire particulière

Pour quelques esprits chagrins, l’histoire de ce mariage célébré par le Pape dans l’avion qui le conduisait au Chili sera une occasion supplémentaire de critiques envers le Souverain Pontife. Que ce mariage étonne et interroge, je peux le comprendre ; mais certaines réactions m’ont laissé plus que dubitatif sur l’ecclésiologie qui les sous-tend : par exemple, l’évêque de Rome aurait-il besoin des facultés canoniques données par le curé pour célébrer validement un mariage ? Soyons un peu sérieux.

Une histoire conjugale particulière 

suite

SFO9390-800x533.jpg

Commentaires

Bien évidemment les investigations pré-matrimoniales, prévues par le droit canon, pour vérifier si les futurs époux sont baptisés, s’ils ne sont pas déjà religieusement mariés, s’il n’existe pas un empêchement non plus lieu d'être car François est Pape...

On se demande pour finir si pour les normalistes ce n'est pas Jésus Christ qui est disciple du Pape François.

Écrit par : Bernie | vendredi, 19 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je suis surpris par vos arguments. Le Pape est un Pasteur avisé qui prend soin des âmes. Il a perçu l’absence du sacrement du mariage et il a donné la possibilité à ce couple de « régulariser » leur situation. Soyons heureux pour les nouveaux époux ! Et espérons que beaucoup de couple demande ce saint sacrement du mariage.

Écrit par : Don Dom | vendredi, 19 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je suis surpris par vos arguments. Le Pape est un Pasteur avisé qui prend soin des âmes. Il a perçu l’absence du sacrement du mariage et il a donné la possibilité à ce couple de « régulariser » leur situation. Soyons heureux pour les nouveaux époux ! Et espérons que beaucoup de couple demande ce saint sacrement du mariage.

Écrit par : Don Dom | vendredi, 19 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Ah bon. Ce n'est que du bon sens et ce sont les habitudes classiques qui accompagnent le mariage.... vous le faites à chaque fois que vous mariez des gens.

Imaginez un coup monté pour se moquer (je sais que ce n'est pas le cas mais c'est un exemple) où ces personnes annonceraient demain qu'ils ne sont ni catholiques, ni mariés civilement. C'est pour éviter ce genre de scandale que le droit Canon a établi un protocole

Il est regrettable de n'avoir aucun recul critique.

Ça fait mariage Las Vegas comme l'a signalé un intervenant et je ne vois pas en quoi ça grandit le sacrement.

Écrit par : Bernie | vendredi, 19 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Il y a un bon sens, critique, qui consiste à analyser et réfléchir. Il y a un mauvais sens de la critique, qui est négatif, qui ne cherche pas à comprendre mais à dénigrer. J’ai beau essayer avec tant d’autres de vous donner des éléments pour expliquer que le Pape n’est ni un naïf, mais un Bon Pasteur, qui a écouté ce couple, vous n’intégrez pas ces éléments de simple compréhension. Vous n’étiez pas à bord. Donc prudence dans vos jugements. Peut-être qu’un journaliste posera la question dans la conférence de presse dans l’avion vers Rome. En l’état je comprends très bien le sens pastoral de François. Il est le Pape. Ceci est fondamental. Il est clair que comme prêtre, je ne pourrais pas agir ainsi, car je ne suis justement pas le souverain pontife. Le message centrale : si vous vivez en concubinage et vous êtes mariés civilement, que vous vouliez vous mariés, mais pour une raison x ou y ( et le tremblement de terre est un élément fondamental ) et bien faites le pas, allez vous confessez et preparez-vous pour recevoir ce saint et grand sacrement du mariage, qui est tellement en crise de nos jours. Vive les mariés et vive l’amour conjugal. La joie de leur amour est rayonnant !

Écrit par : Don Dom | vendredi, 19 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Un tremblement de terre survenu il y a 8 ans en arrière n'est en rien fondamental. Et si ils étaient morts entre-temps ?

Le Pape n'est pas Dieu il ne peut n'y savoir si ils sont catholiques , si ils sont mariés civilement et si quelqu'un s'oppose ou non à leur mariage. Alors expliquez-moi, sans toutefois selon votre grande habitude me donner une intention malveillante s'il vous plaît, qu'est-ce qui peut justifier qu'il se passe des habitudes prudentielles définies par l'Eglise?

Vous n'étiez pas dans l'avion non plus à ce qu'il me semble. Donc prudence dans votre joie

En quoi j'ai mal parlé du Pape? Ne pas être d'accord avec vous ne place pas systématiquement les gens du côté du démon. Un peu d'humilité ou si vous ne pouvez supporter la contraction passez à autre chose.

Écrit par : Bernie | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Cette discussion me semble presque impossible. Ai-je évoqué le démon ? Je tente de vous donner des éléments ... le tremblement de terre a empêché le mariage.

Puis ils ont pas suivi leur décision ... soit. Mais peuvent-ils oui ou non se marier ? N’est-ce pas le but initial ? Alors rendons grâce à Dieu ! Je crains fort la critique habituelle de pharisiens qui voulaient toujours prendre en défaut Jésus. Le Pape est le serviteur de Dieu et il accompli sa mission. L’Amour est simple en fait ! Je crains que vous cherchiez des poux...

Écrit par : Don Dom | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je pose à nouveau ma question :

Le Pape n'est pas Dieu il ne peut n'y savoir si ils sont catholiques , si ils sont mariés civilement et si quelqu'un s'oppose ou non à leur mariage. Alors expliquez-moi, sans toutefois selon votre grande habitude me donner une intention malveillante s'il vous plaît, qu'est-ce qui peut justifier qu'il se passe des habitudes prudentielles définies par l'Eglise?

Écrit par : Bernie | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

J’ai déjà répondu .... il n’a pas passé par dessus les mesures de l’Eglise.

Écrit par : Don Dom | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Depuis l'avion ils ont faxé aux paroisses pour demander un justificatif qui prouve qu'ils sont baptisés. Ensuite un autre fax à l'état civil pour vérifier si aucun des deux n'étaient mariés. Ensuite ils ont téléphoné à tous ceux qui connaissaient les concubins pour demander que si quelqu'un s'oppose à ce mariage qu'il parle maintenant ou qu'il se taisent à jamais. Le Pape pendant la vérification de ces petits détails à vérifier qu'ils étaient bien préparé pour un mariage qu'ils repoussaient depuis 8 ans...preuve de l'importance qu'ils y accordaient. Ensuite confession - on ne sait pas où vu le nombre de personnes qu'on voit dans la vidéo - avec le regret de ces péchés - notamment celui de vivre depuis 8 ans dans le péché mortel - et puis les consentements et mariage.

Le tout en quelques minutes.... effectivement il est incroyable ce Pape..... vive les mariés

Céline Blanck
Jouliville

Écrit par : Céline Blanck | samedi, 20 janvier 2018

Abracadabra perlin Pinpin...

Écrit par : Bernie | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Le monde entier a essuyé une larme, et il serait même mal vu de ne pas le faire. En plein vol, alors qu’il rejoignait la ville chilienne septentrionale d’Iquique, le pape François a célébré le mariage de Paula Podest Ruiz et Carlos Cuffando Elorriaga, hôte et hôtesse de l’air, en un geste « spontané ». Pensez, c’est la première fois qu’un échange de consentements (enfin, on suppose qu’il a eu lieu) se fait à 36.000 pieds ! Seuls les mauvais esprits entendront trotter dans leur tête la chanson de Jacques Dutronc…

Gadget, publicité pour le mariage sacramentel, sollicitude pastorale : on peut trouver des tas d’explications au geste du pape François. Ce qui compte, n’est-ce pas, c’est le sourire radieux de la dame et l’air agréablement surpris du monsieur, qui par ailleurs se connaissaient fort bien puisqu’ils sont civilement mariés depuis près de huit ans.

Cela s’est passé, selon Carlos Ciuffardi, de manière totalement inattendue. Alors que l’équipage de l’avion posait pour la traditionnelle photo avec le pape, celui-ci a fait asseoir le couple à ses côtés. Et eux de raconter leur histoire. Huit ans plus tôt, ils venaient de se marier civilement et la date du mariage religieux était fixée lorsque, patatras, l’église où ils devaient s’unir devant Dieu s’est écroulée du fait d’un tremblement de terre survenu le 27 février 2010. Il a fallu retarder. Beaucoup retarder. Ça a même fini par ressembler à une annulation. Comme un vol qui finit par ne pas partir – dans l’aviation, ça les connaît…





Un mariage en plein vol… dont on peine à croire qu’il fut spontané

Entre-temps, en tout cas, ces deux catholiques mariés civilement et donc pas mariés du tout ont eu deux enfants. Lorsque le pape leur a proposé le mariage – en un claquement de doigts, ponctue Ciuffardi – ils ont été abasourdis. Le pape avait-il été mis au courant de leur situation matrimoniale : Le couple n’en sait rien mais ce n’est pas exclu. La spontanéité est moins certaine qu’il n’y paraît… Quoi qu’il en soit, le pape leur a demandé avec un sourire, avant de les « déclarer mari et femme », s’ils étaient « vraiment sûrs », rapporte La Stampa.

Par ailleurs la vidéo tournée juste après la cérémonie montre Carlos brandissant une boîte qui a manifestement contenu des alliances neuves. Le pape, qui venait d’expliquer avoir fait ce geste pour encourager d’autres couples avoir recours au mariage sacramentel, « le sacrement qui fait le plus défaut dans le monde », leur a dit de porter ces anneaux de manière « équilibrée » : « Pas trop serrés pour que ce ne soit pas une torture, pas trop lâches pour éviter qu’ils ne tombent », a expliqué le jeune mari.

Qu’en est-il de la validité de ce sacrement : Bien sûr, le pape a juridiction universelle. Il a pris soin d’appeler un témoin, ce qui canoniquement ne suffit pas, et d’ailleurs deux personnes ont signé un registre impromptu à ce titre, ce qui veut dire que l’une d’entre elles ne savait pas au moment du mariage quel était son rôle.


Le pape François célèbre un mariage à 36.000 pieds

Le porte-parole du Vatican, Greg Burke, s’est dépêché d’affirmer que canoniquement, tout était en règle. Pour le canoniste Edward Peters, c’est aller un peu vite, d’autant que le journaliste n’a pas de compétence particulière dans ce domaine. Au risque de passer pour le rabat-joie de service, Peters se pose sérieusement la question et explique que la cérémonie du mariage ne consiste pas à demander un couple s’ils veulent être mariés, mais repose sur un consentement « ici et maintenant » par lequel chacun dit se marier avec l’autre en le prenant pour époux. Si l’on s’en tient aux comptes-rendus qui ont paru dans la presse, le pape se serait contenté de demander au couple s’ils voulaient être mariés, joignant ensuite leurs mains pour les prononcer mari et femme. Y a-t-il eu échange de consentements par les parties : Il serait bon d’avoir des précisions… Car sans cela, il n’y a pas de mariage.

Puis se pose la question des témoins : pour qu’un mariage respecte la forme canonique, rappelle Peters, il faut cinq personnes immédiatement présentes, « agissant ensemble et en même temps » : la mariée, le marié, l’officiant et deux autres témoins effectifs. Il est possible que cette condition ait bien été remplie, mais les choses ne sont pas claires.

Cependant, reste la question de la licéité : canoniquement, plusieurs choses sont exigées. Cela va de la préparation pastorale, la vérification que les intéressés ont été confirmés, l’exhortation à la réception du sacrement de pénitence et de l’eucharistie avant le mariage, la vérification de l’absence d’obstacle à la validité ou à la licéité, la vérification du consentement libre, ce qui suppose, par exemple, de savoir si l’un ou l’autre était engagé dans le mariage. C’est à cela que sert la publication des bans…


Le pape François régularise une situation vieille de 8 ans : les retards dont proverbiaux dans l’aviation…

On dira que les deux membres d’équipage étaient sur le point de se marier religieusement en 2010. Mais à ce propos, et à moins qu’une enquête n’ait été engagée préalablement dans une affaire finalement très, très préparée par le Vatican en vue d’une opération de « com », on n’a que la parole des intéressés. Prise au vol, c’est le cas de le dire.

Par ailleurs, et de manière ordinaire, les catholiques sont invités à se marier dans une église paroissiale et en ayant recours au trésor liturgique de l’Eglise pour la célébration du rite sacramentel.

Il est difficile de considérer les quelques secondes octroyées à ce couple, en plein boulot, dans une situation totalement baroque, sous l’effet d’une évidente pression psychologique créée par le côté exceptionnel des circonstances, comme un temps de préparation adéquat et propice au consentement qu’on pourrait appeler « éclairé », à l’heure où, selon l’avis du pape lui-même, « la moitié des mariages sacramentels sont nuls ». Etrange légèreté, alors que les exigences canoniques se révèlent au contraire insuffisantes dans nombre de cas.


Questions canoniques graves sur un mariage en plein vol

Ajoutons qu’en tant qu’ils sont deux baptisés (là encore, on le suppose !) mariés civilement et qu’ils cohabitaient, Paula Podest et Carlos Ciuffardi vivaient objectivement dans un état de péché grave. Objectivement, ce sont deux concubins se livrant à la fornication. L’Eglise comme le pape n’ont pas les moyens de savoir ce qu’il en est du for interne des deux membres du couple, mais sans en juger, ils sont précisément tenus de tenir compte de cette réalité objective. Et cela n’a pas été fait : pas même par le rappel qu’il serait urgent de régulariser une situation anormale du point de vue catholique ou de se séparer.

Mais il est vrai que le pape lui-même a déclaré en 2016 que certains couples baptisés qui cohabitent se trouvent au sein d’un « vrai mariage » : » Je suis sûr que c’est un vrai mariage, qu’ils ont la grâce d’un vrai mariage en raison de leur fidélité », disait-il. Sous cet éclairage, le mariage impromptu dans un avion s’explique mieux, ce qui ne veut pas dire qu’on puisse l’approuver

Écrit par : Vu ailleurs | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Est-ce la comm est mauvaise ? Non - elle participe à la connaissance de la vérité. Sans communication personne m’aurait entendu parler de François, ni de ce mariage.

Le Pape possède une juridiction universelle. Et il est bien placé pour régulariser une situation. Les époux se sont confessés ! Et là cela n’est l’objet d’aucune communication.

Le Pape est-il un naïf ? Rien ne me porte à le croire. Au contraire !

Je propose aussi le sacrement de mariage à ceux qui ne l’ont pas encore reçu. Cela demande du tact, de la patience, dans le respect et La Liberté !

Cela restera unique et encouragera les époux non-mariés à faire le pas vers le sacrement du mariage qui est en crise dans notre monde.

Aussi le Pape a parfaitement rempli sa mission.

Dorénavant dans mon service pastorale je pourrai parler de ce mariage et encourager dans La Liberté les personnes à demander ce saint sacrement. Et encourager la confession ...

Quant à faire comme le Pape ? Il n’y a que lui qui pouvait le faire.

Comme prêtre je ne peux évidemment pas agir comme lui. Chacun a sa place.

On trouve ce finalement toujours les mêmes pour râler et décrier les actions du souverain pontife.

Écrit par : Don Dom | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Merci ! Vos sources ?

Pour moi il est clair que notre Pape n’est pas un clown, ni un naïf, mais un bon médecin des âmes. Un exemple pastoral qui illustre que l’Eglise est un hôpital de campagne, qui déploie sa tente pour les premiers soins.

Écrit par : Don Dom | samedi, 20 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je suis un grand sceptique de ce pontificat, mais je ne critique pas cette régularisation, car en ce qui me concerne, le mariage civil n'a jamais eu aucune validité. A vrai dire, un détail m'avait échappé durant la réunion de préparation avec l'officier d'état civil, et j'ai demandé une interruption de séance en plein mariage quand le bon officier a prononcé le nom de ma femme. On est sorti dans le couloir et je lui ai dit : "Ecoute, pour moi c'est bien simple, ou bien tu prends mon nom, qui sera aussi celui de nos enfants, ou il n'y a pas de mariage" !

On entre à nouveau dans la salle, et je fais annoter les papiers. L'officier d'état civil m'informe que je n'ai pas le droit de faire pression sur l'épouse, mais je lui rétorque que je n'ai pas fait pression, juste du chantage. Il a rigolé et on a terminé la réunion, mais pour moi tout ça n'était que paperasserie pour les impôts et les bureaucrates.

Le vrai mariage a été célébré 15 jours plus tard, c'était le début de notre vie commune.

Alors bien entendu, je ne sais pas comment ont fait ces deux catholiques pour vivre 8 ans ce qui m'apparaissait difficile sur 2 semaines, mais voilà qui est fait, et par le pape, donc tant mieux, car mieux vaut tard que jamais.

Donc j'approuve. Là où je reste circonspect, c'est toujours ce timing médiatique, le thème des réfugiés s'essouffle dans l'opinion, il faut d'autres gestes forts, ça n'arrête pas, à longueur de temps.
Mais ce que je reproche surtout à François, et cela est comme une déchirure pour moi, c'est sa manière de faire perdre toute dignité à l'office pétrinien : ses attitudes grotesques, ses humeurs bougonnes ou au contraire exhaltées le temps d'un selfie, son langage vulgaire, son gros rire gras, bref, rien ne m'inspire de la Majesté, du simple respect, de la dignité, de la révérence, tout ce qui faisait partie de la fonction sous les papes précédents, François l'a avili, et ça, j'ai beaucoup de peine à le lui pardonner, même si je prie chaque jour pour lui.

Écrit par : P.F | dimanche, 21 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Par: Phil Lawler

Phil Lawler a été journaliste Catholique depuis plus de 30 ans. Il a édité plusieurs revues Catholiques et écrit huit livres. Fondateur de World Catholic News, il est le directeur des nouvelles et analyste en chef à CatholicCulture.org.

SOURCE : Catholic Culture
Le 19 janvier 2018


Si vous êtes un prêtre Catholique qui essaie d'être consciencieux au sujet de la préparation des couples au mariage, le Pape François vient de rendre votre vie beaucoup plus difficile.

Vous faites de votre mieux. Vous dites aux couples qu'ils devraient réfléchir sérieusement avant de prononcer leurs vœux. S'ils cohabitent, vous leur demandez de vivre séparément avant le mariage. Vous ne prétendez pas que la préparation au mariage se réalise par un programme uniforme ou par un processus bureaucratique pré-Cana qui prend beaucoup de temps ; vous prenez le temps d'apprendre à connaître l'homme et la femme, de leur parler du vrai sens du Mariage Chrétien. Vous les encouragez à faire une bonne confession avant la cérémonie. Avant le jour du mariage, vous parlez à chacun individuellement, en veillant à ce que chacun soit prêt à s'engager pleinement et librement. Vous les aidez à planifier la cérémonie, à les guider pour que ce soit fait avec dignité et révérence. Ensuite, vous complétez tous les documents nécessaires pour garantir la forme canonique appropriée.

Alors, le Pape François rencontre un couple au cours d’une envolée et, sous l'impulsion du moment, les persuade de faire leurs vœux à la moitié du vol. Leur demande-t-il de réfléchir sérieusement à leur engagement ? Nan. De toute évidence, ils ne pensaient même pas à un mariage sacramentel au moment du décollage et ils se sont mariés avant d'atterrir. Les interroge-t-il sur leurs années de cohabitation ? Évidemment non. Entend-il leurs confessions ? Pas probable. Planifie-t-il une cérémonie digne ? Pas du tout.

Comme l'a fait remarquer l'avocat canonique débordé ( en anglais ), Ed Peters, il est douteux au mieux que le Pape ait rempli les conditions canoniques du Mariage. Nous sommes donc confrontés à la réalité peu édifiante selon laquelle l'Évêque de Rome aurait pu présider un mariage invalide à cause de son approche maladroite ! Et rappelez-vous, c'est le même Pape qui a déploré que beaucoup ( sinon la plupart ) des mariages Catholiques aujourd'hui soient invalides.

Une fois de plus, le Pape a choisi d'ignorer les exigences du Droit Canon. Gardez à l'esprit que le Pape a l'autorité incontestée de changer le Droit Canonique de sa propre initiative. Cependant, il ne l'a pas changé ; tous ces canons mentionnés par Ed Peters restent en vigueur. Au lieu de cela, il ne leur prêta aucune attention.

Donc, pour vous, prêtre consciencieux, la vie est maintenant plus difficile. Au cours des prochaines semaines, lorsque vous tenterez de persuader un jeune homme et une jeune femme de prendre le mariage plus au sérieux, vous allez les entendre dire : « Quel est le problème ? Le Pape ne nous donnerait pas ces problèmes. Pourquoi en faites-vous une si grosse affaire ? »

Donc, vous avez ma sympathie, Père, et mes prières. Vous faites de votre mieux. Que Dieu vous bénisse pour cela.

Là encore, si vous n'êtes pas un prêtre consciencieux — si vous êtes un prêtre qui aime faire le strict minimum, qui laisse les gens faire ce qu'ils veulent, qui ne perd pas de sommeil concernant l'état de leur âme — le Pape vient de rendre votre vie encore plus facile. Donc je ne pense pas que vous allez vous en plaindre.

Et en fait, réfléchissant sur le peu de plaintes que j'ai entendues ces dernières 24 heures, je pense savoir pourquoi le Pape a peut-être raison de dire combien de Mariages Catholiques sont invalides. Il me semble que vous échouez dans les responsabilités pastorales essentielles que vous avez juré de remplir. Mais qui suis-je pour juger ?

Écrit par : Phil | dimanche, 21 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Par ce geste ô combien exemplaire, notre bien-aimé Pape a voulu montrer que dans l’Église de demain dont il trace jour après jour les contours, on pourra - on devra même - se passer des règles liturgiques touchant à la célébration des sacrements.

Bref, il nous a rappelé qu’il faut toujours oser dépasser les bornes afin de pouvoir célébrer comme on veut et où on veut.

Côté positif de la chose (si l'on peut dire) : le jour où le couple battra de l'aile et voudra divorcer, il pourra toujours se prévaloir des circonstances dans lesquelles le sacrement a été célébré pour démontrer la nullité du mariage. Décidément, François pense à tout.

Écrit par : Raph | lundi, 22 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Ce mariage improbable et douteux est déjà presque oublié. Pourquoi ne pas traiter de l'info qui compte vraiment et à laquelle ce voyage restera associé? Evidemment lorsque le masque tombe il devient plus difficile de poursuivre la gentille narration sur le Pasteur proche et compatissant, et le grand communiquant... Peut-être que cet épisode servira d'antidote à l'aveuglement volontaire de certains ?

Écrit par : Ph. Martin | mardi, 23 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Toujours les mêmes langues de vipère qui crachent leur venin satanique, qui pervertissent le message de Jésus Christ et ferment la porte...

Matthieu 23:13
"Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux; vous n'y entrez pas vous-mêmes, et vous n'y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer."

Écrit par : Patrick | vendredi, 26 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire