Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 mai 2017

Rome: le Pape François reconnaît Arnaud Bédat

18319009_10155221707787673_4242002606290657120_o.jpg

(source photo: Arnaud Bédat)

Cette photo ne trompe pas. Le Pape François a bien reconnu le journaliste suisse Arnaud Bédat. Les yeux du Pape se sont préalablement comme illuminés pour exprimer "son joyeux étonnement", "sa grande et belle surprise" de le voir là. Le reporter, présent pour l'assermentation de la garde suisse et la visite de la présidente de la confédération helvétique le 6 mai, est sans aucun doute le plus grand connaisseur de l'entourage argentin du Cardinal Bergoglio. Sa soeur n'y est sans doute pas étrangère. 

Unknown-21.jpeg

Rome: le Pape François reconnaît Arnaud Bédat

Arnaud Bédat est entré dans le monde des médias par la célèbre "Course autour du monde", une émission phare des télévisions francophones au début des années 80. Journaliste d’investigation à l’Illustré et à Paris-Match, il est désormais le journaliste suisse le plus proche du Pape. Il est à bord de l’avion papal, « the place to be » ou « embedded », de l’anglais "embarqué".

Après son premier livre « François l’Argentin », ce reporter de terrain signe un second opus: « François seul contre tous. Enquête sur un Pape en danger ». Son point fort réside dans sa connaissance approfondie de la vie de Bergoglio en Argentine. Il a rencontré sa famille, les personnes intimes, ses proches amis et ses collaborateurs.

Assurément, le titre « seul contre tous » peut paraître un peu forcé, mais les coups de semonce de François à l’encontre de la mafia, de Daesh et des grands de ce monde corrompu le met clairement en danger.

Certes, Arnaud Bédat ne connaît pas encore vraiment à fond Saints Jean-Paul II, Ratzinger devenu Benoît XVI ou l’histoire du Concile Vatican II. Toutefois, il a amplement raison lorsqu’il décrit François comme un Pape prophétique, révolutionnaire qui s’en remet à la Providence de Dieu. Le mot révolution se décline non pas sur le plan politique, mais en fonction de la Pentecôte, un brouhaha apparemment désordonné, une sorte de chaos qui change les coeurs.

La réforme de la curie ou de l’Eglise ne se situe pas ailleurs. Pour ce Pape venu du bout du monde, la seule révolution est celle de la sainteté. Une enquête qui se lit aisément, comme un vrai roman. Sous la plume d’un agnostique, la crédibilité en sort renforcé.

Unknown-22.jpeg

 

Écrire un commentaire