Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 janvier 2018

Interview "malicieux" du Cardinal suisse Kurt Koch

 

Adorateurs un jour, critiques acerbes le lendemain

Reforme.500.Koch_.002.mp_-800x450.jpg

Interview "malicieux" du Cardinal suisse Kurt Koch

Le cardinal suisse note avec une pointe de malice que pas peu de ceux qui soutiennent aujourd’hui le pape François et réclament l’obéissance critiquaient vivement naguère Benoît XVI et lui résistaient.

Et qu’à l’inverse ceux qui s’affirmaient fidèles au pape et loyaux envers Jean Paul II et Benoît XVI sont aujourd’hui les premiers à remettre en cause François.

suite

Commentaires

La différence, c'est que l'Eglise n'est pas un parlement où une nouvelle majorité pourrait abroger une loi antérieure ayant le degré suprême. L'Eglise s'inscrit dans une tradition et chaque catholiques doit simplement transmettre fidèlement ce qu'il a reçu à la génération suivante.

De plus, les opposants actuels au pape François on tout de même une plus grande crédibilité que ceux du temps du Pape Benoit XVI.

Il suffit juste de regarder les signataires des dubias :
- Walter Brandmüller est considéré comme l’historien de l'Eglise
- Raymond Leo Burke est le plus grand expert en droit canonique
- Carlo Caffara a été président de l'institut Jean Paul II et a été très proche de la voyante de Fatima qui disait que la « La bataille finale entre Dieu et Satan portera sur le mariage et la famille »
- Joachim Meisner a été membre de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, de la Congrégation des évêques, de la Congrégation pour le clergé et du Conseil pontifical pour les textes législatifs.

Qui étaient les opposants du pape Benoit XVI ? Golias, Témoignage chrétien, la comité de la jupe....le seul opposant de taille était le cardinal Carlo Maria Martini....qui était aussi opposé à l'enseignement infaillible d'Humanae Vitae.

Donc il n'est pas pertinent de mettre au même niveau ces 2 oppositions.

Écrit par : Nicolas | vendredi, 05 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

De même Monseigneur vous oubliez de dire que les opposants de Benoît XVI sont devenus les adorateurs de François. Conclusion...

Écrit par : Raph | vendredi, 05 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

La différence notable je pense, c'est que les "partisans" de Jean-Paul II ou Benoît XVI nourrissaient un réel amour de l'Eglise, tandis que ceux de François nourrissaient hier un refus net des enseignements de l'Eglise, et aiment à croire aujourd'hui que François fait la révolution dans leur sens (qui n'a rien à voir avec l'Eglise).

Et il faut bien avouer que François leur en donne le change.

Écrit par : P.F | vendredi, 05 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Monseigneur j'habite dans le Jura. Quand je vois l'état dans lequel vous avez laissé votre ancien diocèse et les critiques qui se faisaient contre Jean-Paul II par différentes personnes du diocèse, sans aucune réaction de votre part malgré des lettres je trouve que vos remarques sont déplacées

Écrit par : Bernie | vendredi, 05 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire