Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 janvier 2018

Pourquoi le Pape François ne s'est pas encore rendu en Argentine ? Interview d'Arnaud Bédat

Pourquoi le Pape François ne s'est pas encore rendu en Argentine ? Interview d'Arnaud Bédat

C’est un pape hypersensible, qui le montre peu, évite de pleurer en public, mais qui est très émotif.

Arnaud Bédat

Unknown 18.26.39.jpeg

Arnaud Bédat, vous êtes l'auteur de deux livres sur François. Vous êtes également reconnu comme un fin et avisé connaisseur des années "argentines" de Bergoglio. Le Pape est actuellement au Chili. Pourquoi ne se rend-il toujours pas dans son pays natale, l'Argentine ?

Lien

La question d’un voyage du pape François dans son pays est une question récurrente depuis son élection en mars 2013. Lui-même montre parfois un certain agacement quand on lui en parle.

On sait que dès le moment où l’ancien archevêque de Buenos Aires est devenu souverain pontife, il était hors de question pour lui de se rendre dans la foulée en Argentine pour un voyage pastoral, comme un Jean-Paul II se précipitant en Pologne à peine élu, car il ne voulait donner aucune caisse de résonnance à la présidence de Cristina Krichner qu’il ne portait guère dans son cœur et contre laquelle il s’était souvent opposé comme cardinal.

26857297_10155995182382673_785292411_n.jpg

En bleu, les 9 pays visités par François. L'Argentine est encore en gris (source: le Figaro)

Une fois que celle-ci a tourné les talons, en décembre 2015, les choses se sont compliquées quelque peu pour lui. D’abord parce qu’il avait dit qu’il ne ferait qu’un voyage en Amérique latine par année : 2016 a été pour Cuba et le Mexique, 2017 pour la Colombie et maintenant 2018 est réservée au Chili et au Pérou. En 2019, il ira au Panama, pour les JMJ. Donc, avant 2020, peu de chance qu’il aille à Buenos Aires, où les problèmes intérieurs sont devenus nombreux, compliqués, et lui échappent aussi un peu désormais. Il n’est plus là pour « sentir » les choses et doit se fier à ce qu’on lui rapporte.

Unknown-1.jpeg

Il y a d’autres raisons aussi sans doute, plus personnelles : il craint d’être instrumentalisé une fois sur place, ça semble une évidence. Et puis, au fond de lui-même, l’Argentine n’est déjà plus celle qu’il a connue au moment de son départ : beaucoup de ses amis sont morts, à commencer par ses vieilles amies Alicia Oliveira et Clélia Podesta, mais aussi des membres de sa famille.

Et puis, un Argentin reste un Argentin : retourner sur ses terres et devoir en repartir serait pour lui une véritable déchirure et une épreuve durant sa visite pastorale. C’est un pape hypersensible, qui le montre peu, évite de pleurer en public, mais qui est très émotif. Il ne pourrait, c’est certain, cacher ses larmes devant des caméras qui ne louperaient rien de chaque instant.

Vous avez votre idée, toute personnelle mais assez originale et pertinente, sur un éventuel retour de François en Argentine en 2020. Pourriez-vous nous en dire davantage ?

On peut donc spéculer plutôt sur un retour définitif en Argentine, le moment venu, après avoir renoncé. Pourquoi pas en 2020. Il a toujours dit que son pontificat sera sans doute bref. En 2020, la géopolitique du conclave sera désormais composée d’une majorité de bergogliens au Sacré-Collège. Les grands chantiers auront été amorcé par lui. Il pourrait partir le cœur plus léger et laisser un successeur continuer de tracer son sillon… et vivre une vieillesse heureuse à Buenos Aires, à nouveau parmi les siens. 

Propos recueillis par Le Suisse Rom@in 

PhotoAB.png

Écrire un commentaire