Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 septembre 2017

Le Pape François et l'émigration

Le Pape François et l'émigration

Unknown.jpegAprès la publication du message du pape François* pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié, le Souverain pontife s’est de nouveau exprimé en conférence de presse:

Il a exprimé sa « gratitude pour l’Italie et la Grèce parce qu’elles ont ouvert leurs cœurs aux migrants » « Il ne suffit pas d’ouvrir son cœur. La question des migrants est d’abord un cœur ouvert, toujours : c’est un commandement de Dieu. […] 

Mais un gouvernement doit gérer ce problème avec la vertu propre du gouvernant, c’est-à-dire la prudence. Qu’est-ce que cela signifie ? D’abord : combien ai-je de places ? Deuxièmement : il ne suffit pas de les recevoir mais de les intégrer. »  ... « Un gouvernement doit gérer ce problème avec la vertu propre d’un gouvernant, c’est-à-dire la prudence. ... 

Troisièmement, il y a un problème humanitaire. L’humanité prend conscience de ces Lagers [camps] dans le désert et des conditions de vie qui y règnent. J’ai vu les photographies. Il y a d’abord les exploiteurs. J’en ai parlé au gouvernement italien et j’ai l’impression qu’il fait tout son possible pour résoudre les problèmes humanitaires, y compris ceux qu’on ne peut résoudre. »

« J’ai parlé de la politique d’intégration de la Suède comme un modèle. Mais même la Suède à un moment a dit “Un nombre plus important, je ne peux pas, car il y a le risque de la non-intégration“ ».

* Le principe de la centralité de la personne humaine, fermement affirmé par mon bien-aimé prédécesseur Benoît XVI (Cf. Lettre encyclique Caritas in veritate, 47), nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale.

Le Pape François se souvient d'une fille de Lesbos: elle est intégrée et étudie !

A-aeroport-Ciampino-Italie-samedi-16-avril-pape-Francois-salue-refugies-syriens-embarque-papal-depuis-Lesbos-Grece_0_1400_931.jpgJ’ai vu en Italie, des exemples de très belle intégration. Je suis allé à l’Université Roma Tre, quatre étudiants m’ont posé des questions.

J’en regardais une, la dernière : mais ce visage, je le connais. C’était une étudiante qui, moins d’un an plus tôt, était venu de Lesbos avec moi en avion, elle a appris la langue, elle étudiait la biologie dans sa patrie, elle a fait l’équivalence et maintenant elle continue. Cela s’appelle intégrer.

Écrire un commentaire