Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 décembre 2016

Le Cardinal Burke propose un calendrier pour la correction formelle du Pape

LE CARD. BURKE PROPOSE UN CALENDRIER POUR LA CORRECTION FORMELLE DU PAPE

15541197_1810521495871625_8736615832011713798_n.jpg

source - à lire

Le Cardinal Burke a déclaré dans une interview à LifeSiteNews "quand vous êtes insulté pour avoir défendu la vérité, cela renforce votre attachement à l'Eglise".

 

Après l'Epiphanie, si le Pape s'obstine à refuser de répondre aux dubia des cardinaux sur l'interprétation d'Amoris Leatitia, le Cardinal Burke corrigera publiquement le Pape, en utilisant une forme très simple; une façon de protéger cette fonction papale et son exercice. Tout cela se fait dans le respect absolu pour la fonction du Successeur de Saint Pierre. 


19 Décembre 2016 

Au cours d'un entretien avec LifeSiteNews, le Card. Raymond Burke a évoqué un calendrier possible pour la "correction formelle" du Pape François s'il s'obstinait à refuser de répondre aux cinq dubia présentés par quatre cardinaux dans le but d'éclaircir les points les plus controversés d'Amoris Laetitia.

"Il faut que ces dubia obtiennent une réponse parce qu'ils touchent aux fondations mêmes de la vie morale et à l'enseignement constant de l'Eglise sur le bien et le mal ainsi que sur plusieurs réalités sacrées comme le mariage, la Sainte Communion, etc." a déclaré le Cardinal par téléphone.

"Naturellement nous sommes dans les derniers jours précédant la Nativité solennelle de Notre Seigneur, puis il y aura l'Octave de Noël et les célébrations du début de la nouvelle année - le mystère de la naissance de Notre Seigneur et son Epiphanie - donc cela aura probablement lieu quelque temps après cela."

Le Cardinal, qui a été nommé par le Pape à la tête de l'Ordre de Malte a affirmé que la forme que prendrait cette correction serait "très simple".

"Ce sera direct, même si les dubia le sont déjà. Seulement, dans ce cas, nous ne poserons plus de questions mais nous confronterons les affirmations d'Amoris Laetitia qui sont sources de confusion avec l'enseignement et la pratique constante de l'Eglise, corrigeant de ce fait Amoris Laetitia." a-t-il déclaré.

L'exhortation Amoris Laetitia a provoqué une grande confusion dans l'Eglise depuis sa publication en avril à cause de son amigüité sur plusieurs questions morales importantes. Cette confusion a mené plusieurrs évêques et plusieurs conférences épiscopales à interpréter le document de façon parfois contraires à ce que dit l'Eglise en matière de mariage, de sexualité, de conscience et de réception de la Sainte Communion.

Par exemple, les évêques de Buenos Aires et Mgr McElroy de San Diego ont interprété le document comme une autorisation à permettre aux catholiques divorcés, civilement remariés et vivant en état d'adultère à recevoir la communion dans certains cas. Le Pape a lui-même écrit aux évêques de Buenos Aires pour les féliciter en affirmant qu'il "n"y avait pas d'autre interprétation".

Le Cardinal Burke ainsi que les Cardinaux Brandmüller, Caffarra et Meisner ont donc ensuite envoyé cinq dubia, des questions demandant une réponse claire par oui ou par non en septembre afin de demander au Pape d'apporter la clarté sur la conformité de cette exhortationa avec l'enseignement moral de l'Eglise. Comme le Pape n'avait toujours pas répondu deux mois plus tard, les cardinaux ont rendu leurs questions publiques. Ce n'est qu'ensuite que le Cardinal Burke a dévoilé qu'un acte de correction fraternelle serait nécessaire au cas où le Pape refusait de clarifier son exhortation.

Même si un tel acte de correction formelle est rare dans l'histoire de l'Eglise, il n'est pas sans précédent.

Au XIVè siècle, le Pape Jean XXII avait été publiquement contredit par des cardinaux, des évêques et des théologiens laïcs après avoir nié la doctrine affirmant que les âmes des justes étaient admises à la vision de Dieu tout de suite après leur mort, enseignant au lieu de cela qu'elles devaient attendre la résurrection à la fin des temps. Le Pape Jean avait ensuite rectifié sa position, en partie grâce à une lettre commune rédigée par des théologiens de l'Université de Paris qui, tout en professant leur obéissance totale au Pape, exprimait clairement que son enseignement contredisait celui de la foi de l'Eglise.

Le Card. Burke avait déclaré que cette procédure de correction de l'erreur d'un Pape état "une façon de protéger cette fonction et son exercice". "Tout cela se fait dans le respect absolu pour la fonction du Successeur de Saint Pierre" a-t-il déclaré.

Source: LifeSiteNews.

Photo: Mgr Burke célébrant une grand-messe pontificale au sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe à La Crosse dans le Wisconsin ce 10 décembre 2016. (c) LifeSiteNews

15541197_1810521495871625_8736615832011713798_n.jpg

Commentaires

"Seul Dieu peut juger le coeur d'une personne", nous dit-Il.
La vrai question est de savoir ce qui anime le coeur du cardinal Burk? Que cache-t-il de lui-même?
Qu'a-t-il vraiment dans son coeur?
Il faut parfois se méfier de ceux qui se proclamment plus saint que le Pape?
Il y a beaucoup de catho qui vont communier et se croient en état de grâce Ét ne le sont pas. Tout comme il y a des catho qui ne se croient pas en état d'y aller Ét il le sont?
Ste Jeanne d'arc ne savait pas si élle etait en état de grâce. Sa prière etait a l'effet suivant: "Si je ne le suis pas, Seigneur, je te prie de m'y mettre, Ét si je le suis, je te prie de m'y garder."
Comme l'homosexualite, le concubinage, Ét l'adultaire, est ce qu'on peut juger. Objectivement l'adultaire, l'homosexualite Ét le concubinage sont des voies qui conduisent à la mort de l'âme. Mais subjectivement, qui peut vraiment le dire que cela l'est pour cette âme là?
Est ce que ce n'est pas pour cela que le Seigneur dit de ne pas juger.
La vie du Cardinal Burk ne donne pas un exemple de témoignage de renoncement aux biens de ce monde. Mais subjectivement qui peut l'affirmer? Une chose est certaine c'est qu'il n'a aucune crédibilité morale quand il s'agit de prêcher le renoncement évangélique pas plus qu'une personne vivant une relation maritale adultérine. La question est donc la suivante: les babines ne suivent pas les bottines. A ce niveau il y a contradiction. Est ce que l'Eglise est capable de dire moralement plus que lorsque votre vie n'est pas é lignée moralement intérieurement et extérieurement, vous donnez un contre témoignage?

Écrit par : Suzanne Guiho | mercredi, 21 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Soutien total à Monseigneur Burke ! J'espère que le Pape saura entendre raison et préciser ses propos dans un sens vraiment catholique.

Écrit par : Tellec | mercredi, 21 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Suzanne, personne ne sait avec certitude si il est ou non en état de grâce.
Mais l'Eglise nous demande de nous abstenir de communier si nous avons un péché grave sur la conscience. "Grave", et pas "mortel". On ne peut savoir si ce péché est mortel, puisque cela dépend des dispositions subjectives (libre arbitre, advertance), mais en revanche on peut savoir si nous avons un péché grave, et donc potentiellement mortel.
Dans ce cas, il est imprudent de communier, dans la mesure où nous avons des raisons de penser qu'on est probablement en état de péché mortel.
Alors que sans péché grave non pardonné identifié, on ne reçoit pas volontairement la communion sans être en état de grâce, ce qui est tout à fait différent de la recevoir bien qu'on sache qu'on est sans doute en état de péché mortel.

Par ailleurs en demandant aux personnes vivant dans ces états de ne pas communier, l'Eglise ne dit pas qu'elles sont forcément en état de péché mortel. Elle ne se prononce jamais sur cette question, hors cas très particuliers révélés (ex : Juda). Mais elle indique que pouvant penser qu'on est en état de péché mortel, il ne faut pas communier.

Écrit par : Clartier | mercredi, 21 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Comment pouvons nous savoir si nous avons un péché grave?

Écrit par : Suzanne Guiho | mercredi, 21 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

L'exhortation du pape est magnifique! Sans renier la vérité elle indique qu'il importe de permettre aux personnes qui chutent - ou en sont victime de trouver un chemin de reconstruction pour se retrouver en pleine communion avec l'église. Quel message d'espoir ! Le christ n'est pas venu pour sauver les purs mais pour accompagner les pécheurs, chaque histoire est tellement différente... De mon point de vue l'exhortation est bien suffisante à la mesure de nos âmes. J'ai de la peine pour ce cardinal Burke ...

Écrit par : remi rey | mercredi, 21 décembre 2016

Merci remi. Oui, je partage votre espérance.

Pour communier, nous sommes invités à examiner notre conscience. Pour recevoir le Corps et le Sang, l'Ame et la Divinité de Jésus, nous devons être en état de grâce, à savoir ne pas avoir de péché mortel. En ce cas, le même Jésus nous attend au sacrement de la Réconciliation. Je crois que le Pape François donne l'exemple, en allant se confesser devant les photographes et les caméras du monde entier.

Écrit par : Don Dom | mercredi, 21 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Sur ce point relevé par Don Dom: "je crois que le pape François donne l'exemple en allant se confesser devant les photographes et caméras du monde entier". D'abord je l'ignorai, ensuite ce n'est pas un exemple. La confession est quasiment secrète. en tous cas elle ne souffre aucune publicité de ce type.
Sur les autres points connaissant personnellement la situation de remarié divorcé, je ne prendrai pas part à la querelle par respect des personnes en situation difficile, qui , je le sais, qui ont besoin d'être accueillies et ne veulent ni de doivent être otages d'un coté comme de l'autre. . Je n'ai pas la solution pour les sacrement ( si ce n'est la Communion de désir et bien sûr la confession intérieure..;) . Personnellement je me fais bénir par mon épouse à la Communion , mais je ne juge pas d'autres qui communient. En revanche je me sens pleinement retourné à la foi dans mon Église et à charge de la transmettre. donc à l'approfondir.

Écrit par : Henri | vendredi, 23 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Merci Henri, avec toute ma prière. Bon Noël

Écrit par : Don Dom | vendredi, 23 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire