Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 décembre 2016

Amoris Laetitia et les polémiques: le Pape souffre sereinement

5d3b5e3224b10550932efff50b04563f-kMEI-U11003809508552T-1024x576@LaStampa.it.jpg

Il y a des personnes qui continuent à polémiquer sur l'interprétation d'Amoris Laetitia. Comment le Pape vit-il tout cela ?

Le Pape est un homme très serein et la bonne humeur ne lui manque jamais, mais il est est clair que toute source de division est pour lui un motif de préoccupation et de douleur. Je n'entre pas dans les débats de cette polémique, mais je veux rappeler les principes qui m'ont été enseignés par la sainte tradition de l'Eglise: comme humble collaborateur, je ressens le devoir de lui dire loyalement ma pensée lorsque une décision est en phase d'élaboration. Une fois la décision prise, j'obéis totalement au Saint-Père. L'Unité de l'Eglise, pour laquelle Jésus a versé son sang et donné sa vie, vient en premier, avant même mes propres idées, aussi belles soient-elles. Les idées qui incitent à la désobéissance ont ruiné l'Eglise. 

Mgr Becciu, substitut à la Secrétairerie d'Etat, par Andrea Tornielli 

Amoris Laetitia et les polémiques: le Pape souffre sereinement

Note: il est tout à fait possible qu'à l'intérieur même du document magistériel d'Amoris Laetitia, des petites imprécisions théologiques conduisent à un certain malaise. Une ou deux citations de Saint Thomas d'Aquin peuvent avoir été mal référencées, tout comme celles du Concile Vatican II, de "Familiaris Consortio" ou de "Veritatis Splendor".

Il y a un certain degré hiérarchique à l'intérieur même du document du Magistère. Notre Pape n'est pas un théologien et il s'appuie sans doute sur des proches collaborateurs. Le corpus doctrinal de Saint Jean-Paul II et de Joseph Ratzinger donne alors la lumière pour assurer la cohérence et la fidélité d'Amoris Laetitia avec l'enseignement de l'Eglise. Un collaborateur fidèle et loyal donnera  humblement la lumière et la clarté qui pourraient manquer, sans accuser le Saint-Père d'une quelconque rupture. Joseph Ratzinger l'a toujours fait, avec le bienheureux Paul VI ou Saint Jean-Paul II. (lien Cardinal Müller)

Unknown-2.jpegCiter Saint Athanase comme le dernier résistant, seul contre tous, face aux errances du Pape Libère lors de la crise arienne du IVème siècle, est une thèse largement développée par la nébuleuse de Mgr Lefebvre. Je n'y adhère nullement.

Pour prendre une image propre à la montagne, ce texte se situe dans l'ascension vers un sommet difficile et se place dans la falaise, proche de la crête. La vie concrète, souvent obscure, de tous et de chacun est ainsi faite.

Je suis enfin quelque peu perplexe, pour ne pas dire déçu, face au silence de bien des évêques, qui sont les tout premiers destinataires de ce document historique. 

Commentaires

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ! » Que la lumière dont nous parle Isaïe nous habite tous en cette marche vers Noël.

Écrit par : Maria José | lundi, 19 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Monsieur l’abbé,
C’est un peu facile de dire je n’adhère pas à la thèse de St Athanase face aux errances du Pape Libère et de coller derrière votre anathème préféré…’’lefebvrisme’’…et abracadabra on est débarrassé d’un élément du passé qui vous dérange. L’histoire ce sont des faits et non de l’opinion. J’en conviens qu’il peut y avoir des variantes entre historiens ou chercheurs mais le minimum de sérieux demande des sources.
Je vous avais déjà donné les miennes, qui vont toutes dans le sens des errances du Pape Libère, avec références et pages. Je vous les communique à nouveau :
Saint Robert Bellarmin, ‘’le Pontife Romain’’, livre IV, chap. IX
Cardinal Newman ‘’les ariens du 4ème siècle’’ (édition Téqui , 1988, p246),
Dans l’histoire universelle de l’Eglise du cardinal Joseph Hergenröther vol II P.63.
Pourriez-vous s’il vous plaît donner les vôtres….sans esquiver la réponse.
Je précise que mes sources ne font pas partie de la ‘’nébuleuse traditionaliste complotise à tendance fascisante retro-active plus……’’ ( ceci est de l’humour ne le prenez pas mal)
Et St John Fischer il était tout seul parmi l’épiscopat anglais ou pas ?

Écrit par : steve | mardi, 20 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Vous allez m'éclairer sur ces éléments historiques ... volontiers

Écrit par : Don Dom | mardi, 20 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire