Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 décembre 2016

Amoris Laetitia: le Cardinal Burke commet des actes graves

"ce que nous sommes en train d’analyser à propos de ce qu’on appelle la « lettre des 4 cardinaux » a provoqué un grave malaise à l’esprit et au sentiment d’unité présent dans la très grande majorité des catholiques, et c’est très grave".

"annoncer à l’avance la fameuse correction pour après Noël apparaît encore plus insensé et déplacé. On espère qu’il revienne dessus".

unnamed-5.jpg

Luis Badilla, directeur de la plateforme d’information « IlSismografo » qui rappelle l’importance de la liberté d’expression dans l’Eglise mais aussi les exigences de la communion « cum Petro et sub Petro » et le serment des cardinaux. Sans langue de buis.

Amoris Laetitia: le Cardinal Burke commet des actes graves

La question est ailleurs : un cardinal de l’Eglise est une figure très spéciale et a vis-à-vis du Pape des obligations uniques et très, mais vraiment très, sérieuses et substantielles. Un cardinal n’est pas n’importe quel laïc catholique et pas non plus n’importe quel évêque. La gravité, énorme, de la conduite du cardinal Burke, et des trois autres signataires, se divise en deux aspects :

- le premier concerne non pas tant d’avoir écrit une lettre en demandant des éclaircissements, mais bien de l’avoir remise à des journalistes mais, des journalistes « embedded » (à la technique de « character assassination »), et de l’avoir fait publier après l’avoir auparavant adressée au Pontife (on suppose de façon privée, puisqu’il ne s’est jamais agi de ce qu’on appelle une « lettre ouverte ou publique »). Cette lettre, une fois remise au Pape, est devenue – et est encore – un document privé qui est sien. L’avoir fait publier a été un comportement insensé qui viole ouvertement la correspondance privée du Pontife.

On a déjà vu des choses semblables avec le cas de Paolo Gabriele et la soustraction de documents privés du bureau du Pape (Benoît XVI, ndlr).

suite Zenit

Commentaires

Sœur Lucie avait bien raison quand elle écrivait au Cardinal Caffarra, l’un des signataires du dubia, que « La bataille finale entre Dieu et Satan portera sur la famille et la vie ». Tout comme lorsqu’elle parlait de désorientation diabolique dans le clergé.

Écrit par : steve | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Oui raison pour laquelle les deux Synodes ont fait germer la très belle exhortation apostolique. Lisons-la. Facile d'opposer. Je préfère l'unité et la convergence. Une amie m'a parlé avec raison du combat spirituel que nous devons mener. Ce n'est pas un combat politique ni idéologique mais d'une conversion personnelle.

Écrit par : Don Dom | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Vous parliez de quelques petites imprécisions dans les citations d'Amoris Laetitia. Pourriez-vous les donner? Est-ce que ça change le sens ou non???

Écrit par : steve | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Cela ne change pas le sens.

J'ai évoqué cela avec une spécialiste: une citation de Saint Thomas d'Aquin serait prise dans un sed contra. Je n'ai pas vérifié mais elle m'a semblé fort bien informé

Ensuite, il pourrait y avoir la difficulté d'une citation du Concile Vatican II, reprise par Saint Jean-Paul II, qui concerne les époux mariés, qui n'est pas complète, et qui serait ensuite appliquée aux personnes en situation irrégulière. Si on n'a pas à l'esprit la continuité et le Magistère et la Tradition pour l'interprétation correcte, cela peut porter à confusion.

Je laisse cela à ceux qui ont le temps, qui sont droits et bien intentionnés. Désolé, je n'ai pas le temps pour me livrer à cette couture fine.

Écrit par : Don Dom | vendredi, 23 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire