Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 mars 2017

Cashinvestigation sur France 2: le Cardinal Bergoglio devenu le Pape François n'a pas couvert de prêtres pédophiles

C7eSWTbWkAAGDJK.jpg
Cashinvestigation sur France 2: le Cardinal Bergoglio devenu le Pape François n'a pas couvert de prêtres pédophiles

Lien - Revoir l'émission

L'interview, mais est-ce une interview ! ?, du Pape François sur la place Saint-Pierre est non seulement ridicule mais relève de la faute professionnelle. Ces images d'évêques en France et de prêtres en caméra cachée, ces agressions style "chasse à l'homme " ne sont pas en faveur de la noblesse de la profession "journaliste d'investigation". (lien Antoine-Marie Izoard, Famille Chrétienne). Le Pape François a été très courtois en prenant même la peine de répondre. 

Pour découvrir la vérité, il faut y mettre de l'élégance afin de la rendre crédible. Cette scène pourrait même compromettre la vérité que nous devons tous aux victimes. En ce sens, l'action de La Parole Libérée est providentielle. La fille de François Devaux, président de l'association,  peut être très fière de son papa ! 

Tout d'abord, n'oublions pas qu'une opération d'intelligence orchestrée contre Bergoglio a été médiatisée peu avant le Conclave de 2005 par le gouvernement Kirchner. Le Père Bergoglio aurait mal agi pendant la dictature, notamment avec deux de ses confrères Jésuites. Arnaud Bédat, journaliste d'investigation suisse et fin connaisseur de Bergoglio en Argentine, a su démonter ce piège tendu par le gouvernement dès 2005 (interview, dès 4 minutes)

Les accusations sur la pédophilie contre le Cardinal Bergoglio datent plus ou moins de la même époque, après 2005 mais avant 2010. Avons-nous également à faire à une seconde opération d'intelligence ? Dirigée par qui ?

C'est à vérifier. Dans tous les cas, le gouvernement en place en 2005 n'aurait pas hésité une seule seconde à instrumentaliser cette affaire. Il ne l'a pas fait. 

Pédophilie et Cashinvestigation: l'Eglise catholique ne craint jamais la vérité. 

17361973_10212072391114453_6492266151153332499_n.jpg

Le père Grassi a bel et bien été condamné par le justice civile "sous le règne" du Cardinal Bergoglio. N'oublions pas: c'est d'abord et avant tout l'évêque du lieu qui est responsable du Père Grassi, sous la tutelle de la Congrégation pour la doctrine de la foi, souveraine sur ces crimes depuis le Motu Proprio de Saint Jean-Paul II en 2001.

Il est tout à fait possible que le Cardinal Bergoglio, primat d'Argentine, ai cherché la vérité durant l'instruction, d'où un livre avec son nom. Et alors ? Est-ce un mal ? La procédure judiciaire cherche toujours à faire résonner les différents sons de cloches afin de juger avec droiture, en connaissance de cause. 

----

Lien: La Nacion

Cashinvestigation et le Pape François: le Père Grassi a été condamné en 2009 à 15 ans de prison pour abus sexuel aggravé d'un mineur en 2002, âgé de 19 ans.

el-caso-del-padre-grassi-2389222w620.jpgLe journal argentin de La Nacion relève que l'évêque du Père Grassi a communiqué sur ce scandale. Le prêtre a été retiré de toute mission pastorale du diocèse. La sentence de prison a même été confirmée. 

L'évêque de Morón publié sur son site une brève déclaration faisant référence à la situation juridique du père Julio César Grassi, condamné à 15 ans de prison pour « abus sexuels graves » contre un mineur à la Fondation Happy Children .


Dans la lettre, l'évêque a noté que « depuis le début du procès, le prêtre a été retiré de toute mission pastorale du diocèse » et que « la mesure est en vigueur pour le Père Grassi dictée par l'évêque de Moron, Mgr Luis Eichhorn, lui interdisant le ministère public ».

« À juste titre, le Saint-Siège a ordonné une enquête préliminaire sur les allégations de la conduite de ce prêtre,  qui est venu à la connaissance de Rome par un rapport envoyé à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

L'Évêché, selon les procédés canoniques existants à la disposition du Saint-Siège, a dûment et en temps voulu informer l'opinion publique ".

Le 21 mars 2017, le juge a rejeté à l'unanimité les recours introduits dans la cause attribuée au prêtre, validant la décision de la Cour suprême de la province de Buenos Aires.

Ainsi, la sentence est devenue un arrêt définitif de la Cour pénale n ° 1 de Morón, de la province de Buenos Aires . Elle a condamné Grassi à 15 ans de prison comme auteur des infractions répétées d'abus sexuel aggravé; le prêtre était responsable de l'éducation et de la garde de l'enfant victime.

Le prêtre a été condamné en 2009 à 15 ans de prison pour abus sexuel aggravé d'un mineur en 2002, âgé de 19 ans. La victime a témoigné dans un programme de télévision comment il avait été abusé par un prêtre quand il avait 15 ans. Il vivait dans le Happy Children Foundation, dont était responsable le père Grassi.

Cependant, le prêtre a connu une libération conditionnelle avant d'être arrêté en 2013. Après cette confirmation, il sera donc condamné à plus de douze ans de prison.

Le prêtre est actuellement hébergé à la prison de l'unité no. 41 de Campana, province de Buenos Aires.

Commentaires

...Si cette journaliste est aussi empathique envers l'innocence attaquée qu'elle aille donc faire un cash investigation envers les milliers de victimes innocentes brutalisées et mises à morte dans les abattoirs....mais peut-être Mme la justicière aime t-elle aussi la chair fraiche que l'on sert à table? Cela ne lui portera pas chance de traquer des hommes de Dieu qui ont gravement chuté.....il existe une loi de choc en retour pour ceux qui lancent "des mises en bière": Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première "bière" (Jn 8,7)"

Écrit par : maxou | mercredi, 22 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Un peu d humour dans cette noirceur quotidienne
Ce site devrait être rebaptisé :
La gazette de pédophilie land

Écrit par : Info | mercredi, 22 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Restez connecté .. suite au prochain épisode

Écrit par : Don Dom | mercredi, 22 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire