Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 février 2017

Père Thierry de Roucy: une procédure d’excommunication est en cours, à la demande et en lien avec la Congrégation pour la doctrine de la foi

Lien - Lien

Père Thierry de Roucy: une procédure d’excommunication est en cours, à la demande et en lien avec la Congrégation pour la doctrine de la foi

image001.jpgThierry de Roucy a été reconnu coupable d'avoir abusé sexuellement son adjoint il y a six ans.

Le père Thierry de Roucy, fondateur de l'association catholique Points-Coeur, risque ni plus ni moins que l’excommunication. Il avait déjà été sanctionné par Monseigneur Rey en au cours du mois de février pour des faits d'abus sexuel.

"Une procédure d’excommunication est en cours, à la demande et en lien avec la Congrégation pour la doctrine de la foi", a-t-on appris jeudi auprès de l’évêché de Fréjus-Toulon.

"C’est une procédure en vue de l’exécution de la sentence. Cette procédure sera caduque si le père Thierry de Roucy verse la somme due. S’il est excommunié pour non-versement dans le délai imparti, mais s’il verse la somme ensuite, la peine sera levée", précise l’évêché de Fréjus-Toulon, dont dépend le prêtre récalcitrant.

Mais dans le même temps, on a appris qu’une procédure de reconduction à l’état laïc était engagée à l’encontre du père de Roucy. Rebaptisée "renvoi de l’état clérical" en 1983, cette peine est pronocée pour de très graves raisons portant sur la foi ou les mœurs.

Commentaires

Rappelons que le père Thierry de Roucy a toujours nié sa culpabilité, et qu'il a été reconnu coupable sur la parole d'un seul homme.
J'ai personnellement posé la question à Mgr Rey qui m'a confirmé qu'un seul homme a accusé le père de Roucy de tels agissements, c'est sa parole contre la sienne.

Pour avoir la version des faits du père de Roucy : http://annoncescatho.com/nouvelles/droit-de-reponse-du-pere-thierry-de-roucy

Écrit par : Catherine C. | jeudi, 16 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire