Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 25 février 2017

Pologne, Saint Jean-Paul II et provocation: coup de pub délibérément outrancier

Pologne, Saint Jean-Paul II et provocation: coup de pub délibérément outrancier

Unknown-1.jpegLe Parisien

Le parquet polonais a ouvert ce mercredi une enquête sur une pièce de théâtre, délibérément provocante à l'encontre de l'Église, et jugée blasphématoire par la puissante église catholique.

S'il y a bien une figure de l'Église catholique que les Polonais vénèrent, c'est celle du défunt pape Jean-Paul II. À tel point que la justice a décidé d'ouvrir une enquête sur une pièce de théâtre jugée blasphématoire afin de rétablir l'honneur bafoué du Pontife et de l'Église. «L'enquête a été ouverte sur la base d'extraits publiquement disponibles du spectacle "La malédiction", joué au théâtre varsovien Teatr Powszechny depuis samedi», a indiqué le procureur Lukasz Lapczynski.

Dans cette pièce, une figure grandeur nature du pape, vêtue d'une soutane blanche et à qui une actrice agenouillée fait une fellation, est ensuite pendue par une corde au cou. Le pape porte aussi dans cette scène une pancarte avec l'inscription : «défenseur des pédophiles».

----

"Agir ou ne pas agir: telle est la question"

Pour se se faire un maximum de publicité gratuite, les provocateurs comptent sur une réaction inadéquate.

Afin de régner, le diable aime diviser. "La malédiction" joue sur deux tableaux: la blessure profonde à l'encontre des catholiques qui aiment un saint de toute l'Eglise et les épouvantables actions de prêtres pédophiles qui écrasent des innocents. Comment s'indigner de cette provocation en étant totalement révulsé et absolument outré de ces crimes sataniques infligés à des enfants ?

images-1.jpeg

Tout l'art consiste à peser les conséquences entre deux attitudes:  "se taire ou montrer la limite légale".  Normalement, les chiens aboient et la caravane passe. Toutefois laisser passer est très périlleux.

Le diable déteste et l'innocence des enfants et la sainteté de Jean-Paul II

Une certitude: la bêtise satanique contre Saint Jean Paul II et la cruauté diabolique à l'encontre des enfants  innocents ne connaissent décidément aucune limite. 

 

Écrire un commentaire