Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 février 2017

Célibat des prêtres, le Père Gréa et Jean Mercier

Lyon: le Père Gréa quitte le sacerdoce

3342091311.79.jpeg

... cette décision est d'abord une rupture avec la promesse faite le jour de l'ordination diaconale.

... de nombreux prêtres qui partent "pour se marier" ont tendance à se justifier d'un point de vue spirituel.

Jean Mercier, journaliste

Célibat des prêtres, le Père Gréa et Jean Mercier

Unknown.jpegLien

(source Facebook) - Jean Mercier est journaliste à La Vie (auteur de "Monsieur le curé fait sa crise")

Dans mon livre sur le célibat sacerdotal, je raconte comment de nombreux prêtres qui partent "pour se marier" ont tendance à se justifier d'un point de vue spirituel.

Il n'est pas rare que les prêtres qui se marient se présentent comme étant "pressés" par une volonté divine d'accomplissement supérieur, fruit de l'Esprit Saint et d'une longue et lente maturation spirituelle, en oubliant totalement que, en dépit de leur sincérité, cette décision est d'abord une rupture avec la promesse faite le jour de leur ordination diaconale.

Il serait plus courageux et profitable qu'ils assument leur incapacité à tenir leur promesse, et ce d'autant plus que c'est d'abord ainsi que leur nouvel "appel" est perçu de l'extérieur.

Ce déni de réalité est assez pénible. Il devient urticant lorsque le prêtre en question essaie de donner à sa cause une ampleur prophétique. Dans le cas présent, David Gréa semble enrôler le pape, comme une sorte d'arbitre ou de caution. Assez osé, je trouve.

De plus, il ne s'agit pas sans doute seulement d'une rupture de promesse au sujet du célibat, mais probablement aussi d'une rupture de la promesse d'obéissance faite à l'évêque, faite à l'ordination diaconale et réitérée lors de l'ordination sacerdotale.

On imagine mal que le cardinal Barbarin n'ait pas déjà invité son prêtre à re-choisir le célibat et renoncer à son mariage. Donc c'est doublement problématique, ne serait-ce que spirituellement.

L'autre malaise est le flou de la situation. Le Père Gréa parle d'une réflexion et d'un recul nécessaire. Mais s'il est démis de ses fonctions en pleine année liturgique, dix jours avant le Carême, c'est qu'il a fallu agir en urgence, face à une situation devenue hors de contrôle.

On peut s'interroger si le couple n'existait pas déjà de façon réelle depuis quelques temps, auquel cas la réflexion a déjà été pliée : l'annonce d'un temps de recul est juste un moyen de sauver la face (mais c'est prendre les gens pour des naïfs ?).

Il doit être compliqué pour un peuple paroissial de relire le passé et de s'interroger sur la forme de mensonge qui a pu exister si ce prêtre s'est situé dans une forme de double vie à leur égard.

Enfin, de nombreux prêtres qui partent pour se marier semblent animés d'une sorte de désinvolture spirituelle, d'une forme d'aveuglement de ce que leur décision peut ébranler dans la vie des autres. Tous, nous avons à assumer des engagements parfois coûteux pris dans l'enthousiasme de la jeunesse, qu'il s'agit d'honorer en des moments plus rudes.

Je pense à cette épouse qui doit accompagner son mari malade d'un cancer. Je pense à ce mari qui doit accompagner sa femme dans la vieillesse. Je pense à ces parents qui se sont engagés, par l'adoption, à éduquer un enfant blessé, et qui lui conservent leur amour et leur soutien en dépit de mille épreuves.

Chacun de ces engagements est lourd, et s'appuie sur la fidélité d'autres compagnons de route, et en particulier les hommes et les femmes consacrés à Dieu, qui sont affrontés eux aussi à des combats, et qui sont des guides inspirants. Nous pouvons accepter qu'ils chutent, mais alors nous voulons l'aveu de leur péché, de leur faiblesse, non pas une revendication fière.

Dans l'Eglise, chacune de nos luttes spirituelles les plus cachées ont un impact sur la vie du Corps. A fortiori nos actes publics (et la parole selon laquelle nous les assumons, redoublée de portée s'il s'agit d'un prêtre au fort charisme) ont une valeur de témoignage et de contre-témoignage, non seulement pour les baptisés, mais aussi pour les autres.

Je prie pour que David Gréa, même s'il devait persister dans sa décision, puisse prendre conscience du trouble qu'il a pu causer. De notre côté, luttons chacun à notre place, et intercédons pour que ce prêtre revienne dans le "réel".

Commentaires

Le célibat des prêtres catholiques n'a pas toujours existé dans l'Église. Au 4e siècle, elle l'a imposé mais la très grande majorité des clercs n'ont pas suivi cette ordonance. Le début du XIIIe (concile d'Orange) reviendra sur la question: elle imposa à nouveau le célibat obligatoire. De nos jours, au Québec, beaucoup de prêtres ont une femme dans leur vie mais ils s'entendent pour ne pas soulever cette question publiquement ou en cercle d'amis.

Personnellement, je serai en faveur d'une double catégorie de prêtres catholiques: des prêtres célibataires par choix et pour mieux émiter le Christ; des prêtres mariés avant l'ordination. Les prêtres ayant choisi le célibat avant l'ordination ne pourraient changer après leur ordination.

Les prêtres mariés (voir certianes Églises orientales) donnent-ils l'exemple de lidélité s'ils divorcent en cours de route? Pas plus que ceux qui rompent leur voeu de célibat, une fois ordonné.

Bref, le Chirst avait deux sortes de prêtres: 12 apôtres (premiers prêtres) 11 étaient mariés et un était célibataire. Le disciple que Jésus aimait. Il devrait en être ainsii aujourd'hui, si on veut suivre la tradition.

Écrit par : Nestor Turcotte | mardi, 21 février 2017

Répondre à ce commentaire

La discussion sur le mariage des prêtres est me semble-t-il hors sujet. Il s'agit là d'un prêtre qui s'est engagé volontairement dans le célibat au moment de son ordination, en complète connaissance de cause et qui a rompu son engagement. J'y verrais plutôt une crise de la quarantaine/ cinquantaine mal vécue, mal accompagnée, surfant sur un très apparent succès pastoral sans doute difficile à gérer à titre personnel. Pour ma part j'adhère complètement à ce que dit Jean Mercier dans cet article. La fidélité dans l'engagement est un combat pour tout le monde...

Écrit par : Anne | mardi, 21 février 2017

@Nestor

Une mise au point:

http://news.catholique.org/12718-les-origines-apostoliques-du-celibat

Tout à fait d'accord avec la double catégories de prêtres
pour imiter le Christ...
Il n'y a pas qu'au Quebec où les prêtres ont une double vie avec des enfants.
il existe une association "Les enfants du silence"

https://enfantsdusilenceblog.wordpress.com/2016/09/05/nous-les-enfants-de-pretres-nous-avons-le-droit-de-parler/

https://enfantsdusilenceblog.wordpress.com/2016/04/28/lassociation-enfants-du-silence-son-organisation/

Le Pape François rend visite à des anciens prêtres mariés

https://enfantsdusilenceblog.wordpress.com/2016/12/19/surprise-le-pape-rend-visite-a-des-familles-danciens-pretres-maries/

Écrit par : Elisabeth | mardi, 21 février 2017

Le Concile d'Orange a eu lieu au Vème siècle et portait sur la controverse semi-pélagienne ( à savoir si la grâce se méritait ou non )...

Écrit par : LMC | mercredi, 22 février 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire