Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 décembre 2016

Ces évêques qui soutiennent les 4 Cardinaux

Ces évêques qui soutiennent les 4 Cardinaux

Lien Mgr Athanasius Schneider

Schneider-1.jpgIl y a déjà une erreur historique. Le Pape Libère n'a pas excommunié Saint Athanase. De plus, cette exhortation apostolique n'est pas un enseignement privé du Pape (comme le serait un entretien en tête à tête, une homélie, une interview dans l'avion) mais un acte magistériel. 

Lorsqu’en 357 le pape Libère a signé l’une des dites formules de Sirmium, dans laquelle il a délibérément écarté l’expression dogmatiquement définie de « homo-ousios », et excommunié saint Athanase afin d’obtenir la paix et l’harmonie avec les évêques ariens et semi-ariens de l’Orient, des catholiques fidèles et un petit nombre d’évêques, spécialement saint Hilaire de Poitiers, ont été profondément choqués.

-------

Lien Mgr Jan Watroba, évêque de Rzeszów (Pologne) et président de la Commission sur la famille de la Conférence épiscopale.

biskup-jan.jpgLors de la publication de l'exhortation apostolique AL, le Pape a envoyé une lettre à chaque évêque. Je me demande simplement ce que fait cet évêque pour clarifier les doutes des fidèles. Les doutes sont justement engendrés et renforcés par les quatre Cardinaux et par les évêques, les prêtres ou les 45 théologiens (qui ne sont pas de premiers plans) qui divergent de l'enseignement du Magistère. 

Commentaires

Contre toute évidence, vous écrivez que "les doutes sont justement engendrés et renforcés par les quatre Cardinaux et par les évêques, les prêtres ou les 45 théologiens (qui ne sont pas de premiers plans) qui divergent de l'enseignement du Magistère." Or tout observateur sensé et de bonne foi vous rétorquera sans peine que le doute n'est pas engendré par ceux qui défendent l'orthodoxie catholique et demande respectueusement au Magistère d'émettre une parole claire, sans ambiguïté, conforme à la doctrine de toujours, mais bien par ceux qui ont charge de ce dernier lorsqu'ils se complaisent dans l'approximation, les citations tronquées ou mal à propos, les notes de bas de page ambiguës, les affirmations erronées, etc. Les gens que vous citez sont les quelques rares pasteurs courageux qui expriment ce qu'une bonne part du Peuple de Dieu ayant reçu la grâce quasi-miraculeuse de nos jours d'une instruction religieuse adéquate - éprouve aujourd'hui: un grand désarroi, sans désespérance car les promesses du Christ demeurent, mais une grande tristesse pour tant de gâchis, tant de bêtise, tant de mauvaise foi. On voit là sans conteste un type, un visage, une préfiguration de la grande imposture religieuse de l'Antéchrist. Je sais, ça paraît incroyable: après des décennies de Jean-Paul II et de Ratzinger/Benoît XVI, on a de la peine à imaginer qu'un pape peut parfaitement être un mauvais pape. Et pourtant... l'histoire se charge de nous le démontrer.

Écrit par : B.So. | mardi, 06 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Je pense que la piste praticable est d'approfondir l'enseignement d'AL, en lisant Veritatis Splendor, le Père Pinckaers et la morale du bonheur et des vertus (Saint Thomas d'Aquin). Vos propos dénotent une amorce de rupture qui ressemblent étrangement à la FSSPX vis-à-vis du Concile Vatican II. Etrange ressemblance.

Écrit par : Don Dom | mardi, 06 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

A propos, Mgr Schneider donne un conférence à l'université de Fribourg ce soir. L'occasion de le rencontrer, de mieux le comprendre et de pratiquer dialogue et miséricorde. Malheureusement je ne peux m'y rendre. Quel dommage!

Écrit par : B.S. | mercredi, 07 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Et l'Université est située justement à Miséricorde. L'intégration et non pas l'exclusion, c'est aussi Amoris Laetitia. Donc, nous pratiquons bien ... Bonne conférence, même si je ne pourrai pas y participer non plus.

Écrit par : Don Dom | mercredi, 07 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Pourquoi vous ne dénoncez jamais les évêques qui permettent la communion aux âmes en état de péché mortel dont les adultère"remariés" font partie? En Suisse 1% des âmes se confessent régulièrement et quasiment tout le monde communie tous les dimanches...sont-ils tous en état de grâce? L'évêque de Bâle permet depuis belle lurette la communion aux personnes divorcées... allez vous écrire un article sur lui ou sur les Kasper, Daneels ou autre....qui aujourd'hui offense le plus Notre Seigneur Jésus Christ ? Le petit reste qui demande de la clarté ou ceux qui permettent des sacrilèges contre la Sainte Eucharistie et qui mentent aux âmes en occultant systématiquement le risque de damnation éternelle?
Pourquoi ce parti pris Monsieur l'abbé ???

Écrit par : Steve | mercredi, 07 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Vous allez chercher où vos infos sur l'Eglise ?

Parce que je suis Suisse Romain, et non pas Suisse-Bâlois. Je crois vous connaître Steve ... vous tenez un site non ? alors ... De plus j'essaie de ne pas toucher les personnes, mais les idées en donnant des informations qui suivent l'actu.

Est-ce que le Pape a écrit une seule fois que l'état de grâce n'était plus requis pour la communion ? savez-vous pourquoi on ne le voit jamais donner la communion ?

Faudrait un peu arrêter de faire un fixette sur l'adultère qui est le 6ème commandement. Certes il a aussi son importance. Il y a des péchés bien plus graves, comme celui de l'orgueil, celui de croire que moi je suis en règle alors que ces 99% .... A qui on a beaucoup donné on exigera d'avantage. Cet orgueil nous guette tous, surtout les plus catholiques, qui filtrent le moucherons mais laissent passer le chameau. Prenons les trois premiers commandements, en mettant Dieu à la première place et notre vie morale reprendra son cours.

Comme disait Saint François de Sales, qui recevait la plainte d'une religieuse, car sa consoeur mettait des boucles d'oreilles. Il répondit: qu'elle reprenne la vie intérieure, et les boucles tomberont.

Bon Avent et faisons comme le Saint-Père le demande: allons nous confesser sans maquillage, en nommant avec nom et prénom nos péchés pour que qu'il nous donne la joie d'une recréation.

La vie chrétienne n'est pas un non, mais un OUI, comme Marie. Après ce OUI, ce positif, cette croix +, ce plus, il y a certes le non, non aux péchés, non à ce qui n'est que tristesse et fugace. Je crains que votre formation vous portes au NON ... une sorte de rigidité que le pape discerne fort adroitement pour notre bien.

Écrit par : Don Dom | mercredi, 07 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Quelques mots à propos de la "fixette sur l'adultère" que vous évoquez avec une légèreté sidérante.Le mot "fixette" montre votre dérision envers ceux qui envisagent l'adultère avec une grande désapprobation, comme l'Eglise l'a toujours fait et fait encore.
Je ne vais pas commenter Amoris Laetitia: ce qui n'est pas mon rôle.
Je vous accorde facilement qu'il y a une foule de péchés horribles n'ayant rien à voir avec le 6ème commandement et que toute la vie morale ne se résume pas à ce domaine. Me font horreur par exemple la maltraitance envers les enfants (coups,humiliations etc...) et le faux témoignage envoyant quelqu'un en prison et bien d'autres choses encore.
Mais les péchés relatifs au 6ème commandement peuvent aussi détruire des personnes, disloquer des familles. On dirait que vous n'imaginez pas la souffrance d'une femme qui découvre que son mari, à qui elle a toujours fait confiance et qu'elle-même n'a jamais trompé, a commis l'adultère, même une seule fois! Pire encore si c'est une habitude et non une faiblesse qui peut être pardonnée si le conjoint reconnaît sa faute. Pour le conjoint trompé, c'est un monde qui s'effondre et le divorce n'est pas loin avec toutes les conséquences sur les enfants que tout le monde connaît. Il n'y a que dans les films, les romans et les magazines people que l'adultère est présenté sous un jour léger, comme une expérience à faire au moins une fois dans sa vie, pour s'éclater et rompre la routine. La Tradition de l'Eglise, qui connaît le coeur de l'homme et sait à quel point il peut souffrir, a toujours considéré l'adultère comme un péché grave mais rémissible, comme tout péché, s'il y a contrition et réparation dans la mesure du possible.
Pour revenir au "vécu", je peux vous dire que j'ai vu une de mes amies ravagée, en apprenant, après 20 ans de mariage, par hasard, que son mari la trompait avec des hommes. C'était terrible! Je ne savais vraiment pas comment la réconforter. Je ne pouvais que prier pour eux. Il se trouve qu'après de longs mois,il y a eu révision de vie et contrition d'un côté et pardon de l'autre et que le couple a retrouvé son unité, car le mari (athée) n'était en réalité pas un homosexuel mais quelqu'un qui voulait faire une expérience nouvelle! "On a tout essayé" semble être la devise actuelle.
Minimiser l'adultère, minimiser les atteintes au 6ème commandement, avoir plus de compassion pour le pécheur que pour ses victimes (ce qui a eu cours dans l'Eglise à propos de la pédophilie!) est vraiment une fausse route pour l'Eglise!

Écrit par : B.C. | vendredi, 09 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

BC

Comment envisagez vous le cas de femmes abandonnées par leur mari et qui refont leur vie ?

Le cas de jeunes immatures qui se marient, divorcent et refont leur vie chacun de leur côté après une erreur de jeunesse ?

On pourrait multiplier les exemples car la vie est infiniment plus complexe que ce que vous voulez bien dire. D'autant qu'en fin de compte, la possibilité de communier sera donnée au cas par cas et touchera un nombre infime de situations.

D'ailleurs combien de divorcés remariés ont une réelle vie écclésiale ? Comme le pape l'a dit une fois, la communion n'est pas un droit, la timbale à décrocher. Il faut voir ce qu'on en fait mais c'est valable pour tous

Écrit par : Flo | vendredi, 09 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

B.S. Enfin il me semble entendre une réalité, une vie qui résonne avec ses douleurs et ses drames. C'est là que se situe le Pape, dans cette vie concrète. C'est dans ces noeuds que l'enseignement de l'Eglise résonne comme une bonne nouvelle. Et vous avez raison, le divorce est un échec qui laisse des traces. Raison pour laquelle Jésus nous exhorte à ne pas commettre d'adultère. Le monde d'Internet le propose à portée de ckick... il faut se protéger, comme les têtes intelligentes qui se protègent dit-on.

L'herméneutique de la Réforme, décrite par le Pape Benoît XVI est celle de la Miséricorde. Elle comble le fossé qu'il y a entre ce que je suis et ce que le Seigneur attend de moi. Cette miséricorde est un signe des temps, sans doute depuis la petite Therese de l'enfant Jésus, en passant par Saint Jean XXIII. L'Evangile est d'une telle richesse, qu'il est impossible de le résumer en l'enfermant dans un moment de l'histoire. Le temps est supérieure à l'espace dit le Pape François. Le temps est la patience de Dieu qui nous permet de nous convertir ici et maintenant. Enfin, je peux témoigner que le lieu de l'interprétation de AL est le confessionnal. C'est la rencontre, l'événement... Les théories ont leurs limites et la saine théologie se nourrit de la Foi. Et nos 4 Cardinaux et quelques évêques me semblent accorder une trop grande place à la raison, comme s'il voulait rendre la Foi logique, crée par l'homme. Or l'équilibre se trouve dans l'usage des deux ailes, la foi et la raison. Tout comme l'équilibre est dans la vie, synthèse entre la doctrine et la vie. Le christianisme est une rencontre, un événement, une Personne. Aussi la femme adultère a changé par cette rencontre. Les personnes divorcées remariées sont aussi appelées à cette rencontre. Jésus fera le reste.

Écrit par : Don Dom | vendredi, 09 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Désolant de lire que pour vous le 6ème commandement (et le neuvième évidemment) est une fixette. Voici l’avis de Notre Seigneur Jésus Christ, de St Alphonse de lIguori et de la Bienheureuse Jacinthe de Fatima( J’ai pris plusieurs exemples de différentes époques car ‘’le temps est supérieur à l’espace ‘’ )
Notre Seigneur dans le livre des dialogues de Sainte Catherine de Sienne :
Traité de la discrétion XXXII.- Les fruits de cet arbre sont aussi variés que les péchés ; et d'abord du péché de la chair.
1.- Cet arbre donne autant de fruits empoisonnés qu'il y a de sortes de péchés. Il y en a qui servent de pâture aux animaux immondes : ce sont ceux que commettent ces hommes qui abusent de leur esprit et de leur corps ; ils se vautrent dans la boue de la chair, comme les pourceaux dans la fange. O âme abrutie, qu'as-tu fait de ta dignité? tu as été faite la soeur des anges, et tu es devenue une brute grossière! Ces pécheurs sont tombés si bas, que non seulement moi, qui suis la pureté suprême, je ne puis les souffrir, mais que les démons, dont ils se sont faits les amis et les serviteurs, ne peuvent les regarder commettre leur impureté.
2.- Aucun péché n'est plus abominable et ne détruit plus la lumière de l'intelligence. Les philosophes eux-mêmes le savaient, non par la lumière de la grâce qu'ils n'avaient pas, mais par celle que la nature leur donnait ; et comme ils comprenaient que ce péché obscurcissait l'intelligence, ils gardaient la continence afin de pouvoir mieux étudier. Ils jetaient aussi les richesses loin d'eux, pour que le souci des richesses ne troublât pas leur coeur. Ce n'est pas ce que fait l'aveugle et faux chrétien, qui a perdu la grâce par sa faute.
Saint Alphonse de Liguori, Docteur de l’Église,Théologie Morale, livre 3, N°413 :
C’est à cause de la luxure que le plus grand nombre des âmes tombent en enfer. Sur 100 damnés , 99 y sont à cause de l’impureté, et pas un n’y est sans avoir commis d’impureté.

La bienheureuse Jacinthe de Fatima :
Les péchés qui conduisent le plus d'âmes en Enfer, ce sont les péchés de la chair ».
— « Il viendra des modes qui offenseront beaucoup Notre Seigneur. Les personnes qui servent Dieu ne doivent pas suivre la mode. L'Eglise n'a pas de modes. Notre Seigneur est toujours le même. »

Écrit par : steve | dimanche, 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Et 100 âmes sur 100 sont orgueilleuses. Faites attention cher Steve le pire péché est celui de l'orgueil. L'orgueilleux tombe ...

Écrit par : Don Dom | dimanche, 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Merci mon cher abbé mais je permets en toute charité chrétienne de vous retourner votre conseil....car minimiser le 6ème commandement qui est celui qui envoie le plus d'âmes en enfer n'est-ce pas déjà de l'orgueil????

Écrit par : steve | dimanche, 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Comme je ne cesse de vous le répéter, je ne relativise en rien le 6eme commandement. Je le situe à sa place. Je crains chez vous une obsession... or le résumé des commandements: aimer Dieu et son prochain comme soi-même. Les personnes éloignées de l'Eglise seront d'abord touché par la Charité, par l'Amour que Dieu a pour chacun... à partir de là, notre vie devient une réponse à cet Amour: oui heureux les cœurs ours car ils verront Dieu. Joseph Ratzinger lui-même évoquait cette juste pratique. Le Pape Francois parle de sépulcre blanchi .. ceux qui font toujours la morale, qui voit le péché partout, chez les autres, mais rarement dans leur coeur. En fait ce refus du Pape François est symptomatique. Lisons-le patiemment et vous verrez combien ils nous invite à la sainteté, avec une vision lucide sur nous-mêmes, et un art affiné du discernement.

Écrit par : Don Dom | dimanche, 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

la charité vraie, réelle, surnaturelle implique d'expliquer aux âmes le risque de perdre son âme pour l'Eternité...je ne retrouve celà jamais chez vous....si je me trompe indiquez moi un lien vers un de vos articles qui parle de ceci et je me ferai une joie de venir en toute humilité (je combattrai ainsi mon orgueil par la vertu contraire) vous présenter mes excuses........ne pas le faire et embarquer le discours dans un verbiage abstrait serait une preuve que çette article n'existe pas.....vous tentez le pari??????

Écrit par : steve | dimanche, 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Parce que mon option est de parler avant tout de la vie éternelle. C'est cela la véritable Réforme du Concile Vatican II: Journet, Saint Jean XXIII etc .. l'Eglise use des armes de lumières, avec une confiance dans la force interne de la Vérité. Cessons les condamnations, les dénonciations, mais annonçons les réalités positives: le Sauveur, la foi, la joie, tout cela attire. La Foi de toujours est annoncé en fonction de notre temps. Mais cela vous ne l'acceptez pas. Car derrière vos propos il y a une amertume, et un refus de l'Esprit Saint qui a parlé à son Église dans ce grand et saint Concile. Plutôt que de faire peur avec l'enfer, qui existe, annonçons d'abord la vie éternelle. Plutôt que de prêcher sur la mort, parlons d'abord de la vie avec Dieu. Plutôt que de dénoncer les péchés parlons d'abord des vertus, de la conscience.

L'Eglise grandit par attraction ! De cette attitude positive et pro-active découle la Réforme liturgique, la liberté religieuse, l'oecumenisme, ...

Écrit par : Don Dom | dimanche, 11 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Si je vous comprends, bien selon vous grâce à la révolution pastorale opérée par le Concile Vatican II, l'Eglise aujourd'hui attire par un langage positif. Elle rendrait l'Evangile à nouveau attrayant en parlant de joie, de lumière, de miséricorde, de vie éternelle, en taisant les réalités plus difficiles comme le péché, l'erreur, le jugement et l'enfer. Jugeons l'arbre à ses fruits: effondrement des vocations; effondrement de la catéchèse; effondrement de la pratique. Vous vivez dans un rêve éveillé qui confond une belle idée, mais une idée purement humaine, avec la réalité. Comme lire les signes des temps, en refusant de reconnaître les effets désastreux d'une certaine stratégie?
Le Concile Vatican II a été un modèle de ce que fait François aujourd'hui: dire beaucoup de choses vraie avec un langage nouveau, imprécis, ambigu, "pastoral" comme on dit; assez de verbosité et de flou pour permettre ensuite tous les abus pratiques que nous connaissons et que nous subissons depuis 50 ans. Tous ces abus, litrugiques, pastoraux, doctrinaux, qui ont fait souffrir particulièrement Ratzinger-Benoît XVI, lui collant une étiquette de panzercardinal et de rétrograde parce qu'il a osé publié Dominus Iesus en 2000, document aujourd'hui bafoué par François en tous ses points.
Le problème n'est pas qu'il faille adopter un langage purement répressif et négatif, chose que l'Eglise n'a jamais favorisée. C'est qu'il faille réintroduire un équilibre et de la précision: il est par exemple ridicule de précher la divine miséricorde sans parler du péché et d'une nécessaire attitude de repentir, qui ouvre la porte à l'accueil du pardon divin. Si on ne le fait pas, si on se contente de demi-vérité, on construit sur du sable, et on sait ce qu'il advient de ce type de construction.

Écrit par : B. S. | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Joseph Ratzinger développe ce but pastoral du Concile Vatican II dans son livre "Mon Concile" (Ed.Artège, p.72):

Pastoral:

un terme qui ne veut pas dire nécessairement flou, dépourvu de substance, purement édifiant, comme cela a pu être compris ici ou là.

Un terme qui doit au contraire vouloir dire: partir d'une attention positive à l'homme d'aujourd'hui, qui n'a jamais été aidée par ces condamnations qu'il a longtemps entendues sur tout ce qui est faux, tout ce qu'il ne doit pas faire, pour arriver à ce qu'il a trop peu entendu et qu'il veut vraiment entendre, à savoir ce qui est vrai, ce que le message de la foi peut apporter à notre temps, ce que celle-ci a de positif à lui enseigner et à lui dire.

Pastoral:

un terme qui ne veut pas dire non plus édulcoré et vague, mais exempt de querelles d'écoles, de questions disputées bonnes pour les spécialistes, de raffinements sans fin dans la controverse à un moment où se font jour précisément des tâches nouvelles qui réclament de tous une discussion ouverte.

Pastoral:

veut dire exempt de jargon scolastique (qui a sa légitimité et peut-être aussi une nécessité, mais précisément dans les facultés et non pas dans la prédication et l'exposition de la foi), mais au contraire enraciné dans le language de l'Ecriture, des Pères, des hommes d'aujourd'hui, bref dans le langage vivant de l'homme de tous les temps.

Pastoral pour le Pape François:

(aux évêques du Brésil JMJ Rio 2013)

... Je voudrais que nous nous demandions tous aujourd’hui : sommes-nous encore une Église capable de réchauffer le cœur ? Une Église capable de reconduire à Jérusalem ? De réaccompagner à la maison ? Dans Jérusalem habitent nos sources : Écriture, Catéchèses, Sacrements, Communauté, amitié du Seigneur, Marie et les Apôtres… Sommes-nous encore en mesure de raconter ces sources de façon à réveiller l’enchantement pour leur beauté ?

Beaucoup sont partis parce qu’on leur a promis quelque chose de plus haut, quelque chose de plus fort, quelque chose de plus rapide.

Mais y-a-t-il quelque chose de plus haut que l’amour révélé à Jérusalem ? Rien n’est plus haut que l’abaissement de la Croix, puisque là est vraiment atteint le sommet de l’amour ! Sommes-nous encore capables de montrer cette vérité à ceux qui pensent que la vraie grandeur de la vie se trouve ailleurs ?

.... Il faut une Église encore capable d’accompagner le retour à Jérusalem ! Une Église qui soit capable de faire redécouvrir les choses glorieuses et joyeuses qui se disent de Jérusalem, de faire comprendre qu’elle est ma Mère, notre Mère et que nous ne sommes pas orphelins ! Nous sommes nés en elle. Où est-elle notre Jérusalem, en laquelle nous sommes nés ? Dans le Baptême, dans la première rencontre avec l’amour, dans l’appel, dans la vocation....

... À propos de la conversion pastorale je voudrais rappeler que « pastoral » n’est pas autre chose que l’exercice de la maternité de l’Église. Celle-ci engendre, allaite, fait grandir, corrige, alimente, conduit par la main… Il faut alors une Église capable de redécouvrir les entrailles maternelles de la Miséricorde. Sans la Miséricorde, il est difficile aujourd’hui des’introduire dans un monde de « blessés » qui ont besoin de compréhension, de pardon, d’amour.

Écrit par : Don Dom | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Je veux bien croire que la génération du Concile, influencée par une époque de progrès tous azimuths, pétrie d'optimisme, ait voulu rééquilibrer l'annonce, perçue comme trop négative, dans le sens du positif, et c'était certes un objectif louable. Le problème c'est qu'au lieu d'un rééquilibrage, on a assisté dans le faits à un remplacement, à la répudiation pure et simple de la manière traditionnelle d'énoncer, de célébrer et de vivre la foi catholique. Et ça, ce n'est assurément pas un fruit de l'Esprit Saint. Si les mots que vous rapportez proviennent de la plume de Ratzinger en 75, on ne peut que constater qu'il participait alors d'un certain climat et rapporte une manière de penser propre à ce temps (l'homme d'aujourd'hui, ce qu'il a trop entendu et ce qu'il veut entendre). En outre, la manière dont il définit le terme "pastoral" est très belle et juste. Mais comme il le constate lui même, ce n'est pas une définition comprise ainsi par tous, loin s'en faut (ne veux pas nécessairement dire... doit vouloir dire...).
Quant à François, s'il pouvait être à la hauteur des propos que vous rapportez, interprétés à la lumière de la Tradition, ce serait sans conteste un très grand pape... Puisse-t-il renoncer à diviser et réprimer son troupeau et proclamer au monde la beauté de la Révélation telle qu'elle se manifeste en plénitude, sans tâche ni ride, dans la foi catholique, et appeler toutes les âmes à revenir au bercail de l'Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique, seul lieu où peut se réaliser cette "unité dans la diversité" qui lui est si chère. Puisse-t-il notamment montrer la voie par une piété eucharistique profonde et sincère et une véritable dévotion pour la beauté de la liturgie. L'Eglise est en soi belle, glorieuse, maternelle et pleine de miséricorde: il n'y a rien à inventer, juste à vivre d'elle et de ses trésors, et à témoigner.

Écrit par : B. S. | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Je vois plutôt un profonde unité et une belle continuité entre les propos des deux Papes.

Avec François, il faut pas le lire ou le comprendre selon nos habitudes, selon notre culture, notre propre rationalité. Il vient d'Amérique du Sud. Cela nous demande d'aller au fond, sans trop s'attarder à la forme, à la précision telles que nous les avons connu avec Ratzinger. Le Pape a un autre style. Nous connaissons cela dans la Bible également: Saint Jacques est très concret, l'Apocalypse est rempli d'images et de nombres... L'Eglise est d'une telle richesse qu'il est impossible de la résumer en un seul et unique pontificat. Il nous faut intégrer, replacer dans le contexte.

Pour la piété eucharistique, il se lève à 4h30 du matin, passe 1 heures en prière ... Je crois que l'on ne peut pas vraiment faire mieux non ?

Enfin, le Pape parle simplement, avec le langage de tous les jours, avec des images et des expressions qui surprennent, mais qui sont fort adroites du point de vue psychologique, avec un sens affiné du discernement spirituel. Il invite à la conversion personnelle. Il est plus dur avec nous les catholiques, car il nous sculpte, nous émonde, pour que nous portions du fruits. J'aime ce qu'il dit, car je vois en quoi je dois me convertir, m'améliorer ... Il pense surtout à ceux qui sont éloignés de l'Eglise, et il casse les stéréotypes, et les péchés et défauts des catholiques au long des siècles. C'est une purification. Certes les saints et la sainteté de l'Eglise laissent des traces et des fruits de lumière, de grâce. Notre manière de vivre la foi doit sans cesse se renouveler, pour aller aux racines, aux origines, à la forme originelle ... J'arrive donc à bien le comprendre et il touche souvent très juste. Simplement si on se vexe, on se dresse sur nos petits chevaux, on augmente notre orgueil, en oubliant que le chemin de l'humilité conduit à Dieu. Moi cela ne me dérange pas qu'il soit un peu piquant, c'est comme un after shave ... cela désinfecte, pour ensuite avoir la bonne odeur de Jésus.

Enfin, nous sommes à mi-chemin de l'implémentation du Concile. Il faudra encore du temps pour que tout cela se mette en place.

Franchement, lorsque je lis le Concile Vatican II, et les autres documents de l'Eglise, je ne vois pas en quoi le Pape François dirait autre chose. Il le dit mais autrement. Tout comme Amoris Laetitia se discerne au confessionnal, le Pape nous y invite à nous y rendre plus souvent.

Écrit par : Don Dom | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Monsieur l’abbé il est peut-être temps d’enlever vos petites lunettes roses et de se confronter à la réalité.
Vous dites que ‘’l’Eglise use des armes de lumières avec une confiance dans la force interne de la Vérité’’….c’est magnifique mais alors comment expliquez-vous la dictature du relativisme, que vous avez déjà mentionné vous-même ??
En réalité la vérité ne s’impose pas d’elle-même car l’Eglise enseigne que l’homme est sous la coupe du péché originel qui lui impose une inclinaison vers le mal, vers l’erreur…L’esprit du monde qui est construit sur le ‘’dogme’’ de Rousseau ‘’que ‘’l’homme est naturellement bon’’, en négation du péché originel, a pénétré dans bon nombre d’esprit catholique. Le péché originel est nié totalement ou partiellement ou occulté par certains clercs actuels. Mettre entre parenthèse le péché originel conduit les âmes au naturalisme qui est l’un des poisons de notre époque. Naturalisme qui empêche, entre autre, les âmes à poser le regard vers les deux finalités de l’homme et donne uniquement une vision horizontale de la vie.
N’oublions pas non plus que lorsque la Vérité s’est fait chair il y a deux mille ans, Elle a fini crucifié !
Nous sommes entrés dans le centenaire de Fatima….arrivez-vous au moins à voit la différence de langage entre Notre Dame et ce que vous écrivez ?
13 mai : ‘’Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu'Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs ?’’
Amélia ( jeune fille de 16 ans morte quelques mois avant les apparitions) est au Purgatoire jusqu’à la fin du monde !
13 juillet : ‘’ Vous avez vu l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs.’’
19 août : ‘’Priez, priez beaucoup et faîtes des sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d'âme vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie et prie pour elles.’’
13 septembre : ‘’Je guérirai les uns, mais les autres non, parce que Notre Seigneur ne se fie pas à eux.’’
13 octobre : ‘’ Les uns guérirons, les autres non, car il faut qu'ils se corrigent, qu'ils demandent pardon de leurs péchés. [et prenant un air plus triste] : Il faut cesser d'offenser davantage Dieu Notre Seigneur, car Il est déjà trop offensé’’
Vous entendez aussi de l’amertume dans ces Paroles-là ?????
Vous avez parfaitement raison quand vous dites que l’Eglise grandit par attraction….mais êtes-vous conscient que depuis plusieurs décennies ça ne fonctionne pas du tout : la Suisse a environ 2% de sa population qui va à la messe le dimanche, beaucoup de ceux-là ignorent des pans entier de la Foi…voir les éléments les plus basiques, 1% de catholiques pratiquants se confessent régulièrement, des évêques et des prêtres professent des hérésies, nous avons l’un des taux de suicide le plus élevé du monde, avortement et culture de la mort, plus de la moitié des mariages finissent par un divorce et le chiffre ne fait que monter, une quantité énorme de la population avide de porno (les enfants commencent à en regarder vers l’âge de 10 ans…) etc…..
Vous regardez avec orgueil les méthodes qu’utilisaient vos ancêtres dans la Foi…..mais aucune époque en deux mille ans n’a réussi le malheur d’amener les âmes à une apostasie générale comme aujourd’hui….

Écrit par : steve | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Je porte un regard différent sur l'histoire de l'arianisme. On ne peut pas le comparer à ce qui se passe aujourd'hui. Car le Pape n'est pas seul mais s'appuie sur les 2/3 du Synode, avec le document allemand voté semble-t-il à l'unanimité. Je crois que vous interprétez mal AL..

Ensuite qu'en savez-vous qu'une âme est au purgatoire jusqu'à la fin du monde ? L'Eglise dit avec certitude que les saints sont au ciel. Son but est le salut des âmes. Le reste appartient à la Miséricorde du Seigneur. L'enfer et le purgatoire existe évidement.

Enfin, vous avez un regard pessimiste sur la nature humaine, presque luthérien. Oui le péché originel existe, c'est un dogme. Le baptême et l'Immaculée Conception sont des grâces qui l'ont vaincu.

Finalement Mgr Schneider a certainement une belle piété eucharistique,mais l'Eucharistie est toujours lié au Pape. Par son analyse enregistrée sur TV Liberté, il pourrait presque avoir une position qui s'apparente au sede vacante.

Quand a la réalité, je la connais autant que vous, simplement elle vous remplie d'inquiétude, et presque à la désespérance. Je suis confiant dans la puissance de la grâce. Croyez vous que l'époque de Jésus était plus lumineuse ? Non... pas d'époque rose dans l'histoire. Or vous majorez une époque de l'histoire de l'Eglise, comme si cela engendrait la fin de l'Eglise pour aujourd'hui.

Ce qui frappa le bienheureux Newman fut justement la continuité de son enseignement, le même à travers les siècles. Pensez-vous que le Saint-Esprit aurait soudain disparu ?

Écrit par : Don Dom | mardi, 13 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ouvrez les yeux, un pape qui écrit à la maire de Paris de lui envoyer des bonnes ondes (!), qui dit que le Père a été injuste avec son Fils, que Marie a pensé "mensonges" au pied de la Croix blesse profondément la Vérité et l'Eglise. Prions pour lui et que le Seigneur le remplace très vite ou qu'il se convertisse. Mais en attendant quelle misère et quelle misère que l'aveuglement de certains prêtres... Prions !

Écrit par : alban | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Quant à l'argument du Saint-Esprit qui aurait disparu, elle est bien bonne celle là :) oui Il est là; Il est la Vérité, mais tout personne choisie n'est pas reflet du Saint Esprit... Pensons à Judas...

Écrit par : alban | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Merci Steve, vous êtes ... catholique :)

Écrit par : alban | jeudi, 15 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Cherchons ensemble la lumière. Vos sources de vos citations ? Le contexte ?

Écrit par : Don Dom | vendredi, 16 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Merci d'accepter le dialogue, et hélas tout est vrai et il y a tellement pire encore.
Là c'est dodo, mais deux références simples :

1) les bonnes ondes (à une femme très anticatholique, promouvant l'avortement et l'islamisation de la France, quelle misère), c'est là (mais dans toute la presse française goguenarde) :

https://twitter.com/mr_matth/status/809115420984807425

Je sais que toute la mairie de Paris en a bien rigolé... et la presse française jubile. Quel scandale pour les petits comme pour les grands

2) la négation de l'Immaculée en mode subliminal (et en plus le "peut-être" n'était pas dans le discours officiel me disent des italiens) mais en fait traduisant un rejet complet de la beauté de la foi catholique :

https://fr.zenit.org/articles/protegez-le-mystere-dans-votre-vie/

« Elle était silencieuse, mais dans son cœur, que de choses elle disait au Seigneur : ‘Toi, ce jour-là tu m’as dit qu’il serait grand, tu m’as dit que tu lui donnerais le trône de David, son père, qu’il règnerait pour toujours, et maintenant, je le vois là’. La Vierge Marie était humaine ! Et elle avait peut-être envie de dire : ‘Mensonge ! J’ai été trompée !’ »

Et il a récidivé le 11 juillet devant la foule des pèlerins...

3) et cela :

Aujourd'hui, le Pape a reçu environ 20 000 personnes de la communauté de l'hôpital pédiatrique du Bambino Gesù. Le pape, répondant à brûle-pourpoint à la question de savoir pourquoi les enfants mouraient, a expliqué que Jésus n'avait jamais dit pourquoi ni expliqué la raison de la souffrance. Le Pape a dit qu'il n'y avait pas de réponse à la mort des enfants. Il a ajouté :


« C'est très difficile d'accompagner un enfant qui souffre: il n'y a que les caresses, la proximité, les pleurs, pleurer avec lui, seulement cela » a répondu le Pape à l'une des « questions ouvertes de notre existence ». Est-ce que Dieu est injuste ? Oui, Il a été injuste avec Son Fils, Il L'a envoyé sur la Croix. Mais c'est notre existence humaine, notre chair qui souffre dans cet enfant et quand on souffre on se tait: on pleure et on prie en silence ».
Source: l'Avvenire, 15 décembre 2016

Bref prions, car ces temps sont obscures comme jamais. Même sans vous rendre compte de la gravité de ce qui se passe, vous êtes prêtre catholique et je vous remercie de vos prières,

Alban

Écrit par : alban | dimanche, 18 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Pour Anne Hidalgo, elle n'a pas reçu elle seule la lettre, mais tous les maires présents (voir Erwan Le Morhedec dit Koz', dont j'ai mis une note) http://lesuisseromain.hautetfort.com/archive/2016/12/17/le-lettre-du-pape-a-anne-hidalgo-mais-pas-seulement-5888153.html

Et puis ... même si elle n'est pas catholique, sur son action en faveur des réfugiés, ne pourrait-elle pas avoir bien agi en ce domaine ? il n'y aurait pas un lien possible ? vous pensez en tout ou rien, en noir et blanc, au lieu de voir les convergences possibles.

Pour l'Immaculée Conception, désolé, mais je ne vois pas du tout en quoi elle est niée. Les propos du Pape sont très humains et rejoignent notre expérience face à la souffrance. Il suffit d'écouter les cris des coeurs, les doutes des personnes, et avoir l'odeur des brebis pour percevoir cela. Jésus n'a t'il pas dit: "Mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné" ? Il est le Fils de Dieu, qui ne doute pas car il voit son Père, il toujours abandonné dans les bras de son Père. Il vient partager notre expérience humaine pour la porter à la lumière.

Le Pape a voulu montrer combien Marie, avec sa foi, a partagé nos doutes, nos incompréhensions, pour les porter avec nous. Elle est toute proche dans la Gloire de l'Assomption. Certes, elle n'a jamais douté, mais a pu avoir nos questions ... ses questions sont nos questions, ce qui est notre condition humaine, même si 1000 questions ne font pas un seul doute disait Saint Augustin. Marie, après Jésus, est la personne qui a le plus souffert. Je crois que vous peinez à saisir combien Jéus est descendu dans notre ténèbres, fut solidaire, a partagé toutes choses, excepté le péché. Il est pleinement Dieu et pleinement homme. Je ne connais pas vos lectures, mais elles vous pourrissent l'esprit et ne vous donnent pas la paix. Cela ne peut pas venir de Dieu, ni vous conduire à Lui.

Écrit par : Don Dom | lundi, 19 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Père,

Je croyais enthousiaste à votre message « cherchons ensemble la vérité », mais j’avoue un peu moins en lisant votre réponse. Je vous propose, à tête reposée, de relire ce que vous m’avez écrit, et combien dedans vous accusez (sans répondre à certaines remarques au passage) et combien (je me permets de le dire car je suis concerné) la charité en est étonnamment absente. C’est pardonné.

Ceci dit, il me semble à vous lire que vous êtes prêt à aller toujours plus loin pour défendre l’indéfendable, et je ne veux pas avoir cela sur ma conscience ni la vôtre, ni le fait que vous me répondiez de cette façon, donc je serai bref et ne réagirai plus sur ce fil.

L’Eglise ne se grandit pas à essayer de mimer le monde… Prêter de tels propos à la Sainte Vierge, c’est nier 2000 de foi catholique et méconnaitre complètement le mystère de la Croix, envoyer des ondes positives pour un Pape c’est grave, remettre en cause la justice du Père également, avoir une distance aussi marquée avec l’Adoration aussi, parler de terre mère et mettre toutes les religions sur le même plan aussi, persécuter la fraternité de l’Immaculée aussi, renier une femme emprisonnée par fidélité au mariage tout en recevant dans le même temps un couple homosexuel avec les médias (aux USA) aussi, dire que l'on peut ne pas tout dire à la Confession aussi, annoncer que la plupart des mariages sont invalides aussi, etc, etc, etc. Un cœur emplit d’amour de Dieu et de sa Maman comprend.

Deux mots encore. Mes lectures ? la Bible, le catéchisme de l’Eglise catholique et les encycliques de l’Eglise. Et une petite citation pour finir (ne dites pas que l’auteur pense en tout ou rien surtout, cela ferait désordre) : « Oui, c’est oui, non, c’est non, tout le reste vient du malin.

Que l’Esprit-Saint nous éclaire, et protège par la Sainte et Immaculé Vierge Marie, l’épouse du Christ qui est l’Eglise, attaquée et blessée comme jamais, mais aimé de Dieu.

Que Dieu vous et nous garde et nous emmène à Son Cœur dans l’Amour de la Vérité. Joyeux Noël tout proche.

Écrit par : alban | mardi, 20 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Les propos que vous accordez au Pape sont tronqués. Il n'a pas envoyé d'onde positive mais en fin de phrase a dit une formule de lui en envoyer pour des personnes non-chrétiennes. Il n'y a rien de choquant.

Si je vous ai blessé je vous présente mes excuses. J'ai supprimé des passages. Parfois, je me trompe alors je corrige. Merci pour votre indulgence.

Vos lectures sont Dieu merci excellentes, mais soyez sainement critique, et positivement, quant aux sources ...

Écrit par : Don Dom | mardi, 20 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Au contraire c'est très choquant. Pourquoi les personnes non chrétiennes n'auraient pas le droit d'être introduites., la grâce d'être exposées aux vérités de la foi authentique, et au contraire confirmées dans un vague religiosité New age qui dégoûte tous les amis véritables de Jesus-Christ ? Où est le commandement d'enseigner les nations? Un pape qui dit envoyer des bonnes ondes... Quelle misère, mais quelle misère ! Un détail, direz vous. Mais un détail qui dit tout pour ceux qui ont des oreilles pour entendre et des yeux pour voir.

Écrit par : B. S. | mercredi, 21 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire