Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 20 novembre 2016

La formation sacerdotale rigide de la FSSPX

nei-tuoi-occhi_160.jpg

La formation sacerdotale rigide de la FSSPX

- Dans la dernière interview au P. Spadaro, le Pape François dit:

"J'essaie toujours de comprendre ce qui se cache derrière les gens qui sont trop jeunes pour avoir connu la liturgie pré-conciliaire et qui pourtant la souhaitent. Parfois , je me suis retrouvé face à une personne très rigide, à une attitude de rigidité. Et je me demande: pourquoi tant de rigidité? Creuser, creuser, cette rigidité cache toujours quelque chose: l'insécurité, parfois même autre chose ..."

Dans son interview à Tv2000, le Pape évoque la rigidité morale, celle qui pense que la Miséricorde ressert les "manches de la Justice":

- la rigidité morale ?

Hypocrite ! c'est la parole de Jésus aux pharisiens, aux docteurs de la Loi. En Dieu, la Miséricorde et la Justice sont une seule chose. La Miséricorde ne "ressert pas les manches de la justice". La Miséricorde est juste et la Justice est miséricordieuse.

Le Pape François, avec la science de Saint Ignace de Loyola, nous aide au discernement. Voici sans doute le contexte auquel il fait référence. De fait, comme le Saint-Père l'entrevoit, nous ne sommes qu'à mi-chemin (50 ans) de l'absorption du Concile Vatican II dans le Corps de l'Eglise. 

------

Le séminaire du Sacré-Coeur de Jésus de Zaitzkofen a diffusé un documentaire de 30 minutes. L'objectif: présenter la formation sacerdotale que dispense la Fraternité Saint-Pie X (version française du film)

Commentaires

je viens de lire un texte qui m'a fait réfléchir et qui rejoint ce que dit le pape, ainsi que votre post...
voici le lien
http://tradinews.blogspot.fr/2016/11/aleteiafr-lunite-retrouvee-des.html
l'expression qui m'a interpellé est la suivante : «ad duritiam cordis»... en raison de la dureté des cœurs de ces intégristes, il faut leur faire des concessions... Mais cette dureté permet de comprendre aussi leur attitude et leur fonctionnement... J'ai entendu ce jour un sermon d'un bon prêtre (tradi) sur la justice divine... il n'a pas dit un mot de la miséricorde et du jubilé qui se terminait... j'ai eu de la peine en me rendant compte qu'il était toujours sur une spiritualité du XIXème et qu'il passait à côté de l'océan de la miséricorde divine... comme tous ces intégristes qui jugent, condamnent et se condamnent ainsi eux-mêmes car ils seront jugés comme ils auront jugé.

Écrit par : Arnold | dimanche, 20 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Merci ! IL n'y a chez François aucune contestation de la décision de son prédécesseur concernant la forme ordinaire ou extraordinaire. Simplement il est erroné de considérer que l'extraordinaire, en refusant l'ordinaire. Un prêtre, un fidèle qui aimera l'extraordinaire, sera favorable à l'ordinaire. C'est cela que le Pape rappelle dans son interview.

Oui, manque de vie intérieure, et comme vous le dites, pas de mention de la Miséricorde. Le Pape est évidement pour le dialogue, pour les contacts, il va aussi vers ces périphéries. Mais il y a un combat à l'intérieur de l'Eglise: l'implantation du Concile Vatican II, comme celui du Concile de Trente qui a mis des années. L'Eglise est guidé par l'Esprit Saint. Oui, la racine se situe dans le discours d'ouverture du Concile par Saint Jean XXIII. L'Eglise change de ton, mais pas de fond. Fini les anathèmes, les condamnation, les armes de la sévérité, la défense ... C'est l'Esprit Saint qui met l'Eglise dans une nouvelle configuration historique, pour être avec les personnes. Ni Ratzinger, ni le Pape François ne dévient de cette ligne pastorale.

Ces agitations, les 4 Cardinaux etc. sont un peu comme la queue du diable qui n'est pas content du tout des fruits de l'année sainte. Le Pape François s'exprime différemment, mais le fond est identique, la foi est la même. Il faut simplement prier, lire, et faire comme lui: prier le chapelet, aller à la Messe, se confesser, parler au Seigneur ...

La petite Thérèse nous a fait sortir de l'hérésie de jansénisme.

Donc ayons grande confiance, la divine Providence veille sur ses Pasteurs. L'Esprit Saint a choisi ce Pape pastoral, pour faire résonner la foi comme positive, attractive, joyeuse. Et le combat est telle que le Pape émérite est en prière, à côté de la croix, et prie tant qu'il peut. Dans un temps tellement agité, il fallait bien deux Papes, un qui agit comme un ouragan de la Pentecôte, et l'autre qui prie avec Marie. Merci pour votre commentaire.

Écrit par : Don Dom | dimanche, 20 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

"La petite Thérèse nous a fait sortir de l'hérésie de jansénisme"
tout est dit ! ça résume parfaitement le pb de certains tradis... Oui, nous manquons certainement de vie intérieure et d'espérance...
UDP

Écrit par : Arnold | dimanche, 20 novembre 2016

Et le Pape est clair et ferme avec la mouvance de la FSSPX. Il reste miséricordieux aussi envers eux. Fermeté mais pas fermeture. Oui merci pour votre prière, nous en avons tous besoin.

Écrit par : Don Dom | dimanche, 20 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Au sujet de "L'Eglise change de ton, mais pas de fond".
S'il est vrai que l'Eglise ne change pas le fond - elle ne le peut simplement pas, le problème reste qu'aujourd'hui son "personnel", comme dirait Maritain, ne s'occupe plus du tout du fond: le salut des âmes et la propagation de la foi catholique. Par contre, sous couvert de "changement de ton" les cadres actuels emploient le meilleur de leur temps à des causes humanitaires et terrestres: la paix dans le monde, le dialogue sous toutes ses formes, l'écologie, la lutte contre les misères qui défigurent le visage de l'homme, etc. Tous ces objectifs sont bons en soi, à condition qu'ils soient correctement hiérarchisés. En effet, de même que le commandement de l'amour du prochain ne vient formellement qu'en second, après l'amour de Dieu, promouvoir la paix dans le monde ou l'écologie, aider les réfugiés et autres charitables actions doivent découler d'un réel effort d'évangélisation, et non pas en tenir lieu, comme si l'Evangile n'était qu'un manuel de secours à l'affligé et de bien vivre ensemble, alors qu'il est avant tout l'instauration du règne de Dieu dans les coeur par une conversion à la foi qui sauve et l'accès aux sacrements. Comment mieux contribuer à ces objectifs (paix dans le monde, juste rapport à la Création) qu'en s'employant à étendre le règne du Prince de la Paix et du Roi de l'Univers, par qui nous viennent toute grâce et tout bien? Mais aujourd'hui, on considère cela comme une stupidité, méprisée sous le terme péjoratif de prosélytisme. Avec le pape François le "changement de ton" est en fait un changement radical de priorités, de praxis, mais aussi de personnel en responsabilité; la doctrine traditionnelle n'est pas changée mais plutôt écartée, piétinée, laissée comme morte, un reliquat du passé qu'on va jusqu'à accuser de servir d'idéologie à une bande de déséquilibrés rigides.

Pour ma part, en fréquentant modérément les "tradis" je n'ai pas du tout l'impression d'un milieu rigide et janséniste (ceci dit, je ne prétends pas porter un jugement global sur un monde varié aux mille nuances), mais bien plutôt d'un peuple de Dieu informé et bien formé, qui ne s'en laisse pas compter, qui perçoit avec acuité ce que j'ai essayé d'analyser plus haut. Qui connaît la Miséricorde de Dieu dans l'équilibre de la sainte doctrine, et non pas dans cette inflation mensongère à la mode qui traite par le mépris la divine Justice, alors que les deux se manifestent uniment en une merveilleuse synthèse au coeur de chaque messe, et chaque fois que l'on porte son regard sur un crucifix.

Écrit par : B.S. | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Peut-on savoir ce qui vous pose problème dans cette vidéo de la FSSPX ? On y voit de jeunes prêtres et séminaristes qui paraissent tout à fait heureux et équilibrés.

Écrit par : François Hou | mardi, 22 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

A qui s'adressait le discernement du Pape François, sur la rigidité ? Avez-vous lu son interview à l'occasion de la publication des ses homélies comme Cardinal en Argentine ?

Écrit par : Don Dom | mardi, 22 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire