Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : Cardinal Sarah r��forme de la r��forme communiqu�� Lombardi

Interview du Père Lombardi

images.jpgwww.la-croix.com

Note: Avec tout mon respect pour le Père Lombardi. Pourtant, je ne partage pas certains de ses points de vue. Nous sommes invités à suivre le Pape de plus près et savoir comment communiquer sa pensée. C'est notre rôle! Expliquer, raconter, mettre en perspective. Oui crise il y a eu, la seconde après Ratisbonne et c'est donc bien aux communicateurs que cela revient en premier chef.  Je pense que les médias ne sont pas les ennemis de l'Eglise. Enfin, cessons de chercher à accuser tel ou tel Cardinal, mais entrons dans le "sentire cum Ecclesiae", se flaire qui nous vient de l'Esprit Saint qui nous permet de comprendre l'Eglise. Que le Pape communicateur que fut Jean Paul II, que notre Pape Benoît XVI, grand Pasteur, doux, humble de coeur et miséricordieux, nous aide à rester fidèle à la joyeuse nouvelle de l'Evangile.

Lire la suite

vendredi, 06 février 2009 | Lien permanent | Commentaires (2)

Le Cardinal Schönborn communique

Traduction 

Diocèse de Vienne

Je remercie les nombreux candidats aux élections au conseil paroissial. Par leur candidature, ils ont fait montre de leur souci de l’Eglise et de la foi. Ils témoignent ainsi de la vitalité de l’Eglise. Dans leur diversité, ils reflètent la diversité des vies et des voyages de foi aujourd’hui. Ainsi il y a beaucoup de conseillers paroissiaux dont le style de vie n’est pas en tous points conforme aux idéaux de l’Eglise. Au vu du témoignage de vie donné par chacun et pris dans son ensemble, et leur engagement d’essayer de vivre une vie de foi, l’Eglise se réjouit de leurs efforts. Ce faisant, elle ne remet pas en cause la validité de ses idéaux. 

Dans la petite communauté de Stützehhofen, que je tiens en grande estime, il y a une vive participation à la vie de l’Eglise y compris parmi la jeune génération. Un signe en est l’importante participation aux élections au conseil paroissial. Les erreurs formelles qui ont été mis au jour lors de cette élection ne remettent pas en cause (où le plus jeune candidat, Florian Stangl, a reçu le plus de voix). 

J’ai pu avoir une conversation personnelle avec Herr Stangl, et j’ai été profondément impressionné par son attitude de foi, sa discrétion, et son engagement vécu par rapport au service. Je puis donc comprendre pourquoi les habitants de Stützenhofen ont voté d’une manière aussi décidée pour sa participation au conseil paroissial. 

Aujourd’hui lors du conseil de l’évêque (Bischofsrat) nous avons discuté le cas complexe de Stützenhofen, et  avons pris à l’unanimité les décisions suivantes : 

1. La direction du diocèse ne remet pas en cause la validité de l’élection, ni ses résultats. 

2. Le conseil de l’évêque ordonne une révision des règles applicables aux élections aux conseils paroissiaux en vue de clarifier les pré-requis pour la candidature dans le contexte d’une délibération qui se poursuit à propos de la nature et des buts des conseils paroissiaux.

Lire la suite

mercredi, 04 avril 2012 | Lien permanent

Le Cardinal belge Danneels communique

images.jpeg

Le futur Cardinal Léonard avait les larmes aux yeux et le coeur blessé lors de la conférence de presse.

Toute notre prière et notre compassion s'envolent vers la Belgique, la victime et sa famille et toute l'Eglise en Belgique.

phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpeg

L'article; le Cardinal Danneels ignorait les actes pédophiles de l'évêque

Voici une copie de la déclaration faite par l’ancien archevêque de Malines-Bruxelles, ce samedi en fin d’après-midi à Bruxelles.

« Comme je l’ai communiqué à plusieurs reprises, je ne puis me rappeler d’une conversation remontant aux années nonante où des cas d’abus commis par Mgr Vangheluwe furent évoqués. Cela m’étonnerait beaucoup que je n’aie pas porté attention à ce genre de conversation ou que je l’aie oubliée. Je n’ai retrouvé aucun document écrit à ce sujet.

J’ai entendu parler pour la première fois de ces abus dans les premiers jours du mois d’avril, et de la bouche de Mgr Vangheluwe, lui-même. Il me demanda, au nom de la famille de la victime, que je le rencontre avec celle-ci en toute confidentialité et que je les écoute.

C’est ce que je fis. J’ai pensé qu’à ce stade confidentiel, je n’avais pas le droit de communiquer quelque chose de cet abus à des tiers, que ce soient les évêques, les instances judiciaires, ou la commission.

Le but de cette rencontre était d’écouter et éventuellement d’arriver à une conclusion qui recueille l’assentiment de tous. Il y a, de fait, différentes solutions pour des abus qui ont eu lieu de nombreuses années plus tôt. Il y a le tribunal civil, sauf que les faits étaient prescrits. Il y a la plainte au tribunal ecclésiastique, et la commission interdiocésaine. Enfin, il y a la réconciliation et le dédommagement mutuellement convenu. On peut insister sur une demande de démission et attendre son acceptation.

Aucune décision n’a pu être tirée de la discussion. Voilà pourquoi tous étaient d’accord que, comme cet entretien n’était pas achevé, il y aurait une seconde rencontre quelques jours plus tard. J’ai alors attendu un signe de la famille. Il n’y en eut pas. Entre-temps, la victime a pris contact avec la commission et Mgr Vangheluwe a présenté sa démission.

Je n’ai jamais entrepris quoi que ce soit pour étouffer l’affaire ou la couvrir du manteau du secret. Cela me blesse d’entendre les reproches et soupçons exprimés à mon encontre, comme quoi j’aurais voulu cacher ou camoufler l’affaire. J’ai simplement – par une démarche peut-être trop spontanée – voulu rendre service à l’évêque et sa famille. Peut-être que j’aurais dû refuser et immédiatement renvoyer vers la commission. Mais la famille avait demandé de me voir et de me parler. Cependant, je pense, maintenant encore, que rendre service à des personnes qui sont en détresse et vous demandent de l’aide, ne peut être considéré comme une faute ou une tentative de cacher la vérité.

La situation m’attriste. J’assure la victime et sa famille que je partage profondément leurs souffrances. Je n’oublie pas non plus Mgr Vangheluwe, même si je ne puis que fortement réprouver ses actes. Je suis attristé par les blessures infligées à l’Église et aux nombreux fidèles. Il est enfin très douloureux que ma volonté d’aider – peut-être de façon par trop généreuse, spontanée et quelque peu irréfléchie – risque de m’être désormais imputée comme faute. »

Lire la suite

dimanche, 25 avril 2010 | Lien permanent

Le Cardinal Sarah paraphrase Nietzsche

« Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c'est nous qui l'avons tué ! Comment nous consoler, nous les meurtriers des meurtriers ? Ce que le monde a possédé jusqu'à présent de plus sacré et de plus puissant a perdu son sang sous notre couteau. — Qui nous lavera de ce sang ? Avec quelle eau pourrions-nous nous purifier ? Quelles expiations, quels jeux sacrés serons-nous forcés d'inventer ?

La grandeur de cet acte n'est-elle pas trop grande pour nous ? Ne sommes-nous pas forcés de devenir nous-mêmes des dieux simplement — ne fût-ce que pour paraître dignes d'eux ? »

F. Nietzsche, Le Gai Savoir, Livre troisième, 125.

Unknown-2.jpeg

Le Cardinal Sarah paraphrase Nietzsche: l'Occident est devenu la tombe de Dieu

Unknown-3.jpeg"La culture occidentale a été organisée comme si Dieu n'existait pas. C'est nous qui l'avons tué. L'homme ne sait ni qui il est ni où il va."

Le Cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements

suite

Comment ne pas comprendre la pensée du cardinal Sarah. Il a reçu l'Evangile par la mort des missionnaires partis de l'Occident pour le grand continent de l'Afrique. Pour celui que l'on surnomme le Benoît XVI africain, le choc terrible, contradictoire. L'Occident exporte désormais des idéologies, comme celle du gender, dénoncée par le Pape François. L'homme prend la place de Dieu, créateur de la nature humaine. 

Ne tombons pas dans le péché de prétendre nous substituer au Créateur. Nous sommes des créatures, nous ne sommes pas tout-puissants. La création nous précède et doit être reçue comme un don.

Pape François 

Lire la suite

dimanche, 15 janvier 2017 | Lien permanent

La Suède et le Père Lombardi

images.jpeg(ASCA) - Citta' del Vaticano, 23 set

- "Il est absolument sans fondement d'affirmer ou seulement d'insinuer que le Pape fut informé de façon antécédente sur les positions de Williamson. ... La lettre du Pape aux évêques du 10 mars dernier, a mis un point final sur toute la question et il n'y a pas de motifs de l'ouvrir à nouveau".

(Apcom)

- "Le Pape a reconnu avec simplicités et humilités les limites de la communication interne et externe du Vatican".

Note: il faut préciser que c'est bien le contenu de l'interview qu'il ne connaissait pas. Le Pape n'est pas un ignorant, aussi connaissait-il l'antisémistisme de la Fraternité. Mais comme l'ont dit nos amis Juifs, la levée de l'excommunication est très précise et ne concerne qu'un aspect juridique, et pas leur doctrine, qui d'ailleurs fera l'objet d'un dialogue ultérieur. Le Pape, avec le Père Lombardi, ont bien reconnu les limites de la communication interne et externe du Vatican. Aussi pourquoi un cardinal Kasper a-t-il parlé dans cette émission ? et pourquoi un évêque lance-t-il un communiqué ?

Lire la suite

mercredi, 23 septembre 2009 | Lien permanent

Padre Lombardi et les excommunications

padre_lombardi01g.jpgMail du chef de la salle de presse à la TV suédoise

Cher Monsieur Fegan,

je n'ai eu aucune connaissance de l'interview avec l'évêque Williamson avant qu'elle ne soit diffusée, voilà la seule chose que je puisse dire. Après la transmission, je fus informé à ce propos par des journalistes et collègues suédois de Radio Vatican.

Le Cardinal Catrillon Hoyos ne m'a dit aucune parole sur cette interview avant sa diffusion. Je ne savais pas que l'information sur Williamson fut envoyé au Vatican, et moi, je ne sais pas qui l'a reçue et lue. Personne ne m'a dit une seule parole sur cette interview.

Le Pape a dit qu'il n'avait pas été informé quand il a approuvé la révocation de l'excommunication. Je suis certain que le Pape dit la vérité. Lorsque j'ai informé mes supérieurs de votre interview avec Williamson, j'ai vu que la décision de la révocation était déjà prise. Aussi, l'unique chose que je pouvais faire était de fortement distingué le sens et le but de la décision de la part du Pape, du négationnisme totalement inacceptable de Williamson qui est une position personnelle, qui n'était en aucun cas lié à la décision de l'excommunication. C'est ce que j'ai répété tant de fois durant ces tristes jours.

J'espère que cette réponse est claire.

Merci de votre attention. Avec mes meilleurs salutations.

Padre Lombardi

Traduit de l'italien par le Suisse Romain

P.S. Voici ce que publiait Andrea Tornielli ( l'homme qui a anticipé avant tout le monde, cette levée des excommunications )

Deux jours avant la publication du décret révoquant les excommunications, et un jour après la diffusion de l'interview, dont le contenu fut anticipé par le journal allemand "Der Spiegel", à 17h30 le 22 janvier, à la Secrétairie d'Etat se sont réunis pour discuter du cas, les cardinaux Tarcisio Bertone(secrétaire d'Etat), Giovanni Battista Re (congr. des évêques), Claudio Hummes (clergé), avec les archevêques Coccopalmerio et le substitut Filoni (qui dirige la salle de presse). Lors de cette rencontre, il fut décidé que le décret ne serait pas présenté à la presse, car en soi suffisamment clair (suite)

Note: On remue à nouveau cette douloureuse affaire. Or, rien de nouveau! Notre Pape, bavarois, dirait qu'on ne peut pas faire de la mousse avec une ancienne bière. Il semble que l'émission de ce mercredi soir à la TV suédoise n'affirme pas que le Pape n'était pas au courant, mais que le Cardinal Hoyos savait. Cela devient l'Inquisition médiatique ?

Personnellement, la lettre du Pape aux évêques est très claire et clos ce chapitre: il y a eu des manques de la part du Saint Siège et il faut y remédier. Nous devons faire cela dans notre propre famille, sans se mordre les uns les autres. Les erreurs permettent d'apprendre. J'admire l'humilité du Pape, qui reconnaît les choses, simplement. Sa lettre est un monument, comme sa conférence de Ratisbonne. Voilà deux documents que l'histoire retiendra. Le reste ....

Lire la suite

mercredi, 23 septembre 2009 | Lien permanent

Père Lombardi: prêtre communicateur

images.jpegServir l’Eglise tout en travaillant avec les médias

La vocation de communicateur du père Lombardi

ROME, Jeudi 17 septembre 2009 (ZENIT.org) - Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, s.j., estime que son appel à travailler dans le monde de la communication de l'Eglise n'a impliqué aucun « changement d'orientation dans son service spirituel et sacerdotal », mais plutôt porté à « un approfondissement » qui va dans la même direction et conduit au même message ».

« La vocation de communicateur est pour moi une continuité de la vocation religieuse et sacerdotale. Si je n'étais pas prêtre, je ne serais pas un communicateur, je ferais d'autres choses », déclare le père Lombardi dans un entretien à l'agence portugaise Ecclesia.

La « vocation de parler, d'annoncer l'Evangile est, naturellement aussi une vocation à la communication », explique-t-il.

Le père Lombardi reconnaît qu'il lui a fallu un approfondissement technique et professionnel pour travailler dans le domaine des médias.

C'est à une série d'articles sur les travailleurs italiens émigrés en Allemagne, souligne le père Lombardi, qu'il doit le fait d'avoir commencé à collaborer avec la revue « La Civiltà Cattolica » au début des années 70.

« Je ne l'ai pas fait pour devenir journaliste, mais pour servir ces travailleurs. C'est l'optique que je recherche : faire en sorte que communiquer devienne un service, dans les questions importantes, dans la vie des personnes ».

« Bien entendu que cela soit devenu le centre de ma vie, en servant dans le cas précis, le Saint-Père et les institutions du Vatican,  ne me déplait pas. Je vois cela comme une contribution au service des personnes », affirme-t-il.

Concernant ses fonctions au Vatican, le père Lombardi explique qu'« il n'est pas un porte-parole personnel du pape » ; que ce dernier ne l'appelle pas « pour envoyer des messages spécifiques » à travers lui.

« Je suis le directeur de la salle de presse du Saint-Siège qui a pour mission de diffuser les informations officielles, des communiqués ou textes du pape, qui m'arrivent à travers la secrétairerie d'Etat et d'autres institutions du Vatican ».

« Bien sûr, j'ai des occasions personnelles pour rencontrer le Pape et m'entretenir avec lui, par exemple après des audiences importantes avec des chefs d'état et autres grandes personnalités. Je parle avec lui du contenu des rencontres, pour rédiger le communiqué, et je confronte ce qu'il me dit avec la secrétairerie d'Etat, qui peut avoir d'autres informations ».

Concernant les défis de la salle de presse du Saint-Siège, le père souligne que celle-ci « apprend à répondre, cherche à suivre l'évolution » dans le domaine des médias, surtout sur Internet. Toutefois, cette évolution « est si rapide et si vaste qu'il est très difficile de suivre la cadence de l'évolution au niveau mondial ». Cela dit, ajoute le père Lombardi, « nous menons à bien notre tâche ».

« Dans ce sens, un point très important est de développer le lien entre les diverses agences et salles de presse de l'Eglise, pour être en mesure de lancer très vite un message de Rome, s'il y a quelque chose d'urgent, donnant ainsi un sentiment de participation et de garantie, conclut-il. Je pense qu'il est possible de faire des pas en avant très importants ».

Lire la suite

jeudi, 17 septembre 2009 | Lien permanent

Vatican: comment mieux communiquer ?

Les progrès du Vatican

images-1.jpeg... plusieurs points restent à améliorer, estime Santiago de la Cierva, auteur d’un livre sur la communication de crise dans l’Église et professeur à l’université pontificale de la Sainte-Croix, qui participait au congrès des communicants d’Église à Rome : « Il faudrait affecter davantage de personnel pour assister le P. Lombardi dans sa tâche et, surtout, que ce dernier ait un accès direct aux personnes qui prennent les décisions. » 

Il s’agit, du reste, selon lui, d’un problème de gouvernance plus que de communication : « On a un pape qui agit et qui était plus décidé que tout autre à purifier l’Église… Mais si tel ou tel cardinal continue de publier dans les médias des déclarations qui vont dans un sens différent de la ligne très claire de Benoît XVI, le système ne pourra fonctionner. »

source: La Croix

images.jpeg

 

 

Lire la suite

lundi, 03 mai 2010 | Lien permanent

Europe 1: interview du Cardinal Sarah


Cardinal Sarah : « On ne peut pas détruire un... par Europe1fr

Unknown.jpeg

Le Cardinal Sarah sur Europe 1

"sans Dieu, nous sommes des loups les uns envers les autres".

Lien

Lire la suite

lundi, 02 mars 2015 | Lien permanent

Le Cardinal Sarah nommé au culte divin

URGENT : LE CARDINAL ROBERT SARAH NOMMÉ PRÉFET DE LA CONGRÉGATION POUR LE CULTE DIVIN ET LA DISCIPLINE DES SACREMENTS.

Vatican - le 24/11/2014 | Par Agence I.Media

Le pape François a nommé, dans la matinée du 24 novembre 2014, le cardinal guinéen Robert Sarah préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. Ce dicastère n'avait pas de préfet à sa tête depuis août dernier. Le cardinal Robert Sarah était jusqu'alors président du Conseil pontifical Cor Unum.

I.MEDIA

Lire la suite

lundi, 24 novembre 2014 | Lien permanent

Page : 1 2 3 4 5 6