Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 octobre 2017

L'opposition au Pape François relève aussi d'une idée politique viciée

L'opposition au Pape François relève aussi d'une idée politique viciée

images-1.jpegJe parcours parfois quelques sites ou blogs dit "catholiques". Je constate que la sourde opposition au Pape François relève aussi d'une vision vicieuse de la politique. 

Ces sites sont "catholiques" lorsqu'ils défendent la vie, de sa conception à sa fin naturelle. Il condamnent fermement l'avortement, la contraception, l'adultère, mais parfois jusqu'à l'obsession. François dirait auto-référentielle.

Ces moyens de communication moderne dit "catholiques" demeurent trop défensifs, comme si l'Eglise se devait d'être encore une citadelle. Dans la manière de faire, cela ne correspond pas vraiment à la volonté d'annoncer la foi d'une manière positive et attractive, à la manière d'un Saint Jean XXIII. Le Concile Vatican II invite à annoncer la même foi que Pie XII, ou du bienheureux Pie IX, du Concile de Trente ou de Jérusalem, dans ce monde marqué par le temps. 

Ces mêmes sites dévient vers l'idéologie politique: le refus de réfugiés, le nationalisme exacerbée ... Manifestement, la constitution Gaudium et Spes pour l'Eglise dans le monde de ce temps passe mal, tout comme le changement vis-à-vis du rapport entre le temporel et le spirituel opéré par la déclaration sur la liberté religieuse (Dignitatis Humanae). Le refus sournois de Vatican II est perceptible. Ils regrettent l'âge d'or de l'Etat catholique, qui n'existe d'ailleurs pas ...

Les coups assénées régulièrement au Pape viennent de ce côté. Pour eux, le Pape plaide trop la cause des réfugiés, des sans papiers, des pauvres et des petits. Autant qu'ils restent chez eux ! Notons au passage que l'Eglise rappelle également le droit de ne pas émigrer. 

Un petit exemple pour illustrer ma pensée (voir article dans Minute): le drame épouvantable des deux jeunes filles sauvagement assassinées à Marseille. Un non-sens diabolique ! Comment la folie d'une homme peut le pousser à égorger une fille, prise au hasard, se trouvant malgré elle au mauvais moment au mauvais endroit. Tuer ou égorger au nom de Dieu est satanique !

Or, pour ces sites, le coupable est tout désigné: l'étranger, le sans papier, le musulman. 

Profonde méprise sur la nature humaine ! Tout homme peut commettre le mal, indépendamment de sa race, de ses croyances ou de ses origines. Propager que les étrangers, les sans papiers ou les musulmans sont source de violence est intolérable. Inadmissible de le faire avec une couverture catholique ! Un musulman n'est pas un islamiste et l'islam est différent de l'islamisme. Et force est de constater, non sans une certaine douleur, que le milieu liturgique est comme l'arbre qui peut cacher cette forêt. 

Le Pape François ne dit nulle part d'accueillir les réfugiés sans discernement. Il faut qu'ils puissent être intégrés. Il ne dit pas non plus d'accueillir les terroristes islamistes, ou d'abolir les frontières. Grossière déformation de la doctrine sociale de l'Eglise. Il invite, comme Saint Jean-Paul II à construire des ponts, pas avec le mal ou Satan, ni avec les tueurs, mais avec nos frères et soeurs en humanité. 

Défendre l'enfant à naître et la vie naissante, c'est bien; empêcher l'euthanasie, c'est bien aussi; reste à trouver le langage et la manière positive ou pro-active pour le faire. Toutefois entre la conception, la naissance et la mort, il y a une longue vie et la dignité de la même personne doit être promue tout au long de cette vie, également lorsqu'elle fuit la violence et la guerre, ou se trouve au milieu du cimetière de la Méditerranée en criant au secours dans l'indifférence générale. 

Voilà cet article relayé par un site "catholique"*.

*Si les clandestins étaient expulsés, Laura et Mauranne seraient encore vivantes

Capture d’écran 2017-10-03 à 21.02.45

Lu dans Minute :

"En rentrant chez moi, dimanche, j’ai trouvé installé dans mon salon un individu qui s’y était introduit sans y être invité en brisant la fenêtre. J’ai fait comme si je ne le voyais pas et il a commencé à voler de l’argent dans le portefeuille de ma femme. Comme il était malade, j’ai fait venir le médecin et je lui ai payé ses médicaments. En guise de remerciement, il a vendu à mon insu de la drogue à mon fils et tenté de violer ma femme. Comme je lui faisais citoyennement la morale sans pour autant le mettre à la porte, il s’est emparé d’un couteau dans le tiroir de la cuisine, m’a traité de salaud et a égorgé ma fille sous mes yeux, en promettant de me faire subir le même sort à brève échéance si je ne remaniais pas la décoration de ma maison selon ses goûts et n’adoptais pas moi-même ses us, ses coutumes et sa religion. Si vous me dites que j’ai bien cherché ce qui m’arrive, je vous répondrai que vous êtes sans cœur et que vous n’accueillez pas les différences...

Si un particulier tenait un tel discours, il passerait pour fou ou idiot, voire les deux. C’est pourtant celui que nous tiennent les politiques, les satimbanques et les médias depuis des années et ce qui se passe à l’échelle du pays ne diffère pas de ce tableau. Parmi la liste impressionnante des criminels qui ont perpétré ou tenté de perpétrer des attentats en France au nom de l’islam, beaucoup sont des « Français de papier », issus de l’immigration mais nés sur le territoire français et par conséquent détenteurs de cette nationalité qu’ils méprisent et haïssent (il y aurait beaucoup à dire sur le « droit du sol »). [...]

Ahmed qui, dimanche, a assassiné deux jeunes filles à Marseille, illustre parfaitement cette situation ubuesque. S’étant introduit en France en transgressant nos lois, il a été signalé aux autorités une première fois en 2005 au moins, et à six autres reprises depuis, à chaque fois sous une identité différente. La dernière fois, le 29 septembre 2017, il avait été placé en garde à vue, à Lyon, pour un vol à l’étalage. Se déclarant sans domicile fixe, il avait alors avoué aux policiers consommer des drogues dures. Apparemment, tout cela ne constituait pourtant pas une raison suffisante pour le mettre dans un avion pour Tunis sans billet de retour.

Selon le procureur de la République de Paris, François Molins, « la procédure a été classée sans suite car l’in- fraction était insuffisamment caractérisée » ! Mais à quelle infraction le procureur fait-il allusion ? A la présence clandestine de ce ressortissant tunisien sur le territoire français ? Au fait qu’il ait décliné une fausse identité ? A la détention et consommation de stupéfiants (ce qui laisse soupçonner qu’il en trafiquait) ? Au vol ? La palette des délits est large... Moyennant quoi, il a été libéré, à temps pour se trouver deux jours plus tard à la gare Saint-Charles à Marseille et y poignarder ses victimes. Et cette fois, hélas, l’infraction a bien été « caractérisée ». [...]"

Commentaires

Bah, je trouve ça de bonne guerre, comme vous dites :

"Ces mêmes sites dévient vers l'idéologie politique: le refus de réfugiés, le nationalisme exacerbé..."

Je pourrais retourner la phrase en disant :

"Ces mêmes tribunes, telles que la Civiltà Cattolica, l'Avvenire, ou autres publication du Vatican dévient vers l'idéologie politique : L'accueil inconditionnel de réfugiés et un mondialisme exacerbé..." (car je vous rappelle que contrairement à ce que vous dites, le pape avait appelé à recevoir tous les migrants sans distinction, il a certes rectifié un peu le tir, mais trop tard).

Sinon, vous dites aussi une aberration ici : "Profonde méprise sur la nature humaine ! Tout homme peut commettre le mal, indépendamment de sa race, de ses croyances ou de ses origines."

Certes, mais il est rare qu'un catholique tue pour plaire à Dieu, il y a toujours des motifs bassement humains (la fameuse nature humaine que vous invoquez) : L'argent, la vengeance, l'envie, la jalousie, le sexe, ou tout simplement des psychopathes... Rien à voir avec la religion.

Là on a quand-même affaire à des gens qui tuent en criant "Dieu est grand et Mahomed est son prophète", et ils croient réellement bien faire les bougres. Donc soit c'est une religion très incomprise par ses propres adeptes, soit c'est une religion à fabriquer des psychopathes. D'ailleurs, selon les médias, ils parlent de plus en plus de déséquilibrés...

ça ne vous ferait pas drôle, à vous, de voir un peu partout dans le monde des déséquilibrés qui assassineraient des gens en criant : "L'Eglise catholique est la seule Eglise de Dieu et le pape est son porte parole !"

Et je ne parle pas d'un cas isolé, mais de plusieurs cas par semaine, durant des mois et des années. A mon avis, si tel était le cas, vous aurez beau expliquer que c'est des extrémistes qui ne comprennent pas le catholicisme ou des déséquilibrés, je prends le pari que les casques bleus auraient déjà débarqués au Vatican et vous raserez les murs.

Pour le reste, sur la défense de la vie à naître, j'avais aussi lu un truc à François du style : "Bien sûr qu'il faut défendre la vie dans le sein de sa mère, mais aussi s'élever contre la peine de mort !"

Equation résolue : Le massacre des innocents idem que les larrons autour de Jésus, qui avouaient pourtant que la sentence était justifiée pour eux (ou en tout cas pour le bon larron). Est-ce que Jésus a contredit en protestant contre la peine de mort ?

Écrit par : P.F | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ah oui, j'oubliais un mot suite à la lecture de l'article, qui m'est revenu en lisant le commentaire de New Remix.

En début d'article, les trois fois que Don Dom qualifie ces sites de catholique, le mot apparait entre guillemets, ce qui veut dire qu'ils ne le sont pas, le jugement est raide ! Et moi qui pensait bêtement que le fait d'être baptisé et de croire à toutes les vérités de foi faisait de nous un catholique, je tombe de haut : Avoir d'autres idées politique que François, et voilà qu'on devient catholique entre guillemets.

L'abbé Rimaz dit : "Le refus sournois de Vatican II est perceptible."

J'avais tiqué sur cette phrase en lisant, et New Remix me l'a rappelé. Franchement, on s'en fout un peu de Vatican II. Comme de Vatican I ou du concile de trente d'ailleurs. J'ai 45 ans, j'étais pas né en 65, et j'ai jamais lu un truc de ce concile, ni des précédents d'ailleurs. Le seul truc de ces années que j'ai lu était d'utilité matrimoniale : Humanae Vitae. Pour le reste, ça ne me concernait pas. Je veux dire, ... la Vérité, on la connait depuis 2000 ans. Certains saints et mystiques ont un peu explicité ceci ou cela, et les histoires de saints sont intéressantes, mais des conciles... franchement ?

Comme je suis conservateur, on me demande parfois ce que je pense de Vatican II ? Ben j'en pense rien, je ne connais pas. A ce que j'ai compris, Vatican II c'est un truc pastoral qui concerne les curés, avant ils s'habillaient en curé, et maintenant en ce qu'ils veulent. Avant ils enseignaient, et maintenant ils ont des groupes de paroles ou des conneries du genre.
Le concile Vatican I ? J'en pense rien non plus, à ce que je sais c'est juste qu'ils ont défini l'infaillibilité pontificale (ex-caterdra il me semble), j'en sais rien de plus.
Le concile de trente ? Ils ont défini la messe traditionnelle ! J'ai dû lire qu'ils avaient aussi fait quelques efforts, mais ça ne concernait pas vraiment les catholiques croyant juste, c'était plutôt une réponse au protestantisme qui se propageait, mais la nature de la réponse m'échappe.

Voilà, les conciles à mon avis ne sont pas des trucs qui changent la foi, juste des aménagements du territoire de l'église.

La seule chose qui m'intéresse dans tout ça, c'est la foi, et c'est là que la question de New Remix m'a attiré :
Cit. : "Donc je répète comment ses erreurs sont devenues vraies?"

Voilà un sujet intéressant. Car ça concerne la Vérité VS l'erreur !
Et entre la lecture des sermons du saint curé d'Ars avec ce que je lis aujourd'hui, je me dis qu'il n'y a même plus anguille sous roche, mais plutôt cachalot sous la banquise !

Écrit par : P.F | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

bien sur qu il faut defendre la vie mais il ne faut pas le faire avec naivete. d abord convertir et lorsque la foi s installe alors le desir de faire ce qui est juste arrive.

Sans faire injure a Pie XII l intelligence evolue car la science evolue la comprenhension de ce qu est l homme evolue. Et ce n est pas en opposant la foi et la raison qu on permettra a l eglise de jouer son role de passerelle entre le monde et Dieu.

merci pour cette synthese pere !

Écrit par : arthur | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Comme tout le monde le sait depuis peu, les préoccupations essentielles des Apôtres étaient les migrants, le climat, le dialogue inter-religieux, le vivre ensemble et la société multiculturelle. Mais en dehors de cette charpente qui est devenue l’essentiel de la foi, nous auraient-ils laissé un message concernant le salut de l’âme et les fins dernières ? A entendre le pape, nos prêtres et nos évêques, nul ne peut le savoir. »

Écrit par : Sonia | jeudi, 05 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

L'Eglise catholique est une continuité depuis la Pentecôte jusqu'à aujourd'hui. Aussi, c'est une grande perte de temps de trop lire ces articles qui comparent des idées qui ne sont pas les mêmes, car des mots renvoient à une réalité différente. Je me souviens d'avoir lu un tout petit livre avec d'un côté le Syllabus et de l'autre Vatican II. Ce sont des raisonnements qui choquent dans un premier temps. Mais à force de prier, d'étudier, j'ai vu la supercherie. Il y a des comparaisons qui ne sont pas raisons, et des pièges intellectuels très fins. Donc je ne tombe pas dans le panneau de ces arguments, de discontinuité, du modernisme qui a conquis l'Eglise jusqu'au Pape ... c'est une mentalité hasardeuse, rationaliste, dangereuse et sectaire.

Écrit par : Don Dom | jeudi, 05 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Vos réponses sont un peu désespérantes car il n'y a jamais débat, juste une condamnation ou un échappatoire facile.

Votre article ci-dessus est lui-aussi très indigent, fait de formules, comme le titre : "L'opposition au pape François relève aussi d'une idée politique viciée". De même que "l'adhésion au pape François relève aussi d'une idée politique viciée", et dessous, je reprendrais les mêmes thèmes que vous, en les retournant, et en ayant recours non plus à François, mais aux papes précédents ou autres événements chrétien ou mondains.

Ensuite, l'article que vous mentionnez est trop dur, mais pas dénué de fondement. On peut être critique sur cet article comme on peut l'être sur un article altermondialiste qui nie tous les problèmes que l'immigration représente.

Les deux sont faux, exagérés, inutiles. Ce n'est que de la politique, rien à voir avec le christianisme. Qu'un chrétien dise politiquement : "On a pas eu de problème avec l'assimilation des populations juives, mais on en a avec les populations musulmanes qui sont réticentes à adopter nos us et coutumes publiques".
Un tel constat fait-il de ce politicien un mauvais chrétien ? Selon François et vous-même oui, parce qu'aujourd'hui la christianéïté de l'individu se mesure à la lutte qu'il met en place pour les migrants, l'emprunte carbone, Donald Trump, les fabricants d'arme et la sodomie entre femmes transgenre...

Une liste de conneries volontaire, juste pour vous montrer qu'il n'est plus question depuis longtemps du salut des âmes ni du Royaume des Cieux, mais d'abord de ce qui nous sera donné de surcroit. C'est juste une inversion des priorités Divines auxquelles vous adhérez en donnant des points de catholicité en fonction d'opinions politiques totalement secondaires.

Dommage

Écrit par : P.F | jeudi, 05 octobre 2017

Il est évident que l'Eglise, sur son rapport avec le temporel, a évolué. Cela sans contradiction.
Je peux parler avec vous des heures, vous offrir les arguments, vous ne les validerez pas. Car votre but est de me convertir, pas de dialoguer. Vous avez une liste d'arguments bien préparés, puis c'est à peu près tout. Aussi, je vous conseille d'ouvrir votre page Facebook. Ici, sur le Suisse Romain, vous êtes aussi chez Pierre pour aujourd'hui, en union avec le successeur légitime de Pierre, qui est désormais François. Il guide l'Eglise avec les évêques en communion avec lui, avec un milliard de catholiques. Je me situe dans cette communion. Bien à vous

Écrit par : Don Dom | jeudi, 05 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Explication de cet article du padre Don Dom:

Je ne peux argumenter - alors suivant le vieux principe diabolisons - cherchons un article bien choquant, si possible politique car on pourra sous-entendre que c'est du fascisme - quand c'est trouvé "par hasard" padre on le publié. Ensuite la machine se met en place toute seule : oh mon Dieu qu'elle horreur les opposants au Pape sont fascistes - or Hitler était fasciste - et il est au sommet de la haine - voilà pourquoi ces gens s'opposent au Pape - tout s'explique merci padre.

Franchement savez vous que 99% des gens de votre pays ne savent plus qu'ils ont une âme à sauver - en grande partie à cause d'un clergé (censuré) - et vous Don Dom que faîtes-vous???

Écrit par : Tonton Adolf très très méchant | jeudi, 05 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Difficile de dire si le recul de la foi provient d'une église trop ou pas assez ouverte mon cher Adolf...

Écrit par : Jean Moulin | jeudi, 05 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Dimanche 1er octobre, la ville de Bologne a reçu le pape François pour une visite qui restera hautement symbolique de la pensée socialo-politico-religieuse du pontife argentin.

De la rencontre avec les migrants dans le centre d’accueil au repas sans porc offert à 1 000 personnes à l’intérieur de la basilique de Saint–Petronio, cette visite, qui s’est terminée avec la messe people dans le stade, divise les Italiens et pas uniquement les catholiques. Différentes attitudes de l’actuel hôte du Vatican durant cette journée dans Bologne choquent nos voisins transalpins profondément.

Dès son arrivée, après une rapide prise de contact avec les habitants de la ville sur la place du peuple et une visite à la cathédrale Saint-Jean avec les membres de la Curie où il a salué quelques malades, la première rencontre significative de Jorge Maria Bergoglio a été avec les centaines de clandestins et demandeurs d’asile hébergés dans le centre d’accueil pour migrants de Bologne. Il a fait des selfies avec eux et a loué l’accueil instauré par les associations humanitaires du coin.

Au cours de cette halte, il a rencontré également le représentant de la communauté islamique de Bologne, l’imam Yassine Lafram qui a exprimé au nom de ses coreligionnaires, «l’immense plaisir » pour cette visite :

« Nous suivons avec intérêt et attention votre action et nous ne pouvons que partager les positions que vous exprimez sur le thème de la pauvreté et de l’accueil. Nous sentons nous-aussi que nous avons le devoir de contribuer à une réforme sur la loi de nationalité ».

Ensuite, selon le souhait du pape lui-même, un déjeuner a été servi en sa présence à un millier de personnes indigentes parmi lesquelles des clandestins et des prisonniers. Mais au lieu de choisir une salle paroissiale ou municipale, ces agapes ont eu lieu à l’intérieur de la basilique de Saint–Petronio transformée pour l’occasion en vaste cantine. Ce fait est déjà en soi déplorable mais le pire est à venir. Le menu a été pensé dans « le respect des diverses traditions religieuses » raconte le quotidien italien indépendant La Verità. Donc aussi pour les amis musulmans du pape argentin. Pas de vrai « ragù alla bolognese » et de « tortellini » au jambon sur la table pontificale ! Pas un gramme de porc n’a été servi au pape bien que dans la recette traditionnelle du ragoût à Bologne il faut mettre non seulement du bœuf mais aussi de la viande de cochon. « Même histoire pour l’escalope de dinde, écrit La Verità, privée pour l’occasion de « l’indécente » tranche de jambon cru qui, selon la recette locale, aurait du la parfumer ».

La prochaine fois, après l’expulsion du cochon de sa table, il se pourrait bien que ce soit les croix et autres symboles religieux catholiques qu’il faudra cacher pour ne pas offenser les amis islamistes d’El papa déjà soumis à l’envahisseur musulman…

Écrit par : Sonia | vendredi, 06 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Sonia, lisez le Pape, en entier, pas que d'après quelques articles ici ou là ...

Pour l'église ? si c'était Louis XVI, personne n'aurait rien dit ...

Écrit par : Don Dom | vendredi, 06 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Cher Arthur ou plutôt cher Don Dom,

Je ne parlais pas d'ouverture au monde..Je ne sais même pas ce que ça veut dire vraiment tellement les avis peuvent être différents sur ce sujet. Je parlais de tt ce temps perdu à chercher des informations sur Internet pour diaboliser des gens pendant que 99% des Suisses ignorent qu'ils doivent sauver leurs âmes

Écrit par : Tonton Adolf très très méchant | vendredi, 06 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

et moi je soutien quon a besoin d aimer et de comprendre l eglise ... le savant travail de sappe de quelquesuns est dangereux pour la foi ...

Écrit par : jean moulin | samedi, 07 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Le travail de sape était à l'oeuvre sous Jean-Paul II et Benoît XVI, là c'est bon, c'est réglé il me semble.

Écrit par : P.F | samedi, 07 octobre 2017

Écrire un commentaire