Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 septembre 2017

Amoris Laetitia: les 7 hérésies (sic!) du Pape François

Amoris Laetitia: les 7 hérésies (sic!) du Pape François

Lien: correction filiale

pape.jpgAu moyen de paroles, d’actions et d’omissions et par des passages du document « Amoris laetitia », Votre Sainteté a soutenu, de manière directe ou indirecte (avec quelle connaissance de cause, nous ne le savons pas et nous ne voulons pas en juger), les propositions fausses et hérétiques suivantes, propagées dans l’Eglise aussi bien de façon officielle que par acte privé :

1. « Une personne justifiée n’a pas la force avec la grâce de Dieu d’accomplir les commandements objectifs de la loi divine, comme si certains commandement étaient impossibles à observer pour celui qui est justifié ; ou comme si la grâce de Dieu, en produisant la justification d’un individu, ne produisait pas invariablement et par sa nature la conversion de tout péché grave, ou comme si elle ne suffisait pas à la conversion de tout péché grave. »

2. « Les chrétiens qui ont obtenu le divorce civil de leur conjoint avec lequel ils étaient validement mariés et ont contracté un mariage civil avec une autre personne (alors que leur conjoint était en vie) ; ceux qui vivent ‘more uxorio’ avec leur partenaire civil et ont choisi de rester dans cet état en toute conscience de la nature de leur action et en toute conscience de la volonté de demeurer dans cet état, ne sont pas nécessairement en état de péché mortel et peuvent recevoir la grâce sanctifiante et grandir dans la charité ».

3. « Un chrétien peut être pleinement conscient d’une loi divine et peut volontairement choisir de la violer dans une matière grave mais ne pas être en état de péché mortel comme résultat de cette ‘action’ ».

4. « Une personne, tout en obéissant à la loi divine, peut pécher contre Dieu en vertu de cette même obéissance ».

5. « La Conscience peut véritablement et correctement juger que parfois les actes sexuels entre des personnes qui ont contracté entre elles un mariage civil, bien que l’une ou deux d’entre elles soient sacramentellement mariées avec une autre personne, sont moralement bons, demandés ou commandés par Dieu ».

6. « Les principes moraux et les vérités morales contenues dans la Révélation Divine et dans la loi naturelle n’incluent pas d’interdits négatifs qui défendent absolument certains types d’actions qui par leur objet sont toujours gravement illicites ».

7. « Notre Seigneur Jésus Christ veut que l’Eglise abandonne sa discipline constante de refuser l’Eucharistie aux divorcés remariés et de refuser l’absolution aux divorcés remariés qui ne manifestent pas de repentir pour leur état de vie et une ferme intention de s’amender ».

Ces propositions contredisent toutes des vérités qui sont divinement révélées et que les catholiques doivent croire avec l’assentiment de la foi divine. […] Il est nécessaire pour le bien des âmes que leur condamnation soit rappelée par l’autorité de l’Eglise.

Commentaires

Je ne trouve pas ces textes "hérétiques" dans "Amoris laetitia"

Écrit par : van isacker andré | mardi, 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Nous sommes des millions

Écrit par : Don Dom | mardi, 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Malheureusement, vu l'épaisseur des ténèbres actuelles, je serais étonné qu'il puisse exister aujourd'hui dans la Sainte Eglise des "millions" de fidèles capables seulement de faire la claire distinction entre ce qui est de foi et l'hérésie. Par exemple, combien nombreux sont-ils ceux qui croient faussement et plus ou moins consciemment que le pape, par la magie de son accession au saint pontificat, deviendrait une sorte d'oracle infaillible, voire une espèce d'incarnation du Saint Esprit à vénérer comme un saint dès ici-bas?
Et d'ailleurs, même si parmi les catholiques, une écrasante majorité, y compris une bonne part du clergé, devait se ranger dans le camp de ce qui, un jour, s'appellera le "bergoglianisme", cela ne suffirait nullement à leur donner raison. Saint Athanase vous en dira tant ! Alors oui, à ce jour ils ne sont "que" 62 signataires (c'est déjà pas si mal, un si grand nombre de personnes réputées qui s'exposent à des représailles certaines), mais ce n'est que le début. Et derrière eux, il y a sans nul doute un nombre difficile à estimer, mais important, de fidèles qui rendent grâces à Dieu pour leur initiative courageuse et pertinente. Et soyez-en sûr: certains cardinaux et évêques préparent la prochaine étape : la correction formelle.

Écrit par : Ph. Martin | mardi, 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Suivre l'Eglise catholique serait une idolâtrie ? Réfléchir en conscience sur Amoris Laetitia et y trouver une continuité et un approfondissement serait une hérésie ?

Cette exhortation est un acte du Magistère.

Les idoles des opposants au Pape et aux Évêques en communion avec lui sont nombreux: fondamentalisme, intégrisme, orgueil, pharisaïsme, intolérance, fixation ...

Dieu nous donne un François qui porte l'Eglise vers la sortie, comme à la Pentecôte, et certains veulent rester dans le Cénacle ? Jésus ne veut pas être enfermé il veut sortir pour aider, être avec.

Certes le Pape n'est pas un théologien comme l'était Benoît XVI. Cependant nous avons à faire à un prophète ! La Vérité est tellement grande qu'un seul homme ne peut pas la refléter totalement, sauf Jésus de Nazareth, fils de Dieu.

L'idéologie de la FSSPX est puissante et séduit de nombreuses âmes. L'orgueil ... le trouble ...

Aussi le fonctionnement médiatique fait que cette correction est largement connue car polémique et contrastante. Mais le nombre d'adhérents est très faible. Le diable fait toujours plus de bruit.

Écrit par : Don Dom | mardi, 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Le pape François un prophète... ? Non, Paul VI a écrit une encyclique prophétique, car en la lisant HV, on s'aperçoit que tous les effets secondaires à l'acceptation de la contraception sont devenus réalité. Voilà quelque chose de prophétique : on énonce un problème, et on devine avec exactitude les conséquences.

François ne fait absolument pas cela dans AL, il n'y a rien de prophétique.

Ensuite, parler de l'idéologie de la FSSPX pour la comparer au diable, je ne sais pas. Je ne connais pas leur "idéologie", je sais juste qu'ils prêchent et enseignent comme ça s'est fait avant 1965. Dire cela, c'est condamner l'Eglise d'avant 1965. Ou alors il faudra m'expliquer de quelle "idéologie" il en retourne. Pour ma part, je vois plus d'idéologues du côté du Vatican que du côté de la FSSPX, mais je ne suis pas un expert.

Et pour finir, votre volée de bois vert contre les opposants au pape (qui ne s'opposent pas au pape mais à ses imprécisions, ses flous volontaires, ses gestes incompréhensibles et ses déclarations à l'emporte pièce) de tous les maux, ça ne vous honore pas, n'importe quel gratte papier laïc et ignorant de la foi fait de même, vous êtes capable de mieux.

Écrit par : P.F | mercredi, 27 septembre 2017

Qui a béatifié Paul VI ? Qui a déclaré saints les parents de Sainte Therese de Lisieux ?

Écrit par : Don Dom | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne vois pas le rapport ?

Écrit par : P.F | mercredi, 27 septembre 2017

Cette correction filiale n'a rien à voir avec la FSSPX, elle n'émane pas de ses rangs et le fait que Mgr Fellay l'ait signée montre juste que les disciples de Mgr Lefebvres ne vivent pas dans l'indifférence de ce qui se passe à Rome. C'est d'ailleurs significatif qu'il s'associe à une telle démarche alors que la correction formelle ne lui sera probablement pas ouverte, pour les raisons canoniques que l'on sait.

La tactique visant à amalgamer cette démarche avec la FSSPX, à balancer des jugements peu miséricordieux et à en ridiculiser le soit-disant petit nombre de signataires n'a qu'un objectif : éviter de lire et de se confronter au texte, de répondre sur le fond.

Écrit par : Ph. Martin | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est Amoris Laetitia qu'il faut lire, avec Veritatis Splendor. Je vous assure que François ne remet nullement en cause cette encyclique.

Écrit par : Don Dom | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Vous ne voyez pas le rapport ? Paul VI, l'auteur d'humante Vitae, a été béatifié par François. Donc il ne le contredit pas. Tout comme les époux Martin, canonisation par le Pape François à l'issu des synodes. Donc les lumières des étoiles du ciel continuent de briller, simplement que la vie concrète n'est pas toujours si claire et évidente. Aussi, c'est dans notre vie concrète et ordinaire que nous devons suivre le bien possible, en formant notre conscience avec l'enseignement de l'Eglise. Sans être indiscret, vous ne tombez jamais ? les saints tombaient en chemin, mais se relevaient aussitôt. Puis, ils tombaient "sans cesse", comme en gravitation autour de Jésus, qui les gardait debout par la force de sa grâce. Nous ne devenons pas saint d'un coup. Nous y allons pas après pas. N'ayons pas peur de notre fragilité, luttons malgré elle, avec elle, sans renoncer à l'appel de Jésus.

Écrit par : Don Dom | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Vous semblez un peu confus, mais passons.

Vous dites :
"la vie concrète n'est pas toujours si claire et évidente."

Je dirais : La vie concrète n'est JAMAIS aussi claire et évidente.

Vous dites :
"c'est dans notre vie concrète et ordinaire que nous devons suivre le bien possible, en formant notre conscience avec l'enseignement de l'Eglise."

Et comme je suis d'accord !

Vous dites :
"Sans être indiscret, vous ne tombez jamais ?"

Je ne fais que ça, à tel point que j'applique à moi-même les paroles de l'apôtre Paul : "Si vous mangez l'Eucharistie indignement, vous manger et buvez la coupe de votre propre condamnation". Du coup, je préfère m'abstenir la plupart du temps, et je vois comme un grand écart entre les paroles de Saint Paul et celles de François : Qui dit vrai ?
Est-ce juste un "médicament" comme le dit François, dont j'ai grand besoin et que je me prive par esprit de pharisaisme en interprétant mal Saint Paul ? (mais il me semble que l'Eglise l'interprétait ainsi jusqu'à l'an 2016)

Bref, j'avoue que je suis un peu perdu, mais je donne le point à Saint Paul dans le doute.

Vous dites :
"les saints tombaient en chemin, mais se relevaient aussitôt."

Oui, c'est ce que j'essaye de faire, mais arrive un moment où j'ai l'impression de complètement abuser (quasi de me moquer) de la miséricorde divine, alors je reste au fond de l'église comme le publicain qui se frappait la poitrine. Ma seule prière possible en ces moments : "Seigneur, prend pitié de moi".

Il est évident que François et sa doctrine sont de nature à tranquilliser ma culpabilité et youhouhou, on ira tous au paradis, ne te prend plus la tête avec ta conscience, prend ton médicament et vamos !

Mais je n'arrive pas à y croire par rapport à ma formation passée, via J.P II et Benoit XVI.

Pour conclure, j'ai l'impression que Rome a toujours été un phare de la vérité, et aujourd'hui, une épaisse brume entoure le phare. Les esquifs voient toujours la luminosité provenant de la brume, mais le phare est voilé. Et cela n'a rien à voir avec de la miséricorde ou toute autre paroles dithyrambique dont vous affublez le Saint Père.

Écrit par : P.F | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je suis conscient que mes questions touchent à votre intimité. C'est sans doute cela AL ... elle entre médiatiquement dans l'intime, en levant un peu le voile du confessionnal.

Si vous n'avez pas conscience de péché grave ou mortel, svp, allez communier. Et surtout pratiquer la confession et l'accompagnement spirituel. Il peut arriver qu'avec notre nature, certains soient scrupuleux, ou se voient plus noirs que noirs. Le regard sur soi est déformant. Nous pouvons lever nos yeux pour percevoir le doux regard de Jésus. A sa lumière, avec la fine lumière de l'Esprit Saint, nous nous connaîtrons mieux. Voilà AL: venez, parlons, discutons, dialoguons ... et allez voir un prêtre, allez au confessionnal, ne restez pas seul ...

Cela rejoint les Saintes Ecritures: venez discutons, vos péchés sont rouge comme l'écarlate, ils deviendront blanc comme neige.

Merci P.F. pour votre sincérité. Et pardonnez-moi si parfois je réponds un peu à côté. C'est la limite d'un blog, qui a pourtant son utilité. Bien à vous...

Écrit par : Don Dom | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Bah, j'ai eu deux directeurs spirituels. Lorsque le premier est mort, le second disait l'inverse du premier, et maintenant François dit l'inverse du deuxième... (sur les mêmes questions).

Donc je les ai envoyé balader (le second directeur spirituel et François), parce qu'à mon avis, c'est plus une crise chez les pasteurs que chez les fidèles, mais c'est les fidèles qui en souffrent.

Pour ma part, j'essaie de me débrouiller avec ce que je comprends sincèrement de ce qui avait encore la forme d'un magistère ... jadis (il y a seulement 4 ans). La seule chose que je sais à coup sûr, c'est que je ne peux plus compter sur les pasteurs pour m'éclairer, je les cantonne donc à un rôle de distributeurs de sacrements (ils ont encore ce pouvoir).

Voilà où on en est rendu.

Écrit par : P.F | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Vous êtes touchant, car on sent bien, chez vous, qu'il n'y a aucune malice mais plutôt une sorte d'incapacité à percevoir l'évidence. Peut-être en raison de votre rapport pas tout à fait ajusté à la papauté. Malheureusement, en voulant "servir l'Eglise comme elle veut être servie", mais en confondant un peu la Personne et son personnel, vous servez aujourd'hui des gens beaucoup moins sympathiques que vous et qui n'ont pas les mêmes objectifs que vous. Nous vivons une situation encore jamais vue dans l'histoire de l'Eglise, et nullement confortable, mais cela ne nous dispense pas d'avoir le courage d'ouvrir les yeux. Demain je vous prendrai tout particulièrement dans ma prière devant Jésus-Hostie, avec l'Immaculée, pour le pape et pour tous les prêtres.

Écrit par : Ph. Martin | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est gentil de prier pour moi, et pour Notre Pape.
Je suis le Pape avec mon intelligence et je réfléchis. Mon adhésion n'est nullement irréfléchie.

Saint Josemaria, qu'on ne peut suspecter de modernisme, aurait signé Amoris Laetitia. La vie n'est pas simple, comme vous l'avez dit, mais la foi reste une petite lumière. J'ai lu plusieurs fois Amoris Laetitia, et des commentaires.... or Veritatis Splendor et une bonne formation en morale (avec Saint Thomas) sont un pré requis pour une juste compréhension. Il est vrai que dans l'entourage du Pape, il n'y a plus un Ratzinger qui était clair comme de l'eau de roche. Aussi il faut le prendre également en compte pour lire AL.

Écrit par : Don Dom | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

je reconnais je suis victime de toutes les idoles que vous citez:''fondamentalisme, intégrisme, orgueil, pharisaïsme, intolérance, fixation'' et plus si votre coeur doit encore s'èpancher monsieur l'abbé.

Cependant que pensez vous de ceci?

http://www.medias-presse.info/a-la-suite-damoris-laetitia-les-eveques-maltais-autorisent-la-communion-pour-les-divorces-remaries/67906/

https://www.cath.ch/newsf/eveques-allemands-ouvrent-porte-de-communion-aux-divorces-remaries/

http://www.la-croix.com/Religion/Pape/Le-pape-felicite-eveques-argentins-pour-leur-interpretation-dAmoris-laetitia-2016-09-12-1200788413

Et un rappel de l'Eglise qui était encore au Cénacle:
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19940914_rec-holy-comm-by-divorced_fr.html

Écrit par : Yves | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je viens de jeter un oeil à votre dernier lien (oui je suis curieux) :

Cit. :
6. Le fidèle qui vit habituellement "more uxorio" avec une personne qui n'est pas sa femme légitime ou son mari légitime, ne peut accéder à la communion eucharistique. Si ce fidèle jugeait possible de le faire, les pasteurs et les confesseurs auraient, étant donné la gravité de la matière ainsi que les exigences du bien spirituel de la personne(10) et du bien commun de l'Eglise, le grave devoir de l'avertir qu'un tel jugement de conscience est en opposition patente avec la doctrine de l'Eglise(11). Ils doivent aussi rappeler cette doctrine dans l'enseignement à tous les fidèles qui leur sont confiés.


François l'a très bien rappelé dans son exhortation Amoris Laetitia, et ceux qui l'interprètent autrement s'engagent dans une hérésie, que dis-je un schisme, qui n'a d'autres fins que de vouloir faire accroire qu'il y a rupture entre le pape régnant et ses prédécesseurs !

:-)) Désolé, ce n'était qu'un peu de mauvaise foi pour me mettre de bonne humeur ;-)

Écrit par : P.F | mercredi, 27 septembre 2017

Pour la congrégation de la foi, cela reste valide, même après Amoris Laetitia. Car le Pape invité à la confession, et le discernement vient du confesseur pour former la conscience.

Le fait qu'une personne décide en conscience mérite d'être précisé. La conscience est un œil. Elle est aussi un sanctuaire. La Vérité n'est pas créé par la conscience.

J'ai fait une note sur la conscience comme sanctuaire et AL. Vous pouvez vous y référer.

Je continue de penser que AL ne crée aucune rupture. Un approfondissement oui, un apprentissage du discernement aussi. Relisez l'interview de Rocco Buttiglione.

Après la préparation des synodes, les synodes et l'exhortation nous sommes dans la phase de la réception. Et là il y a un grand travail à faire. Aucun Cardinal, aucun Evêque n'a signé cette correction. Ni le Cardinal Burke, ni Brandmüller. Caffara et Meisner sont partis vers le ciel et prient pour nous. Continuons le chemin de compréhension.

Ce n'est pas en déclarant que le Pape propage l'hérésie que nous allons nous comprendre. Et Saint Jean Paul II a été surpris de 101 hérésies. Pourtant son Encyclique VS continue d'être une source.

Je comprends le fonctionnement médiatique qui s'emballe parce que que le contraste et la polémique sont des moteurs de l'info. Déclarer un Pape comme hérétique choque l'opinion publique, qui existe aussi dans l'Eglise. Alors on en parle. Mais la contestation reste extrêmement faible, bien que bruillante.

Un Cardinal, un Evêque ou un prêtre doit expliquer l'enseignement de l'Eglise. Personnellement, comme prêtre, je suis chargé de guider les âmes. J'ai fait la profession de foi et le serment de fidélité. Je crois ...

Après la théologie rend compte de la foi. Enfin cette exhortation est un acte du Magistère authentique du Pape. Il requiert une adhésion de l'intelligence et de la volonté. Certes ce n'est pas ex cathedra, donc un adhésion de foi. Mais AL, dont la forme peut être effectivement discutée, renferme un enseignement qui touche à la foi.

La fraternité Saint Pie X compte des très bonnes personnes. Mais l'opposition existe déjà à l'encontre de Vatican II, de Saint Jean XXIII, du bienheureux Paul Vi... une suite prévisible avec AL...

Écrit par : Don Dom | mercredi, 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

P.F. Très bien, nous progressons. Je pense depuis longtemps qu'il n'y a aucune rupture entre notre Pape et les prédécesseurs. L'herméneutique de la réforme est à l'oeuvre ( Benoît XVI, décembre 2005 ).

AL ne dit pas que le discernement doit se faire sans la fidélité à l'enseignement de Jésus. Donc encore une fois, la citation du Pape François, dans le livre avec Tornielli (le nom de Dieu est Miséricorde) est importante: une personne formée sait qu'elle ne peut pas aller communier, mais va se confesser en demandant la bénédiction.

Écrit par : Don Dom | jeudi, 28 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

la réponse de François se trouve dans le livre de Dominique Wolton sur le pape.

François dit clairement et sans retenue qu'il veut une "eglise inclusive"

Or l'inclusion consiste littéralement à accepter tout le monde tel qu'il est avec ses pratiques, ses défauts, ses qualités bien sûr... sans avoir à changer de comportement comme nous l'a enseigné l'Eglise depuis sa naissance.

Définition :

L'inclusion est l'action d'inclure quelque chose dans un tout ainsi que le résultat de cette action.

La notion d'inclusion sociale a été utilisée par le sociologue allemand Niklas Luhmann (1927-1998) pour caractériser les rapports entre les individus et les systèmes sociaux (Sociale System / Systèmes sociaux : Esquisse d'une théorie générale, 1984).

Il y a donc une incompréhension de fond entre François et toute une partie de l'Eglise pour qui ceux qui ne veulent pas se convertir ne peuvent pas être totalement acceptés dans l'Eglise et sont excommuniés ou en état de péché grave ne leur permettant pas d'accéder aux sacrements .

Pour François : on peut être LGBT et vivre des sacrements dans l'Eglise; etre divorcé-remarié et vivre des sacrements dans l'Eglise, etc... etc...

Pour un partie de l'Eglise : non... car pour ceux-ci, certains comportements les excluent du sein de l'Eglise .

C'est le nœud du problème!

Écrit par : Parousie | jeudi, 28 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire