Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 mai 2017

Petite retrospective de la fête de famille des suisses lors de l'assermentation de 40 nouveaux gardes suisses

Petite retrospective de la fête de famille des suisses lors de l'assermentation de 40 nouveaux gardes suisses

C_LIiMZW0AIDsBo.jpgLa vérité est éternelle. A Rome, le temps se compte en siècles.

Depuis le sac de Rome en 1527, qui a vu le sacrifice de 147 gardes suisses morts au service du Pape Clément VII, la prestation de serment des nouveaux gardes marque les esprits. Le défilé est réglé au millimètre, telle la précision légendaire d'une horloge suisse. Les pierres et les pavés de la fameuse cours Saint Damase du palais apostolique en gardent la mémoire.

Même le petit vent frais qui caresse les cuirasses et agite la magnifique crinière rouge sang des casques de soldats du Pape n'emporte pas dans l'inconnu les mots de l'assermentation: 

« Moi, hallebardier ... , je jure d'observer loyalement et de bonne foi tout ce qui vient de m'être lu. Aussi vrai que Dieu et nos Saints Patrons m’assistent. »

L'écho est limpide et vient graver les coeurs des jeunes suisses

Les mot prennent racine dans les poumons du garde, serrés par l'historique cuirasse, et font vibrer virilement la petite collerette blanche des hallebardiers. Le drapeau de la garde est tenu fermement dans la main gauche, la main droite est levée avec force et les trois doigts font le signe de la Trinité. 

Unknown-15.jpeg

L'assermentation de 40 nouveaux gardes suisses: une histoire de famille

Le 6 mai est une fête de famille pour les confédérés. Habitués aux montagnes, ils gravissent aisément et avec la joie, la toute petite colline du Vatican. Pierre, le Prince des Apôtres, y est enterré. Dans le cirque de Néron, l'obélisque situé désormais au centre de la place Saint-Pierre a certainement accueilli son dernier regard terrestre. Crucifié la tête en bas, le monument égyptien lui indiquait fièrement le ciel. Le martyr conduit tout droit au ciel. Les soldats suisses s'étaient réunis lorsque ce monument était encore situé au Campo Santo Teutonico. 

Pour cette cuvé 2017, le Jubilé des 600 ans de la naissance du saint patron Nicolas de Flüe, le canton d'Obwald était l'invité d'honneur. Madame Doris Leuthard, présidente de la confédération, a rencontré le Pape François. 

Sous la houlette de l'ambassadeur suisse auprès du Saint-Siège, son Excellence Pierre-Yves Fux, le protocole prévoit un entretien en tête à tête. Crise migratoire, réfugiés, écologie sont des sujets qui furent évoqués autour de la table. 

La présidente soulignera que l'encyclique "Laudato Si'" était providentielle. Les idées de l'humanisme intégrale et une saine écologie promues par le Pape François ont notablement aidé à l'accouchement d'un accord international sur le climat. 

Tout au fond de la basilique, tôt le matin, à la chair de Saint Pierre, la messe du matin célébrée par le Cardinal préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, son Eminence le Cardinal Müller a permis de souder les esprits. Le cantique suisse a résonné en quatre langues dans la plus grande église du monde. 

Que cela soit les rencontres officielles et diplomatiques, l'émouvante salutation des familles des nouveaux gardes avec le successeur de Pierre, ou l'apéritif servi dans le quartier suisse, ces journées reflètent la joie et la bonne humeur. L'esprit de famille y souffle avec fraîcheur. Tel est le secret de l'avenir de l'Eglise et de la société. Pour le week-end des vocations sacerdotales et religieuses, les suisses ne peuvent pas mieux espérer. 

Selfies avec Miss Suisse Lauriane Sallin ou Darius Rochebin, livres évoqués tel que celui d'Arnaud Bédat, photos souvenirs publiées sur la page Facebook ou celles bien plus classes de l'Observatoire Romano, seront précieusement conservés dans les archives. Les souvenirs évoqués au coin du feu ou autour de la table agrémenteront pour bien longtemps encore les conversations de tout un chacun. 

"Je jure de servir avec fidélité, loyauté et honneur le Souverain Pontife régnant le Pape François et ses légitimes successeurs, ainsi que de me consacrer à eux de toutes mes forces, offrant, si cela est nécessaire, ma vie pour leur défense.

J’assume également ces engagements à l’égard du Sacré Collège des cardinaux pendant la vacance du Siège apostolique. Je promets en outre au commandant et aux autres supérieurs respect, fidélité et obéissance. Je jure d'observer tout ce que l'honneur exige de mon état"

C_LIiMZW0AIDsBo.jpg

 

Arnaud Bédat à Forum

 

Commentaires

Merci de nous partager ces moments uniques et privilégiés.

Écrit par : Myriam | dimanche, 07 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire