Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 26 mars 2017

USA: pourquoi l'Eglise catholique n'est pas favorable à l'Obamacare

Unknown.png

Assurance maladie: USA - Suisse, deux cultures et deux mentalités différentes

Les USA sont nés de la migration des européens vers une terre d'émancipation et de liberté vis-à-vis des monarchies européennes. La liberté est dans les gènes des américains du nord. La constitution des USA, inspirée par celle de la confédération helvétique, est brève. Peu d'Etat central pour une grande liberté locale. 

La Suisse connaît des assurances, et l'assurance maladie notamment par le juste et noble combat des partis de gauches. L'assurance maladie est entrée dans les moeurs. Chacun paie dans un fond commun, en solidarité avec les autres. La fondue suisse a pris. 

Pour les "soins de santé" qui touchent à la contraception, à l'avortement, à l'euthanasie, les USA et la Suisse vont réagir différemment. 

La première question: l'avortement est-il un soin médical ? et l'euthanasie ? En suivant le serment d'Hippocrate, la réponse est négative. Tuer n'est pas un acte médical. 

L'abolition ou la refonte de l'Obamacare n'est pas le fait de l'extrême droite, de personnes sans coeur. 

Avec l'histoire des USA, liée à la liberté et la volonté du président émérite d'instaurer un système d'assurance maladie en partie inspirée par notre système, la polémique est inévitable Les évêques américains, totalement libre vis-à-vis de l'Etat, ont élevé la voix pour la liberté. Des prêtres, des religieux et religieuses, des laïcs catholiques ne peuvent pas payer pour l'avortement ou l'euthanasie, pas plus pour la contraception. 

Obamacare met tout dans le même paquet. Alors l'Eglise aux USA s'est opposée.

Les paroisses américaines sont totalement indépendantes de l'Etat, sans aucun système d'impôts ecclésiastiques. Il y a une saine séparation de l'Eglise et de l'Etat. Les paroisses, les couvents, les diocèses investissent de l'argent pour les services de la charité: aides aux pauvres, guérison des traumatismes laissés par un avortement, des deuils douloureux suite à l'euthanasie. 

Cette pro-activité de l'Eglise, cette culture décomplexée vis-à-vis de l'argent n'est pas notre culture hélvétique. Vu d'ici, une assurance maladie est un acquis, une évidence. Peu sont ceux qui la remettent en question. 

Unknown-7.jpeg

Le système médiatique européen est plutôt pro-Obama et anti-républicains. Pour Obamacare, le nouveau président Trump n'aurait simplement pas de coeur, ne voulant pas d'aide étatique pour les plus pauvres. Or, le point de vue de l'Eglise nous aide à comprendre les raisons d'une opposition à l'Obamacare. 

Les américains, qui connaissent l'influences positives des mouvements pro-vie (l'avortement a causé plus de 80 000 000 de morts) ne voient pas d'un bon oeil ce système d'assurances maladies mises en place par le King Obama. 

Il faudrait réformer Obamacare, afin que les soins médicaux soient pour tous, dans le respect des consciences et la promotion des libertés.

Unknown-8.jpeg

Écrire un commentaire