Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 11 novembre 2016

Le Pape des pauvres: un Notre Père avec eux et pour eux

 

Quelques 4 000 hommes et femmes venus de 22 pays européens étaient ainsi réunis autour du Saint-Père ce vendredi matin salle Paul VI au Vatican, premier grand rendez-vous de ce pèlerinage inédit coordonné par l’association française Fratello

 

« Comme je voudrais une Église pauvre pour les pauvres ».

15032860_313747902351703_4384280842807849521_n.jpg(RV) « Comme je voudrais une Église pauvre pour les pauvres ». C’est le souhait qu’avait exprimé le Pape François en mars 2013. Une option préférentielle pour les plus démunis manifestée à l’aube de son pontificat.

Depuis, le Saint-Père n’a eu de cesse de multiplier les paroles et les gestes en faveur des exclus rappelant dans sa première exhortation apostolique Evangelii Gaudium, que « les pauvres ont une place de choix dans le cœur de Dieu ». C’est dans ce même esprit, ce souci des plus petits que le Pape François, à l’occasion de l’année de la miséricorde, a convié à Rome du 11 au 13 novembre les personnes en situation d’exclusion.

Quelques 4 000 hommes et femmes venus de 22 pays européens étaient ainsi réunis autour du Saint-Père ce vendredi matin salle Paul VI au Vatican, premier grand rendez-vous de ce pèlerinage inédit coordonné par l’association française Fratello et qui se tient sur le thème « nous les pauvres, avec François à Rome au cœur de l’Eglise». Avant de prendre la parole, dans sa langue natale, le Pape a écouté deux témoignages de personnes de la rue : celui de Christian, un français, schizophrène, pris en charge par l'association Lazare, et Robert un Polonais, aidé par la communauté des Camilliens.

Ils ont parlé de leurs difficultés mais dit aussi que Dieu avait toujours été aurprès d’eux, même dans les annèes de galère. « Nous ne sommes pas différents des grands de ce monde» a dit le Pape, en reprenant les paroles de Robert, nous allons de l’avant avec nos passions et nos rêves. Certaines des passions nous font souffrir, mais d’autres passions nous font rêver. La dignité de chaque pauvre Revenant sur la pauvreté qui est dans le cœur de l’Evangile, le Saint-Père a expliqué que «ceux qui n’ont pas de toit nous enseignent à ne pas nous satisfaire, ils nous apprennent à rêver à ce qui est au cœur de l’Evangile».

La lumière peut venir malgré chaque situation difficile a t-il poursuivi, en insistant sur la dignité. «Cette dignité que Jésus a eu Jésus face aux pauvres». «Je sais que vous avez rencontré des gens qui voulaient exploiter votre pauvreté a aussi dit le Saint-Père, mais que ce sentiment de dignité vous a sauvé de l’esclavage. L’esclavage, n’est pas dans l’Evangile sinon pour s’en libérer. François a également souligné que l'on rencontrait toujours des plus pauvres que nous, il a évoqué cette capacité d’être solidaire, difficile pour celui qui a beaucoup de richesses.

Le Pape a aussi remercié ceux qui enseignent la solidarité au monde. Revenant sur la paix intérieur dont a parlé Christian, le Pape est revenu sur cette autre pauvreté qui détruit, celle de la guerre. «Nous avons besoin de paix dans le monde, nous avons besoin de paix dans l’Eglise et dans les autres religions. Les religions aident à faire grandir la paix.»

«Je vous remercie d’être venus me visiter et je vous demande pardon si parfois je vous ait offensé par mes paroles, si certains n’ont pas compris l’Evangile qui met la pauvreté au centre. Je vous demande pardon quand des chrétiens tournent le regard de l’autre côté en rencontrant un pauvre» a encore dit le Saint-Père avant de se lever pour réciter une prière: « Dieu Père de nous tous, de chacun de tes enfants, je te demande que tu nous donnes de la force, de la joie, que tu nous enseignes à rêver pour regarder de l’avant , que nous soyons solidaires, que tu nous aide à défendre notre dignité, tu es le Père de chacun de nous. »

Une rencontre qui s’est achevée par cette image très forte de ces gens de la rue imposant leurs mains sur la soutane du Saint-Père, priant avec lui le Notre-Père.

Commentaires

« Comme je voudrais une Église pauvre pour les pauvres ».
Pape François.
Son souhait est le mien.

Écrit par : Maria José | vendredi, 11 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire