Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 25 octobre 2016

Congrégation pour la doctrine de la foi: incinération oui, dispersion non

Suivant la tradition chrétienne immémoriale, l’Église recommande avec insistance que les corps des défunts soient ensevelis dans un cimetière ou en un lieu sacré

25 octobre 2016, CDF: « Ad resurgendum cum Christo » avec ce sous-titre: « sur la sépulture des défunts et la conservation des cendres en cas d’incinération ».

images.jpeg

L'inhumation, être enterré comme le Christ ! telle est la belle espérance et forte préférence chrétienne. Aussi, à partir de ce signe qui dépasse nos espoirs, la dispersion des cendres, leur conservation dans un bijou ou à la maison ne sont donc pas permises.  

Cette instruction romaine de la Congrégation de la foi n'est pas une nouveauté: l'Eglise a permis l'incinération (1963) pour autant qu'elle ne soit pas une négation de l'espérance chrétienne.

Le Cardinal Müller précise que la dispersion des cendres n'est pas acceptable. Ce document est signé par le préfet du dicastère, le cardinal Gerhard Müller et par Mgr Luis F. Ladaria, S.I., secrétaire du dicastère.

Unknown.jpeg« Pour éviter tout malentendu de type panthéiste, naturaliste ou nihiliste, la dispersion des cendres dans l’air, sur terre, dans l’eau ou de toute autre manière, n’est pas permise », explique l’Instruction de la Congrégation pour la Doctrine de la foi sur la sépulture, publiée ce 25 octobre 2016 et intitulée « Ad resurgendum cum Christo » avec ce sous-titre: « sur la sépulture des défunts et la conservation des cendres en cas d’incinération ».

L’instruction ajoute immédiatement: « Il en est de même de la conservation des cendres issues de l’incinération dans des souvenirs, des bijoux ou d’autres objets. En effet, les raisons hygiéniques, sociales ou économiques qui peuvent motiver le choix de l’incinération ne s’appliquent pas à ces procédés. »

Unknown-1.jpeg

La conservation des cendres dans l’habitation domestique (ou à la maison) n’est pas autorisée. 

Dans le cas où le défunt aurait, de manière notoire, requis l’incinération et la dispersion de ses cendres dans la nature pour des raisons contraires à la foi chrétienne, on doit lui refuser les obsèques, conformément aux dispositions du droit. 

L'incinération reste permise

L'incinération fut temporellement mal vu par l'Eglise catholique, surtout en raison de la valeur qu'elle sous-tendait: la négation de la résurrection. C'est dans ce contexte culturel que le droit canon de 1917 n'autorisait pas l'incinération. Parfois, en cas d'épidémies ou d'exigences hygiéniques, l'Eglise ne s'y opposait pas.  

C'est en 1963, Saint Jean XXIII permettait l'incinération, pour autant que cela ne soit pas une négation de l'immense espérance en la résurrection de la chair. L'inhumation est cependant fortement recommandée. 

Catéchisme de l'Eglise catholique: L’Église permet l’incinération si celle-ci ne manifeste pas une mise en cause de la foi dans la résurrection des corps (cf. ⇒ CIC, can. 1176, § 3).

Droit canon n°1176 § 3. L'Église recommande vivement que soit conservée la pieuse coutume d'ensevelir les corps des défunts; cependant elle n'interdit pas l'incinération, à moins que celle-ci n'ait été choisie pour des raisons contraires à la doctrine chrétienne.

Auparavant, le code canonique de 1917: “les corps des fidèles doivent être ensevelis ; leur crémation est réprouvée. Si quelqu'un ordonne, de quelque manière que ce soit, de livrer son corps à la crémation, il est défendu d'exécuter cette volonté“.

Dans son Instruction Piam et constantem du 5 juillet 1963: le Saint-Office avait demandé de «maintenir fidèlement la coutume d’ensevelir les corps des fidèles», précisant toutefois que l’incinération n’est pas «contraire en soi à la religion chrétienne» et qu’on ne devait plus refuser les sacrements et les obsèques à ceux qui demandaient l’incinération, à condition qu’un tel choix ne soit pas motivé par «une négation des dogmes chrétiens, dans un esprit sectaire, ou par haine contre la religion catholique ou l’Église»

Écrire un commentaire