Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 octobre 2016

La Parole libérée: l'Eglise comme une Mère aimante et les victimes de la pédophilie

Unknown.jpeg

La Parole Libérée

Les chrétiens francophones se mobilisent pour la famille, pour les enfants avortés et les mamans blessées à vie, mais semblent se taire pour les victimes des prêtres pédophiles.

Même le livre d'Isabelle de Gaulmyn, l'histoire d'un silence (Lyon, affaire du Père Preynat) ne déclenche pas une avalanche de commentaires ou de tweets sur les réseaux sociaux.

1878744265.2.jpg

Un livre qui nous arrache les larmes, dont la lecture nous recentre sur l'écoute de la parole des victimes.

"Notre Eglise doit d'abord écouter l'horreur, s'arrêter, désarmée, au côté des victimes". Entreprise difficile, parfois insupportable, mais nécessaire, parce que "devant l'horreur on se protège et si l'on se protège, on n'écoute pas".

citation d'un prêtre, dans Isabelle de Gaulmyn, Histoire d'un silence, p.24

"Pour cela, il m'a semblé d'emblée qu'il fallait d'abord écouter les victimes, longuement, parce trop longtemps, l'Eglise, les a ignorées. Ce sont elles qui doivent désormais être au centre des nos questionnements"

Isabelle de Gaulmyn, p.23

Certes, le sujet est hyper délicat et très sensible; il y a le risque de diffamer et de condamner un prêtre innocent. Toutefois, la priorité n'est-elle pas à donner aux victimes ? Avons-nous de l'affection envers eux ? Une journée de prière comme le Pape François l'a préconisée sera organisée ? Avons-nous le sens de l'écoute ?

Le bien de l'enfant

Le Pape François a publié un Motu Proprio "Comme une Mère aimante" (seulement en anglais et en italien - pas traduit en français) qui insiste:

"Comme une mère aimante, l'Eglise aime tous ses enfants, mais soigne et protège avec une affection particulière les plus petits et les moins défendus: il est question de la charge que le Christ lui-même a confiée à toute la communauté chrétienne dans son ensemble. Conscient de cela, l'Eglise s'engage avec un soin particulier à la protection des enfants et des adultes vulnérables". 

Pas le "j'accuse" de Zola mais  le "j'écoute" du Je suis là 

Par l'action de la Parole Libérée, que je soutiens, surtout pas pour renverser ou accuser le Cardinal Barbarin, mais par simple cohérence, plus de 400 victimes se sont mis à parler de leur calvaire et de leur drame.

Tous nos beaux discours sur la vérité, toute notre pastorale et la crédibilité même de notre communication risquent d'être simplement ruinés par cette incohérence qui peut être coupable. L'ancien procureur du Vatican Mgr Scicluna avait raison: "ces crimes tuent la foi". 

Le boomerang de nos actions pour la famille ou pour la vie nous reviendra droit dans les dents: lors du talk show télévisé de France 2 "On n'est pas couché" Yann Moix avait claqué : "et dire que l'argument pour le mariage était le bien de l'enfant. Je n'ai rien à ajouter".

Écrire un commentaire