Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 octobre 2016

Interview du Pape François à bord de l'avion (retour d'Azerbaïdjan)

Le prix Nobel de la Paix, la création de 13 nouveaux Cardinaux, les prochains voyages, le gender, l'accueil de Jésus envers les personnes homosexuelles ou transsexuelles, Amatrice, les élections aux USA  ... 

- En italien: Andrea Tornielli 

- Famille Chrétienne - I.Media

La Croix

- Radio Vatican

Idéologie du gender, homosexualité: Le Figaro

- «J'ai accompagné dans ma vie de prêtre, d'évêque, mais aussi de pape, des personnes avec des tendances homosexuelles et aussi avec des pratiques homosexuelles. On s'est approché du Seigneur mais certains ne le pouvaient pas. Je ne les ai jamais abandonnés. Les personnes doivent être accompagnées comme Jésus les accompagnait. Quand une personne est dans cette condition et qu'elle arrive devant Jésus, Jésus ne se retire pas et ne dit pas ‘vas-t-en' parce que tu es homosexuel.»

proxy.jpg

Le Pape François dénonce l'idéologie du gender et accompagne les personnes transsexuelles. 

- A propos des transsexuels, le pape a raconté cette expérience:

«J'ai reçu l'année dernière une lettre d'un espagnol qui racontait son enfance. C'était une fille mais il se sentait garçon. Quand il a eu une vingtaine d'années il a confié à sa maman qu'il désirerait faire une opération chirurgicale pour changer de sexe. Sa mère lui a demandé de ne pas le faire tant qu'elle serait vivante. Elle est morte ensuite. Sa fille a fait l'intervention (…).

L'évêque l'a accompagné. C'était un bon évêque qui ‘perdait' du temps pour accompagner cet homme. «Il» a changé son identité civile. «Il» s'est marié. Et m'a demandé - «lui» qui était «elle» - de pouvoir venir me voir avec son épouse. Je les ai reçus. Ils étaient contents. Dans le quartier où ils habitaient, vivait un vieux prêtre de plus de 80 ans mais quand le nouveau prêtre voyait ce couple, il leur criait, «vous irez en enfer». Quand ils rencontraient le vieux prêtre, lui leurs disait ‘pourquoi tu ne confesses pas? Viens et tu pourras communier».

- le Pape a le désir de se rendre en Chine, mais ne pas faire les choses trop rapidement. Prochains voyages: Inde, Bangladesh et Fatima (Portugal).

- François ne donne aucun conseil pour les élections américaines, si ce n'est de bien étudier, de prier et de choisir en conscience. 

- Un prochain Consistoire aura lieu avec la création de 13 nouveaux Cardinaux.

Commentaires

Sur l'idéologie du genre, on touche les limites de l'exercice. "Un papa m'a dit que" Avant de s'embarquer, sachant que la parole du pape va être relayée, il faudrait savoir de quels manuels on parle et ce qu'ils disent exactement.

Écrit par : Flo | lundi, 03 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

"C'était une fille mais il se sentait garçon. Quand il a eu une vingtaine d'années il a confié à sa maman qu'il désirerait faire une opération chirurgicale pour changer de sexe."

Ce "il" dans la bouche d'un pape... c'est assez terrible... Dénoncer un manuel scolaire n'y changera pas grand chose... Les objectifs de ceux qui promeuvent le "genre" sont atteints avec ce "il" pontifical...

"Dans le quartier où ils habitaient, vivait un vieux prêtre de plus de 80 ans mais quand le nouveau prêtre voyait ce couple, il leur criait, «vous irez en enfer». Quand ils rencontraient le vieux prêtre, lui leurs disait ‘pourquoi tu ne confesses pas? Viens et tu pourras communier»."

Le nouveau prêtre CRIAIT-il vraiment? comme un sale type déversant sa haine et sa colère? ou le verbe "crier" est ici juste un procédé rhétorique commode en vue de distinguer le méchant du gentil, le "légaliste" du "miséricordieux"? En tout cas, il est certain que "vous irez en enfer" n'est pas une insulte ni une méchanceté dans la bouche d'un prêtre, lorsque se présente une situation objective de péché grave assumée comme un droit et un bien. Plus encore, c'est le devoir strict du prêtre que d'avertir les pécheurs et de les exhorter à la conversion. Que dis-je? c'est la vocation de tous les fidèles, l'une des 7 oeuvres de Miséricorde spirituelles. Ce n'est pas facile, il faut le faire intelligemment et avec tact, et beaucoup prier, cela va sans dire.

Inviter à la confession c'est très bien. Mais cela ne doit pas être en vue de faire du sacrement l'occasion d'une sorte de rituel mensonger de confirmation dans le vice. On ne se moque pas de Dieu. Certes, sa Miséricorde est inifinie, mais du côté du pécheur, des critères existent pour qu'une confession produise l'effet escompté (l'accueil effectif de la divine Miséricorde et le recouvrement de la grâce): contrition et ferme résolution d'amendement en font partie. Les paroles les plus audacieuses du pape des périphéries ne pourront rien y changer.

Ironiquement on peut remarquer que le discours du pape se situe du côté du vieux prêtre, cette génération Vatican II en train de disparaître et qui nous laisse l'Eglise dans un état de délabrement sans précédent. Sous les apparences de ce conflit générationnel, l'anecdote nous laisse donc avec une note d'espoir: il existe une nouvelle génération de prêtres (peut-être pouvons-nous parler de génération JP2?) pratiquant la vraie miséricorde selon le Seigneur, qui n'hésite pas à aller à contre-courant du politiquement correct et de la morale mensongère du monde. Prions pour que le prochain pape en soit issue.

Écrit par : B.S. | lundi, 03 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Justement, avez-vous un extrait ? un lien ?

Écrit par : Don Dom | lundi, 03 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Je cherche à m'informer sur cette polémique qui traine depuis longtemps et je n'ai rien trouvé de probant concernant les manuels utilisés par l'Education nationale ( il y a un article sur le site de l'express)

Écrit par : Flo | lundi, 03 octobre 2016

Cher B.S., le Pape accueille toutes les personnes, comme Jésus. C'est cela être chrétien. Il ne lâchera jamais une personne qui désire avancer dans la vie.

Écrit par : Don Dom | lundi, 03 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Jésus est doux et humble de coeur, mais Il est aussi Vérité. Que ce serait-il passé si une trans avait pu approcher Jésus aux temps évangéliques? De deux choses l'une: elle se serait endurcie dans sa voie ou elle serait repartie bouleversée, changée, convertie. Sainte Marie-Madeleine n'était plus la même, avant et après. Elle n'a pas fini courtisane. Est-ce si dur à voir la différence avec "l'accueil" des faux miséricordieux d'aujourd'hui ?

Écrit par : B.S. | mardi, 04 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Je comprends bien. Pour bien saisir le Pape, la gradualité, la progression, l'accompagnement sont indispensables. Le plan incliné, et non pas la montée à 90 degrés ! On ne devient pas un saint d'un coup, il y a une progression, une vie, faite de chutes et de victoires. Le Pape François c'est la Vérité et la Miséricorde. Je ne comprends pas très bien le procès que certains lui font. Nous ne sommes pas qu'une pensée, si exacte fut-elle. Il ne faut pas chercher chez le Pape la précision millimétrée de Benoît XVI. Ils ont la même foi, mais pas la même personnalité. Il faut chercher à comprendre, apprivoiser. Il a un génie propre, différent de Saint Jean-Paul II et de Ratzinger. Certes depuis 1982, nous étions habitués à un style, jusqu'en 2013, cela fait 30 ans. Aussi, là, il faut avancer, creuser, s'adapter, avec toujours comme lame de fond, l'amour pour Dieu, pour Son Eglise, pour la foi ...

Écrit par : Don Dom | mercredi, 05 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire