vendredi, 22 novembre 2013

Synode sur la famille: le mystère du second questionnaire "suisse"

www.vatican.va

L'Eglise: la famille des familles

L'Eglise est une communion de foi, une famille. Pour le prochain Synode sur la famille, voulu par le Pape François, une consultation universelle s'opère en vue de sa préparation. 36 questions sont envoyées dans le monde entier. La Suisse ne fait pas exception. 

Un couac

Pourtant, il y a un couac. L'Eglise suisse fournit on-line un second questionnaire, certes moins long mais dont le contenu s'éloigne passablement du questionnaire pour tous. Cela ressemble à une contestation, à un sondage.

L'Eglise: un hôptial de campagne

Or le Synode ne désire pas arriver à un sondage, à un diagnostic mais à des remèdes pour aider toutes les familles à s'aimer les uns les autres pour s'orienter vers la Vie. L'Eglise est un hôpital de campagne qui soigne et ne demande pas le taux de cholestérol dit fort justement le Pape François.

Elle donne des remèdes, aime et vient au secours de toutes personnes, sans proposer seulement des taux propres aux institut de sondage. 

1644612095.jpg

Astérix chez les Hélvètes ...

Consultation ou référendum ? L'Eglise n'a jamais eu peur de la démocratie vue comme une consultation ( premier questionnaire ) ou une participation, car la majorité est au ciel, avec tous les saints (des papas, des mamans, des enfants....) 

Commentaires

Mais c'est peut être le cas un peu partout. dans plusieurs diocèses les Évêques Français privilégient quelques thématiques, en raison de la pertinence pastoral locale.

Cela peut être critiquable bien sûr mais je pense qu'il s'agit surtout d'une décision pragmatique, car le formulaire est particulièrement dense et le délai pour répondre assez court, c'est sans doute pour ne pas décourager les bonnes volontés.

Écrit par : Marc FAVREAU | vendredi, 22 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Pour que la consultation reste sérieuse et ne tourne pas au sondage standard, il fallait respecter le questionnaire du Vatican qui ne rebute pas les gens sérieux.

Écrit par : Vincent Pellegrini | lundi, 25 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Je pense que le sondage n'est pas à exclure même pour une entité religieuse comme le Vatican. Sa papauté à tout de même raison puisque le rôle de l'église est celui aussi de guérir les chrétiens mais n'oublions pas qu'il est d'abord tout aussi important de connaitre l'origine du mal avant de pouvoir se concentrer sur sa possible guérison...

Écrit par : Questionnaire en ligne | mardi, 26 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Je cite le Pape:

"Avant de parler de certaines questions fondamentales relatives à l’action évangélisatrice, il convient de rappeler brièvement quel est le contexte dans lequel nous devons vivre et agir. Aujourd’hui, on a l’habitude de parler d’un “excès de diagnostic” qui n’est pas toujours accompagné de propositions qui apportent des solutions et qui soient réellement applicables.

D’autre part, un regard purement sociologique, qui ait la prétention d’embrasser toute la réalité avec sa méthodologie d’une façon seulement hypothétiquement neutre et aseptisée ne nous servirait pas non plus.

Ce que j’entends offrir va plutôt dans la ligne d’un discernement évangélique. C’est le regard du disciple-mis

Écrit par : Dominique Fabien | mardi, 26 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire