dimanche, 19 février 2012

Costa Concordia versus Exit-Dignitas

images.jpegCe soir, sur TSR 2, un documentaire-enquête sur le naufrage réel du Costa Concordia, pas le film fiction Titanic, mais de ce géant des mers qui suite à des graves erreurs humaines a laissé 17 morts et 15 disparus. 

Instinct de vie

Ce qui frappe dans un tel reportage est bien la lutte pour la vie. La voix off du commnentaire reproche avec force les lacunes pour coordoner les secours. Bref, le capitaine est finalement arrêté pour abandon de navire. 

Il y a presque unanimité de jugement, dans les nombreuses discussions sur les réseaux sociaux, le capitaine Schettino semble "un cretino" et le garde côte qui le somme de remonter à bord passe justement pour un héros. Toutes les personnes qui parlent dans le reportage ont voulu vivre jusqu'à la fin. Elles furent sauvées. 

L'euthanasie

images-2.jpeg

Comparaison n'est pas raison, mais lorsque des gouvernements de Suisse Romande acceptent de faire monter à bord des hôpitaux des associations comme Exit, qui sont totalement contraire à la lutte pour la vie, alors on en arrive à ne plus percevoir que quelques "médecins" et "politiciens" ne sont en fait que d'autres "cretino". Des nobles mots comme dignité, délivrance, ou soulagement sont pervertis pas une idéologie de mort, sans que l'opinion public réagisse. Que dirions-nous si un capitaine avait tué des passagers à bord, au lieu de les mettre dans un bâteau de sauvetage ?images-1.jpeg

Cette comparaison est certes quelque peu forcée, mais elle a le mérite d'être claire, et à mon avis, très parlante.

Etre pour la vie est naturel

Etre pour la vie est un cri naturel, sans une référence première à la religion. Accompagner la vie jusqu'à la mort est une question d'instinct naturel et humain, finalement d'honneur. Une société qui ne veut plus la vie ne peut que chavirer et emprunter une trajectoire déviante qui nous met finalement tous en danger. 

Écrire un commentaire