Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 26 septembre 2017

Le site de la correction filiale censuré par le Vatican: Greg Burke « comme si nous faisions cela pour un document de 62 signatures… »

Le site de la correction filiale censuré par le Vatican: Greg Burke « comme si nous faisions cela pour un document de 62 signatures… »

Unknown.jpegAucune censure contre le site qui a publié la Corretion Filialis qui accuse le pape François de propager 7 hérésies. C’est ce qu’a assuré, dès hier après-midi lundi 25 septembre, la Salle de Presse du Saint-Siège qui dément ainsi la rumeur diffusée le matin de ce même jour par l’ANSA, la plus importante agence de presse italienne.

Cette dernière avait titré « Le Vatican bloque le site qui soutient les accusations d’hérésies au pape » et expliquait que l’accès au site aurait été bloqué par la Secrétairerie pour la communication du Vatican « en accord avec les politiques de sécurité institutionnelles ».

Greg Burke, le directeur de la salle de presse, a réagi en niant une volonté de censure, « clairement ce n’est pas cela », et en expliquant que « sur certains ordinateurs de la Salle de presse, comme sur ceux de diverses agences, il y a des filtres qui se mettent en marchent automatiquement pour empêcher différents contenus online, de la pornographie aux malware de la publicité » ; ils règlent donc la navigation sur Internet au sein du Vatican.

Ces filtres en question « empêchent de demander ou fournir des informations personnelles, pour éviter des opérations non désirées » « C’est ce qui se passe depuis toujours, déclare la salle de presse du Saint-Siège, pour tous les sites qui demandent ce type d’informations », et « cela pour des motifs de sécurité ». C’est pourquoi, est-il précisé, de la salle de presse du Vatican on peut accéder au site de la Correction Filialis mais on ne peut pas signer la pétition puisqu’elle demande de fournir certaines informations personnelles à l’étranger. Les ordinateurs, a continué d’expliquer Greg Burke, dévient alors vers une page sur laquelle on lit : « L’accès à cette page web à été bloqué pour motif de sécurité ».

En démentant toute censure, Greg Burke a répondu : « Comme si nous faisions cela pour un document de 62 signatures… » 

 

Écrire un commentaire