Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 24 novembre 2012

Ratzinger: Mon Concile Vatican II

FIC63087HAB40.jpg

Commander

Le Copiste en parle

Commentaires

En lisant ce titre il m'est venu une phrase à l'esprit:

"MON concile, TON concile, SON concile, LEUR concile ..."

A force d'entendre chacun donner SON avis sur LE FAMEUX Concile Vatican II, c'est cette l'expression, presque ironique, qui me vient d'une telle expérience personnelle sur le sujet.

Certes je comprends bien ce que le St. Père entend en utilisant un tel article possessif mais cela manifeste bien LE DRAME en cour depuis déjà 50 ans. Il y ce que le Concile a dit et voulait dire et il a ce que l'on a fait dire et voulu faire dire à ce Concile. Il a même fallu consacrer une expression comme "herméneutique de la continuité" pour faire bien comprendre que le Concile Vatican II n'était pas à comprendre comme une rupture mais ne pouvait être compris que comme une continuité. Je parle plus volontiers d'un DRAME que d'une simple dynamique interprétative. Après 50 ans peut-on encore parler d'une INTERPRÉTATION quand déjà les textes conciliaire ont pris forme définitive dans la pratique pastoral à en devenir de vrais dogmatiques pastoraux inamovibles au risque de trahir " l'Esprit du Concile" comme il est d'usage de l'entendre dire?

MON concile, TON concile, SON concile, LEUR concile ...

Au fait, Sa Sainteté Benoît XVI, en voulant nous parler de SON concile, chercherait-il à nous dire que NOTRE concile et NOTRE interprétation de ce qu'il a dit n'est pas vraiment ce que NOUS en avons compris.

Dramatique d'entendre dire après 50 ans qu'il y un petit problème d'interprétation quand tout un pan de la catholicité s'est engouffré dans l'interprétation qui lui convenait et à mener à la dérive des milliers d'âmes fidèles par interprétation hardie et hasardeuse ou par pur goût de l'expérience nouvelle alimenté par une posture rebelle anti-romain pour ne pas dire anti-catholique tout court.

Cordialemenmt Vôtre !

ABS et son Goupillon

PS: Je ne savais pas que vous aviez repris du service sur votre blog. BRAVO !

Écrit par : ABS - Le Blog & Le Goupillon | lundi, 26 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

Je crois que cette lecture est très bénéfique et donne enfin un autre regard sur une certaine historiographie du Grand Concile. Cela change notre regard.

Écrit par : Don Dom | lundi, 26 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

J'ai lu ce livre.Joseph Ratzinger lui a donné ce titre" MON concile" dans sa jeunesse et non pas en tant que Pape!Il a rapporté ce qu'il a entendu au concile depuis sa position de peritus du cardinal Frings. Il n'était pas évêque votant et il aurait été bien prétentieux de sa part d'intituler son journal personnel du concile" LE concile". Beaucoup d'autres acteurs du concile ont écrit un journal, dont le Père Congar.Ces personnes n'ont jamais prétendu s'approprier le concile ou lui donner des interprétations personnelles.Pour Benoît XVI, ce sont les textes officiels du concile qui comptent et il n'y a qu'UN concile.

Écrit par : Monique T. | lundi, 26 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

En effet, les textes sont le Concile, avec l'esprit qui sont dans la lettre. C'est une lecture de foi qui nous assure l'avenir de l'Eglise. Le Concile n'est pas le toute de l'Eglise, mais un moment de son histoire, une boussole pour nous orienter dans notre chemin, pour propager la foi et faire connaître la personne du Christ. Merci Monique

Écrit par : Don Dom | lundi, 26 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire